Présentation Jerome C

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Présentation Jerome C

Message  Jerome C. le Mar 23 Fév 2016 - 0:13

Bonsoir,

Je réfléchissais à la meilleure façon de me présenter...
Car en fait, je cherche actuellement à faire de la pub pour un livre de philo que je viens de publier.
Et j'ai tout naturellement pensé aux fora de philosophie sur lesquels j'allais il y a de cela quelques années...
Mais quand j'ai vu la qualité des discussions sur ce forum, j'ai pris un réel plaisir à parcourir quelques discussions !
Bravo !
Alors, je vais faire l'effort de me présenter personnellement et pas que mon bouquin.

J'ai découvert à l'âge de 13-14 ans le monde passionnant de la philosophie. Descartes, Platon, Kant ont été pour moi une véritable bouffée d'air frais face à un monde auquel j'avais du mal à adhérer. Je me suis très tôt approprié leur critique d'un monde bassement matériel pour y substituer, un peu naïvement j'avoue, les lumières des Idées.
Dans mon parcours scolaire, dès la 3ème, je n'attendais plus de mon cursus scolaire qu'une seule chose : les cours de philosophie... En terminale, j'avale mes 7 heures hebdomadaires de cours de philosophie avec ferveur. J'emporte le bac avec une très bonne note en philosophie, qui compense mes lacunes dans d'autres matières (notamment en sciences !)
Je choisis naturellement une faculté de philosophie dans l'idée d'en faire, moi aussi, profession.
Petit à petit, pourtant, les illusions tombent. Je découvre un monde replié sur lui-même. Je me rends compte d'un décalage entre la philosophie des grands auteurs, et celle qu'on enseigne, toute scolaire... entre la vie trépidante des anciens philosophes et la vie toute académique d'un professeur de philosophie moderne. Me rebute également cette obsession de faire de la philosophie la discipline reine, envers et contre tout. L'affirmation péremptoire et forcenée d'une supériorité des Idées sur le concret, jusqu'à séparer radicalement ces deux mondes sans autre forme de procès !
Bref, lorsque j'obtiens ma maîtrise de philosophie (que j'ai choisi de faire sur Diderot et Rousseau), je décide de ne pas passer le CAPES.
Puis, happé par la vie active, j'ai tout de même continué de m'interroger, notamment sur la place de la philosophie dans l'ordre des connaissances. (vaste supercherie, idéologie, ou combat d'idées abstraites... ?). Je me suis d'ailleurs pas mal intéressé aux sciences, notamment à la "sociologie de la philosophie" (Bourdieu, Pinto,..) et particulièrement aux critiques marxistes.
J'ai donné quelques cours de soutien en philo et, malgré mon rejet du système scolaire, ma pédagogie s'est révélée efficace. Dans mes cours je privilégiais une approche plus scientifique de la question philosophique, mettant de côté l'approche scolaire. Toute ma pédagogie consiste à faire redescendre sur terre les concepts abstraits de la philosophie.
C'est d'ailleurs ce que j'ai tenté de mettre en pratique dans mon livre...

J'en viens donc à placer mon livre. Bien évidemment, si les modérateurs estiment que ce n'est pas le lieu pour cela, je comprendrai que l'on supprime cette partie du message.
Il s'agit du Livre Noir de la Philosophie. Je vous mets un lien direct, si vous souhaitez lire le résumé ou des extraits.

http://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/607327/s/le-livre-noir-des-philosophes-jerome-correia/#.VsuRmNCOVv0

Malgré le titre, que j'ai choisi pour son côté aguicheur, c'est un ouvrage sans prétention (de 500 pages quand même) qui se concentre sur l'histoire de la philosophie dans l'Antiquité grecque. J'y recense tous les procès (Socrate, Protagoras, Aristote, Diagoras, Aspasie et bien d'autres...) et tente de faire, à travers ces événements, le lien entre leur vie et leurs idées. C'est donc un essai relativement accessible et ouvert à un public large.
Je laisse, ceux qui le souhaitent, en découvrir plus sur le site de l'éditeur.

En attendant, merci à tous pour ce superbe forum, auquel j'essaierai de contribuer au gré du temps disponible qu'il me reste.

A bientôt donc,

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  LibertéPhilo le Mar 23 Fév 2016 - 11:28

Bienvenue Jérôme.

C'est un sujet original. Je lirai l'extrait et je te donnerai mon avis.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mar 23 Fév 2016 - 11:32

Bienvenue, je ferai de même.

Tu as une formation d'historien ? Penses tu que celle-ci soit indispensable à la bonne compréhension des philosophes ?
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  LibertéPhilo le Mar 23 Fév 2016 - 15:29

J'ai lu l'extrait. D'abord, je tiens à dire que si j'écrivais un livre, je ne crois pas que j'aurais le courage de venir me confronter à mes lecteurs, même via un forum.

Je te conseille de relire attentivement ton texte, il y a des fautes d'orthographe qui dans ce genre de livres "sérieux" ne passent pas très bien. Sur le fond, ton livre traite du rapport des philosophes à la justice (aux tribunaux). Il aurait pu être intéressant de commencer par expliquer comment elle fonctionnait en Grèce et dans le monde romain, plutôt que par la naissance de la philosophie, sujet difficile aux interprétations multiples. Mais cela vient peut-être par la suite.

Jerome C a écrit:C'est donc un essai relativement accessible et ouvert à un public large.
A mon avis, le fait que tu t'adresses à un large public ne doit pas t'empêcher d'être érudit. Il suffit d'y aller pas à pas, en expliquant tout sans raccourcis. En ce qui me concerne, je sais déjà ce que tu as écrit dans l'extrait, comme bon nombre de latinistes ou d'hellénistes, qui pourraient être intéressés par ton livre s'il y avait plus d'érudition (il y a trop d'approximations historiques). Tu te prives d'un public tout acquis. D'autant plus que je doute de l'intérêt d'un "large public" pour un sujet aussi spécialisé, même si tu le présentes en y mettant de la noirceur, comme si tu écrivais un polar.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Rêveur le Mar 23 Fév 2016 - 17:27

Dans l'introduction, j'ai repéré une faute et une expression peu heureuse :

la lutte tourne quelques fois à la chasse aux  sorcières

 À éviter, il vaut mieux écrire "quelquefois".

Tous leurs actes ou propos intéressants la philosophie ou la politique

 Manifestement, "la philosophie ou la politique" est COD d'<< intéressant >>, qui a donc valeur non d'adjectif (je ne connais pas les termes techniques) mais de participe présent, invariable.

 Je lirai plus tard le reste du texte auquel j'ai accès.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  LibertéPhilo le Mar 23 Fév 2016 - 18:07

Rêveur a écrit:Dans l'introduction, j'ai repéré une faute et une expression peu heureuse :

la lutte tourne quelques fois à la chasse aux  sorcières

 À éviter, il vaut mieux écrire "quelquefois".
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4334

A comparer pour la différence de sens avec "les quelques fois où la lutte tourne à la chasse aux sorcières", synonyme de "le peu de fois".

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mar 23 Fév 2016 - 20:29

Je souscris aux remarques de Philo'.
Par curiosité, parles-tu de l'ambassade Athénienne à Rome (155 av.J.-C.) ?

Edit : l'ouvrage de P.Vesperini, "La philosophia et ses pratiques d'Ennius à Cicéron" devrait vous passionner. ::romain::
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Jerome C. le Mar 23 Fév 2016 - 22:22

Bonsoir,

Merci pour vos retours :
Oui, effectivement, présenter mon livre sur un forum est risqué, comme je peux le constater...

Je suis bien conscient que mon livre n'est pas parfait. Je m'excuse pour les fautes d'orthographe, effectivement et pourtant je me suis relu et fait relire nombre de fois. Pour info, mon éditeur me proposait de faire une relecture et correction orthographique à 9€ / page ! Sachant que mon ouvrage comporte 492 pages, je vous laisse faire le calcul...

Mon ouvrage pèche aussi par ses approximations historiques. J'en suis le premier conscient. C'est là d'ailleurs tout un débat.. : comme le demande Princeps : Faut-il être historien pour comprendre la philosophie. C'est ce dont je suis convaincu et que j'essaie de mettre en oeuvre dans mon livre. Le problème est qu'en fac de philo, il n'y a absolument aucun intérêt porté à l'histoire. Très peu d'enseignants font l'effort de se plonger dans ce domaine. Sous prétexte que les Idées sont "intemporelles" et universelles... Finalement, je ne suis qu'un "produit" de la faculté de philo, je n'ai bénéficié d'aucune formation en histoire. J'ai donc du me former en autodidacte, lisant tout ce que je pouvais trouver sur la période, essayant d'en faire la synthèse...

En réponse à Philo, je traite effectivement du fonctionnement de la justice bien plus en détail, notamment lors des procès de Protagoras, Aspasie, Théophraste et au fur et à mesure en fait... Mon livre comporte également des passages assez "érudits", surtout au niveau philosophique, mais également historique. Effectivement je "survole"  vite la "naissance" de la philosophie mais c'est pour entrer rapidement dans le vif du sujet.
Je ne vise pas effectivement les latinistes et hellénistes auquel j'estime ne pas avoir grand chose à apprendre. Mon objectif est tout autre : faire découvrir tout un monde (celui des Idées) aux non-initiés, à ceux qui s'y intéressent sans savoir comment commencer, etc. Et surtout, leur faire toucher du doigt le fait que les débats philosophiques ne sont pas que des abstractions vide de toute réalité, qu'ils nous concernent et ce même dans notre vie quotidienne... C'est pour cela que certains passages sont "romancés".
Mais effectivement, comme tu le dis Philo, cela ne m'empêche pas d'être érudit. De nombreux autres chapitres sont assez pointus, même un peu trop je crois quelquefois.. C'est notamment le cas lorsque je développe les conceptions de Protagoras, exemple parmi d'autres...
Tout l'art est de trouver un juste équilibre, je crois et cela n'est pas évident.
J'ai fait une tentative, qui n'est pas parfaite, mais dont je pense tout de même pouvoir être fier.

Je ne parle pas de l'ambassade Athénienne à Rome car je l'ai réservée pour un tome suivant qui sera consacré à la période romaine (oui, mon livre ne fait que traiter de la période grecque.) J'ai bien hésité pour cette date, puisqu'elle implique également des Grecs, mais j'ai finalement opté pour le tome suivant en estimant que c'est Rome qui prend des mesures contre la philosophie, que cet événement doit donc être traité de leur point de vue...

Je vous mets le sommaire, pour que vous puissiez vous faire une idée, mais dans un post suivant car il est assez long...  *Héhéhey*

Je vous remercie encore pour vos remarques, et pour votre chaleureux accueil !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mar 23 Fév 2016 - 22:31

J'ai donc du me former en autodidacte, lisant tout ce que je pouvais trouver sur la période, essayant d'en faire la synthèse...
Qu'avez-vous lu ? De ce que je devine, uniquement des synthèses. Elles sont commodes mais attention à ne pas vous laissez abuser par les "raccourcis", nécessaires pour ce type d'ouvrage j'en conviens.
Pour traité de l'ambassade de 155, il va falloir connaître la mentalité romaine.
J'ai bien hésité pour cette date, puisqu'elle implique également des Grecs (...)
Vaste débat... Y-a-t-il seulement une "rupture" ? Un moment qui n'implique pas la Grèce et Rome. pensez que la Grèce, c'est aussi la Sicile de Syracuse.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Jerome C. le Mar 23 Fév 2016 - 22:52

Voici la table des matières :

Livre I  La Grèce antique
Victimes parmi les Sept Sages
Émergence d’un peuple
– 548. Anacharsis. La flèche funeste
L’Odyssée du Septième Sage
– 546. Crésus. Tragique comme Crésus
– 546. Bias de Priène. Conquêtes et exil
Sagesse en exil
La valse des Empires
– 546. Où est passée l’école de Milet ?
– 546 / – 499. Xénophane de Colophon. Les Dieux zoomorphes
Préplatoniciens, le divorce
Philosophes pré-platoniciens
– 510. Pythagore. Incendie des écoles pythagoriciennes
Les incendiaires
v. – 480. Hermodore & Héraclite. Le plus sage, ennemi de la polis
v. – 450 / – 420. Zénon d’Elée. La langue du philosophe et l’oreille du tyran
– 450. Empédocle. Les Vers de l’Exil
Athènes, persécutrice
v. – 450. Diogène d’Apollonie. Danger de mort à Athènes
– 444. Damon d’Oé. Ostracisme contre un musicien
– 432. Diopeithès. L’impiété, crime contre l’État
– 432. Anaxagore. L’Esprit s’invite à Athènes
– 432. Aspasie. Le spectre d’Héra
– 430 / – 400 ? Démocrite. Un grain de poussière fauché
v. – 415. Euthydème de Chios. Un crabe venu de la mer
– 416. Protagoras. L’homme est la mesure de l’impiété
Formes de l’athéisme antique
– 415. Diagoras de Mélos. Le premier athée ?
Le Treizième travail d’Héraklès
Exécutions sur fond de crise politique
– 410. Antiphôn de Rhamnonte. Le Nestor de l’oligarchie
– 410 / – 400. Andron. L’accusateur accusé
– 407. Critias. Le bon, la brute et les pénestes
– 404. Critias. Tyrannie et rhétorique
– 404. Polémarque. Métèque et mat
– 403. Critias. Mort d’un tyran
– 399. Socrate. Boire la ciguë ou être nourri au Prytanée.
– 399. Xénophon. Cavalier transfuge
Premier Intermède
v. – 400 / – 390 Eschine de Sphettos. Le parfum de la sagesse
v. – 390. Prodicos de Kéos. Le double visage d’Héraklès
L’Académie, fabrique à tyrans
– 387, -367 & -360. Platon. Esclavage et résidence surveillée
Echec à Syracuse
Influence politique de l’Académie :
– 354. Dion de Syracuse. Petits meurtres entre disciples
– 353. Callipe. Honni soit l’Académicien
– 344. Hicétas de Syracuse. Tués en série
– 353 Antithéos, Léonidès & Chion d’Héraclée. Exécution de philosophes tyrannicides
– 342. Euphraios d’Orée. Perturbateur impopulaire
– 341. Hermias. Double-jeu
– 318. Phocion. Pas de funérailles sans feu
Second Intermède
– 370 Diogène de Sinope. Le cynisme de l’exil
– 356 Isocrate. Entre vrai procès  et procès fictif.
v. – 338 / – 326 : Xénocrate. Emprisonné pour non paiement du métoïkon
A l’ombre du Conquérant
– 327 Callisthène d’Olynthe, une fin prématurée de l’histoire
– 323. Aristote. Deux fois coupables
– 323 / – 310 av JC. Anaxarque d’Abdère. Un sac au pilon
Les amphores cassées des Diadoques
– 319. Théophraste. Impiété de la divine parole
v. – 310 Théodore de Cyrène : l’apatride sans frontières
v. – 308 Stilpon de Mégare. Impiété envers une statue
– 307. Démétrios de Phalère. Un aristotélicien au pouvoir
– 307/6. L’enseignement de la philosophie sous surveillance de l’état
– 281. Mithres le Syrien. La tentation de la politique
– 270. Hégésias. Manager du suicide
v. – 270. Cléanthe d’Assos.  Le philosophe oisif
– 268 : Ménédème. Sauver ou vendre  sa patrie ?
v. – 270 : Zoïle. Le chien rhéteur crucifié
– 262 Chrémonidès. Une guerre pour un philosophe ?
Décadence et fin
– 255 / – 250. Abantidas de Sicyone. Philosopher n’est pas bon pour la santé
– 138 : Diogène de Babylone. Prêtre en tunique pourpre
v. – 90 av JC : Diotime. Persifleur des épicuriens
– 88/87 av JC : Athénion & Aristion. Veni, Vidi, Destruxi
Conclusion

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Jerome C. le Mar 23 Fév 2016 - 23:06

Bonsoir Princeps,
Non effectivement je n'ai pas lu que des synthèses. J'ai même plutôt commencé par les "classiques" Hérodote, Polybe, Plutarque, ça dépendait du sujet. Et je précise que je m'intéresse à l'histoire depuis la fac, pas seulement depuis que j'ai commencé cet ouvrage. Ensuite, pour les synthèses j'ai ciblé quelques auteurs dont j'apprécie les points de vue : Paul Veynes, Jerphagnon, Marie-Françoise Baslez, Henri-Irenée Marrou,...

Je suis d'accord, y a pas vraiment de frontière, c'est ce que j'explique dans ma conclusion. On pourrait aller, pour pousser le trait, évoquer Hypatie qui s'exprime en grec dans un monde rien moins qu'hellénique, et ce au Vème siècle après JC.. !

Justement, c'est Paul Veyne qui parlait de l'Empire Greco-romain...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Rêveur le Mar 23 Fév 2016 - 23:19

Jerome C a écrit:Pour info, mon éditeur me proposait de faire une relecture et correction orthographique à 9€ / page ! Sachant que mon ouvrage comporte 492 pages, je vous laisse faire le calcul...

 Dommage, je vous aurais proposé un prix plus intéressant... 7€ par page...
 Plus sérieusement, j'étais en train de corriger la partie qui m'était accessible (gratuitement, donc), et me suis arrêté quand j'ai compris que c'était trop tard ; j'avais néanmoins commencé plus haut...
 En tous les cas, si vous vouliez vous faire éditer une seconde fois, vous pourriez me demander de l'aide sur ce point. :) 
 Un extrait m'a surpris :

Jerome C a écrit:Solon est célèbre pour avoir été tyran d’Athènes (la sagesse n’empêche rien !)

 Ça veut dire quoi ? Vous avez le droit de renier ce système politique (un peu dépassé aujourd'hui), mais il était encore à l'époque l'objet de disputes (sinon Platon n'aurait pas eu besoin d'y consacrer de nombreuses critiques), et Solon fut sans doute un bon tyran (je ne connais pas trop), et loin de mépriser les lois puisqu'il en rédigea lui-même.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mar 23 Fév 2016 - 23:21

Veyne est très délicat à utiliser. Il va trop vite si l'ont n'est pas un "spécialiste" et à un rapport aux sources pour le moins particulier; il évacue celles qui ne vont pas dans son sens *Lol*. L'idée d'une "culture commune" laisse songeur.
Pour l'histoire grecque, favorisez Duplouy (qui mêle astucieusement Histoire et Archéologie), Chamoux, Meier, Mogens H. Hansen, Polignac, Lévy (spécialiste de Sparte). Castoriadis et Nietzsche (La joute chez Homère), Burckhardt  sont aussi à lire En terme de source, je vous conseille toute la littérature poétique "archaïque".
Sur Rome, débutez par Nicolet (sa synthèse en 2 tomes est un début solide). Jerphagnon est sympathique, mais guère plus. Enfin, c'est surement personnel.

Hypatie qui s'exprime en grec dans un monde rien moins qu'hellénique, et ce au Vème siècle après JC.. !
La victoire de Rome ne signifie pas la domination du latin. l'est de la méditerranée est hellénophone.

NB : le terme tyran a une signification précise, qui n'est pas là notre. Pisistrate sera un tyran, fort aimé. Ses fils le seront bien moins. Est un tyran celui qui prend le pouvoir par illégalement (pas forcément par les armes) et dirige seul (l'envers ou le revers de la royauté, légitime elle). Du reste, je ne suis pas sur que Solon soit un "tyran". Il est archonte un peu avant 590.


Dernière édition par Princeps le Mar 23 Fév 2016 - 23:30, édité 1 fois
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Rêveur le Mar 23 Fév 2016 - 23:26

Princeps a écrit:NB : le terme tyran a une signification précise, qui n'est pas là notre.

 Bien sûr, je me doutais bien qu'il pouvait y avoir confusion, mais j'ai préféré parler de façon neutre ; peut-être Jerome C a-t-il une justification.

 Wikipédia parle bien de tyrannie :
Wikipédia a écrit:Alors que l’écart entre les riches aristocrates et la classe populaire se creusait, Athènes sombrait dans une crise sociale. En effet, la ville était dominée par les « eupatrides » ou communément appelée les aristocrates qui détenaient alors les meilleures terres et contrôlaient le gouvernement. Les plus pauvres quant à eux, tombaient facilement dans l’endettement voire dans l’esclavage faute de moyens. Toutes les classes sociales se tournèrent alors vers Solon pour remédier à la situation qui pouvait déboucher sur la tyrannie. Il est élu archonte pour 594–593 et l'on attend de lui qu'il remédie aux conflits dans la cité d'Athènes4. L’esclavage pour dettes réduisait fortement le nombre d’hommes libres, et alimentait les conflits.
Si vous avez meilleure source (c'est vous qui étudiez l'histoire, après tout), nous sommes preneurs. :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mar 23 Fév 2016 - 23:30

Attention, Wiki' est claire; la situation "pouvait déboucher sur une tyrannie" et on choisi Solon pour éviter cela. Il est choisi comme archonte, il n'est pas lui-même le tyran que l'on souhaite éviter.
Wiki' fait la même confusion, à cette époque la tyrannie n'est pas connoté négativement. Je posterai la définition donné par Leclant dans "Dictionnaire de l'Antiquité.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Rêveur le Mar 23 Fév 2016 - 23:31

Ah, vous avez raison, je n'avais pas lu précautionneusement.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mar 23 Fév 2016 - 23:33

::romain:: Quand ai-je eu tort sur un point d'histoire ?
NB : je plaisante, je plaisante.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  LibertéPhilo le Mer 24 Fév 2016 - 9:50

Princeps a écrit:NB : le terme tyran a une signification précise, qui n'est pas la nôtre.
Il y a néanmoins, comme le dit Rêveur, un glissement vers la conception négative moderne du tyran, voire dès le début. Par exemple, pour Platon, le tyran est malheureux car il n'a pas d'amis :
Platon, Lettres a écrit:Rappelle-toi encore que la plupart des autres poètes tragiques, quand ils font mourir un roi sous les coups d'un traître, ne manquent pas de lui mettre ces mots dans la bouche :

Malheureux! je meurs parce que je n'ai point d'amis.
On trouve (je crois que c'est dans le Protagoras) Socrate bataillant contre ceux qui trouvent qu'un tyran est un homme heureux. Lui préfère être un esclave que d'être un tyran. Ce qui signifie (cette idée semblant avoir été très populaire pour que Socrate la combatte), que le tyran est l'objet de vénération et de fascination. Il incarne l'hybris, d'autant que le mot vient de l'Orient.

JeromeC a écrit:Voici la table des matières
Les titres de chapitre font penser à des polars. Sans préjuger de ce qu'il y a dans ces chapitres, on s'attend donc à des enquêtes, policières ou du moins journalistiques, plus qu'à des développements philosophiques.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Prince' le Mer 24 Fév 2016 - 22:19

Comme promis, les notices "tyrannie" et "Solon", extraite du Dictionnaire de l'Antiquité, J. Leclant (dir.).

Tyrannie : Le mot « tyrannie » apparaît en grec pour la première fois vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C. , mais le sens n’en est pas péjoratif ; il le devient au Ve siècle chez certains auteurs (dans la tragédie, c’est un équivalent de basileus), et surtout au IVe. s. dans des textes de philosophie politique (chez Aristote par exemple). La tyrannie est une forme de monarchie qui se caractérise par son caractère « illégal », mais pas nécessairement violent. Les caractéristiques principales du pouvoir tyrannique sont les suivantes : le tyran s’empare du pouvoir de manière anticonstitutionnelle, et il gouverne illégalement (il n’a d’ailleurs le plus souvent pas de titre officiel, et maintient parfois le cadre institutionnel de la cité, comme à Athènes) ; il apparait le plus souvent dans nos sources comme un chef populaire, qui protège le peuple contre l’ancienne classe dirigeante, l’aristocratie.  (...). La chute des tyrans est généralement suivie d'une période de troubles, qui se solde souvent par l'arrivée au pouvoir d'homme protégés par la puissance perse [à propos des polis d'Asie Mineur, Milet et Samos notamment]
NB : je suis fondamentalement contre l’emploi du vocable « aristocratie »  tant pour le monde grec que pour Rome.
Notons qu'Agathoclès, tyran de Syracuse est à l'origine de la victoire romaine face à Carthage, puisque Scipion se réclamera explicitement de ce "patronage" curieux : le syracusain eut l'idée de défier Carthage sur ses propres terres.

Solon : Réformateur athénien (env.640 – env.560), rangé au nombre des Sept Sages, il justifia son action dans des poèmes (élégies et iambes), dont une petite partie (moins de 300 vers sur 5 000) a été conservée.  Si Hérodote a retenu l’image du sage qi voyagea après avoir donné des lois à Athènes (I.29-33), la figure de Solon est une élaboration du IVe. s. qui en fit le fondateur de la démocratie athénienne (Isocrate, Aristote) (…).
La date des réformes de Solon – généralement liées à son archontat de 594-593 – pose problème (…)


Dernière édition par Princeps le Jeu 25 Fév 2016 - 9:57, édité 1 fois
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Rêveur le Mer 24 Fév 2016 - 23:22

Philo a écrit:Les titres de chapitre font penser à des polars. Sans préjuger de ce qu'il y a dans ces chapitres, on s'attend donc à des enquêtes, policières ou du moins journalistiques, plus qu'à des développements philosophiques.

 Oui... Ce qui correspond au thème du livre, d'ailleurs. J'aime bien, moi, ça sonne à la fois entraînant et tout de même...exotique, avec tous les noms grecs.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Jerome C

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum