Âges de la vie et philosophie

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 14:37

Je prétends que l'on peut être jeune et penser par soi-même, mais encore, je prétends que l'on peut se passer des grands auteurs, sinon que ce régime-là ne saurait convenir qu'à l'exception, et qu'en tout état de cause on a raison de tomber sur cette facilité sociale, qui exhorte à ne pas mêler/soutenir son propos de citations. Néanmoins, de même que :
Pierre Desproges a écrit:On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde.
... On peut invoquer tout, mêler et soutenir son propos de tout, mais pas avec tout le monde. Il est des natures mal instruites, qui se sentent mises en danger par les connaissances, d'autres qui soupçonnent pas toujours à tort qu'on l'étale pour cacher qu'on manque de teneur réelle - ou qu'on compense ce manque de teneur par un produit à haute valeur ajoutée, stratégie honorable, éventuellement quand on est jeune par manque d'expérience et de mûrissement. Mais la jeunesse est aussi prompte au trait d'esprit, qui n'en contient pas moins sa saillance véritable. Or pourtant, n'est pas ainsi qui veut, et assurément, comme le soutint-on massivement jusque là, il est une facilité exhortatoire à évincer les citateurs, marque 1) d'une mentalité discriminatoire sur des bases formelles ou épistémocratiques, au nom même de la lutte contre les discriminations (paralogique), 2) d'un instinct grégaire qui, trop conforté par le démocratisme individualiste commercial humanitaire régnant, s'illusionne sur le compte de sa propre singularité, et 3) d'une paresse à peine masquée par les "bons sentiments & grands principes", paresse à l'analyse et à l'élargissement de ses connaissances.
Néanmoins, ne généralisons pas non plus inversement.

J'ajouterai simplement qu'il est aussi des natures qui, au-delà d'une certaine quantité de connaissances, font une overdose cognitive et entrent en dissonance ; mais, rustres par-devers tout ce qu'elles peuvent s'imaginer être jusqu'à l'arrogance, elles rejetteront. Ceci étant, on peut encore se demander, comme je fais dans L'érudition et le philosopher, si à un certain moment la connaissance ne vient pas boucher l'accès au "philosopher comme tel" (controversé).

Il est des natures capables de suffisamment de flair pour, sans tout savoir et même en en sachant peu, sentir qu'il y a d'autres chats à fouetter.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Lun 29 Fév 2016 - 23:14

.


Je mettrais tout ça en regard et peut-être même en opposition avec la pensée de Nietzsche sur les trois étapes de l'acquisition et de l'utilisation des connaissance dans le jeu philosophique.

C'est le chameau, qui se transforme en lion, qui se transforme en enfant, ce dernier se retrouvant au bout d'une acquisition de portefaix et d'une prédation animale à l'état d'une puérilité toute simple, totalement voulue et parfaitement avide de jouer à tout propos en adhérant à l'innocence de son propre devenir et à celui de la totalité du monde.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 23:29

Ce sont des métaphores. Je ne connais pas de chameau ni de lion ni d'enfant "pur".
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Princeps le Lun 29 Fév 2016 - 23:31

je prétends que l'on peut se passer des grands auteurs, sinon que ce régime-là ne saurait convenir qu'à l'exception
Après une telle affirmation, j'attends à bon droit les exemples de ceux qui sont au nombre des "penseurs solitaires".
Je prétends que l'on peut être jeune et penser par soi-même
Oui.
Ceci étant, on peut encore se demander, comme je fais dans l'érudition et le philosopher, si à un certain moment la connaissance ne vient pas boucher l'accès au "philosopher comme tel"
Pourquoi dont ? Lorsqu'on vient ajouter de l'engrais à une plante, on ne se demande pas si les racines s'en trouveront atrophiées par compression mécanique.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 23:37

Blaise Pascal a ré-inventé à part lui une trentaine de propositions en géométrie euclidienne, sans connaître Euclide. Naturellement, il n'est pas connu pour cela, puisqu'il est précédé d'Euclide, qui en a la primeur chronologique. Au reste, si tu savais les intuitions que j'eus, plus jeune, et que je rédigeais d'ailleurs, mais que j'ai dû m'attrister de retrouver plus tard dans mes lectures (rien de nouveau sous le soleil ; non, je ne serai jamais connu, etc.) ... Blaise Pascal et moi ne saurions être les seuls dans ce cas-là.

Au reste, pour ce qui est de devenir bouché à force d'érudition, tourne-toi vers Ragnar et son "antiphilosophie" : elle me semble carrément judicieuse sur ce plan.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Princeps le Lun 29 Fév 2016 - 23:44

Pascal n'a pas reçu une solide formation ?
Sur les intuitions, il y a un monde entre avoir une idée et aboutir à quelque chose de décent. Chacun se retrouve chez d'autres, c'est un fait. On est loin du "penser seul" qui exige de pouvoir justifer une absence d'influence. Bon courage.

La position de Ragnar n'est pas antiphilosophique, il milite pour que celle-ci ne amrche pas seul,soit sans l'appui scientifique. Ca vaut ce que ca vaut, chacun en jugera.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Mar 1 Mar 2016 - 10:30

Pascal a reçu une formation, mais quand il refait Euclide il a douze ans, sans formation mathématique.
Quant à moi, j'écris depuis l'âge de 15 ans dans des carnets, des recherches plutôt fouillées qui ne tiennent pas que de l'intuition. Je sais de quoi je parle : par exemple, avant de rencontrer Nietzsche, "j'étais heideggerien" sans le connaître, donc sans employer la notion de Dasein ni sa stylistique inchoative, grammaticalement infinitive et prépositionnelle, ainsi que ponctuationnellement chargée de tirets.
Mais je pensais par-delà sujet et objet, dans ce que j'appelais le feeling, et qui recoupe très bien son Ereignis, etc.
J'étais malheureux de comprendre la rareté de mon appréhension de l'être, parce que j'avais beau être entouré, j'étais au désert, et je diatribais textuellement sur ce qu'on était prisonnier du moi et de la chose suggérant au-delà - et malencontreusement en termes de concepts, - un égocentrisme cosmologique correspondant au Dasein.
De plus, dès 13 ans, et avec quelques variations ensuite, ma maxime fut que ce qui doit arriver, arrive, ce qui est déjà un amor fati nietzschéen ; Nietzsche, qui ne s'épanche pas au-delà à ce sujet, sinon à coups de vouloir-l'affirmation et de oui-à-la-vie et de notions poétiques. Moi, j'élaborais ensuite tranquillement à 16 ans mon inéluctabilité heureuse.
[EDIT: voir aussi http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1384p25-for-interieur-entour-exterieur#34338 ]

Je disais antiphilosophie entre guillemets au sujet de Ragnar, parce que je sais bien qu'il s'agit d'une posture outrée qui passe pour méchante envers la philosophie. Mais surtout, je faisais référence à l'académisme philosophique qu'il critique, or nous sommes d'accord à ce sujet toi et moi. RAS.


Dernière édition par Malcolm le Dim 12 Mar 2017 - 16:04, édité 1 fois
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Princeps le Mar 1 Mar 2016 - 11:36

Quant à moi, j'écris depuis l'âge de 15 ans dans des carnets, des recherches plutôt fouillées qui ne tiennent pas que de l'intuition.
D'aucuns y verraient un aveux *Lol* .

L'intuition c'est ce "se retrouver" dans un auteur (cf. ci-avant). C'est bel et bon. Le problème n'est pas là. C'est dans la construction du raisonnement, et accessoirement la conclusion, que se trouvent le "génie".
Je peux dresser une liste aussi précise que réelle des auteurs dans lesquels j'ai retrouvé des idées qui étaient miennes précocement. Et ensuite ? Tocqueville me dépasse de la tête et des épaules, alors même que mon constat est analogue au sien. C'est d'ailleurs en le lisant que j'ai compris ce que je "présentais". C'est un point important sur "l'érudition", c'est nécessaire pour "se comprendre". Cicéron dit quelque part qu'on nait cultiver; c'est brillant : la naissance se fait avec l'acquisition de la Culture.
L'analogie entre deux idées est charmante, elle flatte l'égo, mais elle ne pèse pas bien lourd. La remarque vaut dans toutes les disciplines. Je ris toujours quand un camarade dit "ah, ben c'est ca que je voulais dire", oui, c'est parfait, mais la différence vient justement de l'aptitude à "dire", à rendre explicite, à justifier / étayer.

Mais surtout, je faisais référence à l'académisme philosophique qu'il critique, or nous sommes d'accord à ce sujet toi et moi. RAS.
Nous avons tous nos "fixations".
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Mar 1 Mar 2016 - 11:46

Enfin bref, je n'ai jamais prétendu au génie, mais je pense que si je transmettais cela à mes enfants, toutes choses égales par ailleurs, cela leur procurerait non seulement des indices sur leur paternel, mais aussi des prémices et pas que des prémices, fort utiles pour aller au-delà.

Et puis, qu'est-ce que le génie, en dehors d'un impressionnisme de l'intelligence, une verità effettuale (cf. Machiavel) de l'oraliture ou de la littérature philosophique d'un autre ? ...

Je ne nie pas "les divergences de QI et QE" (pour le dire aussi vite), ni "les divergences d'expérience du métier" - qui ensemble font le talent, - mais je dis que ce qu'on valorise actuellement comme intelligence collective, si pourtant ses partisans sont par trop idéalistes souvent, détient cette vérité que nous contribuons tous au "génie de l'humanité".

Ceci, non pour me flatter démocratiquement l'ego de façon finalement organiciste ou systémiste, mais bien pour souligner l'importance de l'effet-papillon.

Au reste, que veux-tu dire par fixations entre guillemets ?
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Princeps le Mar 1 Mar 2016 - 12:18

Par genie j'entendais une "intelligence originale", j'aurais dû préciser.
Sur le genie de l'humanité, je dois être par trop libéral pour y adhérer. C'est une vaste blague, du seul fait que l'érudition même la plus aboutie n'est que partielle - exceptions faites de quelques génies, au sens fort, qui maîtrisent l'ensemble du savoir humain.

J'ai mis des guillemets pour souligner que je trouvais la chose amusante. Apres un certain temps, on remarque que n'importe quel membre finit par se cantonner à quelque sujet (moi le premier). On reste sur sa zone de confort.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Mar 1 Mar 2016 - 12:42

J'ai bien mis ce génie de l'humanité entre guillemets, parce que j'y crois mal, et aurais mauvais jeu d'y croire après avoir critiqué la notion.

Quant à l'originalité ... qu'est-ce que l'originalité ? ... Je n'y crois pas au sens commun. Mais il y a bien eu originalités singulières, lorsque je me suis dit, dans ce bus qui me reconduisait chez moi après le collège, alors que je me laissais aller au défilement du paysage en direction du ponant : que ce qui doit arriver, arrive, ou bien que devant l'un de mes carnets, lycéen, fiévreusement assis à mon bureau, je me mis à écrire qu'il y a un égocentrisme cosmique que je sais relever du Dasein, puisque je sens bien que par cet ego j'entendais le du je insituable.

Mais, dès que l'on s'ouvre à l'érudition, si bien sûr on apprend à mieux se dire ou se dire autrement avec de l'étoffe, on perd en originalités collectives, sans perdre pourtant ni en singularité, ni en réminiscence d'originalités (ces moments d'originalités singulières, ayant ponctués notre temporalité propre). Je ne vois pas pourquoi je devrais me dissoudre dans l'érudition, bien que l'érudition m'enrichisse et me complète, Max Stirner à la rescousse (cf. l'Unique et sa propriété) que je découvrais à 25 ans.

Au reste, vous avez certainement raison : nous avons tous nos récurrences. Freud : fort, da ! - mais tentons de nous surmonter nous-mêmes, au-delà de la pulsion de mort ! ... Nietzsche & Freud, certes, mais c'est une exhorte qui m'est aussi propre, puisqu'à 17 ans je me fis la promesse d'évoluer toujours. Autant que possible ; or mon cursus en est une illustration - bien que dans le domaine éducatif, certes. Question de largeur, d'amplitude, d'envergure de champ ; à augmenter.

Votre libéralisme vous perdra, bien que je souscrive à ses prémices.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mar 1 Mar 2016 - 14:16

Malcolm Cooper a écrit:Ce sont des métaphores. Je ne connais pas de chameau ni de lion ni d'enfant "pur".

Dans le fond, rien n'est pur. Non ?

Cela dit, il est sans doute parfaitement défendable, ton développement en forme de parti pris pour la philo émergeant d'une ignorance de la philo. Parfaitement défendable en tant que raisonnement idéel, et donc déconnecté de la réalité, comme c'est souvent le cas en philo.

Mais s'il est défendable, il l'est à mon avis en ressemblant un peu trop à l'idée fausse développée sans problème par Edgar Rice Burroughs dans son premier roman sur Tarzan, ce fils de noble anglais élevé dès sa naissance et toute sa vie par des singes et qui apprend un jour en trois coups de cuiller à pot à lire, à écrire et et à parler Like Did Shakespeare, and As you Could Do, and as I Could Do Too, My Friend and Salvage Cooper, le jour où il tombe tout à fait par hasard sur un livre Wrote in English, œuf corse ...

.

Cependant, face à ce raisonnement romancé, il y a le concept des trois étapes du jeu philosophique cerné par ce que tu vois à juste titre comme la métaphore nietzschéenne du chameau, du lion et de l'enfant, qui mérite à mon avis le détour.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Anormal le Mar 1 Mar 2016 - 14:32

Il y a " les gens" pour l'individu. Il y a la doxa pour les philosophes. Il y a pour une minorité de philosophes, quelque chose de la "doxa" dans la philosophie....


La philosophie est avant tout une "réduction" qualitative de la doxa. Et il est évident que le "particulièrement" brillant se trouve dans cette "réduction". Or, cette scission qualitative, cet élitisme quasi naturel, ne vaut que par les bienfaits qu'il apporte à la société. Ce qui avalise l'idée platonicienne de gouvernement Aristocratique. Toutefois, la société évolue nécessairement, et donc s'adapte nécessairement. Or l'adaptation passe par l'innovation et l'innovation vient toujours d'une minorité active, quand ce n'est pas d'un seul individu. Seulement voilà: rien ne dit que cet individu ou cette minorité se trouve dans l'élite, fusse-t-elle Aristocratique.

L'idée que l'on peut défendre, c'est que le "génie" ne peut apparaitre que dans une société qui cultive "l'objet" du génie. C'est-à-dire que l'on ne décèlera pas un génie des mathématiques dans une société qui ne pratique pas les mathématiques. Car pour ce faire, il faut qu'il y ait eu un innovateur pour initier la pratique des maths et, il ne sera pas forcément génial puisque cela peut être un simple moyen de comptabiliser des sacs de grains...



Donc, un philosophe n'est pas nécessairement innovant, et il peut y avoir "trop" de philosophes, mais il faut continuer à les entretenir, dès fois qu'un philosophe innovateur soit parmi eux. *Clown*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mar 1 Mar 2016 - 15:49

.

Ce qui a d'innovant en philosophie, aujourd'hui, c'est l'alliance entre l'Art, la Science et la Philosophie par la construction de passerelles bien construites entre ces trois éléments d'une trinité à construire également.

À mon humble avis de Roi du Monde, bien sûr ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Anormal le Mar 1 Mar 2016 - 15:52



Ce qu'il y a d'innovant... Ouais, je vois que tu es en train de nous inventer la machine à cintrer les bananes... *Clown*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mar 1 Mar 2016 - 16:12

.

C'est toi, la banane.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Anormal le Mar 1 Mar 2016 - 16:54



il est con! *Héhéhey* *Clown*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mar 1 Mar 2016 - 18:16

.

Ah ! Enfin ! Un compliment ! ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Anormal le Mar 1 Mar 2016 - 19:00



Je ne fais pas de compliments parce que je ne professe jamais l'humilité. :pirat:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mar 1 Mar 2016 - 23:25

.

Ça fait rien, petit con, ça fait plaisir quand même ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum