Âges de la vie et philosophie

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mar 1 Mar 2016 - 23:25

.

Ça fait rien, petit con, ça fait plaisir quand même ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Mer 2 Mar 2016 - 11:53

En-dehors des entre-paluchades, et pour me palucher l'intellect, je dirais seulement que je me range assez aux propos d'Anormal, et que les trois stades zarathoustriens, à mon sens, valent avant tout dans l'ordre de la morale, bien qu'on puisse extrapoler, que de plus, on peut être un enfant sur tel plan éthique et un chameau sur un autre, mais encore qu'on peut être un enfant-cheval de trait si on le veut bien, ce qui n'est pas être chameau, bien que vu de loin ça passe pour de la chamellerie, alors que l'enfant en question aura décidé de mettre dans une tâche tout le sérieux, le "grand sérieux" de la "grande responsabilité" (dixit Nietzsche) dans la dynamique d'un "grand but". Sérieux nietzschéen, qui échappe à l'esprit de pesanteur.

A la fin, donc, je défends ma fleur bleue ou mon eau de rose proprement unique ci-dessus littérarisée (en plus : les émois d'un ado - mais j'aurais long à dire, sur cette prétendue classe d'âge - ce n'est pas le sujet). Je la défends, parce qu'elle n'est pas romantique, mais sur-romantique, i.e. non pas pessimiste dramatique, mais fataliste heureuse (ce dont je parle dans le topic Un individualisme nietzschéen ? notamment je crois).

Enfin, il faut vraiment lire Max Stirner.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Mer 2 Mar 2016 - 16:37

.

Je pense pour ma part que les trois fameux animaux du camarade Nietzsche forment une assez bonne métaphore de, dans l'ordre chronologique,

- l'acquisition gloutonne de tous les connaissances possibles et imaginales,

- la posture de quasi matamore mettant en jeu ces connaissances,

- l'ingénuité et la légèreté d'un enfantillage à la fois réel et apparent mettant également en jeu ces connaissances avec cependant le recul permis à ceux qui ont ou pensent avoir toute la vie devant eux ...

Nietzsche parlant alors évidemment et comme toujours d'abord de lui-même, mais en parlant ou croyant parler ce faisant d'on ne sait pas trop qui d'autre que lui. Toi, peut-être. Ou Goethe. Ou moi. Ou Dostoëwesky. Ou Anormal. Ou Napoléon. Ou Nicolaoucescu Sarkozy. Ou Luigi Vampa.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Anormal le Mer 2 Mar 2016 - 17:34

"Ah ! Ces Grecs comme ils savaient vivre. Cela demande la résolution de rester bravement à la surface, de s’en tenir à la draperie, à l’épiderme, d’adorer l’apparence et de croire à la forme, aux sons, aux mots, à tout l’Olympe de l’apparence. Les Grecs étaient superficiels… par profondeur."


Les Grecs ( d'avant la philosophie) étaient de "la mauvaise graine", puis ils ont été contaminé par leur " ergot du seigle" à eux.


Il n'y a que l'enfant de cinq ans qui puisse encore vivre cet état de " sauvageon ", cette pensée magique qui ne connait pas le mensonge ( puisqu'il ne connait pas "la véracité") et qui de fait n'est jamais de mauvaise foi. Même si le germe de la "morale déclinante" lui a déjà été inoculée a grand coup de "tu"...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Mer 2 Mar 2016 - 23:27

On peut toujours extrapoler, mais Zarathoustra se moque de retenir ses références, ou les raisons de ses opinions (dixit).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Jeu 3 Mar 2016 - 5:13

.

Je ne comprends pas. Qu'est-ce que tu veux dire par « retenir » ?

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Prince' le Jeu 3 Mar 2016 - 7:37

Malcolm Cooper a écrit:On peut toujours extrapoler, mais Zarathoustra se moque de retenir ses références, ou les raisons de ses opinions (dixit).
Et les Romains ne citent qu'approximativement leurs sources. Les usages changent.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Jeu 3 Mar 2016 - 12:35

Ragnar, je dis que pour Nietzsche le rapport aux connaissances n'est pas primordial, et que le terme de connaissance sous sa plume, surtout lorsque l'on sait que Zarathostra valorise le saint de la connaissance, n'est pas ce que tu entends sciento-philo-artistiquement par connaissance, assimilant par là les trois métamorphoses à des stades évolutifs dans la connaissance, de façon assez comtienne d'ailleurs, i.e. historio-progressiste depuis l'âge religieux jusqu'à l'âge scientifique, en passant par l'âge métaphysique, mais appliquée à la personne.

La sainteté nietzschéenne - et je dis ça pour Princeps aussi je crois, à moins que ce ne soit Philo, dans le débat ailleurs - est dynamiquement une sur-sainteté, avec donc, pour ainsi dire, son sur-esprit-saint, qui est avant tout une sympathie existentiale (nous dirions probablement empathie aujourd'hui, voire transfert analytique, et même métapsychique). Telle est la connaissance zarathoustrienne, i.e. quelque chose de par trop incongru et saugrenu au milieu des connaissances, pour seulement pouvoir en justifier la valeur radicale, faisant dire à Nietzsche qu'il préfère encore être un pitre dans Ecce homo, et qui com-plique tous les chapitres sur les Savants, l'Immaculée connaissance, et le Pays de la culture (au moins) dans Zarathoustra. Mais c'est tellement non-conceptuel qu'on ne pourra rien en dire de plus, sinon ce qu'en disait Nietzsche lorsqu'il disait qu'il faut partager avec lui une expérience pour pouvoir le comprendre, i.e. sympathiser avec lui.

Plus généralement Ragnar, tu es par trop radical encore pour pouvoir entendre Nietzsche en profondeur, dont tu ne peux que singer et parodier l'égotisme en veulerie - mais tu me diras que tes objectifs sont ailleurs, peut-être, or pourtant il y a de ces singeries et parodies dans ta démarche : car ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace ... Mais, en philosophie, tu tombes simultanément sous le coup du chapitre En Passant (livre III) et L'Ombre (livre IV) du Zarathoutra.


Anormal, si tu penses vraiment ce que tu as écrit, c'est que tu manques toi aussi de sympathie ! - ce qui n'est pour toi (ou pour Ragnar) un mal, que dans la mesure où vous tentez la liberté zarathoustrienne.


Princeps, oui bien sûr, les usages changent ; or néanmoins on voit bien que la question va au-delà, pour autant qu'on fasse confiance à ma compréhension nietzschéenne.


Toutes choses qui me renvoient en propre à ce topic, Âges de la vie et philosophie, puisque nous voyons bien très vite dans le Zarathoustra, que le personnage éponyme épaule un moment un jeune homme près De l'arbre sur la montagne, en lui signifiant que c'est l'aperception qu'autrui a de lui (le Surmoi social, si l'on veut) qui l'afflige et l'empêche d'aller bien plus avant dans les Voies du créateur. De sorte que nous soyons rendus à cette adolescence mienne évoquée, mais que nous avons tous vécus de singulière façon, indiquant par là qu'elle a une valeur intrinsèque, quand bien même l'accession aux connaissances font précisément qu'autrui dénient l'originalité de la personne. Or, donc, c'est bien un personnalisme ou associé, que défends Nietzsche, et que je défendais moi-même avant Nietzsche, et que d'autres encore ont défendu avec ou sans Nietzsche d'ailleurs, pour ce que, existentialement parlant, nous n'échappions pas à notre personne, propriété unique (cf. Stirner).

Mais c'est à partir de cette personne, que se peut une sympathie gnoséologique, et subséquemment philosophique.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Jeu 3 Mar 2016 - 14:27

Malcolm Cooper a écrit:Plus généralement Ragnar, tu es par trop radical encore pour pouvoir entendre Nietzsche en profondeur

La profondeur que j'entends volontiers chez Nietzsche ne passe pas par des considérations théologiques ou psychanalytiques, considérations qui s'insèrent d'ailleurs très bien dans la case poubelle du schéma éminemment utilitariste, pragmatiste, matérialiste et athée de ma méthode de traitement de l'art, de la science et de la philosophie.

Cependant, et c'est très important à mes yeux, un recyclage de ces considérations peut avoir lieu, qui peut permettre de les replacer dans le domaine qui leur convient le mieux, à savoir celui de l'ART.

Le Zarathoustra de Nietzsche est une œuvre d'ART, comme est une œuvre d'ART le recueil de poèmes que sont « Les dithyrambes de Dionysos » annoncés par le martèlement « Nur Narr, Nur Dichter », « Rien qu'un bouffon, rien qu'un poète », utilisé par Nietzsche pour qualifier Nietzsche en indiquant bien ce qui transpire partout dans sa vie et son œuvre, à savoir sa volonté de conduire toute son existence en ARTISTE.

Et d'ailleurs, lorsqu'on dit qu'on n'est rien qu'un bouffon, rien qu'un poète, qu'est-ce qu'on dit, sinon qu'on est rien qu'un ARTISTE ?

Cela dit, la profondeur de Nietzsche que j'entends volontiers, et donc le mieux, c'est celle qu'il exprime dans son petit bijou finement ciselé sous le titre « Vérité et mensonge au sens extramoral », où est justement absente toute forme de théologie et de psychanalyse du genre de celle qui te semble constituer l'un des fonds (voire le seul) de la VÉRITÉ nietzschéenne (!) …

Le « Vérité et mensonge au sens extramoral » de Nietzsche est au bout du lien suivant.

Vas-y, clique, lis et rumine (si tu as le temps) ...

http://www.webnietzsche.fr/verite.htm

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Jeu 3 Mar 2016 - 14:47

Tss, encore ton radicalisme, mon pauvre ... mais je ne t'accorderai pas ma pitié. Tu es si radical que tu en es devenu incapable de prendre les choses autrement que de but en blanc. Tu ne manques pas d'esprit de nuance, car tu maîtrises semble-t-il ton nuancier et ta palette, mais bien de finesse : il faut parfois - souvent - savoir ruser avec les mots, pour en déceler les pierres philosophales. Ce que, néanmoins, les académiciens ne parvienne pas mieux à faire que toi, antipathique au sens nietzschéen.

Je connais le lien que tu m'envoies, et plutôt cinquante fois qu'une, où rien ne contredit ce que j'avance. Tu n'en retiens que la verdeur, la vertitude, la volée de bois vert, revelien proto-scientiste. L'oubli nietzschéen a trait au refoulement freudien, bien qu'ils ne se superposent pas conceptuellement - mais, sympathiquement, cela fait longtemps que l'on a quitté le conceptualisme, ce conceptualisme que critique Nietzsche.

Tu lis psychanalyse, d'où tu tires que je relève des poubelliens, mais tu es juste sectaire et bien f-a-s-c-i-s-t-e, au plan sympathique nietzschéen. Tu es totalement enferré dans les rets de ton monde de passions, i.e. ton propre mensonge extramoral. Tu n'as de loin pas lu le §36 de Par-delà bien et mal en gargarisant tes énièmes assauts, etc. et tu fais totalement fi de bien de mes interventions au sujet de Nietzsche sur ce forum, pour m'opposer antipathiquement ce texte de jeunesse de Nietzsche, auquel Nietzsche ne se résume définitivement pas, et dans lequel il fait preuve du même orgueil qu'il taxe. Bref : tu es bien un singe, parodie de Nietzsche.

Ton misérable argumentaire rate sa cible à 99%, et tu n'es qu'un idéologue qui ne mérite aucun autre titre, prétendant réinventer toutes les poudres, en mieux. Dérisoire. Arrête ton journalisme philosophique à la traîne de Peggy Sastre, mère-amante de substitution au phallus imaginaire. Ou plutôt : cantonne-toi-z-y, mais en tant que tel, déclarativement, car tu ne t'assumes jamais, inférieur. Là (dans le journalisme), tu excelles.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Ragnar II le Ven 4 Mar 2016 - 1:06

.

« Le refoulement freudien » (!) c'est-à-dire une des plus belles conneries qu'aie produite la philosophie par l'intermédiaire de « l'inventeur » de la psychanalyse qu'est ce génie auto proclamé du nom de Freud ... Pauvre Nietzsche ! ...  :roll:

Avec ton refoulement freudien, tout est dit et résume parfaitement l'enfumage verbiageux dont tu fais le pain et le beurre de ta perpétuelle et misérable tentative d'intellectualisation de psychanalyste freudien de mes deux ...

« Je connais le lien que tu m'envoies, et plutôt cinquante fois qu'une » (!)

On ne connaît pas cinquante fois, mon petit ami égaré par sa pensée se pensant sur fond de philosophie philosophante. On ne connaît jamais qu'une seule fois. Mais on peut lire cinquante fois, ça oui. Il te manque cependant la cinquante et unième lecture, celle qui te fera oublier (par refouler, OUBLIER) cette connerie voulant que Nietzsche soit le précurseur de la psychanalyse, alors que Freud n'a fait que puiser dans la PSYCHOLOGIE de Nietzsche pour pondre cette imbécilité qu'est le refoulement freudien de ce Freud qui me semble t'avoir embobiné bien serré, hé, jeune diplômé de frais ...

Et ça se permet de t'insulter en crachant sur les étoiles du fond de sa latrine psycho-analo-phallo-intellello-mange-merde (au stade anal bien déféqué par son maître and mother fucker Freud), ça, Monsieur, avec un perroquetage de ventriloque perché sur les cimes apocalyptique d'un enculage de mouche aveugle à la réalité du monde tel qu'il est pas tel que voudrait qu'il soit son maître Freud !




.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Ven 4 Mar 2016 - 12:37

Ragnar II a écrit:Et ça se permet de t'insulter en crachant sur les étoiles
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Prince' le Ven 4 Mar 2016 - 19:18

alors que Freud n'a fait que puiser dans la PSYCHOLOGIE de Nietzsche pour pondre cette imbécilité qu'est le refoulement freudien de ce Freud
Il y a aussi un irrespect profond pour tous les protocoles scientifiques. Avec Freud découvre que l'invention et la mythomanie sont des approches plausibles *Lol* .

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Dim 6 Mar 2016 - 14:54

Les protocoles scientifiques sont conscients. Freud est un con scient *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Invité le Jeu 21 Juil 2016 - 14:32

Avant de commencer, je remercie Malcolm S. Cooper d'avoir lancé ce sujet, car je me sens grandement concerné.
M'approchant de jour en jour de l'âge de la majorité et ayant découvert il n'y pas si longtemps le Monde de la Philosophie et plus largement le Monde des Livres, je pense concrètement que l'âge n'est qu'un miroir du regard de l'Autre, un étiquetage, une "identité sur l'identité"...
On peut allier une Pensée légitime avec les Théories et les Théoriciens car ils amènent à l'instruction culturelle et à l'ouverture sur le Monde et dans la plupart du temps sur Soi. Mais je pense que l'action intellectuelle se traduit aussi par le bonheur de la Nature que cette dernière peut procurer: il est nécessaire de se retrouver devant des paysages de Néant car comme disait magnifiquement Nietzsche: "Si nous nous trouvons tellement à l'aise dans la pleine nature, c'est qu'elle n'a pas d'opinion sur nous".
Le corps médiatique interroge trop peu la Jeunesse sur leurs opinions, une question me vient à l'Esprit: "Les journalistes considèrent-ils que la Jeunesse est trop peu "raisonnée" et "raisonnable" pour s'exprimer sur des sujets et des cas pluriels comme par exemple, le contexte philosophique d'aujourd'hui ? Ou, est-ce la jeunesse qui renvoie une image trop peu attirante, lassante, défaitiste et débile ?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Malcolm le Jeu 21 Juil 2016 - 19:15

Avant de commencer, je remercie Malcolm S. Cooper d'avoir lancé ce sujet, car je me sens grandement concerné.
C'était inutile : je (re)lance ou tente de (re)lancer ce que j'aime, avec ceux qui aiment. Nous aimons : tout est en ordre. Merci quand même -
M'approchant de jour en jour de l'âge de la majorité et ayant découvert il n'y pas si longtemps le Monde de la Philosophie et plus largement le Monde des Livres, je pense concrètement que l'âge n'est qu'un miroir du regard de l'Autre, un étiquetage, une "identité sur l'identité"...
L'Observatoire des Discriminations français constate de plus en plus ce qu'on nomme âgisme : discrimination par âges, de même qu'on discrimine les sexes en sexisme.

Mais il faut s'entendre : il y a des différentiels intersexuels et intergénérationnels. Le tout, c'est de les admettre sans préjuger de quoi que ce soit, mais en constatant les faits : un nourrisson ne philosophe pas, à l'extrême, encore que ça carbure monstrueusement dans son crâne, serait-ce pour comprendre la physique alentour. Mais on ne peut pas dire qu'il ait le même niveau, c'est un euphémisme. Inversement, il est des vieux aigris, effectivement devenus inutiles pour autrui, mais d'abord pour eux-mêmes.

Mais on retrouve des "ratés" à tout âge, quand bien même les a priori leur donnaient toutes leurs chances, ou bien des "réussis" à tout âge, quand bien même les a priori ne leur en donnaient aucune. Sommes toutes, s'il y a des constantes, il y a - des variantes. Difficile de spéculer sur cette casuistique, quand bien même on sent le truc : on ne fera jamais que le sentir.
On peut allier une Pensée légitime avec les Théories et les Théoriciens car ils amènent à l'instruction culturelle et à l'ouverture sur le Monde et dans la plupart du temps sur Soi. Mais je pense que l'action intellectuelle se traduit aussi par le bonheur de la Nature que cette dernière peut procurer: il est nécessaire de se retrouver devant des paysages de Néant car comme disait magnifiquement Nietzsche: "Si nous nous trouvons tellement à l'aise dans la pleine nature, c'est qu'elle n'a pas d'opinion sur nous".
Belle façon "sur-romantique" de parler, pour moi c'est bon.
Le corps médiatique interroge trop peu la Jeunesse sur leurs opinions, une question me vient à l'Esprit: "Les journalistes considèrent-ils que la Jeunesse est trop peu "raisonnée" et "raisonnable" pour s'exprimer sur des sujets et des cas pluriels comme par exemple, le contexte philosophique d'aujourd'hui ? Ou, est-ce la jeunesse qui renvoie une image trop peu attirante, lassante, défaitiste et débile ?
Les journalistes ne considèrent rien que le sensationnel-émotionnel, massivement. Donc exit la philo, en dehors des sujets de bac philo chaque année, pour le buzz français. Au reste, les mercatiques se servent de l'attirance, de la lassitude, du défaitisme et de la débilité relatives de la jeunesse pour vendre quand ça les arrange, ou inversement valorisent son éventuelle spontanéité créative, quand ça les arrange. Mais idem de toutes les tranches d'âge ! ... Dans tous les cas, ils se servent de stéréotypes âgistes.

Et, en fait, c'est un peu le cas de tout le monde, relativement à sa perspective. Du moins, quand le philosopher manque, surtout ; et encore que Platon - selon ce fait rabâché - se plaignait déjà de la jeunesse, en son temps et son lieu - !
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Âges de la vie et philosophie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum