Re: Etude de l'eccéité ou quiddité du réel