Originalisme étasunien & autres originalités

Aller en bas

Originalisme étasunien & autres originalités

Message  Malcolm le Sam 26 Mar 2016 - 13:23

"Rien de nouveau sous le soleil."
"Tout a déjà été dit, écrit, fait, vu, su, lu."
"L'Histoire se répète inlassablement."
"Éternel retour ... à l'identique ou non."

Etc. etc. etc. ad libendum, ad nauseam.

Tout cela plaide en défaveur de l'originalité possible.
De plus, quand on sait ce qu'il y a dans ce topic ...

Mais voyons :
Anonyme, sur le Wiktionnaire, a écrit:originalité \ɔ.ʁi.ʒi.na.li.te\ féminin

  1. (Pour les choses) (Absolument) Qualité globale de ce qui est original, caractère de ce qui est neuf, sans modèle de même nature, unique, créatif.

    • La culture intensive de l’oignon, pratiquée sur les rives du Mayo Binder, contribue pour beaucoup à l’originalité du canton de Binder dans la zone soudanienne. — (Géraud Magrin, Le sud du Tchad en mutation: des champs de coton aux sirènes de l'or noir, Éditions Quae, 2001, p.145)
    • L’architecture de l'hôtel Burj Al Arab à Dubaï est un bon exemple d’originalité.


  • (Pour les choses) Élément original, caractère partiel peu courant.

    • Les portes en ailes de papillon (ou de mouette pour les Américains) étaient la grande originalité de la Mercedes 300 SL
    • La glace arrière inclinée en dévers était la grande originalité de la Citroën AMI 6
    • La piscine sur le toit fait partie, avec le lustre en cristal de Swarowski, des originalités du Marina Bay Sands Hotel


  • (Pour les personnes) Capacité de quelqu'un à produire quelque chose de nouveau, d'original 

    • Toutes les bonnes choses qui existent sont les fruits de l'originalité. John Stuart Mill, Sur la liberté, 3
    • Karl Lagerfeld nous frappe tous les ans à chacun de ses défilés pour Chanel par son originalité.


  • (Pour les personnes) Singularité, bizarrerie.

    • Monsieur Hector y découvre moins d’originalité réelle qu’un orgueil bien assis, une volonté de contemption toute proche de l’irrespect. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • L'originalité de Sir Richard Branson irrite par moment l'establishment britannique.
    • L'originalité de Conchita Wurst et de Lady Gaga fait le bonheur du public



  • Etymologiquement, originalité provient de la racine indo-européenne *or, signifiant mouvoir, animer, sortir, donnant le grec ὄρνυμι, inciter ainsi que ὀρίνω, exciter, et le latin orior, naître, par quoi l'originalité a trait à l'ex-istance, l'é-mergence, la sub- ou sur-venance, bref : à l'origine, et naturellement correspondant aux définitions (1), (2) et (3). Au sens (4), l'originalité désigne plus particulièrement l'anormalité voire l'énormité, le non-normal ou le hors-norme, s'éloignant de son étymologie par association d'idées.

    Moi, ce qui m'intéresse, c'est ce rapport à l'origine, par quoi, en réalité, il y a beaucoup plus d'originalités que nous le pensons : chaque nouvel être humain, naissant, en est une à soi seul, procréativement par ses parents, puis physiologiquement entretenu par la satisfaction des besoins et le renouvellement cellulaire tous les cinq à sept ans, mais entretenu dans la même morphogénèse, selon les mêmes géno- et phénotypes. Psychologiquement, chaque instant de notre vie nous originalise originalement, puisque nous ne recevons jamais nos expériences, dans une optique expériencialiste-empiriste-pragmatiste, qu'en reconfiguration dynamique constante de nos neurones, et pas que de nos neurones, dans la dynamique du sens, impactant morellement (i.e. sur nos mœurs, nos mentalités incarnées, nos comportements).

    Néanmoins, l'on voit bien, en méditant qui nous sommes que, non content de n'être jamais que des poussières d'étoiles au sens propre, nous sommes épris par des dynamiques de groupe psychosociales nous informant (nous formant de l'intérieur, nous instrustant, i.e. nous -struisant/structurant en dedans) de sorte que la culture (éducations, enseignements, entraînements, socialisations, renseignements, médias) rabat notre originalité.

    Originalité pourtant bien réelle de notre naissance (encore que la combinatoire génétique ne soit pas infinie, et conduit logiquement à ce que vous tombiez sur des sosies jumeaux de vous-mêmes à grande échelle), et de notre expérience (celle-là apparemment infinie, et pour le moins indéfinie, quand bien même rabattue par les circonstances géohistoriques, socio-économiques et politico-culturelles). C'est-à-dire qu'il est un ça, qu'il est un là, qui nous échappent partiellement, mais que nous tenons partiellement aussi dans nos (bons ou mauvais ... ) escients ( ... peu importe). A savoir, notre "auto-logie", dont on peut certes traiter "méta-logiquement" et que l'on traite d'ailleurs "méta-logiquement" comme on peut, à travers les sciences et toutes autres formes de connaissances bien sûr, même superstitieuses, afin de parvenir à se gérer, à bon ou mauvais escient.

    Néanmoins, "quand on n'a pas toute sa tête" ou qu'on ignore toutes ces per-déterminations, on peut parfois entrer dans ce que j'appellerai là un originalisme, c'est-à-dire la pensée selon laquelle notre originalité est exceptionnellement originale - alors qu'on n'est jamais original que typiquement, relativement à une typicité, - originalisme qui nous renvoie alors à la folie de penser que nous sommes "un petit flocon de neige merveilleux et unique". Si l'inverse n'est pas vrai non plus (nous ne sommes pas "la merde de ce monde prête à servir à tout") il n'en reste pas moins que cet originalisme me semble régner toujours et plus dans nos mœurs actuelles, tiré d'un sub-christianisme d'abord (l'enfant-Jésus, exceptionnellement original, nous renvoie de proche en proche à l'exceptionnellement-original fantasmatique de toute naissance, bien que le vécu parental le vive plus ou moins ainsi, afin d'attachement affectif nécessaire).
    Ensuite, et conséquemment, cet originalisme provient des protestantismes chrétiens - protestantismes chrétiens qui, logiquement, dans leur émergence catholique-orthodoxe, se prennent pesamment, sérieusement, austèrement, pieusement, pompeusement, solennement (esprit de pesanteur), pour des christianismes primitivisés, rapprochés de l'enfant-Jésus et socialement des premiers chrétiens.
    A ce point, et conséquemment, l'angélisme puritain de cette mentalité finit par être projeté, historiquement depuis le Réforme, sur les peuples plus sauvages que les Occidentaux et autres Orientaux : Américains-Natifs, Océaniens, Sibériens, Sud-Américains, etc. dans leurs tribalismes, clanismes et autres chamanismes, passent pour conçu immaculément, ainsi que la Vierge Marie conçût l'enfant-Jésus.
    Ajoutez alors "le miracle économique" capitaliste-industrialiste-travailliste-médiatiste (voir aussi), miracle d'un économat économiste issu du monde post-, néo- ou ultra-chrétien humanitariste, entre autres, et vous avez des États-Unis d'Amérique qui, rayonnants dans la deuxième moitié du XXème (et n'ayant pu rayonner que contrastivement avec l'URSS : sans contraste, pas d'aperception ... d'où la nécessité d'un Axe du Mal djihadique, et de frayeurs face à la multipolarisation planétaire autour des BRIC ... passons), finissent par diffuser, depuis le plan Marshall, leur angélisme puritain, à savoir cet originalisme se concentrant sur l'origine, l'originel, le matriciel, la mère. le féminin, abstractions faites du paternel et du viril, comme exceptions défaites par la notion de patriarcat, rendant à l'indifférentiation ... passons encore ... dans l'exaltation pédagogiste, nurseryque, droits-de-l'enfantiste, d'une mentalité pré-œdipienne, avec force sécuritarisme politique et consumérisme fatal ou béat, où toutes les communications renvoient chacun à son hyper-originalité pourtant fondue dans la masse (Jean Baudrillard, la Société de consommation : "personnalisez-vous vous-mêmes" - formule sur-réfléchie (vous, vous-mêmes) de faussaires, puisque passant par un achat commun public).
    Ce qui est bien dire que le christianisme & dérivés, dans sa logique du salut personnel, devenu individualiste libéral humanitaire, certes dévoyé par le télévangélisme - et pas que le télévangélisme, - contenait gérminalement (mais non nécessairement, par la contingence historique) cet originalisme, par lequel chacun est rendu à son petit ego, son petit moi, ou plus précisément : où chaque ego, où chaque moi, est rétréci, rapetissé, comme dans Chéri j'ai rétréci les gosses, tout en étant sur-développé au plan infantile, comme dans Chéri j'ai agrandi le bébé, par ce fantasme trop heureux de Maman j'ai raté l'avion 1 & 2, pourtant menacé par de "méchants hommes" qui pourtant, dans leur nigauderie cartoonesque (de même que l'attitude du père dans les deux films précédents) restent encore les plus humains dans ces mondes tarés, car supportant leurs responsabilités éthiques, et en dehors de toute féérie/toute fantasy originaliste de l'exceptionnellement-original narcissique.

    Distorsions modernes inhérentes et conséquentes aux rétorsions modernes aussi, pouvant faire passer l'éternel retour à l'identique pour une enflure nietzschéenne, par exemple, mais surtout en faisant qu'on le récupère idéologiquement comme une enflure soi-même, toujours par exemple ...

    A la fin, et selon étymologie, sans originalité, pas de vie au sens large.
    avatar
    Malcolm
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum