anipassion.com

Le tric-trac d'Héraclite

Aller en bas

Le tric-trac d'Héraclite

Message  LibertéPhilo le Mer 13 Nov 2013 - 11:00

Fragment 52 : Hippolyte, Réfutation de toutes les hérésies, IX, 9, 4. a écrit:αἰὼν παῖς ἐστι παίζων, πεττεύων·  παιδὸς ἡ βασιληίη.
Traduction mot à mot : le temps (αἰὼν) un enfant (παῖς) est (ἐστι) jouant (παίζων), jouant au tric-trac, ma traduction : aux dames (πεττεύων) : d'un enfant (παιδὸς) la royauté (ἡ βασιληίη).
Héraclite a écrit:Le temps est un enfant qui joue aux dames : royauté d'un enfant.
Je m'arrêterai seulement ici sur la traduction "tric-trac" proposée généralement. Le mot utilisé en grec par Héraclite est πεττεύων, participe de πεσσεύω, verbe dénominatif formé d'après πεσσός, "jeton", du verbe πίπτω, "tomber". D'après le dictionnaire Bailly, πεσσός est "une sorte de petite pierre ovale en forme de gland pour le jeu de dés ou de tric-trac". Le jeu de tric-trac (ou trictrac) n'est pas très bien connu avant le XVIIe siècle. Cependant, les jeux de dés (de datum, "ce qui est jeté" en latin) sont presque aussi anciens que l'humanité.

Chez les Grecs, on en trouve trace dans Homère, Platon, Hérodote, pour les auteurs les plus anciens. Il existait toutes sortes de jeux de dés, dont certains comparables à notre jeu de dames, plutôt qu'au tric-trac ou aux échecs. Pour avoir une idée de ces jeux, on peut se référer à celui dont parle Platon, qui dans le Phèdre [274d], attribue l'origine de la πεττεία grecque au dieu égyptien Thot. Le mot πεττεία vient lui aussi de πεσσός (πεττός en attique). Ce jeu de stratégie se jouait sur un πλίνθος, "brique, objet en forme de carré", qui désigne ici une tablette carrée. Il ressemblait au senet égyptien ou aux latroncules romain.



Ajax et Achille jouant aux dés - Amphore attique à figures noires attribuée à Exékias (v. 540-530 av. J.-C.). Musée du Vatican.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le tric-trac d'Héraclite

Message  Malcolm le Dim 3 Juil 2016 - 14:59

Et pour les autres fragments d'Héraclite, adressés au commun, voir aussi.
Héraclite a écrit:Le temps est un enfant qui joue aux dames : royauté d'un enfant.
Dans cet enfant (allégorie de l'inexpérience, de la mécompétence, de l'insouciance & du renouvellement expériemental innocent), il y a donc métaphoriquement une temporalité particulière. Temporalité envisagée, non sous l'angle du chronos dévoramment titanesque - criminel à la Sisyphe remordant-châtié, - mais il y a perspective aiônique (temporalité aiônique, de l'éon/aiôn - aire & ère). Perspective que Gilles Deleuze, dans Logique du Sens, me semble judicieusement constituer en plan d'absolu aux lignes de mire & de fuite indénombrables, de par les devenirs-autres qui s'y jouent. C'est le fleuve héraclitéen non-linéaire, cyclique & polémique comme le jeu de dames traductivement défendu par Philo.

Un peu comme la flamme vacille.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum