Le droit des animaux

Aller en bas

Le droit des animaux

Message  LibertéPhilo le Mer 9 Jan 2013 - 10:14

Selon Bentham, les animaux ont autant de droits qu'un nouveau-né ou un autiste. Mais, contrairement aux défenseurs de la cause animale, il n'est pas contre l'abattage. La morale utilisariste demande de considérer la fin des actions. Faire souffrir un être vivant est-il utile à la société ? Torturer un animal n'est en général pas utile. Mais si cette torture crée un plus grand plaisir à l'ensemble de l'humanité, alors la torture est justifiée.

Dans la pratique, l'abattage est une torture qui permet de manger des protéines indispensables à notre survie. Bentham y est donc favorable. Je pense qu'il serait également favorable à la vivisection, qui permet de sauver de la maladie des millions d'hommes, mais sans doute pas pour fabriquer des produits cosmétiques. Il ne serait pas non plus favorable à la corrida, qui ne concerne que quelques aficionados. On voit ici comment fonctionne la morale utilitariste. Avant chaque action, nous devons considérer la fin, pour savoir s'il en résulte un plus grand plaisir pour l'ensemble de l'humanité.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit des animaux

Message  Malcolm le Mar 7 Juin 2016 - 15:51

Tout à fait, et c'est d'ailleurs un idéalisme que l'antispécisme, déniant totalement le réel nutritionnel. Les végétariens de même, s'ils enregistrent judicieusement que nous n'avons pas besoin de carne dans nos assiettes (en réalité, deux-trois fois par semaine suffirait amplement, pourvu que ce soit un morceau honorable) ainsi que certaines céréales telles que le quinoa contiennent des protéines ... oublient un peu vite que leur moindre régime carné ne les aurait pas conduit à être les Hommes modernes (homo sapiens) qu'ils sont. Bref, la viande est utile. Ceci étant, certains amateurs humanitaires de surpopulation, veulent nous servir des nuggets de cigales. Très protéiniques, les insectes, d'autant plus qu'ils se reproduisent en surnombre dans des conditions d'élevage. Or, le jour où l'on en serait massivement là, les antispécistes seraient toujours plus & mieux là pour nous dire qu'Antman préfigurait une collaboration honorable entre l'Homme & l'insecte, hors dévoration & piqûres réciproques.

Au-delà toutefois, et dans l'ordre donc d'une moindre carnation de nos régimes, inoffensive voire saine en terme de longévité, nous pourrions améliorer les conditions d'abattage, mais avant tout d'élevage, qui sont proprement atroces aujourd'hui. Hélas, ça ne ferait pas bien croissancer, bouwh ! *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum