Valeur au-delà la liberté

Aller en bas

Valeur au-delà la liberté

Message  De Lesquivir le Sam 21 Mai 2016 - 17:59

Juliette Simont rapporte dans "Jean-Paul Sartre / Un demi-siècle de liberté" les propos suivant: "Si manque et besoin expriment tous deux le rapport du pour-soi ou de la praxis à l'en-soi, ils infléchissent différemment ce rapport ; le manque est taraudé d'un destin lancinant d'incomplétude - c'est la hantise du pour-soi par la valeur, la quête d'un en-soi-pour-soi, qui a sûrement une face d'aliénation, mais peut-être aussi une face authentique, à savoir cette libre morale de la liberté dont la possibilité est ouverte à la fin de L'Être et le Néant -, alors que le besoin est plénitude et affirmation dialectique rendant vain tout au-delà moral."
Or elle met aussi en place les deux équations suivantes:
1°) mécanique = subjectif = dialectique = action
2°) spirituel = objectif = causal = inertie.
Et cette matérialisation de l'idéal (en-soi-pour-soi du "réservoir instrumental" du moi idéal) ou idéalisation de la matière est toujours "manquée"; mais elle a des effets réels, et réellement aliénants. Or cette aliénation n'est qu'une forme altérée de la spiritualisation de la morale car et en effet cette inversion de la liberté finalisante en déterminisme causal vient de la matérialité de la matière, de son régime propre d'extériorité qu'il fait d'elle un impératif avant d'être une valeur. Et à Sartre de conclure: "En voulant fonder les choses par la liberté, on ne parvient qu'à faire de la liberté une chose." Mais pour en revenir à nos deux équations et à la distinction entre "manque" et "besoin", le premier s'alignant sur l'orgueil du moi idéal et le second sur l'égoïsme de l'idéal du moi, ne pouvons-nous pas observer un renversement inessentiel de la valeur d'assignation au sein de chacun des versants de la conscience ainsi que la noème rendrait le choix de l'objet subjectif et la noèse le choix du sujet objectif ? En tout cas toute valeur est pratico-inerte, c'est-à-dire n'est que la formulation faussement idéale d'un impératif provenant de la matière ouvrée. Autrement dit, dès qu'on fait de la liberté une valeur, c'est qu'elle n'est déjà plus libre.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Valeur au-delà la liberté

Message  Invité le Ven 27 Mai 2016 - 1:36

D'accord avec la conclusion, qui résoudrait pas mal des enferrements dans lesquels "la modernité" "s'est mise".
Au reste, voici ma réponse.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum