Originalité phénoménologique de J.P.S.

Aller en bas

Originalité phénoménologique de J.P.S.

Message  Malcolm le Ven 27 Mai 2016 - 14:25

J.P. Sartre est d'abord un phénoménologue et, dans cette veine, il est donc husserlo-heideggerien. Néanmoins, J.P. Sartre, psychologiquement - et cela appert vivement dans les Mots (autobio. sur son enfance) - est dans une hainamoration chrétienne-protestante du réel - tout ce qui se traduira encore dans la fameuse Nausée - par quoi il appert ainsi qu'un Kierkegaard, existentialiste, pour lequel le stade religieux aurait été remplacé par le stade politique.

Stade religieux kierkegaardien : la vie vécue, impreuvée, expériencée jusque dans sa transcendantalité intrinsèque.
Stade éthique : la vie moralisée, philosophée, intellectualisée, réfléchie.
Stade esthétique : la vie sensoriée, impensée, dans son immanencialité.

Dès lors, l'originalité phénoménologique de J.P. Sartre, elle gît dans l'existentialismation de la phénoménologie, qui s'en tenait quant à elle plus certainement à une noétisation existentielle (Husserl) ou une émergence existentielle de l'être - Ereignis (Heidegger) : car Sartre moralise, en plus de psychiatriser.

Il psychiatrise, de ce qu'il refuse la psychologie-des-profondeurs freudo-adléro-jungienne - psychologie de l'inconscient - au profit d'une sorte de pré-cognitivisme sans computation ; un marxo-cognitivisme si l'on veut, psychologie matérialiste-historique de l'aliénation & de la mauvaise foi - en quoi donc il moralise finalement.

Aliénation matérialiste-macrohistorique au plan sociologique, mauvaise foi matérialiste-microhistorique au plan psychologique, selon sa fameuse phrase "je n'ai pas de surmoi" (où le surmoi correspondrait aux superstructures aliénantes & aux structures incitant à la mauvaise foi). Tout ce qui fait de nous des salauds potentiels, soit donc des personnes se prenant à leur propre jeu psychosociologique, ignorantes de leur existence non-essentielle (essentialisée par & dans le jeu) propres à l'angoisse de l'expérience transcendantalement vécue de la liberté ontologique nous faisant chacun un projet existential.

En somme, J.P. Sartre, c'est de la phénoménologie marxiste (matérialiste historique), par laquelle on découvre l'Histoire-même comme projet-collectif, pour autant que - accédant à la dignité libératrice du stade politique (postreligieux), existentiellement - chaque Homme sorte de la sérialité groupale des automatismes réflexes, pour la collectivité sur-groupale (conscience de classe) dudit stade politique (postreligieux).
Note nietzschéenne:
C'est la manière sartrienne d'enregistrer la mort de Dieu nietzschéenne, encore qu'il ignore que Nietzsche dépassa les libre- ou serf-arbitres, au profit d'un per-arbitre situationnel par l'amor fati : virtu saisissant les kaïroï par la Fortuna machiavélienne.
Mais évidemment, pour Sartre, Machiavel est un salaud.

Dès lors pourtant, par existentialismation & politisation, il me semble soit que Sartre outre-passe la phénoménologie, soit qu'il parvient à la collectiviser-politiser - indécidablement pour moi - de ce qu'il la marxise.

Voilà voilà. On m'en dira tant.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum