Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Invité le Dim 26 Juin 2016 - 13:30

Quand bien même on s'en foutrait, ce serait pour de bonnes raisons : l'art de vivre, qui importe infiniment plus que la technique de "vivre".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Princeps le Dim 26 Juin 2016 - 13:35

Ragnar II a écrit:.Je ne dirais cependant pas que toi, Princeps, tu parles de ce que tu ne connais pas, mais que tu parles de ce que tu ne connais qu'à moitié.
Ce que tu connais, c'est la section « palliative » de la science du vivant.
Ce que tu ne connais pas, c'est la section « méliorative » de cette science, dont personne ne se soucie en Europe, ce que dit exactement Luc Ferry dans son bouquin ...
Prévenir le cancer n'est pas "mélioratif" ?  Permettre d'exploiter un cœur artificiel ce n'est pas mélioratif ?
L'un ne va pas sans l'autre.

Tu restes, tu dis ce que j'ai deja dis ailleurs : hélas la recherche n'a pas bonne presse. On vulgarise trop peu. Bon. Ça ne veut pas dire qu'on ignore et qu'on s'en fiche.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Ragnar II le Dim 26 Juin 2016 - 14:07

Malcolm S. Cooper a écrit:Quand bien même on s'en foutrait, ce serait pour de bonnes raisons : l'art de vivre, qui importe infiniment plus que la technique de "vivre".

Allez, je te sors un instant de l'ignorance dans laquelle je t'avais placé, comme tu le dirais peut-être toi-même si tu était à ma place, et paf, je te vois exprimer une connerie de première !

D'où sors-tu donc qu'une technique qui te permettrait de vivre pendant 110 ou 120 ans en jouissant jusqu'à la dernière seconde d'un corps de 20 ans ne serait pas préférable à l'état actuel des conditions de ta vie, qui te sort ton état de santé à la loterie d'une très forte probabilité d'avoir à 80 ou 90 ans un corps entamant le délabrement progressif et inéluctable te menant à la débilité totale de ta phase finale ?

Le goût pour l'art de vivre ? Il ne pousse ni à la souffrance ni à la mort, mon p'tit vieux ...

Tu es toutefois libre de mourir quand tu veux.

Après toi, mon vieux ...

.

Je te remets dans le secteur « ignorance » duquel j'ai eu la curiosité de te sortir un instant ...

Ciao Bambino ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Invité le Dim 26 Juin 2016 - 14:18

Amen.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Princeps le Dim 26 Juin 2016 - 14:31

Ragnar II a écrit:
Malcolm S. Cooper a écrit:Quand bien même on s'en foutrait, ce serait pour de bonnes raisons : l'art de vivre, qui importe infiniment plus que la technique de "vivre".

Allez, je te sors un instant de l'ignorance dans laquelle je t'avais placé, comme tu le dirais peut-être toi-même si tu était à ma place, et paf, je te vois exprimer une connerie de première !

D'où sors-tu donc qu'une technique qui te permettrait de vivre pendant 110 ou 120 ans en jouissant jusqu'à la dernière seconde d'un corps de 20 ans ne serait pas préférable à l'état actuel des conditions de ta vie, qui te sort ton état de santé à la loterie d'une très forte probabilité d'avoir à 80 ou 90 ans un corps entamant le délabrement progressif et inéluctable te menant à la débilité totale de ta phase finale ?

Le goût pour l'art de vivre ? Il ne pousse ni à la souffrance ni à la mort, mon p'tit vieux ...

Tu es toutefois libre  de mourir quand tu veux.

Après toi, mon vieux ...

.

Je te remets dans le secteur « ignorance » duquel j'ai eu la curiosité de te sortir un instant ...

Ciao Bambino ...

.
Ce n'est un idéal insurpassable. Très honnêtement, je ne souhaite pas vivre 120 ans. Il y a une excellente "petite histoire morale" de Leopardi sur la condition humaine. Je n'ai plus le titre.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Ragnar II le Dim 26 Juin 2016 - 14:40

Princeps a écrit:
Ragnar II a écrit:.Je ne dirais cependant pas que toi, Princeps, tu parles de ce que tu ne connais pas, mais que tu parles de ce que tu ne connais qu'à moitié.
Ce que tu connais, c'est la section « palliative » de la science du vivant.
Ce que tu ne connais pas, c'est la section « méliorative » de cette science, dont personne ne se soucie en Europe, ce que dit exactement Luc Ferry dans son bouquin ...
Prévenir le cancer n'est pas "mélioratif" ?  Permettre d'exploiter un cœur artificiel ce n'est pas mélioratif ?
L'un ne va pas sans l'autre.

Tu restes, tu dis ce que j'ai deja dis ailleurs : hélas la recherche n'a pas bonne presse. On vulgarise trop peu. Bon. Ça ne veut pas dire qu'on ignore et qu'on s'en fiche.  

Il y a certainement une phase transitionnelle relativement floue entre le « palliatif » et le « mélioratif », et à ce compte, une paire de chaussures peut être incluse dans le secteur palliatif ou mélioratif selon le point de vue qu'on choisit.

Le traitement du cancer est un palliatif dans la mesure où le cancer est une maladie distribuée en fonction d'une loterie et pas d'un choix. Dans l'état actuel du monde, on ne choisit pas d'avoir ou de ne pas avoir un cancer. Ça arrive ou ça n'arrive pas sans que rien ni personne ne décide de la chose.

Le cœur artificiel est aussi un palliatif dans la mesure ou l'arrêt cardiaque est le résultat d'une maladie distribuée elle aussi en fonction d'une loterie dont nous n'avons pas inventé les règles.

Le secteur mélioratif a ceci de particulier qu'il a le projet de supprimer toutes les maladies.

Dans une société « améliorée », personne n'a le cancer, personne n'a de crise cardiaque. Précisons que nous avons aujourd'hui passé le stade de la science fiction, sans toutefois être encore entrés dans le domaine de l'application ordinaire, car nous n'avons pas encore pris la place des souris sur lesquelles s'exercent les généticiens qui les font vivre deux fois plus longtemps dans un état de santé et de vivacité remarquable.

Il y a par ailleurs en Amérique du Nord un débat que je connais bien et qui est plus poussé qu'ailleurs sur la question de la discrimination entre le palliatif et le mélioratif. Une bonne dose d'éthique y joue dans les deux camps un rôle important.

Luc Ferry l'a remarqué. Il en parle dans son bouquin ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Princeps le Dim 26 Juin 2016 - 14:55

Les nouveaux traitement du cancer sont mélioratifs, puisque l'intervention advient avant la maladie.
Sur le cœur artificiel, c'est un nec-plus-ultra. L'absence de maladie est assuré. Juste de la mécanique. On débattra des risques infectieux etc. Une autre fois.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Ragnar II le Dim 26 Juin 2016 - 14:57

Princeps a écrit:Ce n'est un idéal insurpassable. Très honnêtement, je ne souhaite pas vivre 120 ans. Il y a une excellente "petite histoire morale" de Leopardi sur la condition humaine. Je n'ai plus le titre.

Moi non plus, ni personne, je crois, je souhaite vivre jusqu'à 120 ans dans l'état où se trouvait Jeanne Calmant à 110 ...

Mais moi, comme sans doute la plupart des gens sur terre, je suis trop bien programmé par la vie pour ne pas rejeter la souffrance et la mort dans un instant futur le plus éloigné possible du présent.

Une mort subite au bout d'une vie grosse de judo et de pilotage d'avion ou de planeur, mais vierge de tout rhume, grippe, myopie ou diabète me conviendrait très bien, je t'assure ...

Je serais curieux de lire la petite histoire morale de Leopardi, dont j'adore sans toute autant que toi le fameux Zibaldone ... Et je devine que s'il pense la condition humaine, c'est certainement celle de son temps et pas celle de la génétique actuelle, dont il ne pouvait avoir aucune idée par la force des choses ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Invité le Dim 26 Juin 2016 - 15:13

Dans la famille je-me-laisse-faire-et-j'abonde-même-dans-le-sens-de-la-donne-actualiste, je voudraiiis ... Ragnar !
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Ragnar II le Dim 26 Juin 2016 - 15:14

Princeps a écrit:Les nouveaux traitement du cancer sont mélioratifs, puisque l'intervention advient avant la maladie.
Sur le cœur artificiel, c'est un nec-plus-ultra. L'absence de maladie est assuré. Juste de la mécanique. On débattra des risques infectieux etc. Une autre fois.

Toutes les méthodes concernant le cancer commencent par un dépistage destiné à vérifier le tirage d'une loterie dont on ignore tout.

Par ailleurs, les interventions, qui visent la guérison et sont aujourd'hui exclusivement palliatives ont par rapport à la considération du vivant le même fond que celui du domaine mélioratif ---> Le clonage humain y est interdit ! ... Le clonage thérapeutique de l'humain est vu comme l'incarnation du diable en personne par les défenseurs du principe de précaution physique et éthique et de celui de la sacralisation quasi religieuse du vivant humain ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Invité le Dim 26 Juin 2016 - 15:18

Inversement, tu es dans le why le plus total.
Mais bon : comme c'est dit assertivement ...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Princeps le Dim 26 Juin 2016 - 15:28

Ragnar II a écrit:
Princeps a écrit:Les nouveaux traitement du cancer sont mélioratifs, puisque l'intervention advient avant la maladie.
Sur le cœur artificiel, c'est un nec-plus-ultra. L'absence de maladie est assuré. Juste de la mécanique. On débattra des risques infectieux etc. Une autre fois.

Toutes les méthodes concernant le cancer commencent par un dépistage destiné à vérifier le tirage d'une loterie dont on ignore tout.

Par ailleurs, les interventions, qui visent la guérison et sont aujourd'hui exclusivement palliatives ont par rapport à la considération du vivant le même fond que celui du domaine mélioratif ---> Le clonage humain y est interdit ! ... Le clonage thérapeutique de l'humain est vu comme l'incarnation du diable en personne par les défenseurs du principe de précaution physique et éthique et de celui de la sacralisation quasi religieuse du vivant humain ..
.
La recherche sur les gènes et bien méliorative. On joue avec des probabilités, certe.
Leopardi parle de l'humanité et de sa condition - pas de son époque. Et l'histoire débute jugement avec des hommes "parfait, mais qui finissent pas se lasser. Quelques rhumes et grippes ne me dérangent pas. C'est ce qui impliquent des traitements lourds qu'il faut éviter.
Sur la longévité, c'est justement la brièveté de la vie qui en fait le sel. La limitation des ressources comme exhausteurs de plaisir - ceux qui font du marketing connaissent la chose sur le bout des doigts.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Invité le Dim 26 Juin 2016 - 15:59

C'est tellement évident que ça se passait d'argumentaire pour moi.
L'infinitisation, c'est juste inhumain, dans tous les sens du terme (dans donc ça ne mène pas au surhumain nietzschéen, pour les :pirat: ).

Voir l'excellent Zardoz à ce sujet :


Mais aussi le magnifique Blade Runner :



Dernière édition par Malcolm S. Cooper le Dim 26 Juin 2016 - 19:14, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Ragnar II le Dim 26 Juin 2016 - 18:35

Princeps a écrit:l'histoire débute jugement avec des hommes "parfait, mais qui finissent pas se lasser.

« L'ennui naquit un jour de l'uniformité », nous dit je ne sais plus qui. Mais une excellente santé et des capacités intellectuelles hors normes n'obligent pas à l'ennui, que je sache. Ça peut très bien avoir de grandes chances de produire des plaisirs variés sans limites de variation. La création et la contemplation artistique en seraient des exemples.

Princeps a écrit:Quelques rhumes et grippes ne me dérangent pas. C'est ce qui impliquent des traitements lourds qu'il faut éviter.

S'il est possible de guérir un jour de tout, pourquoi s'emmerder à souffrir du moindre mal ?

Princeps a écrit:Sur la longévité, c'est justement la brièveté de la vie qui en fait le sel.

Si tu avais raison sur ce point, nous devrions tous mourir le plus tôt possible. Ceux qui mourraient juste après leur naissance auraient profité le plus amplement du sel de leur vie ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Princeps le Dim 26 Juin 2016 - 18:57

*Blase* Je ne perdrai pas autant de temps que d'ordinaire. Il suffit de relire ce que j'ai répondu plus haut.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Invité le Dim 26 Juin 2016 - 19:22

Les "âmes" aussi, veillissent ... et je ne voudrais pas "voir leurs gueules" à 80.000 ans.


Voir aussi :

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Princeps le Dim 26 Juin 2016 - 19:29

L'âme ? *Lol*. Un matérialiste sait-il seulement que des gens y croient encore ?
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finkelkraut, Ferry et Onfray : le transhumanisme

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum