Le concepteur de l'esprit scientifique qui nous court toujours

Aller en bas

Le concepteur de l'esprit scientifique qui nous court toujours

Message  Malcolm le Mer 10 Aoû 2016 - 17:06

Platon, Cra. 386d & 440a a écrit:... si les choses ont elles-mêmes une certaine réalité stable qui leur appartient et qui n'est pas relative à nous ...

De connaissance il ne saurait être probablement question, Cratyle, si tout change de forme et rien ne demeure.
Le Cratyle discute de l'héraclitéisme : 1, 2 (voir aussi).
Platon, Thé. 186d a écrit:Ce n'est donc point dans les impressions que réside la science, mais dans le raisonnement sur les impressions ; car la réalité et la vérité, c'est là, à ce qu'il semble, qu'il est possible d'avoir un contact avec elle : du côté des impressions, c'est impossible.
Dans le Théétète, Platon avance la sagesse comme science (rapport à son parménidisme assez relatif).

De là, vient que l'eidos prenne une valeur si importante chez Platon car, le premier, il prône un "mathématisme" conceptuellement, afin de saisir le réel, qu'il juge assez bien de composer ès tétraèdres, octaèdres, icosaèdres & cubes, dans l'ordre des quatre éléments.

Reste qu'aujourd'hui la mathématique reste "maîtresse des sciences" (muse & pute), de ce qu'elle ne décrit jamais que numériquement le réel (enfin, essentiellement), y compris quand les sciences humaines se donnent un crédit statistique (voir à ce sujet l'excellent ouvrage Freakonomics I & II). Tout cela fait to pan (du tout) quelque chose disposé & disposant à l'Excellent, l'Exquis & l'Essentiel, très-géométriquement, sans parler des mori gemoetrici pré-spinoziennes de la dialectique, censée conduire le philosophe, savant dialecticien, au pouvoir, dans une motion parfaitement conspiratrice (c'est vraiment bien beau ... ) ...

... voir aussi sur cette motion, qui se prend pour une extraction du monde, le topic suivant, sans parler de la potentielle quenelle (fort dieudonniste) que Platon eût pu faire à son temps (sur la base pourtant d'un Socrate assez sophiste - quand Platon n'en use pas moins de quelque procédé sophistique, dialectiquement théâtral).

En somme, le platonisme est un mytho-scientisme-déiste, dont le scientisme dix-neuviémiste ne fut jamais qu'un bâtard d'avorton attardé atavique (et d'ailleurs, le "ragnarisme"-même sur ce forum, est un platonisme méplatonicien ... ).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum