L'homme qui se fit "flocon de neige merveilleux & unique"

Aller en bas

L'homme qui se fit "flocon de neige merveilleux & unique"

Message  Malcolm le Sam 13 Aoû 2016 - 17:30

A l'époque où, dans ses Méditations métaphysiques, René Descartes énonce "enfin" cogito ergo sum, règne encore beaucoup la scolastique.

Cette scolastique, elle était toujours & plus contestée depuis Francis Bacon, au siècle précédent (Francis Bacon qui, dans son genre rennaissant/baroque, fonda l'empirisme scientifique, quand bien même moins naturaliste qu'artificialiste - C. Rosset, l'Anti-Nature, - or René Descartes re-naturalise la démarche en la fondant sur l' "évidence-même"). En effet, en scolastique, les commentateurs parlent aux commentateurs, dans un "pinaillage" très-raillé par les livres de Rabelais alors, mais qui singulièrement refait vivement surface de nos jours, à sa façon, côtoyant pourtant un humanisme du retour-aux-sources, à l'université, selon les sensibilités corporatistes.

Aussi bien René Descartes fut-il critiqué à l'époque, de ce qu'il "ne se fonde sur rien", de ce qu'il procède justement à une tabula rasa, ainsi plus tard que les socialistes prétendraient refonder le politique en révolution-tabula rasa du passé ("Du passééé, faisont tableee raaaseee !" chante l'Internationale). Tout ce qui est tréfondamentalement réduire la "Tradition" au malin génie, dans une démarche pré-zététique que ne renient pas les zététiciens actuels, mais qui pourtant n'est pas aussi sceptique qu'on le pense, puisqu'il ne s'agira jamais que de "tout renier" (alors que le scepticisme enregistre l'indécidabilité de certains phénomènes) pour ensuite "tout refonder" (alors que le scepticisme s'en tient à ladite indécidabilité).

D'où vient alors, que la démarche de René Descartes, qui ne se prenait pas - et ne doit pas être pris - pour "la merde de ce monde prête à servir à tout" (le Discours de la méthode, tout de même ... ), contient cette ambiguïté fondamentale : advenant au cogito ergo sum, il lui faut pourtant avoir appris à parler & à raisonner mûrement (Médiations ... ) sur les principes & les fins derniers ( ... métaphysiques) pour prétendre à l'autocréation "flocon de neige merveilleux & unique".

Un peu comme tout individu lambda, peu voire pas formé en philosophie, se mettra à philosopher sans érudition à quelque âge de sa vie, en faisant peut-être son "complexe du superhéros", mais dans un comic qui ne fera rire que lui-même (exaltation, enthousiasme ou euphorie, respectivement motivation sûre, aspiration fébrile ou folie des grandeurs).

Pour autant, René Descartes n'est pas jouvenceau, quand il procède à sa "razzia", et c'est éventuellement pour cela qu'on put dire de lui qu'il fut superficiel (Nietzsche), ou bien syncrétique sans originalité véritable (généralement) - reste qu'il faut lui reconnaître, encore un coup, ce syncrétisme refondateur car, à mon sens, Emmanuel Kant ne vaut pas autre chose - quand bien même il fit autre chose - du moment qu'il "révolutionna" la philosophie en criticisme (de ce que, au fond, il aristotélisa taxinomiquement, en mettant des noms - comme en Nouvel Adam de la philosophie - sur le "Tradition" en la circonscrivant dans le cadre cartésien, cf. Heidegger, Être et temps).

Bref : rien d'original, mais une singularité intéressante, appréciable & utile, du moins dans l'ordre perspectif du modernisme.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum