Sens de la vie

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kal' le Mer 24 Aoû 2016 - 20:57

Gaes a écrit:Difficile de dire que l'Homme a un "rôle" pré-déterminable.

Et la survie de l'espèce ? (ce que je définis comme le rôle de l'individu)

Gaes a écrit:En outre, on peut repousser un besoin pour en favoriser un autre, mais repousser un besoin pour le repousser, il n'y a pas d'utilité à cela. [...] Repousser un instinct, c'est toujours en repousser un autre. J'ajoute à cela qu'on ne peut pas repousser certains besoins vitaux et universels : manger, boire, dormir, etc...

Que faites-vous des doctrines philosophiques portant sur l'ascétisme ?


Dernière édition par Kaloskagathos le Mer 24 Aoû 2016 - 21:02, édité 1 fois

Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Mer 24 Aoû 2016 - 21:01

Koala a écrit:pouvez definir ce qu'est le sens?j'ai pas trop compris la difference
Koala, tu ne prends alors pas bien le temps d'écrire ni de lire : c'est toi qui avait écrit "science à sa vie" - si je fais bien allusion à ce dont tu fais allusion, parce que tu n'es pas clair.
Au reste, je te renvoie là : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1113-la-dynamique-du-sens-ou-la-signifiance-comment-comprends-je
Et plus généralement là : http://www.liberte-philosophie-forum.com/f141-linguistique

Au reste : les rats sont instigués/instinctés (même étym. pour aiguillés) à faire survivre le groupe en effet : cela a un sens spéciologique, non "individuologique", et certainement pas de "sens à sa vie".
Les armées se rentrent dedans pour un sens patriotique/national/souverain (voire nationaliste/souverainiste) : c'est humainement idéologique, territorialement instinctif-archaïque, mais ça n'est pas encore "individuologique" (comptez les films - et d'abord les livres - pour vous dire que les soldats sont des hommes comme les autres, capables de fraterniser même entre "ennemis").
Le travailleur sous pression se suicide par sentiment de non-reconnaissance absolue, ainsi que de rythmes de travail à la Temps Modernes, de Charlie Chaplin (film en accès livre sur le Net, monument de l'Histoire du cinéma) - sans parler du manque de sens de nos productivités (Durkheim ! *Pouce* )
Le chômeur idem, quand en plus ce productivisme lui donne une sale image de soi, en tant qu' "improductif" (Durkheim ! *Pouce* )
Et si, pour le travailleur et le chômeur, des éléments plus individuels (familles décomposées, divorces impossibles, gosses intenables, époux/épouse harcelant at least moralement, etc.) jouent aussi, c'est toujours à la faveur d'un manque de sens (Durkheim ! *Pouce* )

Quant à vos justifications du suicide d'un ado pour "que dalle" ou du moins "par sentiment d'être de trop", elles ne tiennent débilement pas compte de son pouvoir-être-advenant, qu'un suicide vient rompre tout aussi niaisement. Et, pour tout vous dire, cet ado (me) fait à la fois pitié & honte, parce qu'un suicide est toujours à ce niveau une manière de dire "j'ai la haine, j'me tèj, j'm'arrache", soit donc une motion agressive envers le monde. Je doute que cela ait fondamentalement "un sens à la vie" - car c'est bien de sens de la vie dont nous parlons ici, et rien d'autre, du moins quand je m'exprime.
Faut pas pousser mémé dans les orties, ni s'emmêler les pinceaux, "les p'tits jeunes" :pirat:
(Ouh là qu'est-ce que je ne viens pas de sortir ! *Lol* )
Sang noir ! :*Barbare*:

*

KG : nos avis ne sont pas si divergents, à ce que je crois, sachant que j'ai déjà cru que tu m'avais mal lu.


Dernière édition par Malcolm S. Cooper le Mer 24 Aoû 2016 - 22:41, édité 1 fois
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kal' le Mer 24 Aoû 2016 - 21:10

Je tiens à préciser que ce que je définis par sens de la vie porte aussi bien sur une détermination de l'essence (c'est-à-dire le rôle inné que l'individu doit accomplir, consciemment ou non, volontairement ou non - manifeste chez les animaux, par exemple - qui s'exprime à travers une volonté générale) que sur un choix d'existence (c'est-à-dire le rôle que s'attribue le sujet humain - philosophiquement déterminé ou non).
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Prince' le Mer 24 Aoû 2016 - 21:10

C'est aussi occulter toute la dimension de résistance que peut avoir un suicide ; Caton le Jeune se suicide pour ne pas laisser à César le loisir d'exercer sa clementia.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Gaes le Mer 24 Aoû 2016 - 21:30

Kaloskagathos a écrit:Et la survie de l'espèce ? (ce que je définis comme le rôle de l'individu)
En effet, la survie de l'espèce étant un amas d'instincts, processus mentaux et divers biais cognitifs qui vont déterminer le rôle individuel. Dans ce sens là du terme "survie de l'espèce", un rôle se détermine en effet... Mais il ne se limite pas à la survie et il n'est pas généralisable à l'espèce, en tout cas pas chez l'Homme.

Kaloskagathos a écrit:Que faites-vous des doctrines philosophiques portant sur l'ascétisme ?.
Suivre une doctrine philosophique peut stimuler du positif, et donc représenter un but, que l'on peut considérer comme plus important que tout le reste. C'est relatif. Tout dépend de l'expérience individuelle avec la doctrine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kal' le Mer 24 Aoû 2016 - 21:37

Gaes a écrit:il n'est pas généralisable à l'espèce, en tout cas pas chez l'Homme.

Ah oui ? L'instinct de survie ne se limite qu'à l'individu ? Que faites-vous de ce que nous avons dit précédemment sur les rats ? C'est bien là une manifestation claire de cet instinct, pourquoi cela n'impacterai pas l'homme - êtes-vous anthropocentriste ?

Gaes a écrit:Suivre une doctrine philosophique peut stimuler du positif, et donc représenter un but, que l'on peut considérer comme plus important que tout le reste. C'est relatif. Tout dépend de l'expérience individuelle avec la doctrine.

Nous nous sommes mal compris je pense, vous disiez que repousser les instincts est inutile et qu'il est impossible de rejeter ses besoins vitaux, et pourtant c'est ce qu'essaient de faire les ascètes.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Gaes le Mer 24 Aoû 2016 - 22:27

Kaloskagathos a écrit:pourquoi cela n'impacterai pas l'homme
Vous faites le constat d'un instinct de survie collective sur une espèce, mais rien ne dit que la même chose existe sur une autre....... Mais peut-être avez vous des exemples d'instinct (au sens inné) de survie collective chez l'Homme ?

Kaloskagathos a écrit:Nous nous sommes mal compris je pense
Je ne pense pas avoir la même vision de l'instinct que vous. Je l'associe à une fonction émotionnelle, qui détermine le "positif" et le "négatif" pour orienter les actions. Pour moi, l'instinct ne regroupe pas uniquement l'inné. (selon modèle)

Ce que je dis, donc, c'est que repousser une stimulation positive implique impérativement d'en favoriser une autre. Les ascètes se soumettent à une doctrine de privation parce qu'ils associent une connotation positive à la doctrine et à ses règles. Ils ont une expérience positive avec des règles de privation, ils considèrent que cela leur est bénéfique, et décident donc d'écarter des stimulations positives (associées négativement selon leur morale).

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Prince' le Mer 24 Aoû 2016 - 22:31

Je ne pense pas avoir la même vision de l'instinct que vous.
D'où l'impérieuse nécessité de définir avec précision les termes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kal' le Mer 24 Aoû 2016 - 22:32

Gaes a écrit:Mais peut-être avez vous des exemples d'instinct (au sens inné) de survie collective chez l'Homme ?

Eh bien oui, le fait tout bêtement que l'humanité existe encore aujourd'hui. Par instinct de survie je n'inclus pas seulement les moyens de conservation dans des milieux hostiles. Si l'humain n'était pas animé d'un vouloir-vivre nous aurions déjà tous disparus, ou nous nous suiciderions immédiatement.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Gaes le Mer 24 Aoû 2016 - 22:35

Kaloskagathos a écrit:Eh bien oui, le fait tout bêtement que l'humanité existe encore aujourd'hui. Par instinct de survie je n'inclus pas seulement les moyens de conservation dans des milieux hostiles. Si l'humain n'était pas animé d'un vouloir-vivre nous aurions déjà tous disparus, ou nous nous suiciderions immédiatement.

Je croyais que l'on parlait d'instinct collectif. Vous parlez là d'instincts individuels.

@Princeps
Non seulement définir, mais aussi donner l'interprétation. De nombreux termes complexes/trop généraux permettent plusieurs variantes.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kal' le Mer 24 Aoû 2016 - 22:42

Les instincts collectifs s'expriment justement à travers l'individu, l'instinct ne peut pas qu'être individuel à moins que vous représentiez une espèce à vous tout seul.

Pour mettre fin à tout malentendu je définis ici ce que j'entends par « instinct », c'est la définition basique issue du Larousse :

Larousse a écrit:[L'instinct est une] impulsion innée, automatique et invariable qui régit le comportement de tous les individus d'une même espèce.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Mer 24 Aoû 2016 - 22:48

Je connais un type qui, à ses heures perdues, fait de la poésie :

Sur cette Terre
Nous ne sommes là
Que pour une seule & certaine fonction :
La - procréation !

Mais c'est encore un sens spéciologique (instinct).
Les autres animaux "n'" ont "que" cela : un sens spéciologique.
Mais, comme ce même "poète" le répète parfois : un sens ne fait pas un but. La boussole indique un sens, elle n'a pas de but : c'est nous qui lui en trouvons un (at least, une utilité). Le marteau n'a pas de sens en dehors de l'emploi qu'on en fait, comme la boussole d'ailleurs, or la seule invocation de "marteau" induit à "taper, clouer, casser", que sais-je encore. Mais c'est encore un but que nous lui fixons, etc.
Et donc, il y a l'humain, qui cherche des sens et des buts et des buts reliés à des sens et des sens à des buts, etc.

Ceci étant, on voit bien que je parle depuis un poste nihiliste significatif ! Le croyant dirait autre chose : que le sens de la vie, c'est l'amour du prochain, dans l'espérance (but) de la résurrection, dans l'amour du dieu (pour le chrétien monothéiste en tout cas).
Etc.

A tout prendre, il semblerait que penser que la vie a un sens, requiert un acte de foi, une croyance, même en dehors du christianisme.
Pour ma part, je dirai que, chrétien ou pas, il faut un avoir-à-cœur. L'unique incarné pour le chrétien ; autre chose pour d'autres.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Gaes le Mer 24 Aoû 2016 - 22:57

Kaloskagathos a écrit:Les instincts collectifs s'expriment justement à travers l'individu, l'instinct ne peut pas qu'être individuel à moins que vous représentiez une espèce à vous tout seul.

Déjà, je rappel que l'espèce est une norme scientifique. Biologiquement, les espèces n'existent pas. Ce qui existe, c'est une différence de caractères entre un être vivant et un autre. L'espèce n'est que la constatation de similitudes entres individus en raison d'un important nombre de caractères partagés.

Ensuite, je crois que vous confondez la généralisation d'un caractère et l'utilité de ce caractère. Un instinct peut être commun à tous les individus d'une espèce, mais l'instinct en lui même ne peut concerner que l'individu qui le possède. Il peut n'être utile qu'à la survie de l'individu qui le porte, sans être bénéfique à d'autres individus. Et un instinct collectif peut être bénéfique à d'autre individus que ceux de son espèce.
On pourrait prendre l'exemple de la légende de Romulus et Remus : la louve les prend avec elle, mais ce ne sont pas loups, ce sont des humains.... Ce genre de chose a déjà été observé par la science : des instincts peuvent être inter-espèce, notamment ceux maternels.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kal' le Mer 24 Aoû 2016 - 23:05

Malcolm S. Cooper a écrit:Mais, comme ce même "poète" le répète parfois : un sens ne fait pas un but. La boussole indique un sens, elle n'a pas de but : c'est nous qui lui en trouvons un (at least, une utilité). Le marteau n'a pas de sens en dehors de l'emploi qu'on en fait, comme la boussole d'ailleurs, or la seule invocation de "marteau" induit à "taper, clouer, casser", que sais-je encore. Mais c'est encore un but que nous lui fixons, etc.

En effet, il faut faire la distinction entre le sens et le but, c'est important. Particulièrement pour l'espèce humaine, d'ailleurs, chez les animaux cette distinction n'existe pratiquement pas ; c'est ce que je disais dans un précédent post sur la définition du sens en regard de l'essence et le sens en regard de l'existence.

Gaes a écrit:ce qui existe, c'est une différence de caractères entre un être vivant et un autre.

Ce qui ne contredit en rien ce que j'ai dit, car l'instinct de survie vaut pour tous les êtres vivants - différence de caractères ou non - même les plantes dans une certaine mesure.

Gaes a écrit:[L'instinct] peut n'être utile qu'à la survie de l'individu qui le porte, sans être bénéfique à d'autres individus. Et un instinct collectif peut être bénéfique à d'autre individus que ceux de son espèce.

Vous avez une bien drôle de définition de l'instinct, je ne comprends pas votre inhabituelle division entre l'instinct individuel et l'instinct collectif
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Prince' le Mer 24 Aoû 2016 - 23:07

Sur la définition de l'espèce : http://www7.inra.fr/dpenv/leguyc46.htm
On pourrait prendre l'exemple de la légende de Romulus et Remus : la louve les prend avec elle, mais ce ne sont pas loups, ce sont des humains....
Outre que je déconseille aux aventuriers de se risquer à téter une louve, il n'est pas utile de fonder un raisonnement sur un mythe - surtout si celui-ci à quelques prétentions scientifiques
Un instinct peut être commun à tous les individus d'une espèce, mais l'instinct en lui même ne peut concerner que l'individu qui le possède.
Lapalissade ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Mer 24 Aoû 2016 - 23:30

Pour le moment, je ne lis personne capable de surpasser mon avoir-à-cœur, en termes de sens de la vie : ma supériorité est manifeste.
Je ne demande qu'à ce qu'on la renverse, au lieu de s'éperdre en débats stériles sur des notions annexes.

Je comprends ton distinguo KG, et je le trouve pertinent sous ses ... espèces ! ... (avec le sens, l'essence, l'existence)
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Tichikarasu le Mer 24 Aoû 2016 - 23:33

Voici un débat fort instructif et je remercie tout les participants pour les différentes "idées" qui sont débattu. Pour ma par je vais appliquer une chose que je trouve salvatrice, écouter plutôt que de parler. Car dans l'écoute ont comprend l'autre, dans la parole ont se comprend soi. Malgrais tout une petite chose ma fait réagir, je préférais la passé sous silence car elle n'était pas une partit importante du débat, mais excuser mon ego, je souhaiterais à présent réagir.  

Gaes a écrit:Les ascètes se soumettent à une doctrine de privation parce qu'ils associent une connotation positive à la doctrine et à ses règles. Ils ont une expérience positive avec des règles de privation, ils considèrent que cela leur est bénéfique, et décident donc d'écarter des stimulations positives (associées négativement selon leur morale).

Dans tout la suite de mon propos je ne parlait que du bouddhisme, car c'est bien le seul point de vue sur la question que je connaisse. Personne n'as d’expérience positive de la privation des choses fondamental, sauf peu être un masochiste mais pour cela je n'en sais rien. Tu es trop binaire, et je sais que tu n'entendra pas ma remarque, mais elle aura eux le mérite d'être formulé, il y a des programmes plus complexe que la "duochromie" positif / négatif que tu fait et je suis sur que tu le sais. Car dans la pratique de l'ascèse, il ni a pas de sentiment, sensation positive, ou si il y en a une elle résulte de l'égo et alors ton ascèse c'est de "Gros mots". Le but d'une ascèce est de comprendre la manière dont fonctionne c'est mécanisme dit "inné". Toi qui a faut en la cause/effet, tu pourras voir que de cette privation en résulte une "sensation", cette "sensation" et normalement combattu par les programme "du continuum mental" (Pardon je ne trouver plus de mots convenable, j'en et était réduit à utilisé le mien, pardon). La fonction de l'ascèse par delà "l'étude" de ces programme, et de reformater le programme inné afin cas la place de "combattre ou fuite" ( qui marche sur nos émotions aussi je le croit) ont passe dans un programme de "lâcher prise". Je sais je devrait définir lâcher prise, mais cela porterai un nouveau débat inutile dans ce cas.

Donc de ce que tu dis c'est vrais, mais c'est imprécis, pardon si je te frustre, mais du fait de cette imprécisions tu tombe dans le faux. Il n'y a aucune "émotions" positive, mais oui il considère que cela est bénéfique. Bénéfice du reformatage du programme "innée" afin qu'il corresponde à une réalité plus actuel. (Avec tout ce que cela peut impliquer, je ne nid pas.)

Modération

Edit: Il y en a un qui veux se battre disons que je suis près à prendre des coup philosophique. *Lol* . Car je ne vais pas te donné de contre argument mais j'ai envie de questionner les tiens. Que ferai tu d'une personne qui n'as rien à cœur ? Cérte elle mange bois dort, mais ne donne aucune direction à sa vie, se laissant vaguement glisser sur l'existence, ne saisissant que les occasions qui se présente. Comment ton argumentation entend cet être, quelle est le sens alors de ça vie ?

NB:
Je me douter être modéré sur la fin de mes propos, c'est vrais qu'il n'était pas requis. Désoler, j'ai du mal à me faire au "aucun propos personnelle". Je vais tenter de veiller à ce que cela ne se reproduise pas.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Gaes le Mer 24 Aoû 2016 - 23:59

Princeps a écrit:il n'est pas utile de fonder un raisonnement sur un mythe - surtout si celui-ci à quelques prétentions scientifiques
Ce n'est qu'un exemple pour rendre compréhensible mon explication, je ne fonde pas mon raisonnement sur cela.

Kaloskagathos a écrit:je ne comprends pas votre inhabituelle division entre l'instinct individuel et l'instinct collectif
Un instinct est un programme supporté par une intelligence. Ce programme peut participer à la survie individuelle, tout comme il peut participer à la survie collective, (celle de plusieurs individus) tout comme il peut participer à la survie de l'espèce.

Tichikarasu a écrit:Il n'y a aucune "émotions" positive, mais oui il considère que cela est bénéfique.
Cette phrase est contradictoire avec elle même..... Si ils considèrent cela comme "bénéfique", ils associent des émotions positives au résultat... Ils en tirent un bénéfice, et c'est pour cet unique bénéfice qu'ils sont passé à l'acte de l'ascèse. Donc, au final, pour du positif...... Le modèle émotion positive/négative reste correcte. On pourrait prendre un exemple plus général, sur le travail : si on travail, ce n'est pas pour le travail en lui-même, qui est sûrement pénible à effectuer, mais pour la conséquence du travail, les émotions positives qu'il produit (salaire, etc). C'est ce que j'appel l'instinct à long terme dans mon modèle.

Tichikarasu a écrit:quelle est le sens alors de ça vie ?
Mais je crois que personne a dit sur ce fil de conversation qu'un individu devait impérativement avoir un "sens de la vie". Chacun interprète ses sensations selon ses propres réflexions pour se placer un but concret, pour planifier des actions. Il peut y avoir divers interprétations des sensations positives/négatives d'un individu à l'autre. Rien n'oblige d'avoir un gros "but final" de la vie, de lui donner un sens particulier.

M.C a écrit:Pour le moment, je ne lis personne capable de surpasser mon avoir-à-cœur
Je crois avoir compris que vous considérez que la croyance est la seule à pouvoir donner un sens à la vie... Si même l'hédonisme et l'utilitarisme sont aussi considérés comme des croyances, alors c'est sûrement le cas.....

M.C a écrit: un sens ne fait pas un but.
En effet, chez l'homme, c'est certain..... La cause est l'autonomie de la partie conscience du cerveau, qui permet l'interprétation des sensations positives et négatives. Enfin, je l'ai déjà dis dans d'autres postes.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Jeu 25 Aoû 2016 - 13:43

Etym. croire, signifie placer au cœur.
Nulle connotation "délirante" ou encore "antiscientifique" dans ce terme.
Il faut bien se fier, avoir fiance, confiance, bref croire.
http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1183-qu-est-ce-que-croire-returns
Dans le scientifique (qui ne donne pas de sens ni de but, mais dont le sens et le but est la recherche de fiabilités crédibles, rapport aux opérations enregistrées) ou autre (cela dit, donc, "scientifiser" est un sens + un but, quand on y croit !).
Ce qui nous motive, stimule, émule, donne à vivre, fait vivre, pousse à aller au-delà, etc. - je veux dire, dans les termes exacts d'un sens à la vie humain, de quelque chose qui nous fait/donne envie, espérer, aspirer à, etc. pour autant qu'il provient de quelque vouloir-vivre et/ou instinct, est phénoménologiquement expériencé comme avoir-à-cœur.
"Je tiens à ... "
"Je souhaite ... "
"Je milite, me bats, lutte pour ... "
"Ma raison de vivre est ... "
"Je réalise, projette, fais advenir, construis dans le sens de ... "
"Je crois que ... "
"Je suis motivé à ... ça me motive de ... "
"Il faudrait, on devrait, on pourrait ... "
Bref : j'ai à cœur de ...

Ou, dit autrement : j’œuvre à/pour ...
Le sens de la vie est œuvrer-à/pour.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le sens de la vie

Message  Kenshin (Bigone) le Jeu 22 Sep 2016 - 12:16

Modération : fusionné avec le topic préexistant.


Désolé d'avance si je suis confus...

simplement , je dirai que l'unique fait de se poser la question renvoie déjà un besoin. Le sens de la vie revient peut être à se poser la question, pourquoi aurais je besoin de vivre ?
ensuite, la vie nous fait  ressentir des choses positives ou négatives. Nos actions vont dans ce but. Si je me lève tous les matins pour travailler , en faisant un travail que je n'aime pas, c'est pour au minimum obtenir la satisfaction de me maintenir vivant, manger, ne pas ressentir la sensation du manque de faim ( Le sage certainement lui aura appris a y trouver de la joie, d'autres pourront certainement ressentir une satisfaction de ne plus avoir faim rapide, mais le fait d'avoir de quoi manger, de faire marcher son corps de la bonne manière, dans tous les cas, nous rassurerait quand à la peur ( sensation désagréable) de ne pas avoir à manger demain)
Au fond on a pas décidé de venir au monde mais on ressent des choses en vie. Rien que la première bouffée d'oxygène nous a fait du bien. On l'a surement apprécié, elle nous a rendu heureux. Parce que sans oxygène, va t on dire, on se sent mal. On veut donc vivre.
Ca va être con ce que je vais dire mais si on est des êtres vivants, c'est qu'on est conçu pour vivre. La question est donc, quelle vie ?
Donc, le sens de la vie c'est surement vouloir être heureux. On peut voir aussi que certains  donnent du sens à la vie à travers le pouvoir , la domination, la barbarie. Sont ils heureux ? Ils en ont au moins l'illusion. Dans tous les cas, ils sont rassurés quand à leur capacité à ne pas souffrir car ce sont eux qui font souffrir les autres. Ils veulent contrôler la souffrance  en la projetant sur les autres. Si je ne veux plus de la souffrance, c'est que j'ai compris que le bonheur était le plus important. Sans souffrance est on forcément heureux ? non, ps forcément. Ne pas souffrir veut il dire être à fortiori , heureux ? non.


En définitive, le sens de la vie c'est un choix, celui que tu lui donnes. être heureux, certainement mais de quelle manière ?   A titre personnel, je pense qu 'il est préférable d'être bienveillant avant toute chose.
Se poser une question et chercher la réponse peut donc dire que l'on veut obtenir du bonheur à travers cet acte ( cérébral). Trouver la réponse, ou du moins savoir que l'on avance sur le sujet( qu'on y voit plus clair)  ne nous procure t il pas au minimum de la satisfaction ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Jeu 22 Sep 2016 - 12:52

Je répondrai mais, dans l'immédiat, j'avais envie de dire :
Où suis-je, que fais-je, dans quel état j'erre, où cours-je et à quoi sers-je ?
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum