Sens de la vie

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Jeu 22 Sep 2016 - 12:52

Je répondrai mais, dans l'immédiat, j'avais envie de dire :
Où suis-je, que fais-je, dans quel état j'erre, où cours-je et à quoi sers-je ?

Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Ven 23 Sep 2016 - 23:13

bigone74 a écrit:simplement , je dirai que l'unique fait de se poser la question renvoie déjà un besoin. Le sens de la vie revient peut être à se poser la question, pourquoi aurais je besoin de vivre ?
C'est psychodynamiquement judicieux.
Finalement, on ne se pose la question qu'à partir du moment où nous éprouvons un non-sens, ou l'absurde (ce qui n'est pas la même chose, donc). Or, cet épreuvement, comme mise à l'épreuve, nous confronte à notre faiblesse à vivre harmonieusement.
Ceci étant, la dysharmonie suscitée n'est pas fatalement "suicidaire", mais du moins négative, or ce négativisme, certains le vivront effectivement comme risque suicidaire, ou tentation (TS préliminaire).
ensuite, la vie nous fait  ressentir des choses positives ou négatives. Nos actions vont dans ce but. Si je me lève tous les matins pour travailler , en faisant un travail que je n'aime pas, c'est pour au minimum obtenir la satisfaction de me maintenir vivant, manger, ne pas ressentir la sensation du manque de faim ( Le sage certainement lui aura appris a y trouver de la joie, d'autres pourront certainement ressentir une satisfaction de ne plus avoir faim rapide, mais le fait d'avoir de quoi manger, de faire marcher son corps de la bonne manière, dans tous les cas, nous rassurerait quand à la peur ( sensation désagréable) de ne pas avoir à manger demain)
Tout à fait : c'est souvent sur quelque "ponosisme" (épreuvement douloureux), voire prise de conscience de "dolorisme" (constat que l'on s'inflige des souffrances inutiles, qu'on est dans une logique d'échec, etc.) qu'on en vient à se poser la question du sens, comme si le déplaisir rompait la significativité de notre être-là ou devenir-maintenant.
Néanmoins, c'est n'envisager les choses que sous l'angle du plaisir, justement, or il se pourrait que le déplaisir ne rompe pas le sens, et qu'on éprouve alors une rupture que d'après des motions susceptibles sur des bases fragiles (la sensation). Or, le déplaisir signalerait aussi qu'on n'envisage pas les choses sous le bon angle, c'est-à-dire que nous ne fassions pas signifier judicieusement nos être-là/devenir-maintenant. En somme, nous sommes plus ou moins (ir)réalistement satisfaits du sens pris par nos existences, sans pourtant qu'il s'agisse de non-sens ou d'absurde, mais nous tendrons à les dire non-significatives et absurdes, de ce qu'elles ne nous font pas ... plaisir ! ... ce qui est immature, et que "le sage" s'épargne certes autant que possible.
Au fond on a pas décidé de venir au monde mais on ressent des choses en vie.
Tout ce que Martin Heidegger nomme notre être-jeté-là-au-monde, comme en abandonnement ou délaissement, depuis lequel s'ouvre tous nos pouvoirs-être.
Rien que la première bouffée d'oxygène nous a fait du bien. On l'a surement apprécié, elle nous a rendu heureux. Parce que sans oxygène, va t on dire, on se sent mal. On veut donc vivre.
Elle nous a surtout fait hurler comme des beaux diables à la naissance, passant d'un milieu aqueux où tout nous était donné, à un milieu plus lourd car moins dense, où nous devions "prendre la responsabilité" de notre être, et étions appelés à la prendre toujours & plus. Voire aussi le psychanalyste Otto Rank, qui fait du naître un événement tréfondamentalement structurant pour la personnalité.
Ca va être con ce que je vais dire mais si on est des êtres vivants, c'est qu'on est conçu pour vivre.
C'est juste, et c'est précisément la raison pour laquelle Friedrich Nietzsche oppose à Arthur Schopenhauer, la volonté de puissance au vouloir-vivre, car comment un être qui vit voudrait-il vivre, puisqu'il vit ? Au contraire, vivant, il tend à se doter de pouvoirs nouveaux, que ce soit ontogénétiquement (le réflexe de respirer, de téter, etc.) ou phylogénétiquement, en tenant compte de son environnement.
La question est donc, quelle vie ?
Oui, au sens où cette vie est entendue dans un sens projectif de futuration et de responsabilisation ici & maintenant, et non pas dans un sens biotique.
Donc, le sens de la vie c'est surement vouloir être heureux.
Il faudra s'entendre sur ce être-heureux. En tout état de cause, un heur (bon ou mal) est quelque chose qui arrive comme passent les heures, d'où suit qu'il s'agira, entre les aléas et nos motions, de négocier une trajectoire.
On peut voir aussi que certains  donnent du sens à la vie à travers le pouvoir , la domination, la barbarie. Sont ils heureux ? Ils en ont au moins l'illusion.
Note immédiatement que la volonté de puissance nietzschéenne, si elle peut se réaliser ainsi, peut se réaliser autrement encore, dans l'autopourvoiement/l'autodotation, pour vivre, y compris l'aide communautaire, de ce que du pouvoir-être de la communauté dépend notre pouvoir-être personnel, sous un angle.
Reste que la question est : pouvoir absolu ou pouvoir commun, n'est-ce pas toujours en quelque sorte illusion ? ... Illusion d'être, au sommet, "immunisé", versus illusion d'être, en commun, "protégé".
Dans tous les cas, ils sont rassurés quand à leur capacité à ne pas souffrir car ce sont eux qui font souffrir les autres. Ils veulent contrôler la souffrance  en la projetant sur les autres. Si je ne veux plus de la souffrance, c'est que j'ai compris que le bonheur était le plus important. Sans souffrance est on forcément heureux ? non, ps forcément. Ne pas souffrir veut il dire être à fortiori , heureux ? non.
D'accord, mais tu projettes toi-même trop facilement "le malheur" sur le pouvoir absolu. Il y eut des tyrans heureux, et je crois qu'aujourd'hui un "nouveau riche", peut se sentir bien dans son existence.
En définitive, le sens de la vie c'est un choix, celui que tu lui donnes. être heureux, certainement mais de quelle manière ?
Je ne suis pas si certain que l'on choisisse d'être heureux, encore que l'on puisse vouloir l'être. Je veux dire qu'il y a la chance, la contingence, le hasard, le destin, le lot, le sort, etc.
A titre personnel, je pense qu 'il est préférable d'être bienveillant avant toute chose.
Ça évite quelques ulcères, mais ça peut rencontrer ses limites en terme d'autodéfense.
Mais d'abord, est-ce que la bienveillance est un sens ? N'est-ce pas plutôt une disposibilité à en trouver/voir un dans les choses, sachant que d'autres disposibilités pourraient servir autant ?
Se poser une question et chercher la réponse peut donc dire que l'on veut obtenir du bonheur à travers cet acte ( cérébral). Trouver la réponse, ou du moins savoir que l'on avance sur le sujet( qu'on y voit plus clair)  ne nous procure t il pas au minimum de la satisfaction ?
Rebelote : la satisfaction est-elle un sens ? ... Elle peut entériner un sens quand on la ressent dans la veine, elle peut nous indiquer de renoncer à tel sens, quand on ne l'éprouve pas. Mais fait-elle un sens ?
Je suis tout à fait d'accord avec ta notion d'avoir-à-coeur.  Je l'interprète ( reprends moi si  je me trompe) comme "découvrir une vérité, en prendre conscience" . Mais qu'est ce qui motive qu'on va la choisir, qu'on va se battre pour elle, cette vérité ?
Non : la prise de conscience n'a rien à voir avec l'avoir-à-cœur : je peux être persuadé d'une chose, sans réaliser que c'est en fait pour elle que je vis, quand bien même elle surdéterminerait mes motivations & mes actes.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Kenshin (Bigone) le Sam 24 Sep 2016 - 14:41

malcom a écrit:Non : la prise de conscience n'a rien à voir avec l'avoir-à-cœur : je peux être persuadé d'une chose, sans réaliser que c'est en fait pour elle que je vis, quand bien même elle surdéterminerait mes motivations & mes actes.

c'est vrai...tu as raison. je n'avais pas vu les choses sous cet angle là. *Héhéhey*


ps: j'adhère avec le reste de ton commentaire...merci pour ces réponses toujours aussi "précises" Et je crois que je vais lire un peu de nietzsche !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Sam 24 Sep 2016 - 14:48

Problématiques de l'inconscient d'une part (les motions, pulsions, instincts, passions, etc. qui m'animent ou me (m'é)meuvent intradynamiquement), mais aussi du nescient, de l'insu : ce qui n'est pas tout à fait la même chose, de ce qu'en didactique on parle de savoirs insus, ou processuels, rapport à des savoirs sus, ou réfléchis de sens commun (voire théorisés). On procède nesciemment de l'inconscient, mais nos nesciences sont traversées aléatoirement d'inconscient. La nescience est de l'ordre, disons, d'un inconscient cognitif ou pragmatique ; l'inconscient, de l'ordre d'une nescience qui-toujours-nous-échappe.

Autant de distinguos faisables, du moment qu'on a approché un peu ces différents domaines mûrement.


EDIT: "Eloge de l’abandon ou le sens de la vie" de Vincenzo Sorrentino
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le sens (pensée du soir, bonsoir)

Message  Ragnar II le Sam 5 Nov 2016 - 23:30

.

Le seul sens existant réellement et par-delà l'absurdité du monde dans lequel nous avons été jeté sans ménagement, c'est celui qu'on se construit soi-même.

Pour y arriver, tous les moyens sont bons.

Le résultat n'est toutefois pas toujours réjouissant, surtout quand le sens construit par l'un est imposé à l'autre par la ruse ou par la force.

Le créateur de sens le plus noble, le plus digne d'attention, tout porte à penser que c'est l'artiste, en fin de compte ... Oui à l'artiste ! ...




.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Prince' le Dim 6 Nov 2016 - 4:58

Il y a comme un air de contradiction entre la liberté du début et l'absolu de la fin. Sauf à dire que chacun est artiste - ce qui ne veut rien dire. Sauf chez Coehlo.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Philosophème le Dim 6 Nov 2016 - 10:42

Ragnar II a écrit:Le résultat n'est toutefois pas toujours réjouissant, surtout quand le sens construit par l'un est imposé à l'autre par la ruse ou par la force.
Pas très nietzschéen, ça. Libéral ou libertaire, mais pas nietzschéen. Pour Nietzsche, les valeurs sont en effet imposées par les uns aux autres, maîtres (de préférence pour lui) ou esclaves.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Dim 6 Nov 2016 - 11:25

C'était une "pensée du soir, bonsoir".

Mais les silences et absences parlent, aussi.
Une intervention ponctuelle çà et là, n'est-ce pas encore une ruse ou une façon de se faire fort, par suggestion ou parence de savoir-se-réserver ?
Je ne suis pas loin de penser que tout est stratégique/tactique. D'aucuns disent "tout est politique". D'autres "tout est sexuel". Mais c'est "la même chose".
Le reste est chichi et blabla trop intellectualisé pour être vrai, paradoxalement avec la sensibilité artistique convoquée. C'est-à-dire que, par soi, la poser comme argument est intellectualisé. Je dirais (presque ?) que c'est contradictoire, à commencer par ce que souligne l'intervention de Princeps.
Ne jamais ignorer - puisque Philo parle de Nietzsche - qu'il y a (presque ?) un manichéisme nietzschéen ; ou, plutôt, si pas chez Nietzsche, chez nombre de trop-nietzschéens pour être vrais. Nietzsche idéal-typifiait, à la weberienne, sans bien croire à son système, lui, promoteur de scepticisme.
Mais Ragnar II n'est pas un sceptique.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Alice au pays des merveilles

Message  Ragnar II le Jeu 10 Nov 2016 - 2:34

.

« Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? »

.

L'application du principe de création de sens au sein d'un monde qui n'en a aucun est au cœur d'une réaction bien compréhensible. C'est le jeu d'une véritable tragédie, à cause du sens qu'on peut choisir en vue refaire le monde à son image et selon ses propres désirs.

On peut choisir de créer des religions, par exemple, ou des systèmes politiques. Et c'est lorsque les créateurs de telles choses tentent d'imposer leur création à tous qu'un pouvoir émerge et risque fort de se transforme en volonté d'agenouiller le plus grand nombre et de l'asservir jusque dans sa faculté de penser.

Mais il y a un autre genre de création de sens, qui ne cherche pas à agenouiller les gens, et c'est celui de l'artiste qui ne s'agenouille pas devant les agenouilleurs.

C'est aussi celui du scientifique qui ne s'agenouille pas lui non plus devant les agenouilleurs.

Et c'est encore celui du philosophe qui ne s'agenouille pas devant les agenouilleurs lui non plus.

Et c'est encore celui de quiconque pense pour lui-même comme un chien ou un empereur par-delà l'incommensurable difficulté de gouverner sa propre corporéité.

Dit ainsi au nom de l'Art, de la Science et de la Philosophie ainsi gravé au fronton d'une maison dont l'accès est interdit à ceux qui ne savent pas qu'ils ne savent rien sur la question de savoir pourquoi il y a quelque chose qui n'a pas de sens à l'exclusion de celui voulant qu'il n'y ait pas rien.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Prince' le Jeu 10 Nov 2016 - 8:35

Et ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Malcolm le Jeu 10 Nov 2016 - 12:28

Et non seulement ça ne valait pas le coup de produire un autre topic pour cela - sauf à vouloir imposer stratégiquement/tactiquement son sens au sens, - mais en plus cela procède d'une abstraction telle, que c'en ignore les dynamiques de groupes réelles, même informelles, procédant par hiérarchies de dominances - même spiritualisée ès compétences, même plus souples que dans une organisation formelle, tout en nous rappelant contradictoirement au statut de chien ou d'empereur.

Bref : c'est idéaliste. Pourquoi pas ? mais aussi, pourquoi ?
Disons que c'est très romantique, en fait.

Quant à Alice au pays des merveilles, c'est évidemment merveilleux dans le genre, et démontre toute la linguistique du sens. Voir aussi : Gilles Deleuze, Logique du sens.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sens de la vie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum