Métaphysique, ontologie, épistémologie, philosophie

Aller en bas

Métaphysique, ontologie, épistémologie, philosophie

Message  Malcolm le Lun 5 Sep 2016 - 12:22

Suite à différents topics ...
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1235-epistemologie#21538
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1388-la-metaphysique-version-henri-bergson
... je me disais qu'une modeste entreprise de désambiguïsation ne serait pas malvenue.

Le terme de métaphysique est inventé par Aristote, qui en fait le titre-même d'un de ses ouvrages, sachant que cet homme est considéré comme l'inventeur de la philosophie réaliste, et est encore-toujours aujourd'hui reconnu pour de bonnes raisons (voir surtout sur la fin du lien). Or, comme tel, Aristote participa à la fondation de la mentalité scientifique qui nous court toujours, quand son titre Organon ("outil" pour la connaissance) sera repris par le fondateur de l'empirisme, Francis Bacon, écrivant un Nouvel Organon à la Renaissance, très précisément.

C'est dire toute la contradiction contemporaine appérante, quand on songe que de nos jours la métaphysique passe pour une nébuleuse stratosphérique débile. Or, Platon, qui passe communément et à tort pour un tel métaphysicien, posa très-concrètement les jalons de nos mentalités scientifiques modernes (mais Platon passe pour tel, de ce qu'il établit un Monde Eidosique - "des Idées" - et un Monde Esthésique - "des Sens" - dualistement ... sinon que le Monde Eidosique a pour lui la concrétude de la géométrie conceptuelle, se réalisant sensoriellement, ce qui est en fin de compte la démarche de tout artisanat conséquent, sans parler de la production industrielle).

Bref : Aristote le réaliste scientifique, invente la métaphysique qui passe pour un délire, quand son prédécesseur Platon invente la science, et passe pour métaphysicien. Cherchez l'erreur ! ... Or il ne faut pas la chercher très loin : une mauvaise lecture du plus critique des philosophes (Nietzsche) induit de mauvais continuateurs à répandre cette légende d'un Platon voire d'un Aristote trop-abstraits-pour-être-vrais (alors que Nietzsche est toujours dans un rapport polyvalent avec ses prédécesseurs), les monothéismes & théologies idoines se sont mis à régner sur le monde entretemps (les philosophes tendant donc toujours et plus à rattacher la métaphysique à la théologie), et enfin, consécutivement, nos concepts actuels ne correspondent pas à la réalité antique (anachronismes, chronocentrismes, manques de sens historique, absences de philologie & d'anthropologie culturelle dans les démarches de ceux qui se prononcent sur ce sujet, jusque chez "les grands scientifiques" - les pontes, les clercs contemporains, acteurs nescients d'une mafia intellectuelle ... nolontaire ! *Lol* ).

Aussi bien, la métaphysique d'Aristote, de ce que sa philosophie est réaliste, finit par se dire "I Wonder ... I Have a Dream ..." or ce wondering (cette songerie, ce questionnement), ce having-a-dream (ce souci, cet espoir, ce projet), cherche bel & bien chez Aristote, à escape the common reality pour en trouver le code-source. C'est la métaphysique, interrogation sur les principes & les fins ultimes ... pour lesquels les sciences contemporaines, envers & contre tout, creusent toujours ! *Lol* ... Tout ce qui est dire que cette métaphysique est réaliste (Big Bang comme en premier moteur aristotélicien, Big Crunch, expansion de l'univers, "lois" physiques universelles, donc universalité, universalisme dans la démarche). Nous n'en sommes jamais sortis, et pour cause (causa prima ! *Lol* ) nous aimons à nous interroger sur l'origine & la chute (aux sens littéraires). C'est notre besoin de nous raconter des histoires, et des histoires fiables, qui nous pousse, comme il poussa toujours les hommes à se raconter des histoires pour se donner des explications sur leur présence & la présence du monde. Philosophie, science, superstition ou religion : même ressort psychodynamique !

La démarche de Platon est plus (oui) pragmatique ! ... Platon nous constate capables (surtout celui qui philosophe, donc, en tant qu'il étudie en ce sens) - capables de conception, de dessein, très processuellement. Or, comme cette faculté permet l'invention, la réalisation, la concrétisation, il suppose "tout cela" plus-originel, plus-ultime, plus-radical, plus-tréfondamental, que le déroulement sensoriel des mentalisations initiales ("lumière des idées" qui, en tant que les idées trouvent à advenir sensiblement, non seulement commandent le sensible, mais en plus le structurent et le composent : on les y retrouve, manifestées, donc corrompues, copiées, mais ces "idées" sont bien effectives, par quoi on l'a dit judicieusement réaliste des idées).

Avant Platon & Aristote, les présocratiques étaient du genre plus constatif et créatif. Peut-être plus du genre naïf dans un sens, mais aussi, assurément, plus simple dans l'enregistrement du monde et des choses, plus brut ou plus franc (voir Présocratiques sur ce forum) : ce n'étaient pas des métaphysiciens ... mais est-ce si sûr ? ... Le mot n'existait pas, mais voyons, ils le semblent absolument en termes aristotéliciens : quand Héraclite pose le feu, Thalès l'eau, etc. ils trouvent un principe voire une fin ultimes. C'est juste qu'ils "métaphysiquaient" ... sans le savoir ! ... C'est donc au-delà du IVème siècle ACN, surtout, que le terme de métaphysique sera toujours & plus renvoyé à une nébuleuse stratosphérique délirante, du fait de sa théologisation monothéiste (juive, chrétienne, musulmane).

***

Et puis, maintenant, il y ce terme d'ontologie, définit comme discours rationnel sur l'étant, voire sur l'être de l'étant, redoublant la réflexion, ou la mettant au carré. Ce n'est pas la même chose que la métaphysique. Eh oui ! ... Après tout, qui nous assure que l'étant voire son être, relèvent des principes & des fins ultimes (métaphysiques) ? ... Rien ! absolument rien. - Il n'en est pas moins vrai que l'ontologie, notamment sous le coup des monothéismes, se vit rattacher à la métaphysique, en tant que la métaphysique était théologique, et que la logique-théique est celle de la Perfection Créatrice Qui Ne Saurait Qu'Être (postulat dogmatique monothéique). Bref !

Pour autant, donc, un discours rationnel sur l'étant, voire sur l'être de l'étant (un discours ontologique, puisque c'est de cela que nous parlons) correspond à tout discours, en tant que le discours discourt toujours de "ce qui court-là", soit donc notre présence dans un monde & la présence de ce monde. A la métaphysique d'établir si ce monde est seulement possible, encore que Heidegger dit faire de l'ontologie comme on fait de la métaphysique, et dit métaphysique pour vision ontologique du monde. Allez comprendre ! *Lol*

A ce titre, les sciences sont des ontologies. Mais, là où ça se complique (et je renvoie au lien sur ontologie, deux paragraphes plus haut), c'est lorsque l'ontologie s'interroge sur l'être de l'étant, et non plus seulement sur l'étant (ce que fit Heidegger). A partir de là, il y a des scientifiques pour dire que l'on quitte le terrain des sciences, sinon que non seulement les sciences sont des espèces d'ontologies spécialisées dans un domaine ontique, mais en plus elles peuvent présupposer une définition de être (de l'être de l'étant) irréfléchie, impensée, consensuellement admise, de sens commun, etc. suite à quoi leur scientificité-ultime est à remettre en cause, métaphysiquement, grâce à l'ontologie fondamentale. Allez comprendre ! ... et encore ! on pourrait dire que c'est la métaphysique, qui remet en cause leur ontologie ... Vraiment, je vous le dis, c'est la vérité, allez comprendre ! *Lol*

En tout état de cause, en tant qu'elles sont dans une philosophie réaliste ultra-platonicienne & aristotélicienne, les sciences font de la métaphysique & de l'ontologie réalistes. Mais qu'est-ce que le réalisme ? *Lol* (Même problème avec l'empyrée, la factualité, etc.) Et de même, en tout état de cause, l'ontologie est une science ! *Lol* (Non mais, pour comprendre, il faut juste bien voir qu'il y a des guéguerres de clochers idiotes ... )

***

De tout cela, on réalise d'une certaine façon, au niveau des sciences, que métaphysique & ontologie servent à faire de l'épistémologie, et semblent s'y confondre. Mais, pour cela, je vous renvoie là.

***

A la fin, donc, nous retrouverons nos prémisses, qui se résument tout ensemble à la philosophie. Ce sera l'ontologie métaphysique/la métaphysique ontologique de notre parcours ! *Lol* Allez savoir ! *Lol*

Non mais, en effet : sur Aristote, j'ai dit philosophie réaliste. Or, dire philosophie réaliste, c'est dire métaphysique, ontologie & épistémologie réalistes, dans un sens ! *Lol*

C'est juste que, à ce point, ce n'est pas tant que "tout se mélange" (comme chante Calogéro, en apesanteur) que cette reconnaissance qu'il y a jeux de renvois, de correspondances, d'analogies, de langages, de raisonnements comme en caisse de "raisonnance".

Nous touchons aux limites anthropo-logiques (Kant), -morphiques (Nietzsche) et -centriques (Strauss) de notre appréhension des "choses" : tréfondamentalement, on ne sait rien, nous sommes des bouseux.

Or, comme la bouse, c'est la glèbe, et que glèbe se dit adam en araméen, cela en pousse à croire en quelque dieu, en bouse de court en bout de course, "parce que, quand même, l'absence de fondement, ça ne se fait pas" (indignation finalement très cul-cul la praline, quand on y pense).


Mais la philosophie, ce n'est pas pire.


Dernière édition par Malcolm S. Cooper le Lun 5 Sep 2016 - 16:27, édité 3 fois
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métaphysique, ontologie, épistémologie, philosophie

Message  Crosswind le Lun 5 Sep 2016 - 13:39

Je me permets un aparté (mais attention, sympa, l'apparté) que la modération pourra triturer à sa guise.

Tu me donnes l'impression, de plus en plus, de viser la création d'un Grrrrand site philosophique dont l'exactitude des propos ne devra jamais être mis en doute, et qui de manière vivante proposera un flux constant animé par les réactions à chaud des intervenants, les liens hypertextes constituant le sang de cette étrange créature.

Bref, un Euterpe dynamique et moins étriqué.

Allez, une fois n'est pas coutume : tu me plais !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Métaphysique, ontologie, épistémologie, philosophie

Message  Malcolm le Lun 5 Sep 2016 - 14:33

Je ne sais pas si c'est mon ambition, je sais juste que j'ai de l'énergie à revendre quand je veux, mais, en dehors de l'interpellation déplacée & inutile de la modération, tu me fais plaisir.

Ce n'est pas que le plaisir me semble important (voir : 1, 2) ou, en tout cas, il te semble plus important qu'à moi ... c'est juste que, gredin que tu es, tu flattes pourtant "mon nietzschéisme" avec tout ça (grandiosité, vie, chaleur, dynamisme, largesse, musique, mythe grec [Muses, Apollon, Euterpe créant la flûte instrument de Dionysos] et - finalement - quand on y pense : "Danse avec les liens" ! [sens de la terre] *Lol* ) ...

... par quoi tu mérites trois affectueux coups de bâton ! *Lol*

Au passage : le postulat d'infondement ontologique/métaphysique/épistémique/philosophique de mon propos ne chatouillera-t-il pas son penseur ? *Lol* - Ne faut-il pas me taxer, moi aussi, de postulats ontologiques/métaphysiques/épistémiques/philosophiques ? *Lol* - Mon propos, hors de doute dans la démarche, vraiment ? *Lol* - Je t'ai connu en meilleure forme !

"Herr und Frau" Fhormeuh ont trois fils.
Comment s'appellent-ils ?

Réponse:
Jésus, Hans & Hubert.
Chéssu Han' Zuber Fhormeuh ! *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Métaphysique, ontologie, épistémologie, philosophie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum