L'art et la philosophie

Aller en bas

L'art et la philosophie

Message  Invité le Lun 10 Oct 2016 - 21:13

Bonsoir,

Voilà je n'ai pas l'habitude de poster des questions philosophiques mais une question me turlupine *Héhéhey* !

Est ce que TOUTES les œuvres artistiques (peinture, musique, photographie etc ...) ont une dimension philosophique ?
Elles ont nécessairement pour but de nous faire réfléchir, penser ?

Cette question et la réponse qui en découle m'amène à penser l'art et donc la philosophie dans nos sociétés actuelles

Merci d'avance pour vos réponses :)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Lun 10 Oct 2016 - 21:19

Toutes ne sont ps faites avec une intention philosophique - très peu d'ailleurs - mais l'interprétation (ici à entendre comme utilisation) n'a pas de limite en dehors de la pertinence de l'usage.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Invité le Lun 10 Oct 2016 - 21:37

Princeps a écrit:Toutes ne sont ps faites avec une intention philosophique - très peu d'ailleurs - mais l'interprétation (ici à entendre comme utilisation) n'a pas de limite en dehors de la pertinence de l'usage.

Merci pour ta réponse brève mais complète !

Mais Kant disait que tout ce qui est beau est art.
Or aujourd'hui dans un monde ou le design est roi et ou la beauté d'un son, d'une photo ou même du cinéma.
C'est une manière philosophique de voir l'oeuvre, on voit l'oeuvre par la beauté qu'elle nous procure ?
Donc la démarche de l'artiste de créer du beau sans même se rendre compte qu'il entreprend une démarche philosophique.
Il crée une pensé philosophique dans celui qui perçoit son oeuvre ?

Mon raisonnement n'est peut être pas juste ?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Lun 10 Oct 2016 - 21:46

Kant joint l'art à la beauté. La philosophie est absente de l'équation.
Sur ton hypothèse, c'est exactement ce que je dis sur l'interprétation : une photo peut être prise pour sa beauté esthétique et interpréter par toi comme profondément philosophique (parce que la photo te fais penser à x sujet.s).
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Crosswind le Lun 10 Oct 2016 - 21:52

Serait-il pertinent à ce stade d'incorporer la dimension humaine, dimension qui singularise la production artistique ? Une pierre, dans la plupart des cas, est une oeuvre de la Nature dans laquelle on ne voit que rarement un message. Mais l'art humain dessert un but spécifique de communication.

L'art ne doit pas être beau.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Lun 10 Oct 2016 - 21:59

L'auteur du sujet est-il satisfait de la réponse apportée ?
Sur la beauté, il y a effectivement à dire. Je connais peu Kant - et le sujet.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Malcolm le Lun 10 Oct 2016 - 22:01

Je repasserai quand j'aurai le temps.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Lun 10 Oct 2016 - 22:16

Une remarque sur la phrase de Kant, il est primordial de la contextualiser. L'aspect communicatif est très contemporain.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Kercoz le Lun 10 Oct 2016 - 23:30

francois a écrit:Est ce que TOUTES les œuvres artistiques (peinture, musique, photographie etc ...) ont une dimension philosophique ?
Elles ont nécessairement pour but de nous faire réfléchir, penser ?
L'objet" philosophique a pour habitude de faire main basse sur pas mal de comportements humains.
Dans ta phrase, il faut , me semble t il se poser des questions : tu qualifies les objets "peintures, musiques , photos , les points suspensifs compris, d'oeuvres et même d' artistiques. Il faut t'interroger sur la provenance de ces décrets...du fait que tu admettes sans discussions ces caractères qui propulsent des " traces" à  des hauteurs peu banales.  La dimension "philosophique" n'émergeant que pour une prise de pouvoir , voire une possibilité de justification de personnes ou fonctionnaires s'intitulant "philosophes" et qui sauraient t' expliquer les raisons et les signifiants  que peuvent exprimer ces traces.
Si tu veux des explications plus objectives  de ces expressions, je te conseille plutôt de t'adresser à d' autres sources.


Dernière édition par Princeps le Mer 12 Oct 2016 - 16:38, édité 1 fois (Raison : Remise en forme !)

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Malcolm le Mer 12 Oct 2016 - 16:35

Il faudrait peut-être commencer à s'interroger sur ce qu'est l'art, puis sur ce qu'est la philosophie, pour bien situer, et cela nous prendrait un temps immense. Aussi me concentrerai-je sur ce qui m'appert dans l'immédiat, et dans le cadre restreint du forum.

Art et philosophie. Cette double désignation, juxtapositive, induit à songer à deux domaines distincts d'une part. Mais, d'autre part, il n'y a pas que juxtaposition : il y a cumulation, voire interaction. Tout est dans le et, faisant l'articulation/la coordination, entre art et philosophie.

Si l'on s'en tient à l'étymologie, art désigne un processus d'artialisation, de réalisation d'artefacts, et au-delà d'artifices, dans leurs acceptions péjoratives & mélioratives.
Communément, quand on dit art, on songe à "l'art des artistes", "l'art des œuvres", "l'art des musées", "l'art reconnu" comme tel ou "officiel". C'est-à-dire tout ce qui est censé bénéficier d'une plus-value singulière propre, quand bien même intégrant sa reproductibilité, par exemple chez Andy Warhol : cette reproductibilité alors, pour industrielle qu'elle semble être, a intégré l'industrialité à son articité (ce qui pose plein de problèmes catégoriels) - mais tenons-nous-en à l'articité singulière alors, pour simplifier.
Là, en tant que les philosophes produisent bien des œuvres singulières, nous devrions les qualifier d'art, et il y a bien quelque art à les réaliser, sinon que nous qualifions d'art quelque chose échappant à la philosophie, ou plutôt qui n'est pas de l'ordre du philosophique, le philosophique étant alors défini spécialement dans un ordre intellectuel, intellectualité qu'intégrerait moins, voire pas du tout, l'art.
Mais, comme processus d'artialisation réalisant des artefacts, l'art est bien ce qui permet le philosophique, au moins dans son rendu livresque, expressif, scripturaire (ars scriptura). De plus, les conversations philosophiques elles-mêmes, requièrent une formation discursive (at least la parole), nécessitant une technique intellectuelle, afin de signifier des énoncés proprement philosophiques, soit donc artialisés comme tels.
C'est-à-dire, donc, qu'il y a un art philosophique créateur de philosophie, condition sine qua non du philosophique, abstraction faite, ou indépendamment, du philosophique.

Maintenant, si l'on veut bien se pencher sur la philosophie, étymologiquement affinité pour la sagesse, nous verrons que l'affinité comme telle n'a pas besoin d'art : l'affinité se déploie ou ne se déploie pas, sans relation avec quelque articité. Comme toute émotion ou sentiment, il y a là quelque chose de sauvage, échappant radicalement à la rigueur philosophique. Mais c'est ignorer le deuxième terme de sagesse, dont on peut se demander s'il existe une sagesse éternelle - que l'activité philosophique retrouverait en-deçà d'elle-même - ou bien si la sagesse est une élaboration - que l'activité philosophique artialiserait. Or, les deux options coexistent dans la tradition philosophique.

Par ailleurs, un artiste comme tel, aspire parfois à "faire passer un message", philosophique ou non, dans son œuvre. De plus, un philosophe comme tel, conspire parfois à "faire œuvre d'art", dans sa philosophie. Au-delà, il faut bien comprendre que les œuvres artistiques ayant été retenues par l'Histoire, contiennent généralement du philosophique, que ce philosophique leur soit intrinsèque (intention artistique) ou extrinsèque (réception de l'art) ; inversement, il faut bien comprendre que les œuvres philosophiques ayant été retenues par l'Histoire, détiennent généralement des qualités artistiques (un style littéraire), que cette qualité artistique leur soit intrinsèque (intention philosophique) ou extrinsèque (réception de la philosophie).

Où l'on voit, alors, que l'articité du philosophique et la philosophie dans l'art, sont négociés combinatoirement et aléatoirement par leurs auteurs et leurs récepteurs, quand bien même il semble assez indéniable qu'une œuvre rigoureusement intellectuelle tienne du philosophique, et qu'une œuvre "floue" sensitivement tienne de l'artistique. Or, ce sont éminemment des affaires de goût. Mais ce n'est pas parce que ce sont des affaires de goût (de jugement de - ) que ces affaires seraient purement subjectives. En effet, il est permis de dire historiquement et socialement, que des constantes, des moyennes, des invariants, se font jour - et pas seulement en vertu de "l'argument d'autorité" décrétant et perpétuant l'articité et/ou la philosophie d'une œuvre et/ou dans une œuvre et/ou trouvé à une œuvre. S'il y a bien des institutions patrimoniales/académiques, ainsi que des mémoires collectives, maintenant des œuvres en "coma artistique/philosophique artificiel", il n'en reste pas moins que les sensibilités, individuelles ou non, sont à tout instant capables - pour un peu qu'elles s'en donnent les moyens - de redégager l'articité et/ou la philosophie d'une œuvre, si seulement elles prennent le temps et actionnent la discipline sensitive-intellectuelle, pour en redégager l'articité et/ou la philosophie. Non spécialement, que l’œuvre en elle-même, comme objet, contiendrait essentiellement ces qualités, mais qu'humainement, il serait toujours possible pour tel(le) Homme, d'en réapprécier la valeur.

Alors, à la fin, je dirais simplement qu'art et philosophie, dépendent à la fois des directions (perspectives, dynamiques, buts) prises à la fois par leurs auteurs et leurs récepteurs, de telle sorte qu'un dosage, un jeu de miroir, ainsi qu'un jeu de vases communiquants, se créent entre ce qui semble relever de l'artistique d'une part, et du philosophique d'autre part.

Pour me faire comprendre, un seul exemple : Voltaire, au XVIIIème siècle, n'est pas spécialement connu pour philosopher, mais pour théâtraliser (il écrit des tragédies classiques). Or, son théâtre n'est aujourd'hui plus étudié que par des spécialistes de Voltaire, de son siècle et/ou du théâtre classique : l'intention artistique voltairienne a pour ainsi dire historiquement échoué. Contrairement à ses contes, philosophiques, qu'il écrivait à son propre sentiment pour muser anodinement. Mais, Histoire aidant (évolution sociale), c'est pour ses contes et, par ailleurs, ses lettres philosophiques, qu'il a été retenu. Or, écrivant ses lettres, il ne pensait jamais que s'adresser à l'époque, pour les besoins de sa cause alors (cause du "parti philosophique" dit "des Lumières"), tandis qu'écrivant ses contes, il illustrait du philosophique par de l'artistique (le genre littéraire du conte). Mais, en sus, ce monsieur sachant bien écrire, et écrivant dans la langue classique, il appert que le philosophique des contes "disparaît" sous l'articité propre au conte comme genre littéraire, de sorte que nos lycéens lisent du Voltaire en cours de français. Néanmoins, le philosophique n'est pas mort, et les philosophes le rechercheront à travers l'artistique (rechercheront le message, prémices de notre "art citoyen" contemporain, encore que ce dernier art ne vaillent pas Voltaire pour un sou, mais c'est un autre débat). A la fin, étudier les tragédies voltairiennes, et pour autant que ce sont de "pures tragédies", ne nous permettrait pas moins d'y sentir quelque voltairisme philosophique dans la démarche peut-être, indépendant de Voltaire pourtant.


Dernière édition par Malcolm le Mer 12 Oct 2016 - 20:57, édité 4 fois
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Mer 12 Oct 2016 - 16:50

Il ne reste qu'à ouvrir sur le roman comme oeuvre philosophique.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Malcolm le Mer 12 Oct 2016 - 17:38

Pour réfléchir dans l'immédiat :
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1389-pourquoi-nous-prenons-nous-a-la-lecture-de-romans
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1347-articite-de-l-art-comme-interjection
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t605-le-vain-des-philosophes-et-des-poetes
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t971-le-spectaculaire

Mais, qui dit roman philosophique songe évidemment, très vite, à Sartre et Camus.
Il y en a sûrement d'autres, avant le XXème (Voltaire déjà cité dans son genre).
Au-delà, je pense à Umberto Eco : son Pendule de Foucauld donne à lire toute une réflexion sur l'enjouement contemporain pour l'ésotérisme, évidemment ironique, mais non moins inquiétante en termes de nature de la raison.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Mer 12 Oct 2016 - 17:42

Je pensais à Kafka.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Malcolm le Mer 12 Oct 2016 - 17:44

Oui, je n'avais cité que des philosophes patentés.
Kafka a été d'ailleurs exploité par Camus, mais aussi par Deleuze si je ne m'abuse, j'en passe et des meilleurs.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Prince' le Mer 12 Oct 2016 - 17:47

Oui, je n'avais cité que des philosophes patentés.
C'est bien pourquoi j'élargis le champ ;).
Kafka est utilisé par des historiens également. On ne peut pas s'en passer.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Malcolm le Mer 12 Oct 2016 - 17:50

C'est bien pourquoi j'élargis le champ .
Aucun problème : je validais. *Pouce*

Kafka est énorme, sur la bureaucratie, a minima.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Crosswind le Mer 12 Oct 2016 - 18:06

L'art n'est rien d'autre que la mise en forme symbolique de l'hypothèse de la "création humaine", à visée ontologique, étançonnée par des critères distinctifs internes tels que beauté, originalité, contenu politique et/ou sociologique et on en passe et des meilleures. D'une part la Nature, de l'autre l'Humain, en quelque sorte la Culture.

En bref : l'art ou la religion, c'est du pareil au même pour peu que l'on s'en serve pour philosopher.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art et la philosophie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum