Retour sur fin du monde (21-12-2012)

Aller en bas

Retour sur fin du monde (21-12-2012)

Message  Malcolm le Lun 31 Oct 2016 - 2:07

Sur une base new age, on fantasma la fin des temps au 21 décembre 2012. Or, j'écris ces lignes quelques quatre ans après : c'est dire si les temps s'arrêtèrent alors ...

Toute une mythologie néo-folklorique à la "Mama Africa", mais en pire, pour ce qu'elle mobilisa vivement les grudus survivalistes de la Terre, notamment aux USA qui se crurent mieux fondés à croire en cette date, par proximité avec le territoire de l'ancienne civilisation maya de la période classique ...

Disons simplement que, à partir des années '80, se développa toute une filmographie apocalyptique et post-apocalyptique, à travers des jeux vidéos tels que Fallout dont le succès ne tarit pas, mais aussi des films tels que Terminator, et nous voyons encore récemment toute une filmographie teenager avec Hunger Games, Divergente, le Labyrinthe, la 5ème Vague, etc. (autant de films à suites au moins triples) sans parler de remakes tels que Total Recall né dans les années 80-90, mais aussi un film tel qu'Elysium.
Simultanément, les franchises X-men, Avengers, la Ligue des justiciers, etc. (autant de films pléthoriques) témoignent d'un sentiment de performativité de soi/des choses, symptomatiquement.

Or, pas étonnant que, si nous sommes sommés de nous performer/de performer, nous soyons nesciemment dans des démarches pseudapocalyptiques, ou symboliquement apocalyptiques, par lesquelles nous allons fantasmer l'apocalypse et la post-apocalypse, où apocalypse fait tout à la fois écho au Jugement Dernier, aletheia (dévoilement, révélation) des Justes & Diaboliques, ainsi qu'à une pseudoauthenticité retrouvée (pseudo', de ce que l'imaginaire s'aligne sur le superhéroïsme démiurgique, par aliénation performativiste ... ) - tout comme peut vous le faire accroire un film complotiste pseudocumentaire tel que Zeitgeist, notamment sur la fin, en vous bernant de connaissances orientées pseudérudites mêlées à des délirances profondes, d'un rationalisme fanatique. C'est-à-dire que le surpassement de soi vous fait fatalement "voir les choses autrement", ce qui est une destruction symbolique, si vous me suivez.

Ledit survivalisme grudu-même, n'est jamais que l'instinctivité primale de personnes plus testostéronales que d'autres, qui surent toutefois formuler, convaincre & permettre de développer, une mentalité paranoïde ... encore qu'ils n'aient pas précisément tort, quand on lit ça, sinon que, comme tout, cela se déroulera probablement insensiblement, par-devers certaines poches de guerres civiles - et est déjà en cours : "l'apocalypse voire la post-apocalypse, c'est maintenant !".
Or, c'est d'autant plus maintenant, que l'art ou storytelling commercial en témoigne, avec des films grand public comme World War Z ou une série à succès telle que the Walking Dead. Soit donc, à travers une allégorie parahumanitaire, où les Hommes se bouffent littéralement les uns les autres.

Néanmoins, un film de genre/d'auteur révèle la motion intime plus et moins nesciente qui anime tout ce phénomène apocalyptique-autophagique : Bellflower : il s'agit de la frustration existentielle d'une génération festiviste désœuvrée par nos organisations socioéconomiques, géohistoriques, écologiques, culturelles & politiques contemporaines. A moitié suite au réel impact climatique que nous avons, à moitié par ses trips, et tout d'abord les exactions postféministes (très valable pour les USA psychotant puritainement sur le sexual harassment, sans réaliser l'universal moral harassment auxquels ils s'adonnent). Tout cela, sans parler des nouvelles idéologies contemporaines, toutes plus alarmistes/terroristes que les autres.

Bref : à partir de là, tous les éléments étaient en place, pour que la télé (M6 ...) et le cinéma (2012) hollywoodien trippent sur le 21 décembre 2012, après rumeurs & new age prétendant détenir la vérité par chanelling (confère) avec les Atlantes (extraterrestres spirituels incorporels en communication avec le divin cosmique, divin qui ne s'apparente jamais - ni plus ni moins - qu'à la hiérarchie des ciels catholiques (confère) et antérieurement au plotinisme (confère) (l'existence de ces deux derniers justifiant "évidemment" le chanelling ...)).

Or, il faut enfin considérer tout cela sous l'angle de la psychologie de masse (confère) qui nous apprend que nous sommes dans un foutu nihilisme passif de derniers hommes (confère) à conjouir même du catastrophisme, procédant d'un masochisme (confère) & une pulsion de mort (confère).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum