Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  AntiSubjectiviste le Ven 3 Fév 2017 - 23:41

Kalos a écrit:Et les dérives ? N'importe quel quidam peut décréter BHL philosophe éminent et taxer Platon de médiocrité ?
Bien sûr qu'il peut le décréter. Il est libre de s'exprimer ! Les gens n'ont jamais cessé de donner leurs avis sur tout depuis l'aube des temps. Cela n'a pas empêché l'Histoire de hisser Platon au rang de "classique", alors que BHL...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Kal' le Ven 3 Fév 2017 - 23:46

Oui, mais grâce à qui ? Grâce aux pairs, pas l'humanité par un libre décret.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Crosswind le Ven 3 Fév 2017 - 23:53

AntiSubjectiviste a écrit:
Oui : laisser tomber tout avis de tiers sur un philosophe, et l'évaluer soi-même, pour soi-même, en le lisant profondément.
[...]
Je tiens le même discours concernant la science. Réalisons bien une chose : en sciences, ultimement, ce ne sont pas les pairs qui valident une théorie, c'est l'expérimentation ! Bien que la communauté scientifique soit imprégnée de dynamiques d'ordre socio-économique qui jettent souvent le flou, aucune théorie qui contredit l'expérience ne peut survivre, même si elle est adorée par les pairs

Tu ne peux comparer l'expérimentation scientifique, validée par les pairs en vertu de phénomènes partagés, avec l'expérimentation solipsiste d'un discours philosophique tiers que tu défends essentiellement centré sur une seule personne, en tant que juge unique. Tu ne te déplaces pas dans le même référentiel : si la science nécessite de facto un certain type d'expérimentation partagée, la philosophie quant à elle propose une expérimentation propre qui ne se limite pas aux phénomènes sur lesquels la science se penche, et qui se doit d'être tout aussi partagée sous peine de tomber dans la prose gratuite.

La science vise les phénomènes, la philosophie chatouille ce qu'il y a derrière. Confondre les deux est une erreur.

Edit : ton dernier ajout me convient bien  ; une philosophie peut en effet convenir relativement pour autant que l'histoire retient une convergence durable et acceptée par une assemblée significative. En ce sens, et en ce sens seulement, j'accepte volontiers le parallélisme avec la science et l'expérimentation.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  AntiSubjectiviste le Sam 4 Fév 2017 - 0:22

Crosswind a écrit:Tu ne peux comparer l'expérimentation scientifique, validée par les pairs en vertu de phénomènes partagés, avec l'expérimentation solipsiste d'un discours philosophique tiers que tu défends essentiellement centré sur une seule personne, en tant que juge unique.
Concernant la science, le "en vertu de phénomènes partagés" est primordial. Il signifie que les pairs ne suffisent pas (et parfois, ils sont contre-productifs). Je dis en effet la même chose pour la philosophie : il y a aussi un "phénomène partagé" dans le domaine de la pensée sensée, et c'est le phénomène le plus ample qui soit : l'existence, la vie, la société. Selon moi, c'est ultimement sur ce phénomène partagé-là, dans son historicité, que se juge la qualité d'une philosophie. Ceci est le sens mon ajout antérieur que tu sembles approuver.

Les pairs, les avis de presse, les reviews, ne sont que gigotements dans l'ère du temps. Ce qui se dégage ultimement de tout cela, et en est indépendant, voilà l'essentiel.

Et s'il faut des classifications, considère que je suis un pragmatiste féconditiste philosophant à coups de jeux de langage et endurci par l'expérience mathématico-logique. Pour moi, est de qualité de qui se révèle fécond, et il n'y a pas de critère ergonomique à portée de main pour juger de la qualité des choses.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Crosswind le Sam 4 Fév 2017 - 0:29

Finalement une forme de solipsisme grandiose si l'on tire la queue de la philosophie, de cet isolement autiste dès lors qu'une espèce unique se voit considérée en tant que norme épistémologique ; de pragmatisme à outrance, tout aussi solipsiste dans son genre, lorsque la science est invoquée, car tout aussi épistémologiquement centrée (au sens de Kant).

Où l'on se rapproche d'une forme quasi-réaliste des choses. Je le répète, toi et moi travaillons sur des ondes cousines. Quoi que je mène les conclusions plus loin que tu ne le fais encore.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  AntiSubjectiviste le Sam 4 Fév 2017 - 1:01

En général, je m'arrête au niveau de l'imaginaire sociétal, estimant que les niveaux prétendûment plus profonds (ontologiques, métaphysiques, phénoménologiques) sont en fait seconds : leur signification même est façonnée par l'imaginaire, et ce n'est qu'après avoir reçu leurs identités qu'ils peuvent prétendre fonder la réalité. Autrement dit, faire de l'ontologie est un jeu de langage dont le sens se trouve dans l'analyse de la place qu'occupe cette activité dans la société.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Crosswind le Sam 4 Fév 2017 - 1:09

Je ne peux pas être en accord avec tes derniers propos. La métaphysique tire son origine d'un fondement extrêmement pragmatique : chaque chose est unique en ce qu'elle est chose là, et tout changement de la chose peut se voit expliqué par une cause. Nous relions les phénomènes entre eux par des lois, qui ne doivent pas nécessairement prendre la forme mathématique mais peuvent se contenter d'une forme intuitive, et par là projetons naturellement ces lois toujours plus abstraites au-delà de nos capacités sensorielles, en fondant discrètement leur vérité sur leur capacité prédictive. Les mathématiques ne se fondent pas sur autre chose que des lois logiques acceptées. Une cause, un effet, et quand bien même nous parlerions de probabilités, nous retomberions toujours, en définitive, sur une forme ou l'autre de déterminisme. Car nous ne pouvons pas raisonner autrement. C'est impossible.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Kercoz le Sam 4 Fév 2017 - 7:28

Crosswind a écrit:

Edit : ton dernier ajout me convient bien  ; une philosophie peut en effet convenir relativement pour autant que l'histoire retient une convergence durable et acceptée par une assemblée significative. En ce sens, et en ce sens seulement, j'accepte volontiers le parallélisme avec la science et l'expérimentation.

( en aparté)
Cet édit me convient moins. Pourquoi référer la qualité d' une philosophie à l' "histoire"? Sachant que comme une "morale", une histoire est référée à une civilisation ou plutôt une "culture".
Ce référencement interdit l' universalisme de cette "philosophie".
Ce qui induit un autre questionnement: La philosophie doit elle être universaliste?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Propos le Sam 4 Fév 2017 - 16:06

Modération : sujet divisé pour les besoins de sa cause : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t32p425-d-ou-vient-le-peu-de-succes-des-forums-philo#31735

A vous l'honneur, ici donc.
avatar
Propos
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Kercoz le Sam 4 Fév 2017 - 18:54

AntiSubjectiviste a écrit: on peut philosopher à partir d'une expérience au sein du monde (comme la profession de sa mère), et pas nécessairement à partir de travaux philosophiques antérieurs. Ceci est suffisant pour casser la vénération de la devise "lire avant de pouvoir bien penser".

Je reviens là dessus:
L' avis de Lévinas . Premières lignes de Ethique et Infini:
"""""""""""""(Philippe Nemo)Comment commence t on à penser ?
E. Levinas:  
Celà commence probablement par des traumatismes ou des tâtonnements auxquels on ne sait même pas donner de forme verbale ;.......c'est à la lecture des livres ( pas nécessairement philosophiques) que  ces chocs initiaux deviennent questions et problèmes , donnent à penser ......on y vit "la vraie vie qui est absente", mais qui précisément n'est plus utopique ...""""""""""""

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Avis' le Dim 5 Fév 2017 - 10:27

kercoz a écrit:E. Levinas:  
Celà commence probablement par des traumatismes ou des tâtonnements auxquels on ne sait même pas donner de forme verbale ;.......c'est à la lecture des livres ( pas nécessairement philosophiques)

En effet. J'ai connu (pour parler de ce que je connais un peu) un vieux pépé à peu près illettré, mais qui avait du goût pour la cogitation et les sentences abstraites et qui appréciait surtout qu'on le félicitât pour son ouverture d'esprit. Cà ne cassait pas deux pattes à un canard mais tout de même, il était sur la voie... sauf qu'il n'avait jamais rien lu que le journal, largement insuffisant pour faire décoller sa pensée. Deux ingrédients me paraissent alors nécessaires pour bien cogiter : un goût prononcé, et de saines lectures... à juste proportion. Et quelques encouragements pour persévérer.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Malcolm le Jeu 16 Fév 2017 - 11:13

Tiré de ...

Concernant ta perfidie, allons-y :
janot a écrit:Vous êtes, semble-t-il, fâché avec l'Histoire ? [...] Allons, un peu de sérieux, messieurs les (apprentis ?) philosophes !
*Lol*

Qu'est-ce qu'un philosophe pas apprenti, quand philosophie dit aspirant à la sagesse ? *Lol*
Et comment un traducteur (ainsi que tu te présentes sans savoir me lire ni lire philosophe) donnerait-il alors des leçons de philosophie ? *Lol*

Soyons sérieux une seconde.


Et pour rappel, Modération : ceci étant, continue ainsi et, pour libéral que soit le forum, tu n'y feras pas de vieux os. Notre patience a des limites. En l'occurrence, la contre-venance à l'hédonisme de la charte.


Que l'époque est pénible, à vouloir moraliser son monde méchamment au nom de quelque immaculée connaissance. Vraiment, on ne devrait pas donner la connaissance à tous les cerveaux ? *Lol* ... De fait, on remarque qu'entre l'alphabétisation massive au XIXème et aujourd'hui, on donna surtout aux plus fragiles, "la capacité" d'être influencés par plus de messages (en l'occurrence écrits, comme avec le populisme de Trump) et d'en diffuser de plus dommages (dont publicité), José Ortega y Gasset en arrière-plan.
Du moins s'accordera-t-on à dire - sur fond d'OyG donc - que la common decency - si chère à Georges Orwell - a été perdue, en vertu de l'hybris idoine à l'empouvoirement gnoséologique, par laquelle tout un chacun se croit sommairement "autorisé à".

Voir aussi : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1738-un-groupe-d-utilisateurs-lp-les-animi
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Kercoz le Jeu 16 Fév 2017 - 11:34

Avistodénas a écrit:

En effet. J'ai connu (pour parler de ce que je connais un peu) un vieux pépé à peu près illettré, mais qui avait du goût pour la cogitation et les sentences abstraites et qui appréciait surtout qu'on le félicitât pour son ouverture d'esprit. Cà ne cassait pas deux pattes à un canard mais tout de même, il était sur la voie... sauf qu'il n'avait jamais rien lu que le journal, largement insuffisant pour faire décoller sa pensée. Deux ingrédients me paraissent alors nécessaires pour bien cogiter : un goût prononcé, et de saines lectures... à juste proportion. Et quelques encouragements pour persévérer.

Ce qui pose la question de l' universalité de la philosophie.
J' aurais tendance a vouloir soutenir qu ' elle ne peut qu'être référée à une culture ( sa culture). Tout comme la "morale".

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Malcolm le Jeu 16 Fév 2017 - 11:37

Aurais-tu des exemples ?
N'y aurait-il pas de contre-exemples ?
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Kercoz le Jeu 16 Fév 2017 - 12:01

Malcolm a écrit:Aurais-tu des exemples ?
N'y aurait-il pas de contre-exemples ?

C'est juste une interrogation.
Pour la morale, la référence à une culture me semble évidente. Mais c'est une induction servant les intérets d' un groupe, et au delà les intérets de l' espèce( procédure provisoirement tolérée par l' espèce plutot.
Pour la philosophie, l' injonction est portée sur l' individu , dans l' intéret de l' individu. ( en première approche). Ce qui n'interdit pas un rapport au groupe ( suicide pour respecter "La" Loi).
Pourtant si l' on examine la "caverne à Platon", il y a recherche de libération des contraintes sociales ( du moins d'une recherche de lucidité), ce qui tend à affaiblir les cohésions sociétales).
En conservant le comparatif avec la morale, une morale universelle devrait se rechercher dans les "rites" spécifiques à l' éthologie humaine. Je crains que pour une philosophie universaliste il faille se pencher aussi sur ce domaine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce qu'un "bon" philosophe ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum