Digression sur l'homosexualité

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Kercoz le Lun 27 Fév 2017 - 8:24

AntiSubjectiviste a écrit:
Toute manifestation de reconnaissance  n'existe que parce qu'il y a discrimination. Si la discrimination disparaissait, l'homosexualité pourrait alors vraiment devenir anodine.

L' inverse est aussi vraie.
"réhabiliter l' intolérance " de Zizek en titre provocateur se défend aisément : tolérer c'est mépriser. On ne tolère que qd on domine . Tolérer c'est soumettre . Etre intolérant c'est aussi reconnaitre la différence de l' autre.
L' altérité est la condition de la vie. C'est l' égalité qui est utopique. Pour chasser un autre mâle , son frere, les merles en ce moment font de curieux aller retours sur 1 oiu 2 mètre, comme un ballet, sans jamais se frapper. Ils combattent rarement en l' air en montant à la verticale . Ces aller retour vont définir, à terme une frontière de 2 territoires.
Si les homos sont minoritaires, c'est à eux de choisir un territoire ou la culture dominante du moment les contraindra. La négociation doit pour eux , jouer sur d'autres domaines qui, je pense devrait se trouver sur un consensus de discrétion...Apres tout ils auraient pu naitre femme, bossus, ou Belges.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 10:33

AntiSubjectiviste a écrit:Ce sujet est d'une ridicule fébrilité. Des homophobes pétris d'une idée immature de ce qui est "naturel" et qui réduisent l'homosexualité à la branlette entre partenaires de même sexe. On dirait un groupe de cancres dans une classe de gamins, se moquant collectivement d'une différence qu'ils n'osent pas concevoir.
Hhhh !
Ce sabotage ! Ce coup-bas (dans les burnes) par burn-out ! *Lol*
Gêne où tension vis-à-vis de l'homosexualité, c'est exactement de l'homophobie latente.
Donc, il faut dénier toute sorte de problèmes, de ce qu'il y aurait gêne et tension, et que sais-je ? - éléments que je ne partage en plus pas en la matière : deux fois dans ma vie, des homos me déclarèrent leur flamme : je les ai serrés dans mes bras avec tendresse. Une troisième fois, j'ai goûté aux plaisirs de Socrate, en m'ennuyant.

Pour moi, on a le droit d'être gêné ou tendu, on a tous les droits de flipper devant le corps d'un autre Même (déjà que c'est pareil avec l'Autre ... ) : ça ne fait pas la mishomophilie. Et que mon voisin de pallier haïsse les homos, cela ne me fait ni chaud ni froid, s'il sent tient à la loi sur la protection des personnes, sans quoi je me ferais police de la pensée orwellienne, en toute contradiction avec cette liberté de conscience que j'avance en faveur des homos - et pas que des homos.


EDIT: comme d'habitude avec les "grands contradicteurs" (provocateurs) dans ce genre de débats, on ne saurait les calmer qu'en leur opposant du vécu, de l'intime. C'est déplorable. Déplorable d'être toujours jugé-accusé-condamné d'office par des idéologues-réflexes nescients, qui osent en plus dire que tu juges-accuses-condamnes, eux, guedins, alors qu'ils ne font que se moquer du monde par manque d'humour. Les moralisateurs, c'est eux.

Et ça me rappelle ce type (un peu "folle" pour le scoop médiatique) interviewé après le passage du MPT (dont je n'ai que foutre), qui disait à côté de son compagnon : "Maintenant on sait qui est le bien, et qui le mal." *Lol*
Il ne valait pas mieux que Civitas ! *Lol* Et de croire que l’État a toute autorité en matière de morale ! A mourir de rire ! *Lol*


Dernière édition par Mal' le Mer 26 Avr 2017 - 21:50, édité 1 fois
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  AntiSubjectiviste le Lun 27 Fév 2017 - 12:02

kercoz a écrit:tolérer c'est mépriser. On ne tolère que qd on domine . Tolérer c'est soumettre . Etre intolérant c'est aussi reconnaitre la différence de l' autre.
Très juste, mais le choix n'est pas entre tolérer ou intolérer. Une troisième possibilité évidente existe : accepter. L'acceptation repose sur la conviction positive que les homosexuels ont une place dans le monde. La tolérance n'est qu'une acceptation à contre-coeur, à défaut de ne pouvoir être "juste" autrement.

kercoz a écrit:L' altérité est la condition de la vie. C'est l' égalité qui est utopique.
Le contraire de l'altérité est l'identité et non l'égalité en droits. Prôner l'égalité en droits entre hommes et femmes ne signifie pas qu'un homme sera dorénavant une femme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  AntiSubjectiviste le Lun 27 Fév 2017 - 13:52

Malcolm a écrit:
Gêne où tension vis-à-vis de l'homosexualité, c'est exactement de l'homophobie latente.
Donc, il faut dénier toute sorte de problèmes, de ce qu'il y aurait gêne et tension, et que sais-je ?
Au contraire, il faut aborder cette gêne ou tension de front, et pas sous le déguisement de l'humour. Pourquoi l'homosexualité gêne-t-elle ?

Malcolm a écrit:Pour moi, on a le droit d'être gêné ou tendu
Évidemment, mais cela n'implique pas que toute gêne est justifiée. Le droit de s'exprimer (et d'exprimer ses gênes) n'implique pas que tout le monde a raison.

Malcolm a écrit:EDIT: comme d'habitude avec les "grands contradicteurs" (provocateurs) dans ce genre de débats, on ne saurait les calmer qu'en leur opposant du vécu, de l'intime.
Ça ne fonctionne pas si le contradicteur n'est pas dans le culte de l'opinion. Tu peux embrasser des homosexuels tous les jours, si tu laisses entendre qu'ils sont contre-nature, tu agis pour leur discrimination.

Malcolm a écrit:Déplorable d'être toujours jugé-accusé-condamné
Accepter d'être critiquable est le travail d'une vie...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 14:20

Re-Hhhhh !
C'est juste débile de demander pourquoi il y a gêne, dégoût, peur, voire haine.
C'est humain, trop humain.
Et ça n'est pas en éludant le problème, ni non plus en le grossissant, qu'on aidera quiconque.

Le sexe, une bite, une chatte, l'anus, et tout ce que tu veux, sont des éléments qui, engageant intimité, affectivité, instinctivité, animalité, et tout ce que tu veux, engagent forcément pareilles motions, et la question est résolue : nos singularités libidinales, à chacun, nous conditionnent infiniment plus complexement que toutes les opinions formulables sur la question : il y a corporéité, mais ce *ité n'est là que pour "penser" ; cela dit, dire corps n'aide pas plus : cela reste un mot, pensé. Aussi toutes les militances anti-gêne/dégoût/peur/voire haine, en ne s'attaquant qu'aux idées, ne s'attaquent finalement à rien du tout.

Il n'y a qu'un travail sur soi, qui permet de.

Et encore.

Quand je flirte avec une nénette belle et intelligente, je suis aussi animé par des craintes, etc. et pas seulement crainte qu'elle n'entre pas dans mon lit. Celui ou celle qui n'éprouve pas ce genre de motions à l'approche sensuelle d'autrui, ne me semble pas avoir grand chose dans le crâne.

Aussi sur l'homophilie, y a-t-il plus grande étonnance, moins grande habitude, travail sur soi (impliquant instinct, affect, percept et concept - tout le corps, la corporéité entière et non seulement les mots qu'on balancera là) en tant que les paraphilies sont statistiquement, naturellement, fatalement, inexorablement, réellement, évidemment, minoritaires. Voilà tout.

Verbalement, il vaut mieux en rire mille fois, que de s'en contrir mentalement.

Eh quoi, suis-je un salaud, de dire biologiquement infécondes ces relations ? ... Suis-je un salaud, de dire que ça ne va pas dans le sens de la reproduction ? ... Ce sont des faits, qui n'engagent rien idéologiquement. Donc, qu'untel trouve ça contre-nature ne me choquera pas, quand même il sera dans une perspective-limite du naturel. Plus que cela, j'abonderai dans son sens ad hoc en lui disant qu'en l'Homme, je ne trouve pas qu'il y ait grand'chose de "naturel", pas plus que dans "la Nature", en brandissant l'Anti-Nature de Clément Rosset à l'appui de ma thèse. Pour quoi, qu'untel bande en voyant son pareil ou une autre mouille en voyant sa pareille, ne me dérange évidemment pas, quitte à le dire contre-nature, car je le suis autant, avec le bon œil.

A la fin, je répète : ce ne sont là que des mots qui n'engagent pas nos âmes (or, quand je dis âme, je dis animation de mon corps, ou mon corps sous l'angle de son animation, soit donc : mon corps aussi bien). C'est pour cela que, plus généralement, il est si difficile de convaincre quelqu'un via forum, etc. et pas que sur l'homophilie. Alors je ne te parle pas des médias publics.

J'ai de la tendresse pour l'homophilie, parce que je ne la trouve pas si loin de l'homosensualité fraternelle (la "bromance"), et que j'ai toujours trouvé que ceux qui se défendaient réflexement de l'homophilie refoulaient leur homosensualité de toutes façons. Donc bon. Mais cela ne m'empêche pas donc, de trouver une grande-enfance aux homos, et personne ne saura m'ôter ce bon sentiment que moi. On me l'ôterait, qu'on risquerait de m'ôter ma tendresse avec et, sans faire de moi un mishomo, on m'aura peut-être rendu d'une tristesse sans nom à leur égard (que celui qui n'a pas compris que, si des homos me déclarèrent leur flamme, c'est donc que je les fréquentais souvent et amicalement, se jette la première pierre).

Mais je me branle de leur sexualité, de leurs singularités libidinales, et surtout qu'on me la hurle en place publique. Ce qui m'intéresse, comme à chaque fois lorsque je rencontre un Homme (et, quand je parle des Hommes, j'embrasse toutes les femmes, comme disait Hugo), c'est de savoir comment il s'assume et se respecte, comment il se projette et comment il se comporte, comment il se confie et s'engage ; bref, ce qui m'intéresse, c'est de savoir ce qu'il vaut, pas de savoir comment il pense être et devoir être. Cela à la limite, ça viendra quand on aura amicalisé, pas avant.

Un peu de pudeur, merde.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Philosophos le Lun 27 Fév 2017 - 15:33

A Rome, l'homosexualité ne posait aucun problème, mais la sexualité n'était pas liée à l'amour, comme aujourd'hui. Justement, on voyait l'homosexualité comme de la sexualité (à la façon romaine, cf. Paul Veyne). C'est frappant de voir que l'argument préféré des pro-mariage gay était : "peu importe les sexes, du moment qu'il y a de l'amour".

Malcolm a écrit:Un peu de pudeur, merde.
Voilà, c'est le problème. Il n'y a plus de pudeur avec le sexe. On nie deux millénaires de christianisme.

Bon sinon, on ne refera pas Guilluy, la lutte pour les minorités qui est une des astuces des bobos pour mettre la main sur l'immobilier des grandes villes, exploiter les immigrés, etc.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 16:24

Entièrement d'accord avec toi, mais tu charries là :
Voilà, c'est le problème. Il n'y a plus de pudeur avec le sexe. On nie deux millénaires de christianisme.
Enfin, pas tant que ça.
Sous un angle, on voit mal en effet, comment un monde pourrait moralement évoluer en un an ou dix, ce qu'il a installé sur des millénaires en effet.
Mais, sous un autre angle, la pudeur n'est pas un affect spécifiquement chrétien. La pudeur comme telle, entre pudibonderie et obscénité, circule diversement entre les cultures, y compris romaine, par-devers la nudité des stades, etc. ou l'absence de réaction pudibonde devant un nu là soudain, etc.
Pudeur n'est pas pudibonderie.
Je crois que la femme de tous les hommes et l'homme de toutes les femmes qu'était Julius Caesar, aurait choqué quoiqu'il en soit s'il avait sorti sa queue lors d'une entrevue pour la fourrer dans la bouche de quelqu'un sans raison diplomatique peut-être ...
Je crois que les Romains ne partouzaient pas cyniquement en pleine rue. Ou, du moins, ne se baladaient pas en pleine rue avec un préservatif géant en guise de chapeau, sur un char en forme de phallus "rigolo".
Il n'y a qu'un Caligula, pour se comporter ainsi, et c'est aujourd'hui un "caligulisme moral" permanent qui doit obligatoirement régner ! *Lol*

Ce qu'il nous reste des Sept Sages de cette homosexuelle de Grèce antique, n'est assurément pas de cet ordre.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Philosophos le Lun 27 Fév 2017 - 16:36

Malcolm a écrit:Je crois que les Romains ne partouzaient pas cyniquement en pleine rue.
Presque. Il y avait des lupanars partout, on déféquait ensemble. Le judaïsme trouva ça abominable.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 16:40

Presque. Il y avait des lupanars partout, on déféquait ensemble. Le judaïsme trouva ça abominable.
Le presque est énorme ; le lieu de toutes les aisances change tout.
Regarde : personne ne réagi à voir quelqu'un en petite tenue à la piscine.
Sors de la piscine en petite tenue, et tout le monde se dit que tu as un grain, et bientôt on te tombera dessus pour attentat à la pudeur.

Entre pudibonderie et obscénité, la pudeur ne tient qu'à un presque.

"Les gens" ne le réalisent pas, mais règnent bien le sadisme et le masochisme du marquis de Sade et du comte de Sacher-Masoch, aujourd'hui, dans la démarche. Cf. Érotisme européen.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Kercoz le Lun 27 Fév 2017 - 17:21

C'est marrant. quand on parle de pudeur, je ne pense pas uniquement au corps.  
J' avais remarqué une forme de pudeur quasi systématique portant sur la révélation de son identité par le lieu de résidence. Je vendais des Livres anciens et des CPA ( Cartes postales anciennes) sur des salons. Ce sont des endroits bruyants même quand, par bonheur , ils ne sont pas sonorisés. Les personnes qui me demandaient à voir leur bled parlaient normalement sauf pour le nom du bled qui était énoncé à 1/2 volume ...Kercoz obligé de se coucher sur le stand : "Comment ? Pardon ?" etc .... Les amateurs éclairés font de l' évitement en demandant :
Les "B" du 36 , par exemple. Il faut préciser que généralement pour un salon, les clients sont du coin et demandent des cartes de la région, voire du canton, ce qui accentue ce désir de "pudeur" ou discrétion.
(HS: ceux qui veulent voir leur bled en 1900, peuvent aller sur Delcampe et taper le nom du village ou d' un thème comme homosexualité :
Negrepelisse. Pour agrandir l' image cliquez dessus.
https://www.delcampe.fr/fr/collections/search?currency=&display_ongoing=ongoing&display_only=&ended_hours=&excluded_terms=&is_searchable_in_descriptions=0&is_searchable_in_translations=0&max_price=&min_price=&order=price_asc&search_mode=all&seller_localisation=world&show_type=all&started_days=&started_hours=&term=negrepelisse&view=gallery&page=9

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 18:32

Ah Kercoz, ce que personne ne dit avoir remarqué, c'est que je trouve impudique de moraliser en public, tandis que je paillardise allègrement ! *Lol*
Malcolm a écrit:Ce qui m'intéresse, comme à chaque fois lorsque je rencontre un Homme (et, quand je parle des Hommes, j'embrasse toutes les femmes, comme disait Hugo), c'est de savoir comment il s'assume et se respecte, comment il se projette et comment il se comporte, comment il se confie et s'engage ; bref, ce qui m'intéresse, c'est de savoir ce qu'il vaut, pas de savoir comment il pense être et devoir être. Cela à la limite, ça viendra quand on aura amicalisé, pas avant.

Un peu de pudeur, merde.
La première pudeur, c'est celle de la vindicte. Or, publiquement, les pro-homos (comme si les homos avaient besoin de promo ... ) ressentimentent à plein nez leurs moralités (Guilluy à l'appui, hein Philo ! etc.).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Philosophos le Lun 27 Fév 2017 - 18:34

Malcolm a écrit:Sors de la piscine en petite tenue, et tout le monde se dit que tu as un grain, et bientôt on te tombera dessus pour attentat à la pudeur.
Certes, il y avait les fameux censeurs à Rome, mais en parlant de bains, les thermes romains étaient des lieux de prostitution, ce qu'on ne verra pas dans les piscines publiques de nos jours. Parce que la sexualité ne passait que pour une hygiène corporelle, comme la défécation. Ainsi, on ne pouvait être gêné par des relations sexuelles dites "contre-nature". En revanche, il existait toujours une relation dominant/dominé entre amants de tout type, ce que l'on rejetterait aujourd'hui, au nom du libéralisme. De même, au chapitre des différences, on aurait trouvé absurde un mariage entre homosexuels.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 18:40

Certes, il y avait les fameux censeurs à Rome
Je parlais de nos jours, par chez nous, afin d'illustrer ce fait que la pudeur tient toujours à un presque.
Je te soupçonne presque de complaisance, en étalant le reste.
Ceci étant, c'est très parlant toutes les comparaisons que tu fais, depuis l'absence d'amour à ça.
De même, au chapitre des différences, on aurait trouvé absurde un mariage entre homosexuels.
En 1980, un homo ne pensait pas autrement, pas plus qu'il ne se sentait en demeure d'aimer.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Kal' le Lun 27 Fév 2017 - 19:50

Monsieur, fils de France, et frère du bien-aimé Louis XIV, fut nonchalamment et ouvertement homosexuel sans que cela pose quelques problèmes, avec certes bien entendu de petites railleries mais c'était bien là le prix de la différence. Et vraiment, qu'y pouvons-nous de tout ça ?
Le christianisme, religion bimillénaire, enseignait de s'aimer les uns les autres, mais surtout pas soi, car se serait un infâme amour-propre, que vilipendait déjà La Rochefoucauld ; et ce désir d'honnêteté et de sympathie avec les autres, des siècles de dévotion l'a bien naturellement fait atteindre son sommet. Au point que l'on sait désormais qu'être bon pour les autres nécessite une sorte de bonté envers soi-même, et que cette opération montre simplement comment le christianisme s'est dépassé ; et qu'aujourd'hui les homosexuels sont très chrétiens parce qu'ils veulent aimer sans contrainte aucune, et que la gratuite méchanceté est ce que honnit le plus le christianisme.
Se faire violence, c'est-à-dire être en respect vis-à-vis et se comporter avec pudeur, passe pour une terrible cruauté contre soi, aussi que désormais on pense facilement que tout cela est un terrain favorable à l'aigreur et au ressentiment.
C'est ainsi oublier que la contrainte est la condition vraiment nécessaire au bonheur, et en cela les homosexuels n'ont jamais été plus malheureux que depuis le jour où ils ont commencé à pouvoir espérer obtenir des droits. Et j'avais déjà expliqué que les problèmes adviennent dès lors qu'on se les pose comme tels, mais c'est justement le fondement de la démarche scientifique, généalogiquement issu de l'amour de la Vérité chrétienne.
Alors, le bonheur des homosexuels ? Le remède à l'homophobie ? Que les homosexuels cessent de se poser comme problèmes, et que les homophobes cessent à leur tour de les penser comme tels.


Dernière édition par Kalos le Lun 27 Fév 2017 - 23:24, édité 3 fois
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 19:58

Monsieur, fils de France, et frère du bien-aimé Louis XIV, fut nonchalamment et ouvertement homosexuel sans que cela pose quelques problèmes, avec certes bien entendu quelques railleries mais c'était bien là le prix de la différence.
Attention, un exemple aristocratique ne fait pas un exemple roturier, qui concerne 90% de la population alors au moins. Exemple aristo, révélant toute l'hypocrisie bigote des courtisans - en quoi ils étaient évidemment non-chrétiens.
et qu'aujourd'hui les homosexuels sont très chrétiens parce qu'ils veulent aimer sans contrainte aucune, et que la gratuite méchanceté est ce que honnit le plus le christianisme.
Je préfère évidemment dire per-chrétien dans l'âme, assurément, tout comme les humanitaristes qui les soutinrent ; mais les dire chrétiens c'est parler comme Nietzsche, et c'est une simplexité de langage que bien des gens ne peuvent pas se permettre de comprendre.
C'est aussi oublier que la contrainte est la condition vraiment nécessaire au bonheur, et en cela les homosexuels n'ont jamais été plus malheureux que depuis le jour où ils ont commencé à pouvoir espérer obtenir des droits.
Oui enfin, entre ne pas avoir les mêmes droits, et être astreint à se cacher des mégères et autres bastonneurs, il y a un pas, et je veux que dans l'ordre démocratique égalitaire, il y eut incohérence juridique. Encore que le conservatisme libéral puritain ... etc. Mais enfin, en balançant tes affirmations sur le bonheur nous dériverons loin.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Kercoz le Lun 27 Fév 2017 - 20:11

Histoire de détendre l' atmosphère : Y' a un nouvel Homo ??

https://www.youtube.com/watch?v=hCjYvNYarPk

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Avis' le Lun 27 Fév 2017 - 20:50

Attention Kerkoz !!!! Tu frises la correctionnelle ! Il ne faut plus dire Nègrepelisse, c'est raciste. Il faut dire Pelisse-de-couleur.

Qu'Antisubjectiviste me pardonne, je ne puis considérer cette affaire que sous l'angle de l'humour.
En effet, les romains pratiquaient, ainsi que les grecs. Puis vint le christianisme qui gâcha tout. Mais depuis que le christianisme est en déclin, c'est l'économique qui prend le relais : il faut faire des enfants (les homos sont censés être hors jeu, du coup). Il faut donc faire des enfants, ils sont les futurs consommateurs.
Philo, la pudeur du temps des romains était une valeur inversée puisque dans les toilettes publiques, on se réunissait aussi et surtout pour discuter, commenter la vie des douze césars. Etonnant, non ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 23:20

Avis' : Grecs et Romains vivent dans des sociétés très bien hiérarchisées, et nous retombons dans le cadre de Michel Raymond (mon post initial de topic). Au Moyen-Âge, et pour hiérarchisées que fussent les sociétés (quelle société ne l'a pas été ?), il n'en reste pas moins que l'ordre est amoindri, par quoi le pourcentage même de paraphilies réduit, non seulement leur valeur absolue. S'il y en a 5% par les temps qui courent, je ne sais pas moi, on en aura 3%. Entre 7 milliards+ d'Hommes sur Terre par les temps qui courent, et 500 millions alors, je vous laisse faire le calcul. Où l'on voit que la biologie ne dit pas le tout homosexuel ; qu'elle dispose à tout casser. Pour moi, j'y vois un créneau psychanalytique.

Kercoz, la blague ne m'a pas fait rire, mais on ne sait plus comment se situer devant une telle potacherie. Le moralisme contemporain voudra faire tomber les foudres de Zeus dessus, comme si tu étais le dernier des criminels : non seulement homo s'écrit avec un H, contrairement à la marque de lessive mais en plus Omo contenait un singe dans sa publicité. A croire que tu insultes les homos alors ? Seulement voilà, entre ça et les antispécistes, on se dit qu'on peut comparer tout à tout alors, car au fond les Hommes sont des singes ! Mais enfin, tous les homos ne sont pas blancs comme le linge, tout de même ... Oui mais, l'homo blanc est une minorité à respecter comme les autres ! Et alors : tous les homos ne s'adonnent pas à des activités ménagères dites féminines, dira-t-on pour "défendre les minorités". Je veux bien, mais si les gender studies abolissent le sexe, nous n'avons plus jamais affaire qu'à des individus indifférentiellement, par quoi la pub pour Omo ne devient même plus sexiste, et ta blague n'associe plus les homos à ça. Etc.

Oui ça va loin, mais je n'invente rien : ce sont les militances anti-discriminatoires diverses et variées, qui vont jusque là, de ce qu'elles allèguent de viles intentions derrière tous et tout, elles, polices de la pensée. Finalement, on se marre de ce que ces militances criminalisent le seul mauvais goût, car c'est bien cela, qui est criminalisé. Qui est de mauvais goût aujourd'hui, "mérite" l'ostracisation éternelle. Ça donne envie de ressembler à Macron ! *Lol* Sinon que ce qui s'appelle aujourd'hui du saint nom de bon goût me semble juste rococo.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Kercoz le Lun 27 Fév 2017 - 23:38

Bon. Moi je plaisante sur tout ce qui bouge hein, pas de discrimination. Les belges, ça devient lassant. Pour plaisanter des juifs , faut être juif. Comme disait l' autre, celle que je préfère c'est le fonctionnaire. Là je me fais tacler sévère, mais j' ai des circonstances atténuées mon père et ma fille son publics et durant 30 ans on m' a obligé à les déranger pour controler s'ils ne risquaient rien en travaillant ( MDR)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Malcolm le Lun 27 Fév 2017 - 23:43

kercoz a écrit:Bon. Moi je plaisante sur tout ce qui bouge hein, pas de discrimination. Les belges, ça devient lassant. Pour plaisanter des juifs , faut être juif. Comme disait l' autre, celle que je préfère c'est le fonctionnaire. Là je me fais tacler sévère, mais j' ai des circonstances atténuées mon père et ma fille son publics et durant 30 ans on m' a obligé à les déranger pour controler s'ils ne risquaient rien en travaillant ( MDR)
C'est taquin, quoi.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  AntiSubjectiviste le Mar 28 Fév 2017 - 0:08

Kalos a écrit:aujourd'hui les homosexuels sont très chrétiens parce qu'ils veulent aimer sans contrainte aucune (...). C'est ainsi oublier que la contrainte est la condition vraiment nécessaire au bonheur, et en cela les homosexuels n'ont jamais été plus malheureux que depuis le jour où ils ont commencé à pouvoir espérer obtenir des droits.
Les homosexuels veulent la fin de la discrimination à leur égard. Tu serais en train de dire qu'il faut être discriminé pour pouvoir être heureux ? Tu te rends compte de la stupidité que tu avances, malgré une apparente théorisation foireuse de psychologie de comptoir ? L'époque dorée des homosexuels serait celle où ils se faisaient mettre en prison, torturer, démembrer, exécuter ou injecter des oestrogènes pour les castrer chimiquement ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Digression sur l'homosexualité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum