Tirade sur le tabagisme

Aller en bas

Tirade sur le tabagisme

Message  Malcolm le Ven 17 Mar 2017 - 21:12

Note liminaire (spoiler):
Cela fait quelques petits mois que j'ai arrêté de fumer, pour des raisons qui me regardent. Je n'en reste pas moins d'accord avec ce qui suit.

Je sais que l'époque n'est pas à la psychanalyse, et qu'il n'y a plus que quelques clampins en France et en Argentine pour "y croire" (selon le mot des détracteurs tous rendus aux TCCs & autres comportementalismes, gestaltismes, etc. plus rentables). Eh bien, je fais partie de ces clampins, et je vais vous dire :

Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, a eu "l'excellente idée" dans les années 40 je crois (en tout cas par là) de faire confiance (sens de croire, non ?) à son oncle. Il se servit donc de la psychanalyse & associations idoines, dans son métier. Et quel était son métier ? ... Son métier était publicitaire. En fait, c'est même lui qui est considéré comme "le père" du merchandising, et si pas le seul, du moins un "des quatre pères de l’Église marchande".

A partir de là, cet homme fiche des cigarettes à des féministes dans une pub. Ou, si pas des féministes, assurément "des femmes modernes". Il répondait là texto à la supposée envie-de-pénis inconsciente (donc certainement pas voulue comme telle, sauf par des nymphomanes, donc des accrocs ... ) subsumée par son fumeur-de-cigares d'oncle. Ces images "firent le tour de la Terre", de self-made-women phallocrates par la magie d'un rikiki consumatoire, les confortant certes encore plus dans une mentalité de guerre des sexes, castrateur des hommes dans leur velléité de pouvoir.
Et c'est contradictoirement compréhensible, qu'elles aient eu ce besoin de s'affirmer face aux hommes, à travers un pur succédané (succès damné ... ). Mais les extrêmes- et post-féministes de nos mondes en sont toujours là dans la démarche.

Alors, je ne sais pas si c'est bien le comblement d'un fantasme de possession du pénis, qui fit vendre des cigarettes, ou bien si c'est tout simplement l'association moderniste-féministe percutante socioculturellement alors. Mais ce qui est vraisemblable, c'est que ces deux éléments passent pour l'avers (social) et le revers (libidinal) d'une même médaille, vérité de la psychanalyse ou pas.

En somme, on inventa une gynocratie à travers l'arrogance féminine pour le phallocratisme, puisque de fait, les femmes ont aussi gagné "le droit" - en plus de la détente à l'égard des hommes qui les dominaient - de devoir vivre comme eux, faire comme si, faire semblant, alors qu'elles ont leur féminité à vivre doublement, premièrement.

Néanmoins, ce n'est pas anodin que plus de femmes fument que d'hommes.

Et, dans la mesure où Freud aurait raison, tout cela nous rendit à l'infantilisme le plus absolu, car ce n'est pas pour rien qu'on nous sert à foison des associations grivoises dans les médias, sans aucun esprit paillard à la bonne franquette, mais cul-cul la praline libidineux pourtant, soit donc puritain dans la démarche, quand bien même prétendument "libérés". C'est qu'il s'agit d'épuiser le désir en place publique, de l'essorer, de l'étaler, afin que littéralement les hommes & les femmes soient rendus à la fameuse période de latence sexuelle des 5-12 ans environ (soit donc de l’œdipe à la puberté). On soumet évidemment bien plus aisément une personne - non pas enfantine, mais infantile, soit donc névrosée, inconsciente de ses infantilismes interprétatifs du réel alentour. Désarmement psychique. Désaide (res)sentimental.

Or le fumeur cherche de l'aide qu'il trouve dans la cigarette, même si cette aide est à double-tranchant. "C'est toujours mieux" que le désaide généralisé.
Mais inversement, le respireur-sans-prothèse-cigaretière, ou le non-fumeur "repenti", massivement, vont surcompenser ce désaide qu'ils vivent tout autant, en croyant "mieux gérer leur capital santé" et se vivant sur le mode "écologiste-de-bas-étage-médiatique" (Nicolas Hulot, Yann Arthus Bertrand, José Bové qui a lâché sa pipe pour un siège européen, etc.). C'est-à-dire en ralliant infantilement papa-maman bonne-pensée hygiéniste aseptique puritaine sanitaire morale.

Bien sûr, qu'il est des fumeurs heureux (j'en suis un), et qu'il est des non-fumeurs heureux (ma compagne en est une), qui ne se sentent ni coupables, ni en demeure de culpabiliser (et je vous souhaite d'en être). Pour autant, ce monde vit tant d'un humanitarisme sub-chrétien laïcisé (quand bien même scientiste) qu'il perpétue la morale du péché originel et du battre-sa-coulpe/faire-pénitence à tours de bras. Or, on s'y rend autant en culpabilisant de fumer (cercle vicieux du remords) qu'en se donnant bonne conscience de respirer-sans-prothèse-cigaretière (refoulement ou déni de culpabilité).

Si pourtant on n'a évidemment pas besoin de fumer, je gage que le fumeur (le respireur-prothétique-cigaretier) dispose d'un adultisme (vs. infantilisme) potentiellement supérieur, dans ce contexte, dans cette moyenne, dit à la louche, car évidemment cela dépend ensuite de chacun (ma compagne non-fumeuse est de ces adultistes ... ).

De plus, si cela n'ôte pas toutes les toxicités (dont celles créant la dépendance) il existe aujourd'hui des feuilles à rouler sans chlore (agent de dépendance & de blancheur) ainsi que des tabacs à rouler sans "agents de texture & de saveur", soit donc 100% tabac (cela ne dit encore rien des éventuels pesticides employés). Bien entendu, que je ne dis pas ça pour dire niaisement "oh bah c'est mieux !" - mais c'est un peu mieux. "Ils" font (à peu près) les mêmes en indus'.

Enfin, comment auraient fait Jean-Paul Sartre, Hannah Arendt, Albert Camus & Gilles Deleuze, et que seraient-ils, sans cigarette ? ... Je crois surtout que, comme pour tout, il faut essayer de s'approvisionner au mieux. Des générations de fumeurs début XXème ne connurent pas, proportionnellement (car on était 2 à 4 milliards sur Terre progressivement sur cette période), les problèmes (de santé, et de psychose de masse) que l'on connaît aujourd'hui. Or ils fumaient de la brune sans filtre bien tassée.

Il faut croire que des propagandistes (Bernays en tête) & chimistes maboules ("agents de texture & de saveur") ont fait leur œuvre, entre-temps, sans parler des "(pastilles) mentholées" et autres Vogues, ainsi que des paquets de 10 cigarettes, comme en goodies accessoies. Or, nous aimons les gadgets, n'est-ce pas ? lol - fumeurs ou pas.[/left]


Pour moi, tout cela est à mettre au compte des rétorsions modernes.
Dans l'ensemble, il s'agit d'hygiénisme bourgeois(-bohème) assimilé, que nous critiquons, et qui tente de se faire passer pour une pensée, voire une éthique ou une philosophie, au nom du sang.


EDIT: tout cela ne dit encore rien des conditions de surproduction dans lesquelles nous nous trouvons, encore que ...
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Kal' le Ven 17 Mar 2017 - 21:40

C'est à rapprocher des quelques délires minimalistes par là qui supposent indécemment qu'on vit mieux avec moins, dans un sous-équivalent cénobitique, pour une pureté healthy corporelle et une éthologie de progrès. Mais pour désirer posséder moins il faut donc posséder beaucoup, et c'est en cela que le minimalisme est une furie de riches opulents ; et ce n'est même pas renoncer à ses biens, mais juste une mode de rangement ! Vivre avec moins, ou plutôt vivre avec beaucoup de côté, où l'on soustrait de notre vue nos superfluités, et c'est aussi se sentir pris de culpabilité, procédé finalement mesquin. Tout cela consiste à faire les choses de moitié, parce que nous sommes dans une époque de plein de moitiés, c'est-à-dire une époque d'ennui, et qu'il n'y a rien de spirituel dans la démarche, et encore moins d'ascétique, bien entendu.
Et fumer importe peu, en fin de compte.


Dernière édition par Kalos le Ven 17 Mar 2017 - 22:21, édité 1 fois
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Kercoz le Ven 17 Mar 2017 - 22:18

Je pensais de même jusqu' à y' a  env 10 ans . Fumeur décomplexé. Gitane sans filtre depuis l' age de 18. 2 match de rugby + une compète d'atlétisme par semaine  jusqu' à 25 ans ..... escalade , une clope à chaque relais.  Il y a 10 ans, fatigues ..pas assez d' O2 dans le sang...Début d' Amphysème . Plus de clope depuis 10 ans. Arrêt facile et regrèt de ne pas l' avoir fait plus tôt. Activités réduites au 1/3 ( pas de 1/3). Je peux randonner un peu , grimper encore, jardiner péniblement, infections fréquentes . HS la moitié du temps . Ca ne se guérit pas , ça se maintient et normalement finit branché sur une bouteille d' O2.
L' addict physio, c'est assez rapide à passer . La psycho c'est plus dur: La journée  devient une corde lisse là ou il y avait une corde à noeud! mais ça passe en qqs mois.
Nous sommes physiquement trop oisifs pour fumer sobrement.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Avis' le Ven 17 Mar 2017 - 22:28

Kalos a écrit:Vivre avec moins, ou plutôt vivre avec beaucoup de côté, où l'on soustrait de notre vue nos superfluités, et c'est aussi se sentir pris de culpabilité, procédé finalement mesquin

Bien senti.

Mais......
Je fume aussi. Peu, mais je fume. Et je le regrette pour ma santé. Souffle court... Toujours tenu de corriger son haleine.... Non, c'est pas bon. Mais je ne peux pas m'en passer. J'ai essayé... conséquence, paresse intellectuelle, prise de poids. Donc j'ai renoncé à renoncer.

J'ai aussi renoncé au superflu, "avec beaucoup de côté" comme dit Kalos qui n'a pas tort. Mais c'est beaucoup plus facile qu'arrêter de fumer puisque rien ne manque. Il suffit de tout léguer à ses enfants puisque aussi bien c'était le but. Et c'est d'autant plus facile que l'opulence, on a connu, et qu'on n'est pas accro. En revanche, on ne peut pas décemment demander  à quelqu'un qui n'a jamais connu l'opulence de renoncer à l'atteindre. Justement parce que çà lui manque.
Même sans intellectualiser la chose comme le fait Malcolm, il est sain que chacun vive selon ses convictions dans la mesure où il n'emmerde personne. Or les Arthus-Bertrand et autres José Bové emmerdent le monde dans la mesure où ils font tout pour imposer leur morale (et ils en tirent les dividendes puisque tel était le but, là aussi).
Eviter d'emmerder le monde, qui l'est déjà assez comme çà, devrait être la première leçon de morale. Et fume qui veuille, fallait pas commencer.


Dernière édition par Avistodénas le Ven 17 Mar 2017 - 22:49, édité 2 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Kercoz le Ven 17 Mar 2017 - 22:38

Avistodénas a écrit:
Je fume aussi. Peu, mais je fume. Et je le regrette pour ma santé. Souffle court... Toujours tenu de corriger son haleine.... Non, c'est pas bon. Mais je ne peux pas m'en passer. J'ai essayé....

Je n' ai aucune conti ( terme de grimpeur) coté caractère, mais je n' ai même pas terminé ma boite de zyban pour stopper net. Je laissais ma clope fumer toute seule dans le cendrier ! certains médecin hésitent à le prescrire. Je crois que c'est une sorte d'anti-dépresseur...ça dépend de sa sensibilité pour ce genre de produit... J' ai fini la boite pour essayer d'arréter le chewing gum!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Avis' le Ven 17 Mar 2017 - 22:47

 J' ai fini la boite pour essayer d'arréter le chewing gum!

*Héhéhey* *Pouce*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Malcolm le Ven 17 Mar 2017 - 23:09

Je souscris à l'intervention de Kalos.

Je connais des symptômes que vous dîtes Kercoz et Avis', et j'en ai perdus du coup, après 10 ans à 8 légères roulées/jours - de préférence "bio", mais sans filtre.
Au reste, lisez voir ça : http://www.slate.fr/story/137711/fondements-scientifiques-fumer-lieux-publics

Avis' a écrit:J'ai essayé... conséquence, paresse intellectuelle, prise de poids. Donc j'ai renoncé à renoncer.
J'en étais là, mais je me suis trouvé des remplacements (merci Freud). Par exemple : étant à 40€ de cigarettes/mois, j'ai décidé d'en consacrer 20 à l'achat de livres neufs ou d'occaz en librairie (alors que je pratique la bibliothèque surtout, etc.). De plus, l'odeur pour mes proches a compté, le souci de l'autre, etc. - et, avant l'article ci-dessus, la santé des autres, or j'avoue que j'ai manqué de reprendre à cause de ça, mais bon : quand on se résout, on peut (notez bien que je n'ai pas écrit quand on veut ... : la volonté classique, c'est pour les nuls, surtout là - at least il faut un projet sartrien ! *Lol* ).

Freud et Sartre, donc. Freud et Sartre. (Étonnant ?)
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Kal' le Ven 17 Mar 2017 - 23:23

Sinon...

avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Malcolm le Ven 17 Mar 2017 - 23:28

Ses "bienfaits" sont toujours discutés.
Mais, en termes de minimalisme ... je ne vois là qu'un design minimaliste ! *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Kal' le Ven 17 Mar 2017 - 23:29

Toujours discutés, certes, mais ses bienfaits sont de plus en plus avalisés par divers organismes sanitaires.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Malcolm le Mar 18 Juil 2017 - 15:06

Baste ! s'ils veulent lucrativistement faire-joujou ...

***

Après la culpabilisation hygiéniste, l'insulte indirecte et malhonnête (car pas-dite-en-face-mais-par-affiche-interposée) : http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/39773-incendies-petit-geste-message-pompiers-apres-plusieurs.html - Ceci dit, le fait incendiaire est indéniable et, plus énorme encore, il rejoint la préoccupation écologique sans détour. Au point que ça donne complètement raison contre les fumeurs ?

Les fumeurs, des gros cons ? (Navré pour l'insulte, Kalos, mais comme tu vois, à l'heure où les services publics s'y mettent, on ne sait plus si c'est bien une insulte ou un mode normal de communication - - - )
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tirade sur le tabagisme

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum