Principe philosophique des énergies renouvelables

Aller en bas

Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Juliendeb le Dim 26 Mar 2017 - 11:52

C'est en lisant la première conférence de Bergson, issue l'oeuvre L'Energie spirituelle, et en suivant l'actualité liée au problème de l'écologie, que j'ai imaginé ce principe philosophique des énergies renouvelables. Je n'en sais ni la pertinence, ni l'intérêt, et c'est pourquoi je mets ici ce principe à l'épreuve de la critique et de la discussion. Aussi, étant donné que cette idée est encore un peu brouillonne dans mon esprit, je vais tenter d'être le plus clair possible, sans rien vous garantir.

Dans cette conférence, Bergson opère la dichotomie classique matière-esprit. Il explique que la matière est régie par la nécessité, et que la conscience incarne la liberté de l'homme. Par la conscience, l'homme parvient à se libérer de la nécessité matérielle, pas seulement par contraste, mais parce qu'elle lui permet de rompre la chaîne de la nécessité matérielle pour faire de la nature un instrument de liberté.

Bergson, L'énergie Spirituelle, La Conscience et la vie a écrit:Bref, les choses se passent comme si un immense courant de conscience, où s’interpénétraient des virtualités de tout genre, avait traversé la matière pour l’entraîner à l’organisation et pour faire d’elle, quoiqu’elle soit la nécessité même, un instrument de liberté. Mais la conscience a failli être prise au piège. La matière s’enroule autour d’elle, la plie à son propre automatisme, l’endort dans sa propre inconscience. Sur certaines lignes d’évolution, celle du monde végétal en particulier, automatisme et inconscience sont la règle ; la liberté immanente à la force évolutive se manifeste encore, il est vrai, par la création de formes imprévues qui sont de véritables œuvres d’art ; mais ces imprévisibles formes, une fois créées, se répètent machinalement : l’individu ne choisit pas. Sur d'autres lignes, la conscience arrive à se libérer assez pour que l'individu retrouve un certain sentiment, et par conséquent une certaine latitude de choix ; mais les nécessités de l'existence sont là, qui font de la puissance de choisir un simple auxiliaire du besoin de vivre. Ainsi, de bas en haut de l'échelle de la vie, la liberté est rivée à une chaîne qu'elle réussit tout au plus à allonger. Avec l’homme seulement, un saut brusque s’accomplit ; la chaîne se brise. Le cerveau de l’homme a beau ressembler, en effet, à celui de l’animal : il a ceci de particulier qu’il fournit le moyen d’opposer à chaque habitude et à tout automatisme un automatisme antagoniste. La liberté, se ressaisissant tandis que la nécessité est aux prises avec elle-même, ramène alors, la matière à l’état d’instrument.
Ces premiers jalons posés, venons-en à la réflexion qui m'est venue à cette lecture de Bergson.

L'homme est à l'image de Dieu, si l'on en croit les écrits bibliques. Mais pourquoi est-il à l'image de Dieu? Contrairement à la matière, qui est pure nécessité, notre conscience est liberté. Or cette liberté s'exprime en l'homme par sa faculté créatrice, qui est rupture avec la nécessité matérielle, modification de la matière, dé-naturation. Comme Dieu, l'homme est créateur ; comme Dieu, sa création est la manifestation d'une liberté. Et si l'homme a eu besoin, à un moment de son histoire, de vouer un culte à Dieu, c'est qu'il avait besoin d'un référent moral, régulateur de sa propre faculté créatrice. Car cette faculté créatrice est à la fois fascinante et effrayante.
Nous avons des signes de cette créativité chaque jour : rares sont en effets les parcelles de notre planète (et même au-delà), qui n'ont pas été modifiées, touchées par l'homme. Cette liberté créatrice est à la fois une bénédiction et un fardeau : une bénédiction car elle le libère de la pure nécessité matérielle ; un fardeau car elle comporte des risques : celle de détruire. Elle comporte ce risque de verser, non pas dans la destruction créatrice (pour reprendre le mot de Joseph Schumpeter), mais dans la création destructrice. L'homme a ainsi eu besoin d'un fondement éthique et régulateur de tout acte de création. Dieu apparaît alors comme un prétexte qui limiterait la puissance destructrice de l'humanité, en se posant comme créateur "exemplaire", un analogue à l'homme, mais auquel l'homme peut faire référence pour rendre son action plus sûre, plus éthique, moins dangereuse.
Car où s'exerce cette création destructrice de l'homme? Sur la nature. Sur la matière. Sur la nécessité. Or cette nécessité est l'oeuvre de Dieu. La liberté créatrice de Dieu a donné lieu à la nécessité naturelle. Si l'homme est à l'image de Dieu, il doit pouvoir se mettre, non pas à son propre service, mais au service de la nécessité matérielle. C'est le principe même des énergies renouvelables, qui donnent alors à la conscience une destinée nouvelle : elles emploient la liberté humaine (donc la conscience) à la sauvegarde de la nécessité matérielle (alors qu'auparavant, cette liberté se manifestait par la négation de la nécessité). L'usage de l'énergie solaire, de l'énergie hydraulique, de l'éolien, de ce que j'appelle les énergies "passives" en tant qu'elles ne sont plus artificielles, l'illustre.
C'est cette rupture, qui permet de passer d'un usage d'une conscience libre, destructrice de la matière, à une conscience libre au service de la nécessité matérielle, que j'élève au rang de principe philosophique des énergies renouvelables.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Kal' le Dim 26 Mar 2017 - 16:26

Conception intéressante, merci.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Malcolm le Mar 28 Mar 2017 - 0:47

C'est une idée que défend Bergson dans les Deux Sources de la morale et de la religon : les grands esprits se rencontrent ;) Au-delà, cela fait écho à cette mienne pensée un peu touffue : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t102-la-sobriete-heureuse-de-pierre-rabhi#20544
Par ailleurs, quand il me prend quelque "accès de croyance religieuse" - car cela m'arrive, tout zarathoustrien sois-je, encore que mes accès restent généralement l'expression de ma volonté de puissance*, ainsi que toute saine croyance religieuse ... - eh bien, quand il me prend quelque "accès de croyance", j'observe en effet, sinon la limitation, du moins la potentialisation-canalisation de mon vœu.
Aussi bien, "Dieu" peut bien être une nécessité régulatrice qui, comme nécessité ... est nécessaire. Auquel titre, il faut admettre que c'est "le diable", qui dérégule. *Applause* - et, en somme, "gloire à Dieu, pour autant qu'il existe, et même s'il n'existe pas."

Et c'est sans parler de ce que la plupart des "verdoyants" (écolos ou autres altermondialistes, etc.) sont largement per-chrétiens dans la démarche (charité radicale au nom d'un Tout ayant la puissance d'un dieu vulnérable).

___________________________
* Nietzschéenne, donc rien à voir avec une velléité de domination absolue, mais tout à voir avec un conatus développemental bien compris (bien, c'est-à-dire : hiérarchiquement dans la dynamique).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Juliendeb le Mer 29 Mar 2017 - 11:12

Est-ce à dire qu'il faut louer Dieu même s'il n'existe pas, mais qu'il y a du moins une certitude : que le Diable existe et que lui, pour sûr, dérégule? Et qu'il faut le combattre à tout prix, quitte à inventer un Dieu qui n'existerait pas "Bon, ben s'il y a un Diable, il y aura un Dieu".

Je trouve assez étonnant votre néologisme de "verdoyant", calqué sur le terme "croyant", si j'ai bien compris. Pensez-vous que l'idéologie écologiste soit basée sur une croyance, mais pas forcément sur une réalité? Je vous pose cette question à vous, mais je pourrais très bien la poser à moi-même, puisque c'est ce que je laisse penser au travers de mon message. De fait, il y a des problèmes liés à l'écosystème. De fait, les activités humaines détériorent la qualité de l'air : les "écolo-sceptiques" ont tort (je dis "écolo-sceptique", car je ne supporte pas la qualification de "climato-sceptique", qui se restreint à ceux qui ne croient pas au réchauffement de la planète et ne respectent pas la religion des 2°C mise en avant par la Cop21, auquel cas je serais considéré comme climato-sceptique, tout en étant écolo).
Mais tout cela est très anthropomorphique et anthropocentriste. De fait, la nature a toujours su évoluer et faire face aux violences qui lui étaient faites. La rationalisation des terres avec l'apparition de l'agriculture, à l'époque du Néolithique, n'était pas naturelle. La planète à su faire face. L'industrialisation n'est pas naturelle : pourquoi est-ce que cette fois, la planète ne saurait-elle pas faire face? De quoi a-t-on peur? De notre propre extinction, pas de celle de la planète. La planète, elle, pourra s'accommoder de tout cela. Dieu est le sauveur des hommes, pas de la planète ; et les hommes ont eu besoin de Dieu pour se sauver eux-mêmes, pas la planète. Et vous aurez remarqué que tout cela fonctionne par la culpabilisation. C'est un prétexte, pas une réalité.
Je ne crois pas en l'apocalypse, tout autant que je ne crois pas en la création. De fait, il y a eu deux beaux bras d'honneur faits à la théorie de la création et à celle de la fin du monde : le mot de Lucrèce "Rien ne vient de rien, ni ne va vers le néant" et la théorie darwiniste de l'évolution.
Bref, tout cela pour dire que je n'ai personnellement pas peur pour la planète, ou pour la rupture de la chaîne de la nécessité dont je parle dans mon premier message. Je vous ai écris dans le premier message des principes philosophiques auxquels je ne crois pas, mais qu'il fallait décrire. Seuls comptent pour moi les hommes, l'avenir de l'humanité. L'apocalypse n'aura pas lieu : mais c'est bien ce que veulent nous faire croire tous les catastrophistes de la Cop21 et les verdoyants dont vous parlez.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  AntiSubjectiviste le Mer 29 Mar 2017 - 12:47

Juliendeb a écrit:Bref, tout cela pour dire que je n'ai personnellement pas peur pour la planète, ou pour la rupture de la chaîne de la nécessité dont je parle dans mon premier message. Je vous ai écris dans le premier message des principes philosophiques auxquels je ne crois pas, mais qu'il fallait décrire. Seuls comptent pour moi les hommes, l'avenir de l'humanité.
Et penses-tu que le bon avenir des hommes est compromis par les problèmes environnementaux ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Avis' le Mer 29 Mar 2017 - 13:45

Antisubjectiviste, les problèmes environnementaux seront probablement surmontés par l'homme, mais pas les catastrophes du style "extinction des espèces" et il y en eut au moins deux ou trois à ma connaissance. L'idée que l'homme soit la mesure de toute chose me paraît un tantinet déplacée. La mesure de toute chose, c'est la nature : elle a toujours le dernier mot, systématiquement : chutes d'astéroïdes, super-volcanisme, activité du noyau terrestre, activité solaire, dérive des continents, périodes glaciaires, réchauffements ... L'homme est apparu en une période de calme relatif et même propice. Alors nous avons intérêt à serrer les fesses. :affraid:  Et pas qu'à cause des fumées.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Kal' le Mer 29 Mar 2017 - 19:48

Deux ou trois grandes extinctions des espèces ? On en compte au moins 25/30 au total, dont au moins 5 dites massives.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Juliendeb le Mer 29 Mar 2017 - 22:05

Kalos a écrit:Deux ou trois grandes extinctions des espèces ? On en compte au moins 25/30 au total, dont au moins 5 dites massives.
Vous confondez l'extinction des espèces et leur voie de disparition. De fait, il me semble aussi qu'il n'y en a pas eu plus de deux-trois, comme le dit Avistodénas, mais c'est à vérifier (je parle des animaux "contemporains", bien sûr, n'allez pas me dire que j'oublie les dinosaures dans l'affaire).

Pour répondre à Antisubjectiviste, oui, je le pense. Pour plusieurs raisons.
La première d'entre elles est directe : nous ne sommes pas faits pour respirer des émissions de carbone. Or la déforestation (qui est encore faible chez nous, voire inexistante, en France) est cependant massive en Amazonie, le "poumon de la Terre". Les activités humaines y contribuent également. Cela conduit déjà à des maladies en tout genre.
La seconde est indirecte, et est due aux migrations climatiques qui pourraient être importantes ces prochaines années et provoquer éventuellement, à terme, des conflits de territoires. C'est un peu du catastrophisme aussi, mais ce sont en tous cas mes craintes. Que cela nuise à la planète, par contre, ne fait pas partie de mes craintes.


Dernière édition par Juliendeb le Mer 29 Mar 2017 - 22:13, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Kal' le Mer 29 Mar 2017 - 22:12

Non, je ne confonds pas : les deux n'ont rien à voir. Les extinctions massives concernent l'Histoire de la Terre à l'échelle géologique.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Juliendeb le Mer 29 Mar 2017 - 22:15

Oui, excusez-moi, je viens juste de rééditer mon message pour le rendre plus clair... Mais je ne suis pas certain, pour autant, que ça vaille quelque chose...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Avis' le Mer 29 Mar 2017 - 22:21

De fait, je pense qu'il y en eut cinq : celle du dévonien, du permien, du jurassique, du crétacé et j'ai oublié la cinquième. La nôtre, la sixième, serait celle de l'holocène.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Malcolm le Jeu 30 Mar 2017 - 9:33

De l'holocène, ou de l'anthropocène !
Au reste, le problème, l'avantage, et l'inconvénient ! des apocalypses JD, c'est que les justes doivent mourir. C'est quand même plus pratique pour faire de la merde *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Principe philosophique des énergies renouvelables

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum