Pornographic defect

Aller en bas

Pornographic defect

Message  Malcolm le Dim 16 Avr 2017 - 22:57

C'est acté, le mot sexe est aujourd'hui le plus tapé sur Internet. Or, je vais vous dire une chose, plus on le tape, plus on voit de cul, et moins on a de sexe, sauf à considérer qu'une masturbation en relève (du sexe) - quand bien même il s'agit de branler son sexe comme organe génital. En effet, le sexe, comme organe génital, n'est pas encore le sexe, comme rencontre des corps escomptant la jouissance, orgasmique ou non.

Mais tenez l'orgasme, parlons-en. Eh bien l'orgasme, si l'on en juge par les temps qui courent, et jusque dans la bouche de certains "sexologues" (bien payés, évidemment), il devrait avoir lieu dans les termes où un homme assurerait les meilleurs préliminaires à une femme (cela dit, le porno s'en passe assez bien, de ces préliminaires) afin de pouvoir la ramoner un moment (comme dans les pornos) de telle sorte qu'elle "ait droit" ( *Lol* que vient foutre "le droit" ici *Lol* on se l'demande ! *Lol* ) à une "session multi-orgasmique". *Lol* Hélas, si Georges Brassens exagéra un peu - ou pas, en son temps ... - quand il chanta que 95 fois sur cent, la femme s'emmerde en baisant, il n'en reste pas moins que par je-ne-sais-quelle motion, tous les hommes escomptent (sur le mode pornographique) "faire jouir" leur partenaire, où c'est drôle alors, comme la sociabilité s'est invitée dans les relations sexuelles ... copulatoires (ce qui était ignorer que le clitoris à au moins mille fois plus de terminaisons nerveuses que le gland, grands dieux, et que la femme a d'emblée un rapport plus sensuel aux choses, par quoi donc on l'accusa certes d'être le diable *Lol* mais aussi par quoi elle profite évidemment différemment du sexe, sans parler de ses zones érogènes réparties sur le corps).

Une sociabilité sexuelle donc, qui certes n'est pas pornographique, mais qui pourtant - et que l'on soit homme ou femme - a vocation pornographique (du moins, médiatiquement). Soit donc cette injonction paradoxale : détends-toi, mais tu as intérêt à bien te tendre *Lol* - et véhiculée par les hommes autant que les femmes qui là, "innocemment", n'escomptaient pourtant jamais qu'une simple joie tout ce qui se fait de plus simple, en déniant attendre quoi que ce soit des hommes tout en portant avec elles cette attente pornographique.

Mais donc les hommes, de vouloir pornographiquement satisfaire les femmes, femmes qui (médiatiquement surtout) se rient alors de cette "aspiration narcissique" - énième injonction paradoxale, schizophrénante, puisqu'elles aspirent pourtant à quelque bien-être dans les cordes pornographiques, sans tenir compte de leur anatomie différente. Une "aspiration narcissique" qui n'était pas utile pourtant à l'homme, quand par le passé il pouvait plus allègrement se saisir de la première chalande venue pour la trousser (je caricature certes ! *Lol* mais c'est pourtant l'image que nous servent les (extrêmes-)féministes ! *Lol* ). Soit donc que l'homme pouvait tout aussi bien se contenter d'un tableau de chasse et d'avoir juté, avant "qu'on ne lui prenne la tête" avec ces injonctions au bonheur de ces dames ! *Lol* et qui finalement lui mettent (pornographiquement) bien plus la pression, et l'enfonce dans une détresse bien plus grande, pour misérablement et méchamment (pornographiquement ! *Lol* ) se voir taxer "d'aspiration narcissique", quand ce sont pourtant ces dames-là (car elles n'en sont évidemment pas toutes là) qui sont - non pas dans une "aspiration", mais dans une effectuation - qui sont dans dans une effectuation narcissique.

Tout ce qui doit s'appeler de la bourgeoisie messieurs-dames ! *Lol* et qui manifestement en est le revers consubstantiel. Ce qui est dire à quel point le monde, aujourd'hui, est bourgeois, et certes pas au profit des hommes ! *Lol* qui en fait ont tout perdu dans cette affaire pornographique.

Alors, l'aspiration à réjouir sa partenaire est évidemment louable - cela s'appelle normalement aimer, faire l'amour, - mais cela ne se peut jamais que dans les conditions bien réelles d'une réciprocité, et je dirais même d'une solidarité sexuelle, où généralement une telle solidarité vous assure à tous les deux la longue vie, sans qu'il vous soit nécessaire d'entrer dans "une orgasmatique des plaisirs", et encore qu'il y ait des réjouissances à découvrir derrière toutes les paillardises. Paillardise qui, donc, n'est pas - absolument pas - la pornographie.

En effet, quand paillardement vous vous échauffourerez avec quelqu'un(e), ce sera une bonne marrade. Eh oui, au fond *Lol* le sexe n'est jamais que la plus joyeuse de nos grossières erreurs ! *Lol*

Baubo à l'honneur ! *Lol*

avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum