Femmes pornographiques

Aller en bas

Femmes pornographiques

Message  Malcolm le Dim 30 Avr 2017 - 0:30

On a tendance à dire que le porno est "un truc d'hommes". Qu'il n'y a que "les hommes" pour "aimer le porno". Seulement voilà, le hic, au-delà du fait qu'on généralise cet "amour du porno" sexistement à tous les hommes, par antivirilisme (la plupart du temps pour se viriliser d'ailleurs) ... le hic c'est que "des femmes se lancent dans la carrière pornographique", et qu'à leur suite des femmes "aiment bien" en regarder.

En fait, c'est comme avec la masturbation : statistiquement, les femmes déclarent moins aimer la masturbation que les hommes. Pourquoi ? ... Je n'en sais foutre rien ! *Lol* ... Mais si, j'en sais quelque chose : le clitoris dispose de plus de mille fois plus de terminaisons nerveuses que le pénis. Ce qui est dire que les femmes sont dans un "sensualisme" intrinsèque plus grand que les hommes. D'ailleurs, saviez-vous qu'il n'y a pas de femmes vaginales ? C'est un faux débat. Il n'y a que des femmes clitoridiennes, de ce que le clitoris est un appendice interne, courant tout le long du vagin pour rendre agréable la pénétration certes (sans aisément atteindre l'orgasme, mais en tout cas pour rendre supportable le coït - la nature est économe) mais surtout la gestation (le clitoris enveloppe l'utérus, pour des raisons très claires d'agrément au port d'enfant, qui reste parasitaire dans son genre). Bref. Tout cela dit bien que les femmes, donc, sont plus "intrinsèquement sensualistes" que les hommes, se vivant mieux ontologiquement que les hommes sur le mode sensuel, au point d'en être innocentes (contrairement aux délires monothéistes autour du féminin). (Cela dit, il faudra bien que les femmes reconnaissent alors aux hommes leur "technicisme intrinsèque", à bon entendeur, de ce qu'un îsme jamais ne fit ni la sensation - pour ce sensualisme féminin - ni la technique - pour ce technicisme masculin).

Mais donc, c'est rapport à ce technicisme parenthétique, que l'on dit les hommes "plus enclins au porno". Peut-être. En fait, donc, les femmes en éprouvent moins l'attrait.

Par contre, quand elles en éprouvent l'attrait - et, plus encore, "lorsqu'elles s'y lancent" - que se passe-t-il ? ... Eh bien, "quand elles s'y lancent", c'est un peu comme pour les hommes : elles s'y lancent par "sexomanie", de même qu'il y a une cleptomanie. En effet, pourquoi le cleptomane s'adonne-t-il au vol ? ... Il s'y adonne pour combler un manque affectif, quitte à éprouver la honte voire la culpabilité du voleur démasqué. C'est ainsi. De telle sorte que le ou la "sexomane" comble, de même, par l'activité pornographique, un manque affectif, besoin de reconnaissance spécifique, que sais-je, de ce que l'espèce humaine pratique la chose en cachette normalement. Les psychanalystes trouveraient là quelque chose comme un infantilisme spécifique, par lequel on s'expose (s'exhibe) au regard (parental, la caméra ayant plus particulièrement un effet d’œil maternel selon eux), en plus donc de trouver dans le partenaire sexuel un fantasme de toute-puissance quant à la réalisation de la jouissance (inextinguible car toujours à-répéter jouissance, et là comme dans les drogues : avec une élévation toujours plus grande du seuil de tolérance - mais cette parenthèse vaut pour les consommateurs de porno).

A partir de là donc, on comprend assez bien que l'homme trouve la réalisation immédiate de son aspiration à prendre (épouser), instinct de prise coïtale, mais aussi de perte de soi en l'autre ! *Lol* - il y a du propre et du figuré "là-dedans" ... - car les neurologues observent en effet que chez l'homme c'est la vigilance qui baisse alors.
Mais chez les femmes ? ... En fait, chez les femmes, il y a tout autant la réalisation immédiate d'une aspiration, mais cette aspiration quelle est-elle ? ... Il s'agit tout connement de l'aspiration à plaire, être désirable & désirée, inconditionnellement, par quoi alors soudain la femme se rend à l'aspiration masculine sans attendre (se laisse épouser, prendre coïtalement, quitte à le regretter ensuite). Pour la femme, dépressivement, il faut que l'homme ait toujours cette satisfaction par laquelle il semblera donner à la femme le sentiment d'accomplissement de sa féminité, jusque dans le don irréfléchi de soi, immédiat donc. La femme, là, aspire à une perfection, qui pour elle signifie être rassurée en ce qu'elle plaît totalement, inconditionnellement, jusqu'au tréfonds d'elle-même, par crainte fondamentale du contraire. Aussi le porno est-il une rassurance pour la femme, de telle sorte que les femmes en regardent moins, car elles s'inquiètent généralement moins d'avoir à l'être - rassurées - quand elles vivent quotidiennement les hommes comme observateurs d'elles-mêmes.
L'homme lui, donc, n'a pas cette dépressivité-là, ou ce risque de dépression-là. Par contre, il éprouve une tristesse infinie, un sentiment d'impuissance spinozien infini, inutilité complète alors, quand il croit ne pas pouvoir servir, être instrumentalisé sexuellement, dans l'acte pornographique.
Contrairement à ce que l'on nous rabâche à longueur de temps, les hommes ne délirent pas leur domination techiciste, ni les femmes d'ailleurs leur domination sensualiste, mais par contre ils s'en donnent massivement l'air, le genre, avec l'auto-conviction idoine, afin précisément de se conforter "sexomanement" dans leur inquiétude fondamentale, serait-elle nesciente et "assumée entre adultes consentants".

Finalement, le pornographic defect - défaut pornographique - est un excès de malheur.

Cela dit, on peut le comprendre, et on le comprend assez bien, quand on sait que les animaux se collent les uns aux autres, pour se rassurer, et notamment que les bonobos ont fait de l'excitation sexuelle polymorphe un moyen de régulation sociale, régulation de l'agressivité interindividuelle. Est-ce à dire qu'on a d'autant plus besoin de porno qu'on est agressif ? ... Pas con, quand on sait que les hommes en regardent plus et sécrètent plus de testostérone.

A la fin, je rajouterai psychanalytiquement, qu'on se rassure essentiellement auprès du parent, et particulièrement du parent de sexe opposé afin d'éprouver un état de grâce (sublimation sexuelle). De telle sorte que le fantasme pornographique, au moins quand il est hétérophile, a symboliquement tous les caractères de l'inceste. Quant aux paraphilies, elles restent diversement incestuelles, mais c'est plus contors dans la démarche. Peu importe.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Femmes pornographiques

Message  Kal' le Lun 15 Mai 2017 - 2:24

Mal' a écrit:A la fin, je rajouterai psychanalytiquement, qu'on se rassure essentiellement auprès du parent, et particulièrement du parent de sexe opposé afin d'éprouver un état de grâce (sublimation sexuelle). De telle sorte que le fantasme pornographique, au moins quand il est hétérophile, a symboliquement tous les caractères de l'inceste. Quant aux paraphilies, elles restent diversement incestuelles, mais c'est plus contors dans la démarche. Peu importe.

Houlà ! Les Intentions constitutives d'un Sujet de type incestueux ( Dans l'immense majorité des cas elles sont loin de ne concerner que le parent du sexe opposé. ) sont déjà des tard venus dans l'histoire, à la fois sédimentaire et synthétique, du Sujet : en premier il y a la Relation inaugurale. Avant même que le Moi ait un corps, cesse d'être un brouillard sans aucune limite claire pour lui-même, etc., l'autre est déjà là : Relation inaugurale. Dans les premières étapes on compte même expressément différentes ruptures concrètes avec cet autre, l'appréhension de deux corps . Même dans ce que tu nommes " paraphilies ", elle est toujours déjà là, inaugurale, sans elle même pas de " paraphilies " possibles, aussi radicalement que chez le standard " normal " que se donne ( Et moi je demande : en vertu de quoi on se la donne la dite " norme " ? ) toute société. Je reviens à ma remarque initiale. Et donc concrètement, par exemple, il y a plus d'individus bisexuels féminins que masculins, plus de filles à avoir eu une expérience homosexuelle. Il me semble avoir parfaitement compris Beauvoir quand elle titre " Le deuxième sexe ", pas de souci, mais il se trouve que psychanalytiquement c'est erroné, l'inverse !
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Femmes pornographiques

Message  Malcolm le Lun 15 Mai 2017 - 9:42

Je ne comprends pas ton
Houlà !
parce que nous ne nous confrontons pas : je suis le premier à abonder dans ton sens, psychanalytiquement, car lorsque tu dis que
il y a plus d'individus bisexuels féminins que masculins, plus de filles à avoir eu une expérience homosexuelle
ce n'est pas vrai, ou alors vrai qu'aujourd'hui, encore qu'on en appréhenda la possibilité de tout temps. En effet, l'homosexualité femelle se retrouve mal "dans la nature", au contraire de l'homosexualité mâle (voir là Michel Raymond), par besoin de défrustration de l'agressivité & hiérarchisation des groupes - fonction éminemment mâle & masculine, à cause précisément de la sélection sexuelle, semble-t-il. Cela va jusqu'à ce point métapsychologique de dire que, en quelque sorte, "la femme est le non-sexe" (d'où ta défense de la bisexualité féminine), et que "l'homme seul est le sexe", en tant que sexe provient de la sexuation, de la section, de la coupure, un peu comme le chromosme Y est privé d'un pied qui ferait de lui un X symboliquement, et encore que le X soit en France associé aux films de cul (ce qui n'est pas le cas partout dans le monde) - mais ce sont des hasards sémiologiques que cela.

Or, que la femme soit métapsychologiquement un non-sexe, on le comprendra physiologiquement assez bien, de ce que son sensualisme la fait moins nécessiteuse que l'homme devant la pratique, d'autant plus qu'instinctivement le mâle recherche la quantité, et le femelle la qualité - encore que l'espèce humaine y ajoute ses petites politiques, sociétalement, à cause de son néocortex - et de la fonction symbolique qu'il porte.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Femmes pornographiques

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum