Empathie coranique

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Empathie coranique

Message  Malcolm le Ven 5 Mai 2017 - 23:58

Al'Kurân, signifie l'Appel, le Rappel, ou l'Avertissement [erratum plus bas : il signifie récitation, mais rappelle bien la Bible, avertit bien selon la Bible !]. Il semble qu'on ait un peu trop tendance à prendre le mot Coran pour an original motion title comme il y a le Cycle arthurien pour la geste du Graal, etc. Tout cela est foncièrement embarrassant parce que, si pourtant le nom Arthur vient du latin pour ours, le roi Arthur n'en est plus là à ursiner, tandis qu'al'Kurân en est toujours-encore-sempiternellement là à nous Appeler, nous Rappeler, nous Avertir ...

... Nous appeler à "la vraie foi" bien sûr : celle d'Abraham, sur la base de laquelle vivent tout autant juifs & chrétiens, même diversement. Mais le Coran nous rappelle à cette "vraie foi", de ce que les diversités auraient selon lui - selon Mahomet, voire selon le dieu - dégénéré en diversions. Sur quoi donc, il est évident que Mahomet s'inscrit dans la tradition prophétique juive, il n'est qu'à prendre le juif Neviim (Inspirés) - Livres des Prophètes selon les chrétiens - pour s'en convaincre : la vocation d'un prophète est dans la direction du ou des peuples, quand ils se diversifièrent semble-t-il erronément (du moins, dans l'ordre de pensée prophétique du prophète qui s'exprima prétendument pour le dieu ; en l'occurrence Mahomet, dans son Coran du dieu). Tout autant, pour le chrétien qui fait Jésus plus-que-prophète pourtant, il est à reconnaître que devant les pharisaïsmes, Jésus ne fait pas autre chose qu'avertir quant à "la vraie foi", quitte à malmener les malentendants (malentendants par mauvaise foi ou par débilitation morale).

Sur le malmenage christique des malentendants (malentendants par mauvaise foi ou par débilitation morale):
Notez que le Christ alors, devient un personnage particulièrement trouble & troublé, que je dirais volontiers passionné, pour les raisons que l'on sait. Mais, philosophiquement, toute passion est toujours passive, c'est-à-dire que le passionné souffre pathétiquement d'éléments qu'il accepte - serait-ce obscurément, confusément, troublement - de subir. Aussi bien, donc, le Christ devient un sombre révolté, un sombre dégoûté, un sombre écœuré, quand même concentra-t-il l'essentiel de son message sur la positivité du royaume des cieux. C'est paradoxal, mais pas contradictoire : il faut avoir connu le diable, pour bien mieux connaître le dieu, et Jésus jeûna pendant quarante jours au désert, par trois fois malignement tenté - comme dans les contes, il connut trois épreuves. Soit donc que le Christ est un sombre guerrier de la lumière ! à la violence inouïe. Violence de l'énamoration divine, qui n'est psychanalytiquement jamais que hainamoration du monde - et quoi de plus normal, si l'on doit aimer le dieu quand on est ce dieu, qu'on s'aime alors soi-même puissamment (serait-ce en deux personnes distinctes, père & fils), et qu'on enjoigne à aimer autrui comme soi-même ? ... névrose narcissique, tout aussi bien psychotique, par laquelle donc on hainamore le monde.

Mais reprenons, où nous en étions restés à dire que le Christ avertissait son monde autant que le Coran, et qu'alors le Coran peut bien être un avertissement quant à la géhenne éternelle : il n'en reprendra jamais que la punition divine des méchants, présente évidemment chez les juifs et les chrétiens (il y a là des signes évidents pour ceux qui discernent !) sous le coup du mauvais Souffle du dieu, comme du péché contre le Saint-Esprit ... Al'Kurân est totalement dans la veine, mais il crut pouvoir échapper aux phénomènes de diversifications judéo-chrétiens, ce que son Histoire - Histoire de l'islam - raille aussitôt comme en ironie du sort, dès la mort de l'Inspiré arabe ! pour sa succession, etc. où aujourd'hui nous voilà des sunnites, chiites, wahabites, salafistes, soufistes, j'en passe et des meilleures. Il n'y a pas de différence évolutive.

L'islam démarre de cet idéalisme, selon lequel les diversifications sont mauvaises, malignes, réprouvables, condamnables, et ainsi sombre-t-il - comme le Christ - en hainamoration, depuis laquelle certain(e)s se sentent assez bien autorisés à déployer un intégrisme-fondamentalisme-totalitarisme-absolutisme-radicalisme deashique par le djihad terroriste. L'islam démarre sur une motion antihistorique, une peur de l'avenir, alors que tout évolue pourtant.

Ensuite, le commun des croyants soit s'énerve en purisme - dont le communautarisme est le premier pas, et le multiculturalisme la salade publique/politique, - soit se tempère en assimilationnisme.


Dernière édition par Mal' le Jeu 15 Fév 2018 - 23:16, édité 2 fois (Raison : Erratum)
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kal' le Sam 6 Mai 2017 - 0:32

S'il m'est permis de formuler ici quelques critiques à l'égard de l'islam et de son fondateur, il faut savoir tout d'abord, que, par comparaison aux autres, cette religion se révèle très virile. Ce qui, à mes yeux, ne se trouve pas forcément être un compliment. Le christianisme et le Christ sont doux et féminins ; ce qui amena d'ailleurs à dire à un dignitaire nazi que le christianisme était tout bonnement « une religion pour les femmes ». Effectivement, si nous considérons les femmes en tant que créature sensuelle, par là forcément empathique et douée d'une grande sensibilité (sensuel ne veut dire que cela), c'est chose vraie. L'islam, quant à lui, n'a pas eu l'intelligence fondamentale de promouvoir l'ascèse, vecteur d'une compassion profonde, si ce n'est dans cette version tiède et repassée qu'est le Zuhd, et l'islam orthodoxe condamne avec véhémence les soufis en juste rapport avec ses dogmes sur ce point.

Réellement, le premier défaut, si je puis dire, de Mahomet, c'est qu'il n'a porté aucune croix ; Mahomet n'a pas connu la souffrance, ce splendide renversement de la conscience, hormis les difficultés qu'il a bien naturellement rencontré dans sa conquête de la péninsule arabique. Mahomet ne connaît que très mal les hommes, ou trop bien même, si on lui prête une ruse certaine et une habileté dans la manipulation psychologique. En vérité, on retrouve dans sa religion toutes les structures judaïques, cependant rabaissée mollement à l'universalité et déracinée bon gré mal gré de son peuple originaire. C'est ce qui me poussa en effet à avancer sur le forum que l'islam est davantage une grande secte juive, que le christianisme lui-même qu'on trouve à tort très judéo-chrétien. Je reconnais toutefois une puissante complexité législative, avec ses écoles, à la religion musulmane. Mais si cette méchante religion, donc, ne tenait qu'à cela, soit, j'en conviendrais aussi, mais il faut, par-dessus le marché, qu'outrepassant le simple cadre de l'ethnicité religieuse typique au judaïsme, que l'islam s'impose machiavéliquement comme universel, porte-étendard d'un dieu sinistrement jaloux. Ah, aurait-Il ainsi vraiment besoin de leur aide, pour se faire entendre !


Dernière édition par Kalos le Mer 21 Juin 2017 - 14:00, édité 1 fois
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Sam 6 Mai 2017 - 1:11

Kalos a écrit:S'il m'est permis de formuler ici quelques critiques à l'égard de l'islam et de son fondateur, il faut savoir tout d'abord, que, par comparaison aux autres, cette religion se révèle très virile.
Ah oui ? ... C'est ce que disait Nietzsche au XIXème siècle, mais il songeait aux moudjahidin d'alors, et ne connaissait pas nos actuelles donzelles (et les dignitaires nazis furent de ces donzelles). C'est-à-dire que je distingue intimement la virilité du patriarcalisme. C'est-à-dire en sus que, autant je discrédite l'usage de la notion féministe de patriarcat indistinctement à tout l'univers, autant je la trouve particulièrement pertinente quant à l'islamisme version Frères musulmans-Daesh-Jihad Terroriste. Ils n'utilisent jamais que des techniques de salopes ! *Lol* Ce sont les pires mijaurées qui soient, et cela s'intensifie évidemment dans ce que tu dis là :
En réalité, le premier défaut, si je puis dire, de Mahomet, c'est qu'il n'a porté aucune croix ; Mahomet n'a pas connu la souffrance, ce splendide renversement de la conscience, hormis les difficultés qu'il a bien naturellement rencontré dans sa conquête de la péninsule arabique. Mahomet ne connaît que très mal les hommes, ou trop bien même, si on lui prête une ruse certaine et une habileté dans la manipulation psychologique.
Ceci est foncièrement féminin, quant à s'attirer la protection & le concours d'hommes virils, voire prendre le pouvoir - quand par exemple donc, les féministes font l'univers un vaste patriarcat défini comme exploitation radicale des femmes ainsi que les islamistes se posent en pauvres victimes *Lol* ... Bref, ce que je dis, c'est qu'on se fait patriarcal comme l'islamisme de la chari'a et de la taqiy'a se fait patriarcal qu'à partir du moment où l'on est un pleutre cupide.
Le christianisme et le Christ sont doux et féminins ; ce qui amena d'ailleurs à dire à un dignitaire nazi que le christianisme était tout bonnement « une religion pour les femmes ».
Le problème, précisément, c'est qu'il faut beaucoup de virtu, pour démarcher ainsi que le Christ démarcha. Or la virtu est, précisément, la qualité virile. Ceci étant, cette qualité a régulièrement été reconnue à des femmes dans l'Histoire. Par contre, en effet, le chrétien commun - et particulièrement protestant, depuis l'ère industrielle, mais désormais catholique aussi, voire orthodoxe (quand il n'est pas trop slave ! encore que cela vaille pour le clergé toujours) - eh bien en effet, le chrétien commun a été châtré par son œcuménisme, dans les termes de ce topic.
Par contre, tu es éminemment conséquent dans ta perspective - d'autant plus que tu es à nous publier Caraco, qui ne croyait qu'en la rédemption par les femmes - en disant cela, et tu l'es évidemment aussi en disant cela ...
C'est ce qui me poussa en effet à avancer ici sur le forum que l'islam est davantage une grande secte juive, que le christianisme lui-même qu'on trouve à tort très judéo-chrétien. Je reconnais toutefois une puissante complexité législative, avec ses écoles, à la religion musulmane. Mais si cette méchante religion, donc, ne tenait qu'à cela, soit, j'en conviendrais aussi, mais il faut, par-dessus le marché, qu'outrepassant la simple ethnicité religieuse du judaïsme, que l'islam s'impose machiavéliquement comme universelle, porte-étendard d'un dieu sinistrement jaloux. Ah, aurait-Il ainsi vraiment besoin de leur aide pour se faire entendre ! [...] En vérité, on retrouve dans sa religion toutes les structures judaïques, cependant rabaissée mollement à l'universalité et déracinée bon gré mal gré de son peuple originaire.
... encore que je te trouve particulièrement efféminé à taxer l'islam de méchante religion ! ou, plus précisément, c'est maternel ou néo-paternel, comme on dirait à un enfant qu'il est vilain de jouer à la guerre ! *Lol*
Effectivement, si nous considérons les femmes en tant que créature sensuelle, par là forcément empathique et douée d'une grande sensibilité (sensuel ne veut dire que cela), c'est chose vraie. L'islam, quant à lui, n'a pas eu l'intelligence fondamentale de promouvoir l'ascèse, vecteur d'une compassion profonde, si ce n'est dans cette version tiède et repassée qu'est le Zuhd, et l'islam orthodoxe condamne avec véhémence les soufis en juste rapport avec ses dogmes sur ce point.
Je ne suis absolument pas d'accord avec toi sur la sensualité des femmes : qu'elles soient plus incarnées, carnées, charnellement intégrées, c'est en moyenne une réalité (par quoi l'homme doit bien plus serrer les dents) mais c'est l'homme qui est particulièrement sensitif à l'inverse, et toujours en moyenne (par quoi il serre précisément les dents pour se raffermir devant sa sensitivité, effort qu'une femme n'a pas à faire, elle, moins pudique que l'homme au membre externe si fragile & facilement ridiculisable).
A partir de quoi pourtant, naturellement, l'ascèse reste une phronesis particulièrement utile, dans l'ordre que tu avances. Pourtant, tu me sembles ignorer les cinq prières journalières en islam : c'est la plus coutumière ascèse qui soit ! qui monacalise presque son monde quotidiennement.
En réalité, le premier défaut, si je puis dire, de Mahomet, c'est qu'il n'a porté aucune croix ; Mahomet n'a pas connu la souffrance, ce splendide renversement de la conscience, hormis les difficultés qu'il a bien naturellement rencontré dans sa conquête de la péninsule arabique. {...].
Activement, donc. Virilement, si l'on veut. Par quoi tu estimes plus valeureuse la souffrance passive, efféminée si l'on veut. Je ne sais pas d'où tu tires cela, sinon d'une vulgate contemporaine, par laquelle "les femmes ont bien du courage à porter l'enfant", alors que leur clitoris enveloppe l'utérus pour singulariser l'expérience, sans certes qu'elle se passe de malaises !

Bref : autant je te trouve cohérent dans la démarche et veux te rejoindre sur la catégorisation des trois monothéismes, autant tu me sembles - comme d'autres fois - parler trop vite, au point de passer pour "un considérateur" ou, si tu préfères, le pilier de bar de l'intuition philosophique ! *Lol* ce que tu n'es évidemment pas, et ce qui n'est jamais lié qu'à un genre de velléité à considérer, justement, impondérément - encore que l'aiguillon n'ait pas un mauvais fond, à moins que ...
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kal' le Sam 6 Mai 2017 - 1:37

Ceci est foncièrement féminin, quant à s'attirer la protection & le concours d'hommes virils, voire la prise de pouvoir

Non. Un homme peureux n'en est pas pour autant si féminin. C'est au mieux, pour le cas singulier de Mahomet, un homme habile, voilà tout ; un manipulateur, comme je l'ai dit. Et cette manipulation se caractérise bien par sa masculinité, en un cercle concentrique d'homme à homme, très guerroyeurs. L'appétence de cette bande est sanguinaire, on est loin de la main de fer dans un gant de velours aussi utéro-féminin.

Le problème, précisément, c'est qu'il faut beaucoup de virtu, pour démarcher ainsi que le Christ démarcha. Or la virtu est, précisément, la qualité virile.

Sauf que la vertu du Christ, développant certes une face de féminité, ne relève pas complètement de la femme, éthologiquement. Le Christ a une raison sensible masculine ; la femme dispose inversement d'un vouloir sensible. Le personnage christique sent et ressent rationnellement ; la femme sent et ressent émotionnellement. Le Christ ne fait pas dans l'émotion, bien qu'il y pousse un peu.

Par contre, tu es éminemment conséquent dans ta perspective - d'autant plus que tu es à nous publier Caraco, qui ne croyait qu'en la rédemption par les femmes 

Ce n'est pas mon cas. Ce serait oublier que ce qui fonde cette intuition géniale du péché originel, inhérent au christianisme, c'est proprement le fait de la naissance ; ce que Calderón appelle « un crime ». La femme est criminelle, dont la rédemption n'est sûrement pas à attendre, rapport à ce qui vient d'être dit. Le Christ vient laver la faute de la femme.

Pourtant, tu me sembles ignorer les cinq prières journalières : c'est la plus coutumière ascèse qui soit ! qui monacalise presque son monde quotidien.

En fait, je pense que l'intelligence de Mahomet est d'avoir ordonné une pratique religieuse régulière et plus active. Le chrétien se retrouve dans une position passive par rapport à son clergé. De plus, au-delà de ces prières, c'est là l'entière occupation religieuse du fidèle, qui ne s'avère pas tant pénible qu'on voudrait le croire.

Virilement, si l'on veut. Par quoi tu estimes plus valeureuse la souffrance passive, efféminée si l'on veut. Je ne sais pas d'où tu tires cela, sinon d'une vulgate contemporaine, par laquelle "les femmes ont bien du courage à porter l'enfant", alors que leur clitoris enveloppe l'utérus pour singulariser l'expérience, sans certes qu'elle se passe de malaises !

Cette comparaison du christianisme avec la femme, n'est à considérer, dans l'absolu, que comme une sorte de métaphore. Rien de plus. La douceur du christianisme rapproche cette religion de la femme, mais l'analogie s'arrête ici. Du reste, l'efféminé masculin n'équivaut pas la femme en tant que telle, c'est un raffinement singulier, que je trouve de surcroît très masculin.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Sam 6 Mai 2017 - 2:02

Kalos a écrit:Non. Un homme peureux n'en est pas pour autant si féminin. C'est au mieux, pour le cas singulier de Mahomet, un homme habile, voilà tout ; un manipulateur, comme je l'ai dit. Et cette manipulation se caractérise bien par sa masculinité, en un cercle concentrique d'homme à homme, très guerroyeurs. L'appétence de cette bande est sanguinaire, on est loin de la main de fer dans un gant de velours aussi utéro-féminin.
[...]
Sauf que la vertu du Christ, développant certes une face de féminité, ne relève pas complètement de la femme, éthologiquement. Le Christ a une raison sensible masculine ; la femme dispose inversement d'un vouloir sensible. Le personnage christique sent et ressent rationnellement ; la femme sent et ressent émotionnellement. Le Christ ne fait pas dans l'émotion, bien qu'il y pousse un peu.
[...]
Cette comparaison du christianisme avec la femme, n'est à considérer, dans l'absolu, que comme une sorte de métaphore. Rien de plus. La douceur du christianisme rapproche cette religion de la femme, mais l'analogie s'arrête ici. Du reste, l'efféminé masculin n'équivaut pas la femme en tant que telle, c'est un raffinement singulier, que je trouve de surcroît très masculin.
J'ai tellement de mépris pour cette espèce d'hommes (comme chez les nazis, aussi) que je la trouve totalement animeuse, dans l'animosité. Une motion à référer à la psychologie jungienne et son Animum.
En fait, je pense que l'intelligence de Mahomet est d'avoir ordonné une pratique religieuse régulière et plus active. Le chrétien se retrouve dans une position passive par rapport à son clergé. De plus, au-delà de ces prières, c'est là l'entière occupation religieuse du fidèle, qui ne s'avère pas tant pénible qu'on voudrait le croire.
D'accord, mais de même la vie monacale - selon - n'est pas aussi pénible qu'on pourrait le croire.

Maintenant, essayons de nous recentrer sur le thème initial, au lieu de donner un cas d'école aux gender studies, qui pourtant ne verraient que du feu à notre propos *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kal' le Sam 6 Mai 2017 - 2:14

J'ai tellement de mépris pour cette espèce d'hommes que je la trouve totalement animeuse, dans l'animosité.

C'est ce à quoi je pouvais m'attendre, ô Zarathoustra. *Lol*
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Sam 6 Mai 2017 - 10:49

*Lol* Non mais, il n'est qu'à se référer à l'Animum dans le lien dit, pour entendre toute la chose : dès lors qu'on entre dans le champ de cette psychologie, on se rend compte de tous les travestissements par les mondes, sur le fond ; or j'adore le travestissement : je trouve magnifique cette comédie, hélas quand elle est aussi nesciente que chez les hommes dont on parle, il faut nécessairement qu'ils soient efféminés, quand bien même l'angle éthologique que tu portes n'est pas éludable. C'est-à-dire que factivement ils ont leur carrure masculine aux prises avec un monde sexué (comme nous tous) ; mais tactiquement ils ont la facture de donzelles qui se laissent pousser la barbe* pour se donner des signes extérieurs de virilité (l'ombre des féministes ! *Lol* ) - sans parler de leur sexisme radical (comme certaines féministes ! *Lol* ), qui contradictoirement nanifie la femme : en fait un nain-homme par chaperonnage et négation sexuelle publique (où, comble du comble encore, cette nanification signale pourtant le féminin criardement sous ses drôles d'apprêts**, mais un féminin rabougri - et je ne m'étonne plus alors que les femmes qui aiment ça - porter le hijab ou mieux : le tchador - se complaisent dans ce secret et cette transfiguration, costume permanent ; mais c'est très clownesque, même quand elles nous le vendent sérieusement ... surtout quand elles nous le vendent sérieusement : vive Elisabeth Badinter, les amis, encore que je ne connaisse que son discours médiatique).

Pour en revenir au sujet, j'espère qu'on m'entend bien : si donc al'Kurân est l'aboutissement cohésif & cohérent des Livres qui l'ont précédé, je dis pourtant que tout le monothéisme - contre toute attente devant Saint-Augustin, tellement encensé comme augurateur du régime temporal de la modernité ontologique comme linéarité - je dis pourtant, donc, que tout le monothéisme est une longue motion antihistorique ayant peur de l'avenir, et par laquelle on cherche à lui imposer quelque contrôle, donc pour commencer contrôle sur le présent.

Très précisément : le messianisme juif et l'attente du retour du Christ chrétienne & musulmane jusqu'à quelque Apocalypse (millénarisme christo-musulman) quand ils déploieraient une ligne de fuite temporelle devant nous jusqu'à tant que le Messie re/vienne, est une façon d'hyper-projection néantisante, dans un wild wild future inouï. Très clairement, cela sonne comme on est assommé. Cela place dans une caisse de résonances spatio-temporelles monstres, où précisément la chronologie perd toute *logie au profit d'une chronodynamie affolée & affolante : celle de la vie future. Soit donc une accélération vers un point de mire, qui n'est autre que le passage de vie à trépas, nihiliste, et où le croyant - pour modéré qu'il soit - n'aspire jamais qu'à mourir, en s'interdisant encore prescriptivement le suicide, masochiquement (or on le comprend, sinon il ne pourrait plus jouer sa partie *Lol* ). Mais son truc n'est pas autrement motionné que par l'âme de toutes les sectes apocalyptiques qui finirent en suicide collectif.

Si vous voulez, le monothéisme est au suicide ce que le tabagisme est à la mort lente.


_____________
* Et pourtant, "Dieu" que j'aime ma barbe ! ... barbe qui, comme on sait, ne fait pas le philosophe ...

** Apprêts historiquement explicables, seulement voilà : nous ne vivons plus en l'an mil. Pas même les islamistes de tous les mondes, qui internautisent assez bien.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kal' le Sam 6 Mai 2017 - 13:56

Quid alors de l'hindouisme et du bouddhisme, panégyriques du suicide sans monothéisme ? Le christianisme, parmi tous les monothéismes d'ailleurs, fait figure d'exception ; c'est la seule confession à effectivement promouvoir une forme de suicide au moyen de l'ascèse.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Sam 6 Mai 2017 - 15:15

Il est des suicides moraux, avant que pratiques.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kenshin le Dim 7 Mai 2017 - 0:09

Mal' a écrit:Sur le malmenage christique des malentendants (malentendants par mauvaise foi ou par débilitation morale)

Qui entend des voix qui ne s'entendent pas , est par définition débile.  Il dira que la masturbation rendra sourd... au voix qu'il entendra lui même. Il suivra la trace indélébile laissée dans son esprit, par la soit disante bonne foi. Le malmenage chaotique de sa mauvaise foi, entrainera une trace indélébile. Guerre de style entre la lumière et la tache, blanche. Qui part la magie humaine, transformera le blanc en rouge. Le couleur rouge du sang de  l'handicapé spirituel vaudra toujours mieux que la lumière de la conscience du fou, de celui qui se veut être supérieur.

C'était juste pour le plaisir...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Levineannamaria le Dim 7 Mai 2017 - 14:23

Etonnant (le style).

Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Dim 7 Mai 2017 - 14:34

Kenshin a écrit:Qui entend des voix qui ne s'entendent pas , est par définition débile.  Il dira que la masturbation rendra sourd... au voix qu'il entendra lui même. Il suivra la trace indélébile laissée dans son esprit, par la soit disante bonne foi. Le malmenage chaotique de sa mauvaise foi, entrainera une trace indélébile. Guerre de style entre la lumière et la tache, blanche. Qui part la magie humaine, transformera le blanc en rouge. Le couleur rouge du sang de  l'handicapé spirituel vaudra toujours mieux que la lumière de la conscience du fou, de celui qui se veut être supérieur.
Levineannamaria a écrit:Etonnant (le style).
Un style assez débile, il faut le reconnaître, à moins qu'il n'en soit que l'imitation.
Mais c'est un autre débat, car ...
Kenshin a écrit:C'était juste pour le plaisir...
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kenshin le Lun 8 Mai 2017 - 0:23

j'assume la débilité du style...

Pour illustrer mon propos, de manière succincte , pour changer.

Tout croyance religieuse ( Islam ou pas) est une réponse à la peur de l'avenir et surtout à celle de la mort. Parce que celui qui a la foi, pense que sa croyance est la vérité de la vie "qui se différencie" de la mort. La vérité ne peut être dans la mort donc, annule/ efface ,la mort, son existence, la peur qui lui est liée.
Si la mort n'avait de vrai, de véritable, de vérité, de réel alors nous n'en aurions pas conscience de son existence et donc, nous n'en aurions pas peur.
Comme il l'a été dit, l’islam prône plus une introspection . C'est avant tout le travail intérieur qui compte. Après , le coran est certainement un livre politique qui laissera le flou ( d'un côté je dis ça, d'un côté je dis le contraire) afin de rassembler le plus possible certainement.
Après comme tout religion, elle construira des forts/ des justes comme des faibles/ des infidèles. Elle sera basée sur le fait que les hommes ne sont pas capable de se gouverner eux mêmes ou alors, qu'ils sont tellement influençables qu'ils le croiront.

A cela , je réponds : Ne recherche pas la vérité car elle n'existe jamais en elle même, ou recherche là en espérant ne jamais la trouver. Ainsi tu resteras , humble. Une religion sans humilité, c'est une vérité qui nie le réel. Qui ne se fonde que sur une croyance infondée, ( car pas de base sur le réel) donc tire sa vérité de la folie. La folie qui, n'empêche pas d'aimer mais qui par son essence , ( différente du réel donc tout désire émanant d'elle sera narcissique) ne permettra pas l'empathie ( notion désignant la compréhension des sentiments et des émotions d'un autre individu, voire, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances.)
Si je ne te vois pas le réel, je ne peux voir l'autre qui est dans le réel. La vérité de l'Islam se trouve donc dans le regard intérieur, porté sur soi même. Seul celui ci peut exister.

Si tu me dis que c'est débile Mal', t'inquiète pas je le prendrai pas mal.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Lun 8 Mai 2017 - 10:44

Kenshin a écrit:Si tu me dis que c'est débile Mal', t'inquiète pas je le prendrai pas mal.
Ma parole n'a pas valeur de réalité, même si j'essaie de ...
Tout croyance religieuse (Islam ou pas) est une réponse à la peur de l'avenir et surtout à celle de la mort.
Propos typique - pas débile - mais il y a une différence entre ça ...
Mal' a écrit:Très précisément : le messianisme juif et l'attente du retour du Christ chrétienne & musulmane jusqu'à quelque Apocalypse (millénarisme christo-musulman) quand ils déploieraient une ligne de fuite temporelle devant nous jusqu'à tant que le Messie re/vienne, est une façon d'hyper-projection néantisante, dans un wild wild future inouï. Très clairement, cela sonne comme on est assommé. Cela place dans une caisse de résonances spatio-temporelles monstres, où précisément la chronologie perd toute *logie au profit d'une chronodynamie affolée & affolante : celle de la vie future. Soit donc une accélération vers un point de mire, qui n'est autre que le passage de vie à trépas, nihiliste, et où le croyant - pour modéré qu'il soit - n'aspire jamais qu'à mourir, en s'interdisant encore prescriptivement le suicide, masochiquement (or on le comprend, sinon il ne pourrait plus jouer sa partie *Lol* ). Mais son truc n'est pas autrement motionné que par l'âme de toutes les sectes apocalyptiques qui finirent en suicide collectif.

Si vous voulez, le monothéisme est au suicide ce que le tabagisme est à la mort lente.
... il y a une différence entre ça, donc, et ce que tu veux dire : si la préoccupation de la mort est universelle, tu ne vas pas avoir cela dans l'hindouisme des réincarnations, psycho-moralement, puisque la roue du karma et la délivrance sont chacune des revies dans l'ordre d'ici-bas, de ce que le réincarné "s'y retrouve" (et c'est d'ailleurs pour cela que les Occidentaux aiment à new agiser hindouistement comme des guedins) tandis que le délivré "s'en retourne" spirituellement, comme source d'inspiration des vivants (ce que le catholicisme préserve minimalement dans la communion des saints). Je ne connais pas assez bien le shintoïsme japonais mais il est dans une matériautique de l'esprit incomparable, tandis que le taoïsme chinois est dans une logique de longévité : non d'éternité post-mortem. Même le sacrifice humain chez les Mayas, assume plus virilement la mort, devant leurs assoiffés-de-sang de dieux ! *Lol*

Le monothéisme est dans une psycho-morale spécifique : suicidaire.
Comme il l'a été dit, l’islam prône plus une introspection . C'est avant tout le travail intérieur qui compte. [...] La vérité de l'Islam se trouve donc dans le regard intérieur, porté sur soi-même. Seul celui-ci peut exister.
Il y a appel au discernement, forcément intérieur en effet, et d'ailleurs il est singulier alors que le Coran ne fasse pas référence au roi Salomon, si mes souvenirs sont bons. Par contre, quand le Coran dit que chaque chose du monde est un aya (verset) du dieu, on est plutôt enjoint à voir le monde scientifiquement, si l'on veut bien, comme aux premiers siècles de l'Hégire au Moyen-Orient, qui portèrent la philosophie grecque pendant que l'Occident féodalisait activement - sans parler de l'ambiguïté sur la nature du djhad alors, avec la sourate de la guerre.

Par contre, au-delà, il faut que je pose un erratum : Kurân ne signifie ni appel, ni rappel, ni avertissement, mais récitation ! *Colère* Toutefois, le rappel est une pratique soufiste : le dhikr, finalement assez proche de l'adoration catholique quand on y songe. Ce qui relativise mon introduction, mais pas la valeur de mon propos : une récitation est faîtes pour être ... re-citée, or le Coran re-cite Bible hébraïque et Évangiles au moins.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kenshin le Lun 8 Mai 2017 - 17:42

Mal' a écrit:  Le monothéisme est dans une psycho-morale spécifique : suicidaire.

Je n'avais pas bien saisi ton propos, lors de mes premières lectures, je le comprends mieux dorénavant. Merci pour tes précisions.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Lun 8 Mai 2017 - 18:15

Sans interlocuteur (toi, en l'occurrence) je ne vais pas aussi loin, non plus.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kal' le Mer 21 Juin 2017 - 14:05

Pascal, Pensée 37, édition Ph. Sellier, a écrit:Les psaumes chantés par toute la terre.
Qui rend témoignage de Mahomet ? Lui-même.
Jésus-Christ veut que son témoignage ne soit rien.
La qualité de témoins fait qu'il faut qu'ils soient toujours et partout et misérables. Il est seul.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Mer 21 Juin 2017 - 21:10

Un bon vieux faux ami dans ma vie, me confia un jour assez judicieusement que, en islam, il y a le culte de la personnalité, qu'il n'y a même pas dans l'icônisme christique des orthodoxes. Cette notion de culte de la personnalité renvoie aisément au stalinisme.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Kal' le Mer 21 Juin 2017 - 21:19

Effet Streisand, dirait Philo, inversement proportionné à la ferveur iconoclaste de l'islam.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Malcolm le Mer 21 Juin 2017 - 21:45

Probablement. En tout cas, ils se sont fait la garde royale du Prophète, c'est fort pré-islamique dans la démarche. Arabe antique. Ou bien, oriental. Ça tombe plutôt bien, pour des Moyen-Orientaux d'origine ... expliquant assez bien que les Noirs islamiques soient facilement déconsidérés par les Moyen-Orientaux entre les musulmans, de ce que leur islam est plus coloré et libre.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Empathie coranique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum