Épouvante biologiste devant le manque d'autodétermination éthologique

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

LIBRE ARBITRE

Message  Ragnar II le Lun 15 Mai 2017 - 13:38

Mal' a écrit:
Ragnar a écrit:Il serait temps que la pensée des philosophes soit confrontée aux informations livrées par la science ...
De même qu'il serait temps que tes interventions ici soient renseignées par la Charte et le Bon Usage du forum (pas de doublon, pas d'information précise quant à soi). Tu as de longue date découvert comment poster, et tout juste découvert que tu pouvais modifier ton profil. C'est bien. Découvre, à présent, la lecture et l'application des règles, sans quoi ce sera pour toi comme tout le monde : le ban' temporaire. Mais, te sachant sporadique, l'exil durera bien plus que 3 ou 7 jours. Et tant pis si tu disparais pour de bon.

Mais enfin, tu radotes. La science jamais ne fera une décision, ni un sentiment, quand bien même elle en décrirait minutieusement tous les ressorts, et quand bien même ces ressorts nous délivreraient le fin mot de notre absolue détermination - ce qui est loin d'être encore le cas. Devant une telle donnée que le déterminisme radical, deux solutions extrêmes avec autant de nuances entre : 1° la déprime suicidaire jusqu'à passage à l'acte, 2° le sentiment d'impunité définitif, et l'attitude hors-norme qui va avec.
Hé non, en effet, ce n'est parce que tout est permis que tout doit être fait.
En vertu de quoi ? ... En vertu de quoi me priverai-je alors de pareille épouvantable liberté ? Où Philo a très bien compris que Dostoïevski se situait sur le plan de la morale : aucun Camus ne nous sauvera, pas même doté d'un "mammiférisme moral" : les Hommes ne seront plus arrêtés que par ce qui les effraie d'agir, point.

Quant à tes énièmes renvois de philosophes à "la philosophie", c'est tout comme pour Avis' : tu m'emmerdes, avec tes préjugés, et que le diable les emporte à défaut de ton âme ! *Lol*

Je suis prêt à postuler que la philosophie d'aujourd'hui, c'est la science, te disais-je plus haut.

C'est le matérialisme de Démocrite, entre autres, qui s'écrit et se réécrit aujourd'hui

La philosophie qui fait le pain et le beurre de ta pensée philosophique, elle est aujourd'hui rejetée dans l'histoire de la pensée. Le fait que tu le nie, n'y change rien (merci de me congratuler sur la musicalité du « nie, n'y »).

La philosophie actuelle, elle s'écrit en aphorismes aussi nombreux que les étoiles de toutes les galaxies.

Elle répond intelligemment à toutes les questions posées depuis 2500 ans à l'humain se posant la question du pourquoi et du comment de l'étrangeté de son être et de son devenir. En passant, comme elle est touchante de candeur et d'innocence au sens d'ignorance (non pathologique) (non péjorative), ta remarque sortant d'on ne sait pas où et voulant que « la science jamais ne fera une décision, ni un sentiment ». Tu ne sais à l'évidence pas ce qu'est la détermination du scientifique face à sont travail d'exploration et d'explication du monde ... Tu ne sais à l'évidence pas l'émerveillement, l'ivresse, la joie quasi sacerdotale du scientifique face à chacune de ses découvertes ... Ah la la ...

Les questions auxquelles la science ne répond cependant pas, hé bien la philosophie philosophante n'y répond pas non plus. La philosophie philosophante, c'est le radotage éternel des questions posées pour le plaisir de ne pas y répondre, mais avec le maximum de détours verbiageux. Je l'ai dit. Je le redis.

.

Tu es ici chez toi, mon ami. N'hésite surtout pas à me bannir de ton forum si le cœur t'en dit.

Autrement dit, n'hésite surtout pas à exercer ton « libre arbitre » en fonction exacte du déterminisme de ton amour de l'ordre et de la discipline.

Mal' a écrit:
Expérience :

Offrir à une population donnée le choix entre les deux possibilités suivantes :

A ) Manipuler la litière du chat avec toutes les précautions permettant d'éviter toute contamination risquant de provoquer la schizophrénie, la dépression et le suicide.

B ) Mettre chaque matin dans son café au lait quelques grammes d'excréments du chat pour être absolument certain d'être contaminé par le protozoaire en question et être ainsi absolument sûr de devenir schizophrénique, dépressif et suicidaire.

Compter le nombre de A et de B, comparer ces nombre et en conclure ce qu'on voudra sur le libre-arbitre philosophique ou le déterminisme biologique ...
Épouvantable, en effet.

Fais-moi plaisir :

Sois le plus épouvanté possible !

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Épouvante biologiste devant le manque d'autodétermination éthologique

Message  Malcolm le Lun 15 Mai 2017 - 13:46

(merci de me congratuler sur la musicalité du « nie, n'y »).
Je voulais te congratuler sur la musicalité du "nie, n'y".
Tu ne sais à l'évidence pas ce qu'est la détermination du scientifique face à sont travail d'exploration et d'explication du monde ... Tu ne sais à l'évidence pas l'émerveillement, l'ivresse, la joie quasi sacerdotale du scientifique face à chacune de ses découvertes ... Ah la la ...
Non, surtout pas sacerdotale.
Tu es ici chez toi, mon ami. N'hésite surtout pas à me bannir de ton forum si le cœur t'en dit.

Autrement dit, n'hésite surtout pas à exercer ton « libre arbitre » en fonction exacte du déterminisme de ton amour de l'ordre et de la discipline.
Déroge à la Charte et au Bon Usage, sur les points pour lesquels tu as été avertis, avec ou sans libre- ou serf-arbitre. Après, on verra.

EDIT: ah ! mais tu l'as fait pendant que j'écrivais. Tu vois ? ... Les anarchistes ! *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Épouvante biologiste devant le manque d'autodétermination éthologique

Message  Princeps le Lun 15 Mai 2017 - 13:52

Ragnar, nous en avons déjà discuté un certain nombre de fois, aussi tu comprendra que j'en reste à une évocation elliptique. La philosophie n'a pas besoin de la Science pour prendre acte du déterminisme et des limites inhérentes au libre arbitre (cf. Spinoza, mais aussi Berlin et la liberté négative).
Par ailleurs, as-tu conscience, mon brave compagnon d'infortune, de reproduire systématiquement un schémas de provocation qui n'apporte rien ? Ta carcasse a naturellement conscience de la perversité du procédé qui consiste à vanter les bienfaits égoïste d'une chose, à propos de laquelle tu fais tout pour être exclu.
Par ailleurs, les choses ayant changées (comme tu l'as remarqué), la cohérence et le libre-arbitre implique effectivement de ne pas redouter de te bannir.

Quant à l'ivresse de la découverte, n'ai crainte, elle est commune aux chercheurs - en sciences humaines également, donc.
Vieille branche, vieille branche.
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte-du-forum#4

Revenir en haut Aller en bas

Re: Épouvante biologiste devant le manque d'autodétermination éthologique

Message  Malcolm le Mar 16 Mai 2017 - 13:24

Le problème de ce débat, c'est que son initiateur a toujours-déjà décrété qu'il avait raison, dans son matérialisme radical - compulsif, téméraire, entêté. A partir de là, il ne peut plus remarquer que l'épouvante que je trouve à l'ensemble, je ne l'éprouve pas, mais elle est évidemment au tréfondement dynamique de toutes ses positions : épouvantées, épouvantantes, de ce qu'elles participent d'une politique du frisson, voire politique de l'effroi, devant le manque d'autodétermination éthologique, voire la vérité d'une marionnette humaine.

Le problème de cette demi-vérité, c'est qu'elle ne sert que les marionnettistes velléitaires entre les humains, à partir de quoi une lutte intestine est à l'oeuvre, indépendamment du libre- ou serf-arbitre. Libre- ou serf-arbitre en effet*, il y a ceux pour se soumettre à des résultats pourtant protocolaires, définis par tout un arbitraire paramétrique-méthodologique, qui n'est pas le tout de l'existence ; et il y a ceux pour s'affranchir de cet institutionnalisme scientifique - de cette politique épistémologique définie - en tant que cette science usée ou cet usage des sciences, laisse à désirer. C'est-à-dire, en fait très concrètement, que je ne comprends pas l'anarchisme politique de Ragnar, du moment qu'il tend à nous rendre pieds et poings liés à ce biologisme 2.0, absolutiste dans la démarche.

Car c'est tout le problème de la mise en abyme, soulevé par Avis' derrière Philo, qui est en jeu : du moment que je sais mes déterminations, peu importe que je sois déterminé plus en amont encore, je peux déjà me surdéterminer grâce à ma connaissance. C'est d'ailleurs exactement cette conscience de déterminations, connues et supposées inconnues** - qu'on n'avait pas besoin de tirer de la science, mais d'un fatalisme plein, comme c'est mon cas, et qui d'ailleurs matérialistement se trouve aussi chez Denis Diderot, - qui semble permettre quelque surdéterminisme. Or, finalement, libre- ou serf-arbitre, ce surdéterminisme seul compte. Voilà la posture nietzschéenne explicitée, pour l'anecdote ... A partir de quoi l'on réalise tout le fallacieux des protocoles scientifiques, encore qu'ils nous en disent ; mais ils ne nous en disent jamais de façon brute, et Ragnar est une brute, Ragnar est dans un brutalisme intellectuel - si ça se dit. Or la brutalité se nourrit d'épouvante, mais c'est psychoactivement sommaire, pour ne pas dire pathétique.

Enfin, envisager l'Homme comme une marionnette, et pour utile que cela soit aux marionnettistes, n'en présuppose idéologiquement pas moins qu'un déisme intestin, dans lequel les marionnettistes velléitaires se sentent intestinement divins - raison pour laquelle ils s'en prennent à la philosophie, mais ils ont, dans leur démesure, perdus toute espèce de sagesse, serait-ce la sagesse du fol.

_________________
* Bien qu'ils en comprennent certaines causes, les scientifiques ne sont toujours pas foutus de répondre au problème du rhume, ou bien à celui du régime méditerrannéen !
** Le scientifique, même si l'on connaissait toutes nos déterminations en fait, devrait supposer la quête de nos déterminations, éternelle : c'est la raison pour laquelle il est scientifique, car il ne veut pas se satisfaire de ce qui est comme c'est connu. Les bons scientifiques ne se contentent d'aucun savoir, ce sont des énervés chroniques. Mais depuis le scientifisme vulgaire qui en découle, on veut alors énerver le monde ! *Lol*
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Épouvante biologiste devant le manque d'autodétermination éthologique

Message  Kal' le Mar 23 Mai 2017 - 16:41

Ragnar II a écrit:Je suis prêt à postuler que la philosophie d'aujourd'hui, c'est la science, te disais-je plus haut

Alors que les scientifiques peuvent se permettre d'ignorer les champs du savoir humain qui ne les concernent en rien, approfondissant un domaine particulier des sciences jusqu'à une certaine perfection, le philosophe, lui, est comparable à un chef de chantier, ayant une connaissance de surface des appareils de construction, mais pouvant surtout les coordonner afin d'aboutir à l'édification d'un bâtiment. En cela, Descartes lui-même avoua l'inutilité complète des mathématiques laissées à elles-mêmes, et il en va sûrement ainsi des autres sciences, de telle sorte que Schopenhauer à son tour, toujours dans la lignée de Descartes, déclara que le savoir scientifique, lorsqu'il est entretenu pour lui seul, est comparable à un visage sans yeux.
Si tu tiens donc à conserver la physique comme une poule garde chaudement son œuf, à l'établir sur le trône de la métaphysique, à essuyer ses fesses comme une mère se doit de le faire après les affaires de son enfant, et de surcroît à considérer la matière comme la seule chose en soi, tu peux dès maintenant rejoindre Stephen Hawking et ses lurons, déclarant de leurs littoraux anglo-saxons la fin de la philosophie, eux qui connaissent si bien le monde mais très mal les hommes. Libre à toi, aussi, de défendre ton hédonisme plat, connu par ici sous le nom de bestialisme, et de croire au progrès de l'humanité par les lumières de la science, tant que tu n'opportunes personne avec tes sottises à la mode.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Épouvante biologiste devant le manque d'autodétermination éthologique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum