L'évolutionnisme est un animisme

Aller en bas

L'évolutionnisme est un animisme

Message  Malcolm le Jeu 18 Mai 2017 - 14:20

Dans toute population humaine, il est 15% de gauchers. Ce fait a été avéré même sur des périodes de temps long, à travers divers procédés archéologiques, paléoanthropologiques, anthropologiques et historiologiques. Mais, pour l'expliquer, voici ce que disent les évolutionnistes, donc les darwiniens assimilés. Ils disent : ce pourcentage n'a pas évolué *!!!* de ce que la gauchure est à la fois un avantage compétitif, et un désavantage coopératif, l'un venant compenser l'autre. En effet, compétitif, de ce que, devant 85% de droitiers, les gauchers perturbent la droiture dans sa démarche ; la gauchure est même perturbante pour les gauchers, qui ont comme les droitiers l'habitude des droitiers - à 85% donc. Mais la gauchure est un désavantage coopératif, pour les mêmes raisons qu'elle est un avantage compétitif, par quoi son pourcentage n'augmentera pas. Bref : évolutionnistement, darwiniennement, la gauchure est homéostatique.

Je ne prends les gauchure-droiture qu'à titre d'exemple, car cela vaudrait pour toutes les explications concernant d'autres traits, dans toutes les espèces, de même que toutes les explications concernant toutes les espèces entre elles, etc.

Ces explications, pour intéressantes qu'elles soient, laissent à désirer. Pourquoi. Eh bien, parce qu'elles présupposent que, pour un trait tel que la gauchure, il est une permanence transindividuelle voire transspécifique, sorte d'égrégore, gauchure égrégorique, dont "l'âme" persisterait à travers donc les individus et les espèces, statuant d'elle-même consciemment *!!!* sur l'intérêt de se diffuser, de se stabiliser ou de disparaître progressivement. Cela ne fait scientifiquement aucun sens, dans l'ordre empirio-rationaliste qui règne, où donc interviennent des éléments de nature animiste là (l'égrégorisme dit) ; par contre, cela donnerait raison à Platon, qui sentait l'univers être un organisme vivant, comme à tout autre vitaliste (par exemple, Bergson, ou les stoïciens).

Notez aussitôt que je n'en fais pas un contre-argument devant l'évolutionnisme ni le darwinisme, mais tout au contraire un argument en défaveur de l'empirio-rationalisme stricto sensu, ou du moins geometrico sensu (à la spinozienne, qui d'ailleurs me laisse déjà songeur en tant que telle - la spinozienne - mais passons). Par contre, j'irais volontiers faire un tour du côté de la transférence d'une part, mais aussi - d'autre part - de ce fait très certain que l'herbe broutée par un troupeau de vaches, par exemple, s'informe assez vite du danger en présence par quelque sensorialité végétative étonnante, suite à quoi elle sécrète l'amertume voire le poison par lesquels les bovines iront mastiquer ailleurs (voilà pourquoi elles ont besoin de vastes pâturages ou de foins sans, pour l'anecdote). Ce qui rejoint, en fait, la transférence, où j'aurais encore pu parler de la façon dont les arbres d'un même biome (généralement forestier ... ) s'informent concrètement les uns les autres, aussi.

Bref : l'évolutionnisme est un animisme, et il n'y a pas de quoi en faire un drame. Néanmoins, là où ça deviendrait vraiment intéressant, c'est au point où cet animisme contesterait l'absence de sens absolu dans l'univers, avec au contraire un devenir intelligent - qui ne serait pas nécessairement dans les cordes d'un intelligent design créationniste, non.
Par contre, on voit bien à travers cela, que le darwinisme social n'a aucun lieu d'être, et n'est jamais qu'une belle saloperie imposée aux Hommes en grand par les fous, de même que le délire dawkinsien du pseudo-gêne égoïste (le tout-génétique vacille désormais).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum