L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Aller en bas

L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Malcolm le Mar 30 Mai 2017 - 11:07

En son temps éditorial, qui ne remonte pas à 5 ans (2013), l'ouvrage d'Alain Finkielkraut, l'Identité malheureuse, avait fait méchamment polémique.

En effet, il était question, pour le débat public qui - comme souvent - n'a rien lu ... il était question de reprocher à Alain Finkielkraut son identitarisme supposé, désireux et coupable d'attiser une introuvable mentalité Français de souche forcément d'extrême-droite, tandis que le livre lui-même soulevait les paradoxes constitutifs de la lutte antiraciste dans les termes intellectuels d'un homme - Alain Finkielkraut - respectueux de la gauche, dont l'équitation était la suivante : "combattre le racisme, c'est bien, forcément, je descends moi-même de victimes de la Shoah ... mais vivre d'un antiracisme-réflexe, contre-idéologisé, comme c'est devenu le cas notable du gauchisme élégant dominant les médias - et qui certes est le premier à vouloir croire que quelque néoréaction domine à son tour les médias, en Michel Houellebecq, Alain de Benoist, Michel Onfray, Natacha Polony, Eric Zemmour, et moi-même, - etc. comme si nous avions fraternisé comme les gauchistes élégants fraternistent ... - mais vivre d'un antiracisme-réflexe comme c'est devenu le cas notable du gauchisme élégant dominant les médias, disais-je, est devenu fort discriminateur pseudo-'positif' dans la démarche - soit donc discriminateur tout court, avec les effets négatifs inhérents à toute discrimination. C'est un racialisme. En effet, à force de pratiquer les quotas, souligner telle communauté au nom de la tolérance, mettre en exergue untel présumé statistiquement anormal voire énorme, cela revient strictement au même, fracture la société, attise les rancœurs, et sidéralement les rancœurs contre celui qui a permis que tout cela devienne possible : le territoire-hôte, où le mâle blanc hétérosexuel forcément patriarcal pèche forcément d'être majoritaire, son indécrottable péché originel à lui, mais péché originel aussi de tous ceux et celles qu'on saurait lui assimiler, forcément d'extrême-droite s'il ne se donne pas les signes extérieurs de tolérance gengen du gauchisme élégant."

Symptomatiquement, je tombe là-dessus - or, si même le Monde relate l'affaire sans la condamner d'un seul tenant, c'est que précisément les idées de ladite néoréaction étaient - au moins partiellement - pertinentes :

Le Monde
Festival en partie réservé aux femmes noires à Paris : la polémique ne s’éteint pas.

Car en effet, finalement, l'antiracisme cultive l'identitarisme/communautarisme, mais toute la question eut été - pour les gauchistes élégants & moins élégants - de comprendre que le nationalisme/patriotisme qu'ils insultent/haïssent en France comme nationaux & nationalisés eux-mêmes, leurs aïeux de l'anticolonialisme - qu'ils perpétuent au nom d'un postcolonialisme hygéniste (qui devrait hygiéniquement laisser entre soi/livrer à soi-même, les ex-colonies, comme si le monde n'était pas planétarisé aujourd'hui, insensément dans leur démarche ... ) - que leurs aïeux de l'anticolonialisme, disais-je, avaient précisément exalté les nationalismes/patriotismes du dit Tiers-Monde, aujourd'hui Quart-Monde par tiers- et quart-mondisme donc, pour ses libérations.

C'est-à-dire que les tiers- et quart-mondisme tenaient et tienent toujours, dans leur internationalisme contradictoire, à cultiver les identitarismes/communautarismes/nationalismes/patriotismes régionaux, contre une dominance atlantique (USA, UE, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande), que pourtant toute la multipolarisation des mondes (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Daesh) cherche à imiter pour la concurrencer, voire la renverser, certes dans des dynamiques diverses, et parfois extrémistes jusqu'au terrorisme, cependant que des insinuations diplomatiques et autres démarches commerciales posent déjà assez bien problème (dumping social, complotisme, etc.).

Et les Occidentaux donc, de culpabiliser guedinement devant le phénomène identitaire, alors qu'il est certainement un grand facteur de l'avènement démocratique ...
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1637-genealogie-de-la-france-contemporaine#29672
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1511-genealogie-de-la-democratie-moderne-contemporaine#28559
... sans parler de ce que l'on admet volontiers qu'une personne soit un individu, soit donc identitairement indivisible - serait-ce psychanalytiquement faux - au moins à l'état civil. C'est de bon individualisme des droits de l'homme, qui d'ailleurs énoncent très vite le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, propice aux souverainismes populaires et, au-delà, aux populismes :
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1777p80-tous-les-regimes-sont-democratiques#38693

Beauté de la folie de le Monde ! *Lol*


Voir aussi : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1546-meditations-spinoziennes-ideologies-bien-contemporaines#28747


Dernière édition par Mal' le Mer 7 Juin 2017 - 13:16, édité 1 fois
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Avis' le Mer 31 Mai 2017 - 9:40

Pierre Nora a énoncé ce jugement tendancieux : "l'identité française serait aussi malheureuse s'il n'y avait pas un seul immigré".
Sauf que l'immigré étant là, autant l'utiliser. 
Car tout se résume à une affaire de frustration. L'ennemi de mon ennemi est mon ami. Or la cause de ma frustration est la civilisation occidentale. Donc la civilisation musulmane essentiellement est mon amie.
La civilisation occidentale est en effet riche en matière frustrante (il existe d'ailleurs au moins 7 milliards de frustrations possibles). Et le grand frustré n'a aucune tolérance à la frustration (syndrome de l'enfant gâté).
Donc la civilisation musulmane (et son apparence la plus évidente, la charia) est l'alibi inoxydable à la frustration française. D'ou l'opposition infrangible entre anti-racistes (chariaphiles d'opportunisme)  et prétendus racistes (qui ne sont qu'islamophobes lesquels ne sont pas plus racistes que les arachnophobes).
Et voilà donc nos bons petits français aux prises avec leurs frustrations réciproques. Dont profitent évidemment les "chariaphiles" qui, pas bêtes, ne demandent qu'une chose : imposer leur charia partout, salafistes notamment.
Seulement voilà, tout ce petit (grand) monde pourrit l'identité française et la rend éminemment malheureuse de ses propres malheurs tandis que la charia en fait son petit lait, rendus incapables que nous sommes d'assimiler proprement les immigrations (toutes les immigrations précédentes ont été largement assimilées en dépit de quelques plaisanteries vites assimilées elles aussi, les français d'alors étant beaucoup moins MALADES de frustration).
L'ennemi de mon ennemi étant mon ami, c'est une lutte à mort (attentats dont Rouillan - encore un grand frustré de vieille date - et quelques autres se disent admiratifs)) à laquelle nous assistons où ce qui est en jeu c'est la mort du modèle occidental. Que le post-islamisme s'empressera d'ailleurs de récupérer tellement notre civilisation lui est supérieure en technologie. Et peut-être même en d'autres matières.
On dira aussi ce que l'on voudra mais le monde ex-colonisé à fait un bond de mille ans grâce justement à la colonisation, mais ceci est une autre histoire et l'ex-colonisé n'en demandait peut-être pas autant...

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Invité le Mer 31 Mai 2017 - 13:31

Un débat que l'on pourrait penser dépasser, mais qu'il est indispensable d'avoir. Il y a urgence, peut être même est-il déjà trop tard. Il y a en effet les spéculations intellectuelles, et il y a la réalité de la vie qui continue son chemin sans nous demander nos avis.

Dans les 10 ans qui viennent, ce sont 250 millions de réfugiés climatiques qui sont attendus sur nos routes d'europe. Des hommes, des femmes et des enfants avec leur culture, leur religion, leur histoire que nous ne pourront pas transformer en « bon petits français », qui n'en ont pas le souhait d'ailleurs, leur seule volonté étant de survivre. Comment les accueillir comme il convient sans brutaliser les consciences (les nôtres, et les leurs).
Qu'on le souhaite ou pas, notre société devra changer. Il faudra partager le travail et les richesses, et s'entendre culturellement sous peine de risquer un désastre humanitaire.

Il est important de préserver l'identité de chacun. Mais tout aussi important d'accepter cet autre qui ne nous ressemblera pas forcément. A mon avis, c'est ce débat qui doit avoir lieu d'urgence... et il ne me semble pas, hélas, que notre société y soit prête.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Avis' le Mer 31 Mai 2017 - 13:45

Sauf à accepter, chacun d'entre nous, d'installer dans son petit chez soi une chambre d'hôtes pour immigrés, avec double cuisine parce que ces gens charmants ne mangent pas comme nous, une double salle de bains car ces gens hautement civilisés n'ablutionnent pas comme nous, une mosquée privée assortie d'un minaret miniature et son gueuleur, une garde-robe séparée car ces gens hautement tolérants ne supportent pas nos tee-shirts mouillés, un bar sans alcool, une interdiction de rire car le rire est le signe de Satan, bref, le "vivre ensemble" sous le contrôle permanent de la Charia. Youpi. C'est çà, le réel mon ami.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Invité le Jeu 1 Juin 2017 - 10:26

Oui, tu as raison. C'est un peu caricatural, mais le réel c'est presque ça, en effet. Et il n'est pas question d'accepter de vivre comme cela.
La question est de savoir comment nous ferons quand ils seront là. Et c'est bien pour cela qu'il est urgent d'y penser. Dans quelques années il sera trop tard.
Quel contrat social proposer aux nouveaux arrivant ?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Malcolm le Lun 20 Nov 2017 - 21:18


Alain Finkielkraut, à 21:38, sur RCJ, a écrit:En effet, notre relation est en péril, parce que j'ai l'impression que mes propos n'ont aucun impact sur lui. Il n'écoute pas, il n'écoute que lui, et en même temps je suis frappé par le caractère tragique de sa situation. Il s'isole toujours d'avantage. Il est, comme je vous l'ai dit, son propre fossoyeur.


Que Finkielkraut compose avec les deux invités, n'est pas anodin. Je ne sais pas si c'est un bon péguyste, mais c'est un péguyste, assurément, à tenir la médiane.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Kal' le Lun 20 Nov 2017 - 21:21

Renard a écrit:Que Finkielkraut compose avec les deux invités, n'est pas anodin. Je ne sais pas si c'est un bon péguyste, mais c'est un péguyste, assurément, à tenir la médiane.

En réalité, c'est parce que la direction de France Culture le lui a imposé : il ne pouvait débattre avec le controversé RC sans qu'il y ait un contradicteur en face.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Malcolm le Lun 20 Nov 2017 - 21:26

Intéressant. Cela ne l'empêche pas de le tarauder, en bonne et due forme.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Identité malheureuse, Alain Finkielkraut

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum