Le Concept d'aliénation

Aller en bas

Le Concept d'aliénation

Message  Malcolm le Mar 27 Juin 2017 - 22:24

L'aliénation, croit-on de coutume chez Marx, c'est ce fait que les Hommes seraient leurrés par la société dans laquelle ils vivent, etc. Et les militants lambda de risiblement se hurler, les uns sur les autres et à qui mieux-mieux, que le bourgeois est aliéné, et toutes sortes de contradicteurs, seraient-ils des alliés objectifs en vue d'une convivialité "communiste".

Le problème, c'est que l'aliénation est un vieux concept philosophique, désignant le processus par lequel on fait autre à soi tel phénomène. Par exemple, l'habitant aliène l'étranger, pour être habitant. Naturellement, une aliénation radicale de l'étranger consistera à le haïr de jure - cas du racisme - mais cela n'aura jamais pu fonctionner que sur la base de l'aliénation.

De façon plus classique, on aliène, pour mieux interner en hôpital psychiatrique, un peu comme des personnes actuellement cherchent à aliéner Jean-Luc Mélenchon, afin de parfaire leur lénification du monde post-macronien : http://la-physis.fr/posts/psychiatrisation-de-melenchon-une-methode-recurrente-dans-la-presse/ - Ce sont des stratégies de pouvoir, pour abolir la contradiction en l'humiliant. Je me souviens assez bien de ce grand-père, ami du mien qui, ayant perdu sa femme, fit une tentative de suicide, pour quoi on l'interna ; et là, entouré d'aliénistes, il n'avait plus le droit de porter à son âge, ce qui avait fait la fierté de sa vie : une ceinture ; tandis que les personnes venant le visiter le regardaient avec condescendance, comme s'il était inhumain de vouloir mourir vite après sa chère & tendre, encore plus à son âge : le monde n'aura pas voulu endurer le moindre signe dépressif, rapport à sa positive-attitude tyrannique. - Voir aussi : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1945-contre-l-optimisme

Bon.

Karl Marx parle d'aliénation comme on autrifie, non comme on serait leurré - encore qu'il voie bien que les membres d'une société sont leurrés par sa superstructure (ses idéologies sociotechniques). C'est d'ailleurs depuis Marx, que les sciences sociales font du bon boulot d'analyse à ce niveau et, quand même elles contrediraient le marxisme, il se trouve que c'est depuis Marx qu'elles prennent garde aux leurres des acteurs sociaux eux-mêmes, quant à la nature de leur implication sociale déclarative.

Bref : Karl Marx trouve que l'humanité ne s'est jamais construite qu'à travers l'aliénation, et ajoute d'ailleurs que l'aliénation est un phénomène inexorable. C'est vous dire comme les militants "marxistes" n'ont généralement rien compris au marxisme ! *Lol* ... Soit donc que Dieu, pour les monothéistes, et d'autant plus dans sa parfaite transcendance, est une aliénation devant laquelle l'Homme peut se faire être Homme. De manière générale, l'Animal, ou bien la Nature, ont été ce genre d'aliénations, permettant à l'Homme de se faire être Homme. Il peut y en avoir d'autres.

Soit donc que c'est dans ce processus dialectique entre soi et son aliénation, qu'il est précisément possible de s'édifier soi grâce à l'autre, soi devant l'autre. Ôter cet autre, et il ne vous reste rien, ce qui est dire le problème actuel de l'antihumanisme latent dans, par exemple, le veganisme ou l'antispécisme, quand bien même l'Homme reste un être naturel - en effet. En fait, et en somme, Karl Marx, dans la veine de Hobbes, Freud ou Ortega y Gasset, nous apprend simplement que l'Homme est un drôle d'animal.

* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1476-ortega-y-gasset-le-mythe-de-l-homme-derriere-la-technique
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1700-psychanalyse-une-etiologie-du-manque
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1830-rupture-de-communaute-avec-les-betes-etrangification-de-l-homme

En fait, notamment par le travail comme activité de violence relative devant la nature, l'Homme s'aliène la nature en effet - il n'est qu'à voir tous nos discours sur "l'environnement" désormais, ou bien "Gaïa, la Terre-Mère", comme nouvel Autre, - sans pour autant dialectiquement (Marx ne pratique que cela, la méthode dialectique) n'être pas naturel. Néanmoins, la surnature artificielle qu'on élabore dans le travail par la nature, est notre nature, tout en étant de la culture, faite elle-même de nature, etc. dialectiquement.

Bref, l'aliénation ? C'est la vie *Souri*

*

Pour être plus clair sur l'aliénation, comme processus par lequel on fait autre à soi, par lequel on "autrifie". Exemple : je vends des cerises. Quand on m'achète un kilo de cerises, j'aliène ces cerises. En effet, de miennes, elles deviennent autres.

Ou bien : je travaille pour un verger détenu par tel propriétaire capitaliste, qui me paie 8,5€/h de cueillette, tandis que mes 8h de cueillette journalière lui rapportent 196€, rapport au prix moyen du kilo de cerise sur le marché des cerises (soit une plus-value de 100€/1jr sur mon dos, si mes calculs sont bons) - peu importe ces valeurs pour notre exemple. C'est-à-dire que j'aliène par contrat le poids-valeur de 100€/kilos de cerises/jr. En effet, ils ne sont pas miens, mais la seule opération de les cueillir au compte du propriétaire capitaliste, est une aliénation de mon travail (au-delà des 96€ de paie 8,5€/8h/1jr).

C'est tout.

Alors, évidemment, quand le capitalisme divise tant le travail, que je réalise une menue tâche sur une production qui en contient cinquante, pour finir le produit, il est évident que le capitalisme - dehors de ma menue tâche de travail divisé - m'aliène à la production qui, au fond, est l'ouvrage-même, donc le travail complet-même. Je suis devenu "rien" dans cet ensemble, d'autant "moins rien" (je suis devenu "moins que rien") que donc on réalise une plus-value sur mon dos. Par exemple cerisier, si je ne fais qu'attendre avec une hotte au pied des échelles d'où des cueilleurs jettent le fruit de leur cueillette, avant que de verser l'ensemble dans une remorque qu'un conducteur (qui certes, peut être moi, aussi) conduit au nettoyage, où des travailleurs-nettoyeurs prennent le relais, etc.

Imaginez, maintenant, tel employé de bureau devant son PC toute la journée. Le réseau de travailleurs nécessité alentour. Les aliénations en marche.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Concept d'aliénation

Message  Kal' le Lun 24 Juil 2017 - 18:29

Ce n'est pas Proudhon qui a théorisé cela le premier ?
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Concept d'aliénation

Message  Malcolm le Lun 24 Juil 2017 - 18:31

Kalos a écrit:Ce n'est pas Proudhon qui a théorisé cela le premier ?
Marx ne passe pas des heures dessus. C'est possible que Proudhon soit passé par là. Néanmoins, l'aliénation comme ladite "autrification" existe de tout temps. Quand Platon pose le monde des idées devant le monde expériencé du sensible, il nous y aliène en s'y aliénant, encore qu'il dise que le philosophe fait le pont.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Concept d'aliénation

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum