Coups de gueule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coups de gueule

Message  Avistodénas le Sam 15 Juil - 21:50

Auguste le maure, qui vient de nous rejoindre, nous explique que le système dans lequel il évolue l'empêche de vivre sa vie comme il l'entendrait. Et on subodore qu'il a donc "la haine".
J'ai aussi la haine de Mai 68. Il était temps ! me dira-ton. Mais c'est une haine que je traîne depuis près de 50 ans. Et pourquoi ?
Je passe sur les slogans stupides comme "il est interdit d'interdire" alors que les étudiants d'alors ne demandaient en réalité qu'une chose : partager le dortoir des filles pour "jouir sans entrave", autre slogan bien représenté dans les manifs.
Il s'est passé quelque chose d'infiniment plus grave. On vous aura sûrement bourré le mou avec les "avancées de Mai 68". Mais celle-là, d'avancée, vaut son pesant de limonade.
En effet, les enseignants post-68ards, ceux qui jouissent aujourd'hui d'une retraite "bien méritée", ont rendu un tel service à la France qu'on se demande comment on pourra jamais les remercier, les cons. Ils ont décrété dans une quasi unanimité qu'ils n'étaient pas là pour former une main-d'oeuvre destinée aux patrons. Dit autrement, on peut traduire par : " Les enfants, soyez aussi cons que possible, c'est autant de compétences dont les patrons ne bénéficieront pas ".
On en voit aujourd'hui les résultats. Certes, ces résultats consternants ne sont pas dus seulement à cet épisode et cette idéologie : on a changé de modèle et de civilisation. Dont acte. Mais les enseignants de l'époque ont été le fer de lance de cette déliquescence. Et bien sûr leurs successeurs se plaignent aujourd'hui de n'être plus respectés. Qu'ils s'estiment heureux : ils devraient être méprisés.
Continuez donc à supprimer le latin et le grec, dont j'ai pourtant fait mon profit en tant que fils du peuple le plus modeste, continuez à supprimer les devoirs maison ainsi que les leçons à apprendre en solitaire, face à soi-même, jusqu'à minuit sonnés. D'autres, en Asie par exemple, se sont mis à l'ouvrage, et lorsque vous verrez les déculottées qu'ils vous mettront en tous domaines, vous pourrez crier à l'injustice à vous en égosiller, vous ne serez plus que ce que vous méritez d'être : des esclaves.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Kalos le Sam 15 Juil - 21:57

Modération : Je le dis comme ça, pas seulement pour toi Avistodénas. J'ai remarqué que la vulgarité sur ce forum est de plus en plus banalisée. Je prierai cordialement que chacun parle comme il se doit, conformément à ce qui se fait en société cultivée et ce que réclame aussi le savoir-vivre le plus élémentaire.
avatar
Kalos
Bienheureux


Voir le profil de l'utilisateur https://doux-atys.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Avistodénas le Sam 15 Juil - 22:11

D'accord, mais un con est un con. *Lol* Et si je disais "butor" en lieu et place, ce serait encore trop d'honneur.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Auguste le Maure le Sam 15 Juil - 22:56

Mais voyons Avistodénas, je n'ai pas la haine ! juste l’exécration *Héhéhey*

Pour ce qui est de Mai 68 je reprends le point de vue de Michel Foucault au micro de Jacques Chancel qui lui demandait si Mai 68 n'était au final pas la déclaration de Non-Savoir, il lui répondit que c'était plutôt la négation d'un certain type de savoir qui était en soi une interdiction de connaitre.

Et puis Mai 68 a critiqué le Capitalisme aussi qui est je pense beaucoup plus responsable de la bêtise dans laquelle on est, le savoir n'est encouragé que dans le cadre du profit, les jeunes aujourd'hui veulent faire des études de Marketing et désertent les filières artistiques intellectuelles et scientifiques pures
et puis pour le grec et le latin même chose ! Najat Vallaud-Belkacem si je me rappelle bien avait encouragé (Voire introduit ?)  l'apprentissage de l'arabe et du chinois. cela tombe sous le sens ! pourquoi apprendre des langues mortes quand on peut apprendre des langues qui vendent du pétrole et des téléphones?.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Kalos le Sam 15 Juil - 23:19

Il est assez drôle en fait, de la part d'un antithéiste, que de critiquer le système capitaliste. En cela que c'est toujours le capitalisme qui a su le mieux assurer, pratiquement sans violence, la désintégration de la religion au sein de la société ; et que par-dessus tout, quoi qu'on en dise, les systèmes capitalistes sont très souvent les plus démocratiques par comparaison aux autres, etc.
avatar
Kalos
Bienheureux


Voir le profil de l'utilisateur https://doux-atys.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Mal' le Sam 15 Juil - 23:32

http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1672-la-religion-lucrative-ou-le-colerique-dedaigneux#29897 - là où l'on désacralise, l'on nihilise. Mais, la véritable question, est de savoir si le démocratisme monétaire est bien un démocratisme, puisque la monnaie détient cette contradiction d'être l'élément égalitaire-autoritaire par excellence (également accessible, impérieux dans sa régence, jusqu'à renouveler les hiérarchies ploutocratiquement, ce qui est humainement hideux au possible - aussi BCBG soit le ploutocrate). En somme, je pose la question de savoir si tu n'agis pas en faveur de la falsification - falsification du "meilleur" préfascisme, d'ailleurs.
avatar
Mal'
Démiurge


Voir le profil de l'utilisateur http://misesenligne.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Auguste le Maure le Sam 15 Juil - 23:58

Je ne pense pas que le capitalisme touche vraiment la religion , la logique du profit a de tout temps fait plutôt bon ménage avec la religion.
après en Europe La renaissance et le début du capitalisme se sont vu plus ou moins voisins dans le temps mais c'est tout. c'est la renaissance et ce qui suit qui a enterré dieu (du temps que tu adule l'homme tu tue dieu.)

Pour la démocratie , je ne parle pas du capitalisme comme système économique (à vrai dire je ne m’intéresse pas vraiment à ça l’oppression existera toujours CF : URSS) mais je déplore que l'on vende à nos enfant comme modèle de réussite des PDG. et comme moteur et but de l'existence l'argent.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Kalos le Dim 16 Juil - 0:02

Attention : le féodalisme n'est pas un capitalisme. Cite-moi un seul exemple d'État moderne où le capitalisme fait bon ménage avec la religion (en ce qui ne concerne pas le commerce extérieur, comme avec l'Arabie saoudite, ou encore la ferveur religieuse timorée de la fin du XIXe siècle en Europe).
avatar
Kalos
Bienheureux


Voir le profil de l'utilisateur https://doux-atys.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Auguste le Maure le Dim 16 Juil - 15:17

Effectivement, tu as peut-être raison

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Mal' le Dim 16 Juil - 15:21

Si nous avons tous besoin de ressources pour être, nous n'avons pas besoin de taux de croissance bizarrement infini et spéculatif, auquel le capitalisme enjoint. C'est tout le principe du renouvelable qui advient là, dans la non-croissance économique. Au profit, au hasard par exemple, d'une croissance culturelle.
avatar
Mal'
Démiurge


Voir le profil de l'utilisateur http://misesenligne.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Auguste le Maure le Dim 16 Juil - 15:31

En parlant de la croissance c'est justement ce que je peux dénoncer : travailler corps et âme pour faire croître notre économie.
je suis davantage pour une croissance de l'homme et de sa vie .
Je peux donner un exemple donné par Russel :
Une usine produisant des trombones  se voit recevoir une machine qui le fait 2x plus vite. Le chef de l'usine a deux choix : garder le même nombre d'employés et réduire leurs heures de travail par deux. virer la moitié de ses travailleurs et garder pour le reste la même cadence.
La première option est pour moi celle qui encourage la croissance humaine pendant ces heures d'oisiveté ce travailleur va peut être chanter dessiner écrire philosopher travailler pour la beauté et non la production la deuxième solution c'est la croissance économique l'optimisation de la production.
Inutile de vous indiquer quelle option nos sociétés ont choisi ? (même sous des régimes communistes le travail pour la production est adulé seul le bénéficiaire est supposément changé. )

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Avistodénas le Dim 16 Juil - 16:43

Je vous signale quand même que nous sommes passés de 44 H  à 35 H (et pour certains beaucoup moins), en trente ans !
Jamais contents, ces mecs. *Blase*
Moins on travaille, plus on a de temps pour faire des bêtises. *Héhéhey*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Mal' le Dim 16 Juil - 17:17

ALM a écrit:(même sous des régimes communistes le travail pour la production est adulé seul le bénéficiaire est supposément changé. )
Les régimes "communistes" n'avaient de communiste que le nom.
Avistodénas a écrit:Je vous signale quand même que nous sommes passés de 44 H  à 35 H (et pour certains beaucoup moins), en trente ans !
Jamais contents, ces mecs. *Blase*
Moins on travaille, plus on a de temps pour faire des bêtises. *Héhéhey*
La vraie question est de savoir ce qu'on appelle travail et de savoir qui, vraiment, s'adonnerait alors à des bêtises. Sans compter que pour ALM je ne sais pas, mais 35h, c'est français, et encore, depuis Jospin de l'eau a coulé sous les ponts, et des modifications de lois ont été faites aux lois, jusqu'à l'actuelle refonte du code du travail.
avatar
Mal'
Démiurge


Voir le profil de l'utilisateur http://misesenligne.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Philo le Dim 16 Juil - 18:02

Auguste le Maure a écrit:La première option est pour moi celle qui encourage la croissance humaine pendant ces heures d'oisiveté ce travailleur va peut être chanter dessiner écrire philosopher travailler pour la beauté et non la production la deuxième solution c'est la croissance économique l'optimisation de la production.
Tu as raison de dire "peut-être". Il va peut-être picoler des bières en regardant du foot, vautré sur son canapé. En tous les cas, beauté ou picole, l'essentiel est que les profits de l'optimisation de la production soient redistribués, ce qui n'est évidemment pas le cas pour l'instant.
avatar
Philo
Hujus fori conditor


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

68tards....

Message  Janot le Mer 13 Sep - 9:54

je lis :
les enseignants post-68ards, ceux qui jouissent aujourd'hui d'une retraite "bien méritée", ont rendu un tel service à la France qu'on se demande comment on pourra jamais les remercier, les cons. Ils ont décrété dans une quasi unanimité qu'ils n'étaient pas là pour former une main-d'oeuvre destinée aux patrons. Dit autrement, on peut traduire par : " Les enfants, soyez aussi cons que possible, c'est autant de compétences dont les patrons ne bénéficieront pas "
Je n'ai commencé à enseigner qu'en 1973 ; en 68, j'étais encore en fac. Je vais me permettre de dire deux ou trois choses. Il est vrai que bien des bêtises ont été dites et faites au cours du printemps - été 68, et sans doute le choc a-t-il été plus rude à Paris (j'étais à Aix). Toutefois, il ne faut pas déformer l'histoire, ni l'Histoire.
Jusqu'en 1968, un professeur d'université était un manitou, un objet sacré, obtenir un rendez-vous était une faveur ; il était encore moins question de se plaindre d'un cours — or, tous n'étaient pas bons ! Il y avait donc une certaine tension dans les facs, que n'ont perçue que ceux qui y étaient. La société était, disons-le, à tort ou à raison verrouillée par Pompidou 1er ministre ; la moindre émission de radio ou télé qui pouvait aller contre le conservatisme et une conception de la morale assez étroite était censuré. La "révolte" étudiante a bien eu une partie de ses causes là-dedans. Effectivement, le climat s'est détendu en fac en 69. Pour ce qui concerne les collègues de l'époque qui avaient cru à la révolution et autres fadaises, ils furent mis de côté ou marginalisés, surtout les profs de philo !
Non, les professeurs ne sont pas passés de l'ordre au désordre, de l'autorité normale au jemenfoutisme en 3 mois, c'est absurde de dire cela. La vérité tient à la sociologie : avec la montée des jeunes générations, les effectifs des collèges et lycées ont explosé ; en 1973, je voyais 25 élèves par classe, en 1978, ils étaient 28 puis 30. Le niveau général ne pouvait plus être aussi élitiste (au bon sens du terme) qu'avec les seuls enfants de la bourgeoisie des années 50 et 60, et il était plus difficile d'enseigner. Le tort, l'immense tort des gouvernements successifs a été de ne pas faire comme en Allemagne, où tout un système de formation professionnelle et à l'échelon de la 3è ou de la 2de permettait et permet de donner un bon métier à un élève qui ne va pas jusqu'au bac. Ainsi, vous pouvez faire en 2de, à 16 ans, un apprentissage aux métiers de la banque ou du commerce et devenir employé.
Le bac professionnel remonte chez nous, je m'en réjouis.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Avistodénas le Mer 13 Sep - 10:50

Les classes professionnelles et de sciences ont toujours été d'un niveau plus qu'honorable. Ce sont les humanités en général qui ont le plus souffert de la zizanie de 68 et il me semble même que la fameuse "conversion du regard" a carrément inversé les valeurs, où le "dernier était le premier".
Bon, c'est ainsi. Le monde a quand même considérablement changé et si tu te souviens, tout passait par la lutte des classes. Une lutte dont est sorti largement vainqueur le grand capital. Tout ça pour ça ....? Quel gâchis.

Revenir en haut Aller en bas

Quel fut le passé ?

Message  Janot le Mer 13 Sep - 13:10

Les "humanités", enseignées par les fils de l'élite pour les fils et filles de l'élite future, subirent leur premier choc quand l'autoritarisme — et pas mal d'hypocrisie morale —  de tout le système ne fut plus supporté en 68 ; puis vinrent les grandes foules, celles qui avant ne dépassaient pas la 5è et le "certificat" ou le "brevet", puis les fils d'immigrés, ceux qui avaient trimé dans nos usines et nos cultures, mal logés, non considérés, en marge. En 68, nous sommes encore à l'époque où l'on porte le pape en sedia gestatoria comme un prince oriental. Avec le recul, ces humanités, dont je conserve à la fois comme  témoin de réussite et d'esprit borné la série des Lagarde et Michard pour le français et les Malet - Isaac pour l'histoire, étaient singulièrement normatives et rigides sans le dire (ce que fut également l'Eglise catholique) : Villon était un étudiant malchanceux, pas un criminel ni un bisexuel, Rimbaud et Verlaine : deux amis qui faisaient des voyages, Proust ne parlait qu'à mots couverts de "l'inversion", et il me fallut attende longtemps pour apprendre que Richard Coeur de Lion et Philippe Auguste étaient très, très amis : http://www.etaletaculture.fr/histoire/richard-coeur-de-lion/
Le prestige de ces humanités-là venaient de la culture de leur dispensateurs, de leur style, de leur ton posé... La France éternelle, celle qui était fière de nos colonies, qui avait apporté la civilisation au Tonkin et en Cochinchine (lesquels étaient brillants en 2000 avJC !!) et dont les saints évangélisaient le Maghreb — tout en exploitant les ressources de tous, puisque les colonies, disent des économistes, apportaient 2 ou 3 points de plus au PIB. Mais le spectre du communisme et du Rideau de Fer empêchait une réflexion plus profonde et moins conventionnelle. Ah, il y en aurait des choses à dire !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coups de gueule

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum