La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Kercoz le Jeu 30 Oct 2014 - 23:28

Princeps a écrit:
Kercoz a écrit:Le fait de rester plus longtemps " au nid" ( nidipare) permet du fait d' une protection plus longue des adultes , de "JOUER" et jouer c'est développer l' intelligence .
Pourtant, les jeunes spartiates qui quittent le foyer à 7 ans ne sont pas réputés plus idiots que leurs camarades athéniens. Bien au contraire.
Ce n'est pas parce qu'ils quittent leur foyer qu'ils deviennent indépendants et doivent subvenir a leurs besoins ....l' armée est une grande famille .
De plus votre argument conforte mon avis sur le fait que des enfants ensembles transmettent plus et mieux les "Rites" culturels  que les adultes. Le rites culturels ne sont pas les règles de l' époque , opportunistes et récents , mais les rites culturels anciens, la domination , soumission, négociation ,hiérarchisationS croisées. Il y a pas mal d'argument en faveur de cette thèse :La nécessité d' une transmission urgente en cas de galères, ....le fait que l' adulte risque d' alléger ou durcir les comportements de façon conjoncturelle suivant l' époque  et la situation du groupe .

Le fait de penser l' éducation avec 1, 5 enfants par fratrie est ridicule ....si 99, 99% du temps de notre espece , cette éducation s'est faite avec des fratries de 6 à 8 gamins ......un village de 10 maisons ça nous fait 60 à 80 enfants de 2 à 15 ans . Et ce groupe évolutif va établir des hiérarchies croisées qui n'ont rien de bisounours et qui n' utilise pourtant que rarement la violence physique . un gamin de 7 ans ne se rebellera jamais contre un de 9 ...etc ...ce qui fait que rentrant chez lui , il n' y aura AUCUN problème de relation ou d' hyperactivité.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Princeps le Jeu 30 Oct 2014 - 23:53

Kercoz a écrit:Ce n'est pas parce qu'ils quittent leur foyer qu'ils deviennent indépendants et doivent subvenir a leurs besoins ....l' armée est une grande famille .
*Lol* il serait de bon ton de lire Xénophon et de te renseigner sur l'Agôgé. Ce n'est en rien une sinécure.
Kercoz a écrit:De plus votre argument conforte mon avis sur le fait que des enfants ensembles transmettent plus et mieux les "Rites" culturels  que les adultes.
Bis repetita. Avant de transmettre, il faut intégrer, et invariablement l'adulte tient le premier rôle, que se soit par l'apprentissage ou le biais de la reproduction.

Kercoz a écrit:Et ce groupe évolutif va établir des hiérarchies croisées qui n'ont rien de bisounours et qui n' utilise pourtant que rarement la violence physique . un gamin de 7 ans ne se rebellera jamais contre un de 9 ...etc ...ce qui fait que rentrant chez lui , il n' y aura AUCUN problème de relation ou d' hyperactivité.
Assertions gratuites. Les problèmes du style hyperactivité sont une découverte récente, et une réalité ancienne. Un gamin se rebellera si c'est dans son tempérament, si le comportement est valorisé culturellement, si cela fait partie de son éducation, si la situation l'exige.
avatar
Princeps
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Ragnar I le Ven 31 Oct 2014 - 0:59

kercoz a écrit:ce qui fait que rentrant chez lui , il n' y aura AUCUN problème de relation ou d' hyperactivité.

Pour mémoire, l'autisme (le renfermement sur soi) et l'hyperactivité (le manque d'attention) sont TRÈS fortement corrélés à un nombre de connexions synaptiques trop ou pas assez important par rapport à la normale. Ces deux affections ne sont pas d'origine culturelle, mais biologique. La psychanalyse s'est lamentablement plantée, dans ces deux domaines.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Kercoz le Ven 31 Oct 2014 - 8:05

Ragnar Lothbrok a écrit:
kercoz a écrit:ce qui fait que rentrant chez lui , il n' y aura AUCUN problème de relation ou d' hyperactivité.

Pour mémoire, l'autisme (le renfermement sur soi) et l'hyperactivité (le manque d'attention) sont TRÈS fortement corrélés à un nombre de connexions synaptiques trop ou pas assez important par rapport à la normale. Ces deux affections ne sont pas d'origine culturelle, mais biologique. La psychanalyse s'est lamentablement plantée, dans ces deux domaines.

.
Pour l' hyper , j' ai écrit un peu vite ......n' empèche ( et on en a déja débattu) que la séroténone ( dont la distribution est tres peu identique chez différents enfants ) et donc les altérités comportementales , étaient assez bien maitrisées de façon culturelle par les interactions .....et que actuellement , il semble qu'il faut imputer a un défaut ( manque de quantité ou de qualité) de ces interactions entre adulte/enfant et ( selon moi plutot) entre enfants , le fait d'être obligé de las gaver de séroplex ou autre stupéfiants.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Kercoz le Ven 31 Oct 2014 - 8:11

Princeps a écrit:
Kercoz a écrit:Ce n'est pas parce qu'ils quittent leur foyer qu'ils deviennent indépendants et doivent subvenir a leurs besoins ....l' armée est une grande famille .
*Lol* il serait de bon ton de lire Xénophon et de te renseigner sur l'Agôgé. Ce n'est en rien une sinécure.

La sécurisation du groupe n' a rien a voir avec une "sinécure" .......Et un groupe d'enfants ( théorique) autonome , serait bien plus difficile et alliénant que tout cadre adulte fut il grec ancien ...mais serait perçu de la même façon comme sécurisant .
Dans tous les cas , l'individu échange sa "liberté " ( agressivité) contre une protection du groupe .

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Princeps le Ven 31 Oct 2014 - 9:52

L’éducation spartiate n’a rien à voir avec le contrat social – elle est imposée par les adultes et par les fondements même de Sparte (pas de muraille, esclavage d’Etat). Je réagissais précisément sur ce point :
Kercoz a écrit: Ce n'est pas parce qu'ils quittent leur foyer qu'ils deviennent indépendants et doivent subvenir a leurs besoins ....l' armée est une grande famille .
D’une les jeunes enfants ne sont pas intégrés à l’armée, et de deux ils sont bels et biens indépendants. Je te renvois à Ed.Lévy et/ou Xénophon,. Universalis doit surement proposer une fiche sur le sujet.
Kercoz a écrit:Et un groupe d'enfants ( théorique) autonome , serait bien plus difficile et aliénant que tout cadre adulte fut il grec ancien ...mais serait perçu de la même façon comme sécurisant .
Faut-il encore s'entendre sur l'autonomie du groupe, pour l'appliquer ou non à Sparte. A priori oui. Et donc  ?
avatar
Princeps
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Ragnar I le Ven 31 Oct 2014 - 13:15

kercoz a écrit:
Ragnar Lothbrok a écrit:
kercoz a écrit:ce qui fait que rentrant chez lui , il n' y aura AUCUN problème de relation ou d' hyperactivité.
Pour mémoire, l'autisme (le renfermement sur soi) et l'hyperactivité (le manque d'attention) sont TRÈS fortement corrélés à un nombre de connexions synaptiques trop ou pas assez important par rapport à la normale. Ces deux affections ne sont pas d'origine culturelle, mais biologique. La psychanalyse s'est lamentablement plantée, dans ces deux domaines.
Pour l' hyper , j' ai écrit un peu vite ......n' empèche ( et on en a déja débattu) que la séroténone ( dont la distribution est tres peu identique chez différents enfants ) et donc les altérités comportementales , étaient assez bien maitrisées de façon culturelle par les interactions .....et que actuellement , il semble qu'il faut imputer a un défaut ( manque de quantité ou de qualité) de ces interactions entre adulte/enfant et ( selon moi plutot) entre enfants , le fait d'être obligé de las gaver de séroplex ou autre stupéfiants.

Lorsqu'un enfant est atteint d'autisme, la dernière chose à faire consiste à le laisser aux contacts exclusifs des enfants de son âge et des parents non préparés au protocole de reconstruction de ses circuits neuronaux. Le problème se résout en conséquence par un réajustement des relations adultes-enfant, oui, mais avec intervention régulière d'un spécialiste doublée d'une préparation préalable des parents par une formation adéquate donnée par le même spécialiste se chargeant d'une surveillance régulière de l'application du protocole de reconstruction neuronal de l'enfant.

Lorsqu'un enfant est atteint de trouble de l'attention, une médication appropriée permet de résoudre définitivement le problème, à condition qu'elle soit entamée dans la plus tendre enfance. Le problème à résoudre le plus souvent dans ce cas, c'est celui concernant le point de vue des parents sur la médication. Ce point de vue est souvent complètement faussé par des raisonnements du type que tu nous donnes en parlant de gavage aux stupéfiants. Il n'y a rien de stupéfiant dans le simple réglage des échanges électrochimiques aux synapses des enfants. Il n’y a que l’application d’une technique destinée à éviter à l’enfant de souffrir toute sa vie pour finir sdf après avoir ruiné l’existence entière de ses parents (une paire de béquilles, ce n'est pas un stupéfiant, c'est un moyen de permettre aux unijambistes de marcher...)

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Kercoz le Ven 31 Oct 2014 - 14:41

J' ai l' impression d'attaquer ton casse croute . Même si le Séroplex n'est pas un strupéfiant , il en a le gout et l' odeur ...et si tu es convaincu que ces troubles ne sont pas issus d' un disfonctionnement des interactions , c'est tout bon pour les pharmaciens ...n' en parlons plus.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Ragnar I le Ven 31 Oct 2014 - 15:08

kercoz a écrit:J' ai l' impression d'attaquer ton casse croute . Même si le Séroplex n'est pas un strupéfiant , il en a le gout et l' odeur ...et si tu es convaincu que ces troubles ne sont pas issus d' un disfonctionnement des interactions , c'est tout bon pour les pharmaciens ...n' en parlons plus.

Je ne sors pas ce que j'avance sur la question qui nous occupe ici quoi que ce soit sorti de la seule petite tête de ma seule petite personne. Je le sors de renseignements puisées entre autres auprès de l'institution suivante :

Clique, lis et écoute tout, puis rumine longuement tout ce que tu auras lu et écouté, si tu as évidemment la moindre envie de te renseigner vraiment sur les pathologies mentales ... (sauf ton respect)

http://www.douglas.qc.ca/?&locale=fr

kercoz a écrit:c'est tout bon pour les pharmaciens ... n' en parlons plus.

Si, parlons-en ! Parlons de cette espèce de stupidité consistant à dire que la pharmacie n'est bonne QUE pour les pharmaciens.

La pharmacie est bonne aussi pour les patients qu'elle permet de soulager et guérir par milliards dans le monde. Pas uniquement par milliards de dollars, mais par milliards de patients.

Et non, je ne suis pas pharmacien et ne l'ai jamais été. Tu ne t'attaques donc pas à mon casse-croûte, mais à la faculté des médicaments qui permettent par exemple au vieux diabétique que je suis d'avoir évité de mourir jeune. Tu t'attaques à la faculté des médicaments en reprenant le raisonnement de la meute imbécile. Car il est là, le vrai problème : dans l'imbécilité d'une multitude de gens raisonnant comme de vrais cons en lançant par exemple sur Internet l'idée voulant que les vaccins tuaient les vaccinés, ce qui débouche aujourd'hui sur une méfiance telle à l'égard de la vaccination que des tas de maladies qu'on avait crues disparues réapparaissent aujourd'hui en risquant d'emmerder sérieusement des millions  et des milliards de gens dans le monde.

D'un autre côté, et à condition de pouvoir pratique l'humour swiftien, si tous les humains disparaissaient de la terre par manque de soin face à la dissémination générale de tous les agents pathogène de la terre, je me demande qui ça gênerait ... (LOL, comme on dit, évidemment ...)

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Malcolm le Mar 10 Mai 2016 - 2:37

Nobodisme a écrit:Bonjour à tous,

Question sensible que je vous pose: la vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte? Moralement parlant, beaucoup de personnes sont plus sensibles à la mort d'un enfant qu'à celle d'un adulte, les justifications sont diverses, mais certaines ressortent plus souvent que d'autres: "Il avait toute la vie devant lui", "Un si beau bébé/enfant, c'est triste", etc. Dans notre culture occidentale, on nous "impose" certaines règles morales, lorsque nous marchons sur le trottoir, l'enfant doit être placé du côté du mur et l'adulte du côté de la route, ceci sans doute pour éviter le danger à l'enfant.

Donc au final, est-ce que la vie d'un enfant vaut plus que celle d'un adulte? De plus, comment donner une valeur à la vie? Quelle serait la légitimité de cette valeur? Comment la concevoir?
Cela rejoint la critique de l'infantocentrisme murayienne.
Au reste, je pose que l'Homme devient Homme à partir de l'âge de raison véritablement, après l’œdipe/l'électre, soit l'autonomisation de ses stades oral, anal & phallique (le génital ne prenant son envol qu'à la puberté, dès laquelle je pose qu'il y a adulte).
A partir de là, non, leurs vies n'ont pas la même valeur, si seulement par valeur on entend l'étymon latin force, ligne de force : elles n'ont pas la même axiologie.
Autocentrée pour le petit enfant, elle s'exocentre pour l'enfant et le pubère, avant de s'existencentrer pour l'adulte.
La trame est culturelle.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie d'un enfant vaut-elle plus que celle d'un adulte?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum