Naît-on ou devient-on génie ?

Aller en bas

Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Invité le Mar 5 Sep 2017 - 4:27

Bonsoir,
Pour moi un génie est quelqu'un d'extrêmement intelligent et c'est certainement pour cela que c'est bien plus compliqué que ça. Mais plus précisément quelqu'un ayant une maîtrise dans un domaine, et je vois en cela un vecteur.
C'est a dire que je pense que l'on devient génie dès lors que l'on se consacre à une seule et unique chose, dès lors on atteindrait un niveau ridicule sur le long terme. Cependant, des enfants de bas age sont considérés tels des génies car ils ont un talent inné, cela contredis ma définition et le fait que l'on devient uniquement génie mais que cela peut être un don.
Je pense que tout cela revient a une question : Qu'est-ce qu'un génie? Mais restons d'abord sur la première partie pour trancher ( si possible).
Dans le cas où l'on devient génie, je peux le comprendre car on peut acquérir des connaissances dans un domaine au fil du temps, mais le fait de tout savoir dès le plus jeune âge me semble bizarre et que malgré ce soit disant savoir soit bien réel, j'ai du mal à voir un génie au travers de quelqu’un qui a reçu au lieu d'acquérir par sois même.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Auguste le Maure le Mar 5 Sep 2017 - 11:19

Effectivement le problème des définitions est là,
si on veut répondre par : inné, cela implique un corollaire : l'intelligence est biologique (Génétique ? )ce qui ne discrédite pas forcément l'hypothèse mais voilà, cela reste à étayer et surtout il faut définir la fonction biologique qui engendre l'intelligence et le génie ce qui n'est je le crois pas simple ^^.
Ensuite le terme même de génie est discutable, cela peut venir d'une vision extrinsèque de quelques disciplines "techniques", prenons l'exemple des mathématiques, souvent l'adjectif génie est attribué à certains matheux, mais faire cela c'est négliger la montagne de travail derrière et les différences entre matheux de méthode de travail de rythme de travail et d'éducation.
Donc le terme même génie n'est-il pas la production évidemment de nous néophytes pour désigner ce que nous ne comprenons justement pas ?
remarque : étymologiquement le terme génie désigne un diable magique, donc le terme magique est là ! la plupart des gens voit en le fruit du travail et de l'éducation de la magie.
donc avant de débattre si le génie est inné ou acquis il faudrait je l'estime confirmer l'existence de ce qu'on appelle génie.
Ensuite toi tu le définie comme "maîtrise de quelque chose " on pourrait y voir une pétition de principe car on ne naît pas maître en quelque chose enfin à ma connaissance.
Ensuite l'éducation lors de la toute petite enfance n'est pas à  négliger ! le cerveau est encore pour ainsi dire bien malléable, souple et s'adapte à des activités bien technique et les absorbe complètement, c'est à dire que si mon papa m'avait appris le piano à partir du jeune age de 2 ans je serais peut-être un grand virtuose aujourd'hui qui sait ?
donc cette première trace de l'éducation n'est-elle pas celle qui engendre des aptitudes particulières dans des domaines précis ?

ce post parle aussi d'un sujet proche : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2125-intelligence-deshumaine

Salutations !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Avis' le Mar 5 Sep 2017 - 11:41

On peut dire d'abord qu'un génie (reconnu) n'est génial qu'un quart d'heure par jour (en gros) mais quel quart d'heure !!! Celui où l'intuition fraya un chemin et où la réflexion ouvre sur un monde nouveau.
Le reste n'est affaire que de travail.
C'est un peu comme une idée commercialisable : l'idée naît, et la fortune suit. Presque obligatoire.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Malcolm le Mar 5 Sep 2017 - 19:31

J'ai déplacé ce topic dans la partie Nature et Culture, parce qu'il n'interroge pas le savoir/l'épistémologie, mais qu'il interroge notre rapport au génie, et les posts précédents démontrent que cela convoque du naturel (inné ?) et du culturel (définition ?).

Mais je crois que la "magie" du mot génie, c'est précisément de mobiliser les deux, simultanément. Alors, je ne me lancerai pas dans un énième débat consistant à savoir si la culture humaine est naturelle (point de vue éthologique, ethnologique et anthropologique), si la nature humaine est culturelle (ce que je pense, à savoir que l'Homme est ce qui toujours se surdétermine), si la nature relève du sauvage et la culture du civil (ce qui se défend, classiquement), ni si la culture contrefait la nature comme artifices, arts & métiers (à la Rousseau - ce qui éducativement s'entend sous l'angle de la seconde nature), et j'en passe.

Par contre, ce que je dirais, c'est qu'effectivement dans génie, il y a autant ingéniosité qu'ingénierie. Soit donc qu'on dit de l'un que "c'est un génie" parce qu'il est intuitivement ingénieux - or il est de ces personnes futées, comme par exemple nécessairement les enfants survivants aux Favelas, etc. - et des personnes que l'on encense pour "génies" parce qu'elles ont développé des compétences couramment performantes, éventuellement génératrices de chefs-d’œuvre - dans tous les domaines, du plus prosaïque au plus spirituel.

C'est-à-dire que la question de l'inné me semble inutile - sans quoi je suis bon pour déplacer ce topic dans la partie Zoo de ce forum, afin de nous intéresser à notre biologie-zoologie pure. Par contre, l'on voit que certaines circonstances "naturelles" (spontanées, hasardeuses, imprévues) génèrent de l'ingéniosité - et pas que les Favelas, et pas que la difficulté en général, qui motive certaines personnes tandis qu'elle en décourage d'autres. De plus, il est indéniable que l'exigence, que l'en-attendre-beaucoup-de-soi, que le s'exercer, est un passage - hors êtres-fait-pour-ça - inévitable pour exceller. De telle sorte que, je suppose, un génie est quelqu'un ayant disposé du sort incitatif - incitations dépendant éminemment de son caractère, serait-ce partiellement congénital, - ainsi que de la volonté de perfectionner (et sa possibilité) afférente.

Choses rares, qui ne dépendent ni d'une moyennisation de l'accessibilité (puisque, comme son nom l'indique, c'est une moyennisation) ainsi que cela se passe dans nos mondes ... et ne dépendent pas non plus de parents poussifs ou de la richesse (puisque pousser étouffe certains caractères, et que l'accessibilité relative des choses peut pourtant garantir des ouvertures).

Le génie, en somme, c'est quelqu'un de chanceux, au sens neutralisé anglophone de chance - c'est une loterie. Et, comme dans toute loterie, près des gagnants se constellent tous les rapias, en quoi ce peut être la plus sombre des malchances, donc.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Avis' le Mar 5 Sep 2017 - 19:46

Mal' a écrit:Le génie, en somme, c'est quelqu'un de chanceux, au sens neutralisé anglophone de chance - c'est une loterie.

Voilà.

Mais aussi du boulot : qui ne s'est donné aucune peine, AVANT, et après, n'a aucune chance (et là, ce n'est plus la loterie) d'être génial.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Malcolm le Mar 5 Sep 2017 - 22:44

Les moyens de bosser, eux, avec l'envie de les saisir, sont hasardeux.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Invité le Mar 5 Sep 2017 - 23:09

Quelqu'un de fondamentalement malchanceux n'a donc aucune chance de devenir un génie?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Malcolm le Mer 6 Sep 2017 - 15:30

Cette chance n'est pas un capital qu'on a ou qu'on n'a pas. C'est un hasard absolu, de par les aléas déterminatifs. Bref : un ticket de loterie.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Naît-on ou devient-on génie ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum