Philosophie de l'esprit

Aller en bas

Philosophie de l'esprit

Message  Avis' le Ven 15 Sep 2017 - 8:12

Je m'autorise à ouvrir ce nouveau topic afin de fixer quelque peu quelques idées bien résumées ici : (source Wiki)


La philosophie de l'esprit est l'étude philosophique de la nature de l'esprit (psyché)2, des événements, des fonctions et des propriétés mentales, de la conscience, et de leurs rapports avec le corps3, particulièrement avec le cerveau. Le problème corps-esprit, c'est-à-dire la relation de l'esprit au corps, est communément considéré comme la question centrale de la philosophie de l'esprit, bien que d'autres interrogations sur la nature de l'esprit ne concernent pas le corps physique. Le dualisme et le monisme sont les deux principales écoles de pensée qui ont tenté de résoudre le problème corps-esprit. La conception dualiste se retrouve déjà chez Platon, chez Aristote, et chez les écoles Sâmkhya et Yoga de philosophie āstika, mais elle fut formulée plus précisément par René Descartes au xviie siècle. Les dualistes de substance soutiennent que l'esprit est une substance existant indépendamment du corps, tandis que les dualistes de propriétés maintiennent que l'esprit est un groupe de propriétés indépendantes qui émergent du cerveau sans pouvoir y être réduites, mais qu'il ne constitue pas une substance indépendante. Antonio Damasio, dans son livre L'Erreur de Descartes, montre que le corps et l'esprit fonctionnent de manière indissociable et il explique que le raisonnement ne peut pas se faire sans les émotions4.

Le monisme affirme que l'esprit et le corps ne sont pas deux sortes ontologiquement distinctes d'entités. Cette position fut d'abord prônée dans la philosophie occidentale par Parménide au ve siècle av. J.-C., puis fut plus tard adoptée par Baruch Spinoza, rationaliste du xviie siècle. Les physicalistes soutiennent que n'existe que ce qui est postulé par une théorie physique, et que l'esprit sera un jour entièrement expliqué en termes de telles entités grâce à l'évolution des théories physiques. Les idéalistes maintiennent que l'esprit constitue tout ce qui existe et que le monde extérieur est soit lui-même mental, soit une illusion créée par l'esprit. Les monistes neutres considèrent quant à eux qu'il existe une autre substance, neutre, et que la matière et l'esprit sont deux propriétés issues de cette substance inconnue. Les monismes les plus courants aux xxe siècle et xxie siècle ont tous été des variations du physicalisme, incluant le béhaviorisme, la théorie de l'identité, le monisme anomal et le fonctionnalisme.

La plupart des philosophes modernes adoptent une position physicaliste, réductrice ou non, soutenant chacun à sa manière que l'esprit n'est pas séparé du corps. Ces approches ont été particulièrement influentes en science, particulièrement en sociobiologie, en informatique, en psychologie évolutionniste et dans les diverses neurosciences. D'autres philosophes prônent cependant une position non-physicaliste, récusant l'idée que l'esprit soit une construction purement physique. Les physicalistes réducteurs affirment que toutes les propriétés et états mentaux seront finalement expliqués grâce aux progrès scientifiques dans la compréhension des processus et états physiologiques. Les physicalistes non-réducteurs soutiennent que même si le cerveau est tout ce qui existe de l'esprit, le vocabulaire utilisé dans les descriptions et explications de phénomènes mentaux est indispensable, et ne peut être réduit au langage et aux explications de la physique. Le progrès neuroscientifique a aidé à clarifier certaines de ces questions. Cependant, elles sont encore loin d'être résolues, et les philosophes de l'esprit modernes continuent de se demander comment les qualités subjectives et l'intentionnalité des états mentaux et de leurs propriétés pourraient être expliquées en termes naturalistes.


De toute évidence, nul n'a encore percé ce mystère de la pensée. Les derniers en date qui s'y sont essayés, Damasio (l'erreur de Descartes) et les behavioristes s'en approchent beaucoup. Le recherche cognititienne ouvre de très nombreuses pistes : manque une théorie philosophique complète qui orienterait l'expérimentation et ce qu'elle a à nous dire. (De nos jours, c'est ainsi que cela fonctionne).
Comme indiqué plus haut, il s'agit d'une "question centrale" de la philosophie. Et j'aime la philosophie, notamment pour cette "question centrale" qu'elle n'a jamais cessé de poser et que cette question centrale, pléonasmatiquement, conditionne toutes les autres : pourquoi et comment ?
Afin de repartir sur de bonnes bases, pourquoi ne pas recenser les dits et écrits des philosophes de la pensée sur cette question centrale...?

Revenir en haut Aller en bas

philosophie de l'esprit

Message  Janot le Ven 15 Sep 2017 - 9:35

Les études sérieuses concernant les cas de coma dépassé (EMI) où les médecins "récupèrent" le patient, lequel fait état "d'expériences" ressenties comme hors du corps à un moment précisément où, d'un point de vue médical, aucune activité du cerveau ne pouvait avoir lieu, ces études, dis-je, sont assez troublantes pour ne pas balayer d'un coup l'hypothèse de l'esprit, du moi conscient possiblement séparé du cerveau.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Avis' le Ven 15 Sep 2017 - 9:52

Exact. Mais si l'on imagine une pensée sans cerveau, alors on peut aussi bien imaginer qu'un arbre, une source, une montagne... pensent. D'où le polythéisme, Zeus, Athéna, Poséidon....
Or cette source d'inspiration n'a jusqu'ici pas donné lieu à des explications vérifiables. Donc me semble-t-il, il se trouve un biais cognitif dans cette approche et interprétation de l'expérience de coma dépassé. Je crois, d'expérience aussi, qu'un bon coup sur la tête peut faire voir du blanc, du noir, ou des étoiles et j'ai également vu (des mes yeux vu), une lumière douce et intense sur une table d'opération. Mais surtout il est également avéré qu'un cerveau à l'arrêt, en état de mort cérébrale, n'empêche pas des restes, des résidus de fonctions hormonales par exemple, lesquelles pourraient influer par le biais des "cerveaux secondaires" que sont les ganglions, sur le système nerveux et y laisser des traces, dont le "mort" garde la sensation. Même après une mort définitive, cheveux et ongles continuent de pousser. Etonnant, non? Et ce n'est pas l'esprit séparé qui les fait pousser...
Mais enfin, ce n'est là qu'une hypothèse que j'avance et qui sera, je l'espère, je n'en doute pas, tirée au clair.

Revenir en haut Aller en bas

EMI et l'esprit...

Message  Janot le Ven 15 Sep 2017 - 10:29

Il va de soi que je ne lis que les récits écrits par des médecins ! ce sont des expériences très déroutantes ; il est vrai que sans le cerveau nous ne pensons pas au quotidien. La question est de savoir si le cerveau produit ou reçoit la pensée — mais comment penser en scientifique une hypothèse qui sort des connaissances actuelles ? voilà qui est ardu !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Avis' le Ven 15 Sep 2017 - 10:59

La question est de savoir si le cerveau produit ou reçoit la pensée

Je formulerais un peu différemment la question : la question est de savoir si le CORPS produit ou reçoit la pensée.
Etonnamment, les deux . Le corps agit sur la pensée (si on t'injecte des "produits" tu penseras différemment) et la pensée agit sur le corps (le corps somatise certains éléments de névrose).
Dirais-tu que du corps des animaux émergent des émotions, ou que des émotions (peuplant l'éther) viennent animer le corps des animaux ?
C'est la même pour la pensée puisque la pensée se "coagule" des émotions.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Malcolm le Ven 15 Sep 2017 - 17:49

J'entends bien que tu aimerais rassembler des références, Avis', mais ce n'est pas possible, ce forum n'est pas fait pour cela : que chacun s'y adonne à loisir, puisque nous voulons certes des références. Sans surprise, ma référence est pyrrhonienne-nietzshéenne, que je nommerai expériencialiste, pour les raisons qui viendront - et encore que cet expériencialisme soit contredit par quelque spiritualité, à dire que nous sommes rêvés, possibilité qui n'est manifestement pas à exclure. Mais enfin, ce nous sommes rêvés est une forme d'expérience possible. Et l'expérience, c'est que 'paremment il y a une procédure expériencielle dont je se sent partie-prenante, voire -tenante, diversement. Néanmoins, nous remarquerons l'esprit de légèreté d'une telle posture : en somme, mon existence n'est qu'un préjugé, 'paremment efficace, encore que toutes les cultures ne s'y rendent pas. Mais l'expériencialisme n'est pas relativiste, pas plus qu'il n'est absolutiste, en l'occurrence, puisque 'paremment ...

A partir de quoi, voilà les postures dont traitent Wikipédia, interprétées :
* Le dualisme : c'est l'expérience de qui trouve bien qu'il y a un for intérieur et un entour extérieur.
** Le dualisme de substance : c'est l'expérience de qui trouve bien que ce qu'il est convenu d'appeler esprit appartient à un autre ordre, sur la base de quelque illumination.
** Le dualisme de propriétés : c'est l'expérience de qui trouve bien que le matérialisme ou le physicalisme ont de bonnes raisons scientifiques. En somme, c'est le dualiste se voulant scientifique.
* Le monisme : c'est l'expérience de qui trouve bien que le positivisme et le scientisme ont raison, ou bien que l'intégrisme et le totalitarisme intellectuels sont plus solides, fiables et cohérents : il faut le sentir.
** Le physicalisme : incontestablement moderne/contemporain, le physicalisme, c'est le matérialisme actuel. C'est l'expérience de qui trouve bien que son éducation scientifique est la meilleure.
*** Le physicalisme réducteur : c'est l'expérience de qui trouve bien, sur la base des résultats scientifiques, que l'esprit est une sécrétion.
*** Le physicalisme non-réducteur : c'est l'expérience de qui trouve bien, sur la base des résultats scientifiques, qu'on ne saurait s'en tenir aux sciences dites dures, mais qu'il faut intégrer la sémiologie, etc.
** L'idéalisme : c'est l'expérience de qui trouve bien que l'information est, au-moins, immatérialiste, encore que l'immatérialisme ne suffise pas à faire l'idéalisme. Mais enfin, c'est l'expérience de Néo, dans Matrix : on trouve là que le réel est un code spirituel, parce qu'on ne l'interprète pas autrement que psychiquement. Plus moderne/contemporaine, est sa dénomination de panpsychisme. Il y a de bons arguments.
** Le monisme neutre : c'est l'expérience de qui trouve bien que physicalisme et idéalisme sont radicaux, et de qui - à la Suisse ou la Normande, - préfère singulièrement inventer une transcendance substantielle, pour les besoins de sa cause logique.
** Le naturalisme : c'est l'expérience de qui trouve bien, sur la base d'une nature définie comme totalité, que les choses correspondent à la définition de la nature comme totalité.

En somme, donc, interrogez l'expériencialité - dis-je, - si vous le pouvez. Interrogez l'instigation, même étym. qu'instinct, soit donc ce qui aiguillonne l'expérience. Figurez-vous que le croyant, lui, dit que c'est Dieu ; mais pour moi c'est pareil : dit ainsi ou autrement, sa volonté est faite ; amor fati. Bref : tout est vrai. Ce qui ne signifie pas que tout se vaut.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Avis' le Ven 15 Sep 2017 - 18:48

Voila donc un paquet d'approches à examiner...................... *Choc*
--------------------------------------------
Que voilà un bon début !
Tout se défend en effet dans cette énumération. Toutefois, certaines définitions me sont utiles, d'autres pas. Par exemple l'idéalisme dit que le réel est un code spirituel interprété par le psychisme. Ca ne me sert à rien, c'est un outil qui m'est inutile. Donc j'écarte, il encombre mon établi ou le chantier. C'est ce que Kalos appelle non sans humour être un "paysan de l'esprit", et moi un "utilitariste".
En revanche, je retiens les outils suivants, que je résume ainsi :
L'esprit est fonctionnel, c'est par lui que je modifie mon environnement. La science a raison chaque fois qu'elle est prédictive. L'esprit est une "sécrétion" du corps, c'est en gros ce que montre la science. Les sciences, expérimentales, doivent être interprétées (sémiologie). Je me sens plus immanent que transcendant. Et enfin, les choses correspondent à la définition de la nature.
Reste qu'il faut prendre ces outils par le bon bout, c'est à dire par le manche, pour répondre à la question : la pensée, pourquoi, comment ?
Me voilà pas plus avancé. *Lol*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Avis' le Sam 16 Sep 2017 - 8:18

https://osp.revues.org/748

A partir de 1994, Damasio écrit 3 livres : l'erreur de Descartes, sentiment même de soi et Spinoza avait raison.
Il se fonde sur le cas Gage (un ouvrier dont le crâne fut traversé par une barre à mine, qui survécut, mais perdit tout sens moral) et sur l'une de ses propres expériences ( une dame sur laquelle il fit l'expérience de stimuler telle partie du cerveau : la dame éprouva une grande tristesse et se mit à pleurer. Le stimulus cessant, elle revenait à un état psychique normal. Expérience reproductible bien entendu).
Damasio en déduisit que l'émotion précédait systématiquement le sentiment.
Progressivement cette idée fit son chemin dans mon esprit (qui ne m'étais jamais intéressé au fonctionnement de l'esprit) et petit à petit je commençai à dérouler des inférences logiques, en amont et en aval, pour parvenir à la conclusion que la frustration était l'origine de la pensée. Emotions comme réponses à des stimuli  externes ou internes, sentiment comme "pensée dans les limbes", non verbalisée, frustration puis pensée construite, ce que j'explique dans "Frustration pulsionnelle", mal titré d'ailleurs et qui devrait s'appeler "frustration universelle".
L'aspect philosophique (Descartes ayant tort contre Spinoza) ne m'interpella jamais, seulement le désir (donc la frustration de ne pas comprendre son fonctionnement) de penser la pensée. Et je parvins surtout, ce qui me conforta dans ma théorie, à une "unification des phénomènes psychiques" incluant la mémoire notamment, sur le même principe et non celui d'un système de stockage, les névroses, l'inconscient, la conscience... autant d'identités fictives de l'activité mentale. Freud n'ayant pas eu connaissance des expériences et démonstrations de Damasio, il manquait nécessairement d'éléments de jugement, ce qui explique ses lacunes.
Il suffit de se refonder sur la théorie de l'émotion comme phénomène fondamental du psychisme pour dérouler le plus simplement du monde une philosophie de l'esprit qui tienne solidement sur ses appuis.
A commencer par le rapport émotion-sentiment-pensée, sur des bases cohérentes.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Malcolm le Sam 16 Sep 2017 - 11:23

Je ne comprends rien à ta démarche. Tu sembles avoir des intentions, des objectifs, lesquels ? ... Au reste, Kalos n'a jamais dit que tu étais ceci ou cela, mais que tu faisais comme tel çà et là : philosopher, a fortiori sur un forum, est un exercice de style, un exercice de lecture, un esprit de nuance : qu'on me démontre le contraire, quand bien même il n'est pas nécessaire d'être grand littéraire - non plus. Ceci s'adresse à quiconque, à tout un chacun. Les reproches subliminaux pour rien me fatiguent.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Avis' le Sam 16 Sep 2017 - 13:34

Aucune intention, stratégie ou objectif.... je bavarde, c'est tout.
Tu aurais dû voir quand même qu'entre Kalos et moi, il y a pas mal d'humour, d'ailleurs, je le dis de façon très explicite.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Malcolm le Dim 17 Sep 2017 - 10:24

Aucune intention, stratégie ou objectif.... je bavarde, c'est tout.
C'est bien par là que le bât blesse. Tu dis :
certaines définitions me sont utiles, d'autres pas.
En quoi ? Pour quoi ? Depuis quoi ? Pour aller vers quoi ? ... Car, c'est très simple : pour l'heure, tu ne communiques pas, et le lien Suivre ci-dessus est symptomatique de ta situation d'incommunication.

En somme, tu ne permets pas de co-construire, tu n'es dans aucune espèce de dialogue sur le fond.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Hervé B. le Lun 18 Sep 2017 - 16:55

Aristote a démontré que le corps était indissociable de l'âme (je ne sais pas si le mot esprit avait la même signification, ni même s'il existait). Ce qui fut repris par l'église catholique (au XIIème siècle il me semble)... Descartes n'avait sans doute pas bien suivi son catéchisme :-).

Avant de savoir si l'esprit est matériel, peut-être faudrait-il savoir si le corps est matériel ? Avant d'être matérielle, une chose doit exister, non ? L'existence est-ce matérielle ? Est-ce que je peux toucher ou saisir ou voir dans un microscope mon existence, comme je peux toucher ou saisir une partie de mon corps ? Si je n'existe que par mes pensées, je ne peux pas l'apprendre par moi-même, car je ne peux pas le déduire de mes sensations. Lorsque je dis que j'existe, c'est donc quelqu'un qui me l'a enseigné, je ne fais que le répéter. Il en résulte que mon esprit n'est pas totalement le mien puisque mes pensées ne sont pas les miennes mais celles que d'autres m'ont enseignées. Mon esprit est peut-être indissociable de mon corps, mais pas l'Esprit...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Philosophie de l'esprit

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum