L'humilité comme vertu

Aller en bas

L'humilité comme vertu

Message  Tichikarasu le Sam 25 Nov 2017 - 19:13

Bonjour,

Je voit s'étendre sur le forum comme une ombre qui ce glisse de sujet en sujet. Bien que je n'ai rien contre les ombres j'aime à les mettre en lumière, elles deviennent plus clair alors. (Doux paradoxe quand tu nous tiens *Choc*  )

La corneille prend en sont bac un paver. Dans un effort laborieux prend sont envol et arrivé à une hauteur acceptable au vue de sa force ainsi que de celle de la gravité s'en va ouvrir un large bec (Faut j'arrête avec La Fontaine moi ^^'). C'est ainsi qu'elle lança le pavé dans la marre.

- Je m'en viens vous parlez humilité. Mais qu'est ce que cette chose là ? Comment existe elle ? Quelle en sont les effets ? Pourrait elle être une vertu ?

Un vent glaciale souffle dans l'assemblé, pas si assemblé.

- C'est bien ce que je pensai ... Mais qu'importe, je continue mon exposé. Pour continué je vais prendre la définition de notre chère Wikipédia. Oui, oui, il est important aux yeux des gens pressés. Tout autant qu'aux médiocres que l'information, peu être frelaté et incomplète comble tant ils ont peux à ce mettre dans le bec.

La corneille fessant face au miroir. Ou était ce le miroir qui fessait face à la corneille ?

- Oui oiseau de malheur, c'est aussi de toi que je parle !

Raclant sa gorge décharné, elle ce posa au sol. Les ailes tout contre sont corps, elle ce mit à gratter le sol, retourné les feuilles, comme si elle y cherchai quelque chose de précieux. Elle murmurait dans sont bec : " Wiki, wikiwiki, kiki, wiki, wiki ..."

- Ah le voilà !

Plantant avec vivacité sont bec dans l'humus frais, elle sortit de terre un morceau de racine. Celui ci restant connecté au reste du vaste réseaux.

- Bon alors, wiki, tu peux nous en dire un peu plus à propos de l'humilité ?

La racine ce mit à ce dandiné de ci de là. Se laissa tombé sur le coté. L'oiseau de mauvaise auguste augure, lui piqua à plusieurs reprise le bout.
- Répond ou je te remet en terre ! Ce qui fit réagir l'excroissance.

- D'accord d'accord, répondit Wikipédia, voici ce que l'ont dit par ici de l'humilité :

Wiki la dit ! a écrit:Le mot humilité (du mot latin humilitas dérivé de humus, signifiant « terre ») est généralement considéré comme un trait de caractère d'un individu qui se voit de façon réaliste. L'humilité s'oppose à toutes les visions déformées qui peuvent être perçues de soi-même (orgueil, égocentrisme, narcissisme, dégoût de soi), visions qui peuvent relever de la pathologie à partir d'une certaine intensité. L'humilité n'est pas une qualité innée chez les humains ; il est communément considéré qu'elle s'acquiert avec le temps, le vécu et qu'elle va de pair avec une maturité affective ou spirituelle. Elle s'apparente à une prise de conscience de sa condition et de sa place au milieu des autres et de l'univers.

L'humilité n'est pas forcément liée à la manière dont un individu se montre aux autres, ainsi la modestie n'est pas une forme d'humilité mais plutôt une « démonstration » d'humilité que peut tout à fait réaliser une personne dépourvue d'humilité. De même, la fierté n'est pas incompatible avec l'humilité, un individu peut être fier de lui pour ce qu'il a réalisé, justement parce qu'il possède assez d'humilité pour prendre conscience qu'il a fait beaucoup pour ce qu'il est. Par opposition, c'est souvent par manque d'humilité qu'un individu se dévalorise, en surestimant ses propres capacités et donc en considérant ses réalisations comme médiocres.

- Tiens tiens, ceci est bien loin de l'image que l'ont s'en fait à notre sombre époque, non ? Non pouvons jeté au loin nos préjugé quand à la médiocrité lié à l'Humilité ?

Le vent indifférent au croassement du volatile redoubla d’ardeur.  

- Je me disait aussi que cela n'était pas assez pour nous. Ouvrant un large bec comme pour préparé un monologue. J'entend là dedans qu'il y a une grandeur, car pour être un humble il faut ce connaître ! Or qui ici, se connait ?

Voix provenant du lointain - Moi ! - Moi aussi ! - Je me connait très bien ! - Moi .....

La corneille songeant En effet ce ne sera pas facile ... *Choc*

- D'accord alors chaqu'un d'entre vous se connait, parfait ! Tout est donc pour le mieux. Maintenant ditent moi quelle sont vos limitations ? Répète moi ce que tu as entendus pour être sur d'avoir parlé de la même chose. Car en vérité si tu te connais, tu devrais savoir qu'il n'est pas rare que dans une conversation, ce que tu entend n'est pas ce qui à était dit, ni même ce qui a été penser.

Une voix au loin- C'est de leurs fautes il explique mal !

- Evidemment c'est toujours la faute d'un autre. Mais tu es mon autre, alors la faute est pour toi ! Ne somme nous tous pas l'autre d'un autre ? Et dans ce cas alors peu être bien que c'est de la faute de l'autre. Mais étant tous autre, tu porte toi aussi la faute comme tu es autres. M'as tu suivi ? Je reprend donc, car je peine à avancé.
Comme tu te connais (...) tu sais aussi que parfois tu n'entend pas ce que l'autre à mal expliquer, et toi même parfois tu peine à expliquer. Alors dit ce que tu comprend et tu comprendra que vous ne vous comprenez pas. Poursuivons avec nos limitation, et cette fois ne viens pas dire qu'il n'y en a pas. Car si tu n'en voit pas, va apprendre à les voir, car sans cela comment avanceras tu ?

La corneille s’envola pour ce posé sur un arbre mort non loin de là.

- Si donc tu sais pour toi même t'est limites et t'est manque, il ne reste plus cas te les avoués. Si cela tu as déja fait, il ne te reste cas les présenté au monde. Oui, oui je sais ce n'est pas chose facile par les temps qui courts de dire, " Je ne sais pas de quoi tu me parle, je ne connait pas cette chose", "Mon entendement/intelligence n'est pas suffisante pour comprendre cela" ,"Je n'ai pas passé assez de temps sur ce sujet pour en débattre en profondeur avec vous" ou en changeant de registre " Oui je suis un toxicomane/addicte à X, Y, Z " ou encore " Oui j'ai un contrôle délétère de ma libido"

Après un temps, - Oui cela blesse l'égo, et bien si la vérité lui fait mal c'est qu'il était encore bercer d'illusions. Et ce connaître, c'est faire s'envolé ces illusions.
Tu voit bien que l'humilité est une disposition intérieur et que les signes extérieur n'en sont que les vassaux. L'humilité sais quelle ne sais pas (J'te pique celle là Socrate). Et voit bien que d'autre savent, alors avec respect et gratitude elle s'attache à l'autre qui devint un modèle sur ce point. Non en se soumettant, mais en cherchant à comprendre comment l'autre à acquis cela, et à procédé de manière similaire pour l'obtenir.

La corneille colle ça tête contre une branche morte

- Pchupchu, blablabla

- Ah oui ! Evidemment, il ne faut pas ce considérer comme parfait alors. Car celui qui est parfais n'as plus rien à apprendre, et celui la ne peut être humble. D'abord il ne le peu pas par définition, car il ne se connait pas, car qui ce connait sais qu'il n'est pas parfait. Encore que par là j'entend qu'il faut avoir un "idéal", car je suis celui que je suis, et veux être un "meilleur je serai".

Grondement

- Non ! Non ! Non, c'est vrais ce "meilleur je serai" n'est pas en rapport direct avec l'humilité, mais c'est ce qui fait avancé quand ont sais déjà qui l'on est. Je vais donc en revenir au effet de cette humilité. Si je ne sais pas, alors je vais aller vers le savoir. Si je me sais pauvre d'argents, soit je vie sans éclat avec le nécessaire soit je trouve une activité plus lucrative. Si je manque savoir je m'en fait lire des livres, apprendre sur le terrain, ou l'éloigne des sujets dont je n'ai pas de connaissance. Mais assez parlé moi même. Allons se rincé de quelque citation trouvé sur le réseau .

La corneille s'envolla, ou plutôt ce laissa chuté jusqu'au sol. A l'instant ou son corps aller heurté le sol, elle déploya ces ailes. Ainsi un nombre important de feuille partir au grè du vent, et l'oiseau pus ce posé à terre sans encombre.
La voici à nouveau à fouiller le sol. Et de ci de la au gré des fouilles des voix jaillissent de la terre.


- ... une tristesse née de ce que l'homme considère son impuissance ou sa faiblesse ( Spinoza Éthique, III, déf. 26 des affects)

-  .... n'est pas ignorance de ce qu'on est, mais plutôt connaissance ou reconnaissance de ce qu'on n'est pas. [...] L'humilité est vertu lucide [...] de l'homme qui sait n'être pas Dieu. [...] Être humble, c'est aimer la vérité plus que soi ( André Comte-Sponville Petit traité des grandes vertus, Seuil, 2001, p. 211-212 )

(Et je ne suis pas aller loin pour les trouvaient donc ....)

- La plupart des gens associent l'humilité au manque d'estime de soi et de confiance dans ses propres capacités, quand ils ne l'assimilent pas à un complexe d'infériorité. Ils méconnaissent les bienfaits de l'humilité, car si la suffisance est l'apanage du sot, l'humilité est la vertu de celui qui mesure tout ce qui lui reste à apprendre et le chemin qu'il doit encore parcourir ( Matthieu Ricard ici )

La corneille s'arrête de gratté (Ouais elle commence à fatigué), lève la tête et dit:

- Il me semble avoir montré que l'humilité et la reconnaissance de nos manque, non pas une chose mondaine que l'ont ce montre comme pour parfaire sont plumages. Elle m'est en avant notre manque de vertu, entre autre, et ce qui pointe notre manque de vertu nous appel à la vertu. Si l'humilité nous pousse a apprendre certaine vertu qui nous font défaut, il me semble sensé de l'ériger au rang de vertu au même titre que les autres non ? ( Ou souhaite tu que je démontre la chose en prenant le souverain bien comme point de référence à la vertu ?)

- Bref, voici votre humble serviteur, s'en va. Je m'en vais apprendre qui je suis, pour pouvoir apprendre à être humble. Ainsi je ferais de moi la meilleur/pire des corneilles. Que la paix soit dans vos cœur ....

Sans un bruit, l'oiseau bavard s'en est allé. Il n'est jamais loin, mais avec la promesse de ce faire colibris, il reviendra bien plus vite qu'à l'accoutumé

Ps: Je suis conscient qu'il y a énormément de faute qui font mal au yeux. Je ne promet pas d'avoir assez de temps pour tout reprendre, mais je ferai de mon mieux durant les 24 prochaine heures.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Avis' le Sam 25 Nov 2017 - 20:02

Ne t'inquiète pas trop pour tes petites erreurs d'écriture, tu n'a jamais prétendu être Victor Hugo, on fera avec.

Le problème avec l'humilité, dans nos sociétés qui ne font pas de cadeau, c'est que si tu montres des signes d'humilité ou de faiblesse, on te marche sur la gueule. Moralité : tu peux faire preuve d'humilité si cela est dans ton caractère, après tout l'humilité est ce qui te rend accessible à autrui, mais à condition d'avoir une matraque dans l'autre main. *Lol*

Revenir en haut Aller en bas

oui, bon...

Message  Janot le Sam 25 Nov 2017 - 20:13

moi je trouve que traiter de "petites erreurs d'écriture" des fautes de français qui vont mal avec le style lissé et sympathique que nous découvrons c'est dommage. Pourquoi ne pas me croire quand je dis vouloir aider autrui ? car signaler ce qui ne va pas, ce n'est pas forcément vouloir enfoncer quelqu'un, voilà, c'est dit.
l'humilité ? beaucoup invoquée en religion — pour asseoir la domination de la structure sur l'individu. Rien à faire, nada, nichts, aucun intérêt.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Auguste le Maure le Sam 25 Nov 2017 - 20:45

Etre humble ce n'est pas avant tout s'attendre à ce que l'on le remarque ? on porte notre humilité comme une belle femme son beau châle, c'est peut-être le vêtement de l'indigent. à celui qui n'a plus rien à porter porte son humilité.
D'ailleurs on est pas "Humble" en parlant de savoir, pour l'évidente raison que le savoir n'est pas notre, on parle de doute dans ce cas là, non l'humilité concerne la vie elle même et non pas la contemplation de la vie, on vit humblement on ne pense pas humblement (où plutôt on ne raisonne pas humblement.)
Mais peut-être que je fais fausse route et que l'humilité n'est qu'une figure de style , un trait esthétique ou plutôt une manière d'éviter ce qui est justement non-esthétique, Mais alors ce qui est critiquable c'est justement le choix esthétique en question, aimons nous à ce point notre faiblesse pour en faire une belle parure ?
D'ailleurs n'oublions pas que l'humilité n'a de sens que dans le cadre de relations sociales, être humble seul sur une île, cela n'a pas beaucoup de sens, en réalité on est surtout humble pour les autres, c'est une morale de la même manière qu'il est mal de tuer car une majorité d'hommes ne veulent pas mourir (alors le meurtre devient mal), une majorité d'hommes est faible, basse et stérile alors l'humilité devient règle morale pour éviter de rappeler aux plébéiens qu'ils sont justement "inférieur" non pas par être (être inférieur) mais même par vouloir, (ces bougres là ne veulent même pas s'élever !)
Au final peut-être que la beauté de l'homme c'est justement de se croire à tort fort ? ce qui est critiquable dans l'humilité ce n'est pas ce réalisme, mais cette entrave à la volonté première de l'homme, celle de grandir, donc mentons ! croyons qu'on est fort ! pourvu qu'on le veuille toujours, devenir fort ... et pour ceux qui me diraient qu'il est mal de mentir, je dirais qu'il faut penser par delà bien et mal ... (Désolé renard j'ai volé ton expression.)

Et pour rester humble, peut-être que je fais fausse route ?

Mais sinon ne t'inquiètes pas Tichi tu écrit très bien (mieux que moi x)), la forme quant à elle n'est pas si importante (l'orthographe pas le style ce dernier étant d'une importance capitale !) certains se cachent derrière la forme (orthographe) pour masquer leur vide abyssal d'idées.

Auguste.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Avis' le Sam 25 Nov 2017 - 20:54

moi je trouve que traiter de "petites erreurs d'écriture" des fautes de français qui vont mal avec le style lissé et sympathique que nous découvrons c'est dommage. Pourquoi ne pas me croire quand je dis vouloir aider autrui ? car signaler ce qui ne va pas, ce n'est pas forcément vouloir enfoncer quelqu'un, voilà, c'est dit.

Non mais, Janot, ce que je dis c'est que si un Iroquois fait l'effort de te parler français, tu ne vas pas en plus le reprendre à chaque mot.

Auguste a écrit:Mais sinon ne t'inquiètes pas Tichi tu écrit très bien (mieux que moi x)), la forme quant à elle n'est pas si importante (l'orthographe pas le style ce dernier étant d'une importance capitale !) certains se cachent derrière la forme (orthographe) pour masquer leur vide abyssal d'idées.

Voilà !
En revanche si quelqu'un se pique publiquement de pérorer en bonne et due forme, ne le rate pas. Ca lui donnera idée de ce qu'est l'humilité.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Tichikarasu le Sam 25 Nov 2017 - 22:02

" Il bouge ! Il bouge, c'est qu'il vie Monsieur ! "

Autant je croit être en désaccord assez complet avec l'ensemble de votre propos, autant il me ré-joui. Je vous demande de pardonner à présent l'étroitesse de mes réponses. En vérité je tiens vraiment à rendre plus lisible ce post, donc à en corrigé les fautes. Et sauf fausse route de ma par, ce n'est pas en répondant ici que je répare là. Et comme tout cela demande du temps, temps qui nous manque à tous.

Bref, Avis' :

Avistodénas a écrit:Le problème avec l'humilité, dans nos sociétés qui ne font pas de cadeau, c'est que si tu montres des signes d'humilité ou de faiblesse, on te marche sur la gueule. Moralité : tu peux faire preuve d'humilité si cela est dans ton caractère, après tout l'humilité est ce qui te rend accessible à autrui, mais à condition d'avoir une matraque dans l'autre main. *Lol*

Celle là je la voulait et l'attendait. Et bien laisse moi répondre que oui, tu as raison. M'enfin, presque. Il est vrais que cette sociétés fait la par belle à l'orgueil, voir au narcissisme débridé. Laisse moi répondre que cela est du à la peur. Oui oui. Je vais tenté d’expliquer pourquoi je dit ça.

Nous avons chaque un en nous un certaine image de nous même. Elle se forge depuis la plus tendre enfance, cela ce prouve psychologiquement. (Je pense personnellement que le bébé ne perçois pas de moi, mais se crée un moi dans la première année de sa vie grâce au rapport social et rapport à sa mère, long point hypothétique). Or ce moi est une image flou, si tu ne t'efforce pas au court de ta vie de la mettre en clair. Le problème c'est que elle semble "carencé" comme en manque d'un quelque chose. Ce quelque chose quelle recherche.
Tout les être du monde par contre nous semble sur de leurs moi, comme si il était affirmé, clair net et précis, comble de l'ignorance ont le croit invariant. Alors pour ne pas perdre la face, ont tente tout pour montré la même chose au autre, que l'ont ait nous aussi clair net précis. D’où cette apologie de l'égo ou être le meilleur et sa seul chose valide. Voila selon moi le pourquoi du narcissisme galopant.
Mais que ce passerait il si justement ont admettais nos manquement ? Nos faiblesses ? Tu pense, comme beaucoup le pense, que l'ont se ferai écrasé. Et bien c'est la qu'un renversement intéressant peu s'observé. Personne n'en fait rien. Au contraire, te voici auréolé d'un quelque chose de saint( Cadeau Janot, c'est pour te faire patienté jusqu'à ce que je traite de la religion). Les autres viennent à te faire confiance. Oui, je parle d’expérience, du peu que vos une expérience. J'ai demander pourquoi faire plus confiance à une personne qui s'avoue faible, voici ce que l'ont ma répondu.

"Si tu es assez fort pour dire que tu es faible, c'est que la vérité ne te fait pas peur. Si la vérité te fait pas peur, je peut avoir confiance en ce que tu me dis"

Non le monde n'est pas fait de bisounours, en effet, et il y a une différence en être humble et ce laissai taper dessus gratos. Et si tu veux un exemple que tu peut observé, regarde l'effet de l'humilité quand je poste...
Encore un point avec la peur, le courage et l'humilité. Il faut être intrépide pour être humble. Courageux pour justement exposé ces failles sans peur de se faire taper dessus. Avec même parfois certain qui tape dessus, ne voyant pas de réaction,il s'en retrouve sans dessus dessous.
Il faudra aussi que l'ont parle de l'humour comme mode de défense face au réel, mais ça c'est pour une autre fois très chère Avis'.

M. Janot, à nous !

Sache que je ne dit pas quelle sont petites mes fautes. Elles sont, et c'est déja trop. Mais j'ai apprit ainsi, et en changé et long et laborieux. Encore qu'il semble avoir une nouvelle méthode qui ne prend que quelque heurs ... (J'aime pas les miracles, but why not). Pour ce qui est de me reprendre, tu peux y aller avec moi ! N'est pas peur de frapper fort. (Sans rapport à toi, mais cela me viens ainsi, j'ai l'impression que l'ont ne saisie plus bien la différence entre force et faiblesse part les temps qui cours).
Dit plus sérieusement tu peux me reprendre autant que tu le souhaite cela ne me vexera pas, car je connais ma faiblesse ( Tiens comme ont y reviens !) et je sais que peu importe les raison qui te pousse à me reprendre, je peut faire de t'est mots/corrections des choses très favorable pour moi. Après je t'avoue que si tu as des moyen mnémotechnique pour retenir certaine chose, cela m'est plus profitable qu'une correction pur et dur.

Janot a écrit:l'humilité ? beaucoup invoquée en religion — pour asseoir la domination de la structure sur l'individu. Rien à faire, nada, nichts, aucun intérêt.


Merci l'église ! Pour ce fabuleux cadeau ! Je vais te répondre métaphoriquement.

Tu voit la Madame là bas ?

- Oui, oui. Elle est pas belle !

Normal, c'est un homme ...

Je ne sais pas ce que Jésus avait dans l'idée avec le fait d'être humble, surement ce que j'en dit dans le premier poste. Mais ce qu'il en ont fait, oui je suis d'accord avec toi. C'est devenu du "assis, tais toi, écoute, accepte et paye". Mais ce n'est pas ça être humble, c'est être lucide ( Comme dit André Comte-Sponville). Est lucide celui qui voit clairement. Celui qui voit clairement soi même à usé de sa raison pour ce découvrir. Usant de sa raison (avec attention au biais cognitif) ont est difficilement dupe.

Bref être humble c'est pas dire oui à tout, au contraire, c'est dire oui à ce qui est et dire merde à ce qui n'est pas. Je ne sais pas si je t'ai répondu ?

Augure Euh Auguste (Désoler j'était obligé de faire la reverse, pas lancé les cailloux ... AIE !)

Tu développe des choses à creusé, qui sont faite en grande partie d'idée reçu de notre super capitalisme. Ouais, et Nietzsche est passé par là, sa ce sent ^^. Bref je vais te répondre très sommairement, car je reprendrait certaine chose plus tard je pense.

Partie 1 sur l'apparence de la vertu.

L'oiseau bavard a écrit:- Il me semble avoir montré que l'humilité et la reconnaissance de nos manque, non pas une chose mondaine que l'ont ce montre comme pour parfaire sont plumages.

Dit autrement, il n'importe pas que l'ont semble humble, il importe de l'être dedans. Car celui qui ce part du manteau de l'humble, celui là est fou. Mais vraiment ! Il veux crée de la pitié chez l'autre, c'est sont mode de fonctionnement pour être accepter. Mais les gens sont con, mais pas dupe. La différence est très grande entre celui qui vend des défauts là ou il n'y en a pas et celui qui reconnait c'est véritable manquement.L'intelligence sociale inconsciente des Hommes est d'une remarquable performance dans c'est cas là.
Et reconnaître que l'ont ne sais pas une chose comment appel tu cela ? Je pense que l'ont peut être humble du savoir, et surtout du savoir. Un grand débat que de savoir si le savoir est notre ou pas. Je par du principe que rien n'est miens, pas même moi même alors. Mais sans aller aussi loin je dirait aussi que le savoir quand tu le pense, tu le fait tiens. (Je suis sur y a un débat la dessus sur le forum).
Si sur une île seul aussi l'humilité est utile. Bah oui, si tu pense pouvoir nagé 1 heurs sans faire de pause, tu va te lancé dans une petite brasse de 30 minutes allé et autant pour le retour. Mais que mince tu ne le peux pas, bah t'est mort. Pas utile d'être humble tout seul ?

Je me sens comme un extra terrestre ^^'. Comme si ont avais pas du tout du tout la même visions de ce concept. Je voit plus d’intérêt pour moi même à être humble, plutôt que pour les autres.

Partie 2 Sur la volonté de grandir de l'homme.

Encore ce truc noir a écrit:- Ah oui ! Evidemment, il ne faut pas ce considérer comme parfait alors. Car celui qui est parfais n'as plus rien à apprendre, et celui la ne peut être humble. D'abord il ne le peu pas par définition, car il ne se connait pas, car qui ce connait sais qu'il n'est pas parfait. Encore que par là j'entend qu'il faut avoir un "idéal", car je suis celui que je suis, et veux être un "meilleur je serai".

Grondement

- Non ! Non ! Non, c'est vrais ce "meilleur je serai" n'est pas en rapport direct avec l'humilité, mais c'est ce qui fait avancé quand ont sais déjà qui l'on est. Je vais donc en revenir au effet de cette humilité. Si je ne sais pas, alors je vais aller vers le savoir. Si je me sais pauvre d'argents, soit je vie sans éclat avec le nécessaire soit je trouve une activité plus lucrative. Si je manque savoir je m'en fait lire des livres, apprendre sur le terrain, ou l'éloigne des sujets dont je n'ai pas de connaissance

Je te demande sincèrement, veux tu je développe plus cette partie ?

En tout cas, Merci vraiment de m'avoir lus. Vos retour me sont précieux, cela me permet d'avancé dans le cheminement que je fait. Même si la je doit vous avouez que j'ai comme le sentiment d'avoir chié dans un violon. Alors sa fait un beau son certe, mais c'était pas le but. Surement que ma forme n'est pas la mieux adapté, et approfondir les différents point ... Je ferai des effort pour être plus clair dans la suite. *Merci*

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Propos le Sam 25 Nov 2017 - 23:23

Janot a écrit:moi je trouve que traiter de "petites erreurs d'écriture" des fautes de français qui vont mal avec le style lissé et sympathique que nous découvrons c'est dommage. Pourquoi ne pas me croire quand je dis vouloir aider autrui ? car signaler ce qui ne va pas, ce n'est pas forcément vouloir enfoncer quelqu'un, voilà, c'est dit.

Je suis d'accord avec toi. Surtout que ce qui est écrit a l'air sympa à lire.
avatar
Propos
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le jeu de la vérité

Message  Janot le Sam 25 Nov 2017 - 23:25

Mon avis (de prof de prépa, j'assume) c'est qu'il faudrait sortir de l'hypocrisie qui consiste à dire : "on est sur un forum sympa, les fautes de français, ça ne compte pas ". Peut-être, mai supposez que le forumeur se  fie à votre jugement et se fasse ramasser ailleurs  ? qui serait le perdant ? lui ! Voilà, on n'est pas  à la télé, où 2000 mots suffisent tà dire ce que l'on ressent : ici, on navigue netre 6 000 et 15 000 mots et expressions. Allons, le style, la langue demandent du travail , soyez exigeants !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Kal' le Sam 25 Nov 2017 - 23:28

Restez sur l'humilité comme vertu, je vous prie.
avatar
Kal'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Propos le Dim 26 Nov 2017 - 5:35

Avistodénas a écrit:
Auguste a écrit:Mais sinon ne t'inquiètes pas Tichi tu écrit très bien (mieux que moi x)), la forme quant à elle n'est pas si importante (l'orthographe pas le style ce dernier étant d'une importance capitale !) certains se cachent derrière la forme (orthographe) pour masquer leur vide abyssal d'idées.

Voilà !
En revanche si quelqu'un se pique publiquement de pérorer en bonne et due forme, ne le rate pas. Ca lui donnera idée de ce qu'est l'humilité.

Avistodénas, je ne sais pas à quel point ce que tu dis dans le passage que je cite est humoristique ou non... Mon avis, c'est que c'est de l'humour, mais l'opposition que tu fais entre humilité et vanité (la vanité illustrée ici :"si quelqu'un se pique publiquement de pérorer en bonne et due forme") m'intéresse bien, alors je rebondis là-dessus (... pour pérorer).

Ça m'a fait tilt... La Rochefoucauld jongle très bien avec certains paradoxes pour parler des vices et des vertus (et souvent de l'amour-propre, ça tombe bien). Je vais le citer tantôt.

Dans le bout de conversation que je cite, je vous lis expliquer des idées qui viennent d'une autre planète, rapport à la vanité potentielle des personnes qui veulent mettre les formes quand elles écrivent ou quand elles "pérorent" (à l'oral, donc, peut-être bien). Je dis que ça sonne pour moi comme venu d'une autre planète, parce que ça ne fait aucun doute que les bons écrivains ou bons orateurs soient vaniteux, et même les poètes, qui sacrifient le sens au son. Oui, la forme est importante, jusque dans les moindres détails pour ceux qui se piquent d'écrire, pérorer, etc. Il s'agit bien de la forme, de l'apparence (en mettant de côté, pour le moment, l'aspect pratique qui permet de communiquer de façon intelligible entre individus), et évidemment il s'agit de vanité ("La seule excuse pour faire quelque chose d'inutile c'est de l'admirer intensément", dit Oscar Wilde).

Je ne parlerai pas (ou peu) de la grammaire et de l'orthographe, qui servent à se faire comprendre du plus grand nombre de lecteurs possible sans qu'ils aient à traduire ce qu'on leur communique.

Critiquer la vanité de la forme et venir repêcher seulement le style, c'est une belle contorsion de l'esprit.

Le soupçon d'Auguste : "certains se cachent derrière la forme (orthographe) pour masquer leur vide abyssal d'idées", est assez étrange encore une fois. L'orthographe ne relève pas de la frime, car tout le monde a accès à un dictionnaire ou à un correcteur d'orthographe. Comme il n'y a pas de frime, que le propos est plus clair, car il est devenu lisible une fois rédigé dans les formes, il n'y a pas moyen de masquer quelque chose (même le vide) avec ce procédé (ignoble procédé : la correction orthographique).

J'avais parlé de citations de La Rochefoucauld en rapport avec l'humilité, et un paradoxe que je trouve intéressant : lorsqu'il ne s'agit plus de condamner les vices et de louer les vertus, mais d'admettre que l'envers vaut l'endroit :

La Rochefoucauld a écrit:
"Les vices entrent dans la composition des vertus comme les poisons entrent dans la composition des remèdes. La prudence les assemble et les tempère, et elle s'en sert utilement contre les maux de la vie."

'Il n'appartient qu'aux grands hommes d'avoir de grands défauts."

"La vertu n'irait pas loin si la vanité ne lui tenait pas compagnie."

J'aurais pu en trouver plus dans cette veine, mais je crois que ces citations illustrent bien l'ambivalence de la chimie intérieure qui se révèle à des yeux non avertis en des termes simples de vices et de vertus, comme blanc ou noir.

La Rochefoucauld a écrit:
La force et la faiblesse de l'esprit sont mal nommées ; elles ne sont en effet que la bonne ou la mauvaise disposition des organes du corps.
avatar
Propos
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Malcolm le Lun 27 Nov 2017 - 14:44

Kalos a écrit:Restez sur l'humilité comme vertu, je vous prie.
Oui c'étaient quand même des digressions que mon manque de stoïcisme m'enjoint à insulter vertement.

Plus qu'un style sympathique, la mise en scène du discours "tichikarasien" témoigne d'une façon de penser qui sait s'adresser des objections à elle-même : c'est très sain. Pour autant, elle n'en excède pas le cadre traditionnel de la réflexion sur l'humilité, encore qu'elle le fasse bien, voire avec justesse, ce qui n'est pas fréquent. De plus, Auguste le Maure opère la même, dans la critique de l'humilité. C'est très bien.

Alors, pour Moi, je dirais que l'humiliation est du donné. Que vivre, c'est être humilié de devoir mourir, et pas que de devoir mourir. En tout cas c'est une des raisons pour lesquelles la mort semble régulièrement le terme d'une longue maladie qui aurait vie pour nom, quand la vie n'est pas perçue pour ce qu'elle est : une tragédie, parfois une comédie, mais même dans son éventuelle tragicomédie, sa grandeur est dans la tragédie - le rire permettant de ne pas en faire d'AVC directement (mais, la plupart du temps, on préfère se détourner de cette tragicomédie en s'inventant des mondes - oui, je parle depuis Blaise Pascal là : son divertissement). Aussi l'humilité est-elle la réalité, se confondant avec elle notionnellement : le réel, c'est ce qui est terreux.

A partir de quoi évidemment, il n'est rien qui ne sache être humble, ni ne puisse l'être sans l'avoir été, la question étant alors de savoir si l'on cherche à le démontrer (Auguste le Maure) ou à l'accepter (Tichikarasu). Et, finalement, la question de l'être-humble n'a pas à se poser car, là où elle se pose, l'humilité n'est plus ce qu'elle est, et ne peut être dite de toutes façons, puisque ça voudrait dire dans cet ordre d'idées, dire le réel.

Aussi le projet de ce topic me semble-t-il d'emblée avorté, ce qui n'est pas pour moi une raison de condamner de l'avoir tenté, car sans cette tentative nul n'eut pu s'exprimer sur cette non-question pour moi.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Propos le Lun 27 Nov 2017 - 23:10

Malcolm a écrit:A partir de quoi évidemment, il n'est rien qui ne sache être humble, ni ne puisse l'être sans l'avoir été, la question étant alors de savoir si l'on cherche à le démontrer (Auguste le Maure) ou à l'accepter (Tichikarasu).

J'ai pas compris.

Aussi le projet de ce topic me semble-t-il d'emblée avorté, ce qui n'est pas pour moi une raison de condamner de l'avoir tenté, car sans cette tentative nul n'eut pu s'exprimer sur cette non-question pour moi.

Non-question à laquelle tu as apporté une réponse que tu juges définitive.
avatar
Propos
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Malcolm le Mar 28 Nov 2017 - 11:20

Propos a écrit:Non-question à laquelle tu as apporté une réponse que tu juges définitive.
Si quelqu'un vient vers toi en te disant qu'il est un fidèle inconditionnel de Raptor Jesus, tu auras un avis définitif sur cette non-croyance, serait-ce avec un rictus ironique.
P. a écrit:J'ai pas compris.
Faut suivre qui parle de démonstration d'humilité, et qui parle d'acceptation du sort par l'humilité, etc.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Avis' le Mar 28 Nov 2017 - 12:17

Faut suivre qui parle de démonstration d'humilité, et qui parle d'acceptation du sort par l'humilité, etc.

Accepter son sort avec humilité, c'est reconnaître ses limites. Se livrer à des démonstrations d'humilité peut s'apparenter à la tartuferie.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Propos le Mar 28 Nov 2017 - 18:56

Malcolm a écrit:
P. a écrit:J'ai pas compris.
Faut suivre qui parle de démonstration d'humilité, et qui parle d'acceptation du sort par l'humilité, etc.

Pas de chance pour moi, tu expliques la seule partie de la phrase que j'avais comprise. Bien sûr que je l'avais comprise, tu précises de qui tu parles concernant la démonstration et l'acceptation en les mettant entre parenthèses. Je ne suis pas si bête, quand même...

Malcolm a écrit:A partir de quoi évidemment, il n'est rien qui ne sache être humble, ni ne puisse l'être sans l'avoir été, la question étant alors de savoir si l'on cherche à le démontrer (Auguste le Maure) ou à l'accepter (Tichikarasu).

La partie en gras est incompréhensible avec mes moyens intellectuels, qui sont ce qu'ils sont (on fait ce qu'on peut).

Et je n'ai pas compris ta démonstration, c'est pourquoi je suis perdu, quand tu réponds à des non-questions...
avatar
Propos
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Malcolm le Mer 29 Nov 2017 - 10:40

Si quelqu'un se trouve dans le même cas que feu Propos, qu'il le dise. On ne répond pas aux "disparus".
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'humilité comme vertu

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum