La conscience

Aller en bas

La conscience

Message  Sciemment le Sam 16 Déc 2017 - 5:52

Bonjour à tous et à toutes, je reviens non pas avec un cogito ergo intellectio, mais avec une autre approche que celle-ci, La conscience, ou plutôt les consciences.

Il me semble intéressant d’aborder le sujet avec vous connaisseurs de ce sujet, car il est vrai que pour l’ancienne publication sur le cogito je m’étais un peu mis en retrait sur mes connaissances.

Mais j’ai envie de vous partager mon expérience. Même si je ne suis pas prêt à développer l’ensemble de ma théorie sur le thème présenté. Je suis près quand même à confronter mes idées avec vous.

Premièrement : je me suis posé la grande question, pourquoi, la conscience et pas autre chose ?

Pourquoi ce mot nous fait temps verbaliser et cela depuis la nuit des temps, le mystère demeure, et pour moi il restera irrésolu.
Alors avant d’approfondir mes connaissances, j’ai aussi essayé de remplacer le terme conscient non pas par l’introspection ou la perception réflexive, mais par le terme intellection. C’est avec celui-ci que j’ai réussi à trouver ce cogito ergo intellectio. En effet, étant le processus cognitif le plus proche de la conscience selon moi, que j’ai tenté de le remplacer à notre chère conscience.

En définition de l’intellection : est un processus cognitif de la création, très proche de la grande dimension que j’ai nommée l’imaginaire ou img. Bien sûr cette dimension img se base sur mes travaux théoriques sur le problème entre le corps et esprit.
Même si j’ai progressé dans mes travaux sur les processus du corps est de l’esprit je n’avais pas cerné la conscience en sens large. J’ai tenté en vain de la remplacer par un processus qui est réalité complémentaire à cette grande conscience.

Mais qu’est-ce qu’elle est au juste ?Pour cela je ne vais pas vous faire un cours de philosophie, non, loin de là mon intention, car je pense que en savez forcément bien plus que moi sur le sujet. Alors je vais passez la redondance classique pour en venir aux faits.

Secondairement : je me suis demandé pourquoi une conscience phénoménale ou pourquoi pas une conscience subjective?
Alors j’ai récemment compris une chose primordiale, la conscience se compose dans dualité. Oui, je suis un fervent défenseur du dualisme et je me sens proche de la thèse cartésienne.

Cette dualité parlons-en, j’ai ma définition du dualisme de substances : « ce que j'entends par dualisme est : l'aspect que deux parties ou substances soient en adéquation, l'une représentant le "corps" (cerveau y compris), l'autre "l'esprit" son extension. Autrement dit qu'il y a deux aspects mécaniques, mais non dissociables et complémentaires »
Voilà la définition que je propose comparé à celle de Descartes soutenait que la matière est dissocié de l’esprit (ou âme) dans sa terminologie. L’un pensant l’autre étant juste de la simple matière.


Mais pour revenir à la conscience, je l’ai scindé dans les deux substances corps-esprit. L’une étant en relation avec la substance du corps que j’ai nommé : la conscience interactive, puisque c’est avec le corps est interactif avec ce qui l’entoure (ou son environnement).

Pour la seconde conscience, elle se compose dans la substance de l’esprit et je l’ai nommé comme ceci : la conscience représentative puisque selon moi l’esprit permet la représentation de souvenirs de projection de l’imaginaire en soi.
Enfin une troisième conscience vient assurer la relation entre ces deux consciences de substances : la conscience systématique ou subjective. Elle assurant une cohérence entre ce qui est perçu par le corps et par l’esprit.

Elle se détermine par des attributs de cohésions et ordonnent à chacun d’avoir la pleine conscience de ses états internes, comme se sentir en joie pour la conscience du corps qui ressent l’émotion ou encore avec la conscience de l’esprit, comme avec un sentiment d’allégresse, assurant de prolonger l’instant passé en se le représentant dans l’esprit.
Enfin, la conscience systématique va permettre la distinction de nos états internes comme entre la colère une émotion pure et forte interagissant avec le corps, et la haine qui est le résultat d’une transformation de la colère et qui va se représenter dans l’esprit.

J’espère que vous saisissez l’enjeu de mes recherches et de ma venue ici, il faut que je confronte mes idées, sans nom plus développer toute la puissance de ma théorie. Mais bien pour vous proposer de m’aider à manœuvrer mon essai que j’ai dû scinder à 9 tomes. Le premier étant sur les émotions et les sentiments.

C’est pourquoi je lance un appel aux intéressés de m’accompagner dans mes recherches. Car n’ayant personne pour échanger sur le sujet vaste de la philosophie de l’esprit, je me vois bien ralenti dans l’acheminement de mes travaux. Je suis près bien sûr à développer davantage mes travaux afin que vous puissiez mettre à l’épreuve mes arguments.

J’espère que l’on pourra échanger dans de bonnes conditions et avec le plus grand respect.  *Souri*

Bien cordialement,

Sciemment

Revenir en haut Aller en bas

Re: La conscience

Message  Malcolm le Sam 16 Déc 2017 - 12:50

Tu mélanges tout, ou du moins est-ce l'impression que tu donnes, parce que tu nous fais part de déclarées recherches, tout en cachant ton annoncée théorie. Que veux-tu que l'on puisse faire de cela ?
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum