Présentation

Aller en bas

Présentation

Message  Cogito21 le Sam 17 Mar 2018 - 20:05

Ceci ne sera certainement pas le sujet le plus passionnant lisible sur ce forum car je vais parler de MOI. Sujet, qui, par ailleurs, est plus compliqué qu'il ne le laisse paraître. Car comment parler de soi-même sans tomber dans l'égocentrisme, dans un récit de vie qui serait sans grand intérêt pour les autres. De plus, comment définir qui on est fondamentalement en quelques lignes ? Nous connaissons nous vraiment nous-mêmes. En résumé, je vais parler de moi et de la philosophie, ce qui s'avèrera finalement plus intéressant, en espérant que mon histoire d'amour, alchimie intellectuelle avec la discipline, ne soit pas trop à l'eau de rose. *Souri*
Je me suis inscrite sur ce forum, espérant que je pourrais y discuter avec des personnes partageant le même intérêt, à se poser des vrais questions. A vrai dire, je pourrais parler d'un sujet de philo toute une journée entière dans une conversation dans ma vie quotidienne, avec n'importe qui, et mes conversations aboutissent à une réflexion philosophique en général, en partant de tout et n'importe quoi. Passion qui n'est pas toujours partagé avec mon interlocuteur et je ne comprends pas pourquoi la plupart des gens  se contentent de discuter de banalités de la vie quotidienne alors qu'il y a tellement plus passionnant, vertigineux. En résumé, je me suis inscrite pour avoir un endroit où je n'aurais pas de limites. Alors qui suis-je ? Si c'est par souci de vérité, remise en cause permanent de tous les concepts reçus que je me suis intéressée à la philosophie. J'ai paradoxalement acquis plus d'incertitudes en cherchant la certitude. Je sais que je suis car je pense. Quoique cela, doit être discutable. Mais c'est par cet amour par la pensée, que je désire qu'elle accomplisse sa  "libre-nécessité". La philosophie l'aiguise.
Dans une approche plus concrète, je ne suis encore qu'en formation. Il est vrai que beaucoup de sujets que j'ai lus m'ont impressionné et je n'aurais peut-être pas le niveau pour maîtriser autant de références. Néanmoins, je me consacre à la lecture de beaucoup d'œuvres philosophiques, cette année et j'ai dû lire une vingtaine de livres à côté des cours, passant par Platon, Hobbes, Spinoza, Nietzsche... J'aspire à écrire et je n'imagine pas ma vie sans écrire, plus tard. Quoique je fasse, j'aurais toujours ce besoin vital d'extérioriser "mon monde intérieur" sur papier. Je rêve, à terme, de publier quelque chose. Je m'intéresse notamment à la philosophie politique, notamment à la question de l'idéal et de l'utopie. Je me suis toujours demandée si une société parfaite exister ou si le concept de société était, par essence, condamné à être imparfaite et s'il y avait un idéal universel, une conciliation des intérêts, ou l'intérêt des uns se faisait forcément aux dépens de celui des autres. Les questions de la justice sociale, du libéralisme me passionnent également. Si je devais me définir, je dirais que je suis une idéaliste pessimiste. Ma réflexion me mène souvent au vide, au " rien " ( même si rien n'existe pas vraiment car c'est un terme auto-destructeur de lui-même mais c'est un autre sujet ), quand je cherche le sens de l'univers, de la vie, au déterminisme, quand je questionne la liberté. La raison me plonge dans un pessimisme le plus total et pourtant, s'il n'y a quelque chose que je ne supporte pas, c'est la résignation. Même si sur certains sujets, on en conclut que nous sommes limités. La connaissance des limites ne devrait servir qu'à mieux les cerner pour les dépasser, non pas à conclure notre propre incapacité. Et ce que l'on fait en philosophie, on repousse les limites. Malgré le pessimisme, cela ne m'empêche pas d'aspirer à un idéal.
Voilà qui je suis et à quoi j'aspire.
Merci de m'avoir lu,
Au plaisir de philosophier avec vous,
Cogito 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation

Message  Mal' le Sam 17 Mar 2018 - 23:28

*Cheers* Bienvenue Cogito21.

Le pessimisme, pour Nietzsche - et pas que pour Nietzsche, - fut une école de joie. Il parle d'un pessimisme joyeux. Au reste, on dit que raisonner profondément rend mélancolique, à moins que ce soit le fait des mélancoliques que de raisonner profondément. Malheureusement, une récente étude dans le magazine Sciences humaines, démontre que mélancolie et raisonnement profond ne sont pas liés.

C'est-à-dire que tu es dans un ordre spécial de pensées, qui t'amène à telle mélancolie, rapport à tes questions, ce qui en soi n'est pas mauvais : tout dépend ce que tu en fais.

Au reste, la question de pouvoir ou non discuter profondément avec nos contemporains se pose, en effet, mais elle se posait aux humanistes de la Renaissance déjà. Léonard de Vinci était comme Machiavel : il jugeait l'homme méchant par nature, et tendait à cacher ses recherches pour ne pas qu'elles soient mal employées.

Le même Léonard disait (citation de tête) : "Qui pense peu se trompe beaucoup." Mais l'inverse n'est pas forcément vrai : "Qui pense beaucoup se trompe peu." D'ailleurs, les psys enregistrent ce qu'ils nomment l'overthinking (la rumination ... ). Il faut de la sagesse ?

Bref, bienvenue.
avatar
Mal'
LibertéPhilo


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2350-reglement#45697

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation

Message  LibertéPhilo le Dim 18 Mar 2018 - 9:03

Merci Cogito21, donc bienvenue.

Mal', tu sais, les psys ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation

Message  Kenshin le Dim 18 Mar 2018 - 21:29

salut cogito21 !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum