L'experience sur Terre et la Philosophie

Aller en bas

L'experience sur Terre et la Philosophie

Message  cobralumiere le Dim 6 Mai 2018 - 14:58

Salut à tous,

Nous sommes projetés dans un monde où l'on ne sait pas pourquoi nous sommes sur Terre, n'y où nous allons, n'y n'avons de compréhension exacte de la physique comme de la métaphysique.
Je ne vous apprends rien en vous disant cela.

Mais si le problème ou les problèmes métaphysiques étaient la réponse. Nous pourrions aboutir à une autre question:  l'être humain peut il se définir comme l'étant qui fournit des réponses antisystémiques et pourquoi l'humain apporte des réponses antisytémiques.

L'expérience sur Terre questionne notre humanité et la met à l'épreuve: donc comment notre humanité se définit elle dans ce monde et sur cette Terre face à des situations ausssi différentes qu'agréables ou insuportables, Et si le but de l'experience sur Terre n'était pas une question posée aux êtres humains sur leur propre humanité.
La confrontation des êtres humains face aux situations peut avoir plusieurs types de résultats.

Un des résultats possibles est la prévisibilité de la réponse humaine face à une situation donnée, d'une certaine manière la prévisibilité de la réponse humaine émerge paradoxalement à cause de notre inhumanité ou de notre manque de coeur.

Un des autres résultats possibles, est que pour une raison que nous sommes humains et non des automates, une réponse antisytémique émerge systematiquement du fait que notre humanité serait reliée à quelquechose de celeste et de fondamentalement libre.

Notre liberté d'être humain et pleinement humain est une question qui nous est posée malgré toutes les aliénations religieuses, sociales, familiales, ou économiques.
J'ai bien l'impression que à leur départ tout grand mouvement religieux ou philosophique (comme la déclaration des droits de l'homme), ont pour base une rébelion contre un système inhumain.

Partant de là, l'experience sur Terre ressemble à une expérience scientifique maladroite visant à comprendre pourquoi l'être humain n'est pas un automate ou automatisable, quel est cette part de céleste en l'être humain qui crée la réponse antisystémique propre aux êtres humains et à notre humanité.  

Mettre l'humain au centre de la réponse serait manquer le lien avec le quelquechose de céleste et d'infiniment libre qui font que malgré les systèmes de repression, de contrôle, de pression sociale, nous pouvons si nous restons reliés à notre humanité apporter des réponses antisystémiques et à la fois humaine et céleste.

Dans ce rapport aussi de nombreuses aliénations sont possibles lorsqu'on met le celeste au centre de la réflexion, justement puisque l'humain n'y est plus. Tout comme mettre la raison au centre, comme l'adémontré Kant, devient aussi une aliénation.

Mais la pression des systèmes et des aliénations inhumaines poussent l'être humain à les transcender et même parfois à progresser humainenemt et spirituellement.

Avec les danger du transhumanisme, du contrôle mental technologique, de l'intelligence artificielle, il est plus que temps je trouve de redonner la primauté à cette question: qu'est ce que l'être humain (un être libre ou un automate, cf questionnement de Gödel sur les indécidables), comment notre humanité s'épanouit elle par la charité, la bienveillance, le don de soi, l'amour de la vie, le respect des autres humains, qui ne se résument ni à leur nom, ni à leur religion, ni à leur langue, ni à leur genre, ni à leur classe sociale, ni à leur pays?

J'ouvre ce sujet en espérant avoir un débat dialéctique et non réthorique, c'est à dire que j'essairai de ne pas avoir raison à tout prix et que grâce à mon ou mes interlocuteurs nous pourrons trouver des idées que nous n'avions pas envisagées avant de démarer la discussion.

Une des questions importantes à propos de la définition de l'humain étant celle posée au départ: l'être humain peut il se définir comme l'étant qui fournit des réponses antisystémiques et pourquoi l'humain apporte des réponses antisytémiques?
La réponse possible étant le lien de l'humain avec quelquechose de céleste d'infiniment libre peut-il expliquer les réponses fondamentalement humaines et antisystémiques ou est-ce proprement humain sans aucun rapport avec le céleste. Mais dans ce cas, comment expliquer la possibilité de réponses antisystémiques fondamentalement humaine, puisque nous serions dans une sorte de vase clos, donc forcèment pondérable?

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum