Pourquoi Nietzsche (n')était (pas) antisémite

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Aller en bas

Re: Pourquoi Nietzsche (n')était (pas) antisémite

Message  Shub le Lun 5 Fév 2018 - 14:39

Petite précision: l'article " Quand le Nazisme faisait ses classes en Afrique" est un document du CRAN que certains peuvent connaître, et localisé en Suisse: CRAN - Carrefour de Réflexion et d'Action Contre le Racisme Anti-Noir et Observatoire du Racisme anti-Noir en Suisse. Ils se sont déjà manifestés en France à Paris notamment sur les histoires des migrants et de la Lybie.
Bon revenons à Nietzsche alors ? Ce que je retiens et qui est impressionnant quelque part est qu'avant la Shoah il y a eu un autre génocide en Afrique. Avec 80.000 morts... Dans les liens que j'ai mis il y a des cartes postales que ces Allemands en goguette en Afrique, des militaires, envoyaient à leur famille restée sur le sol natal: des photos d'Africains complètement amaigris et décharnés qu'on dirait Dachau. Dachau en afrique évidemment... Et le texte, vous avez le le texte? Nos colonies s'exclament-ils avec un point d'exclamation!
Je ne parle pas allemand ou très peu donc j'aimerais bien que quelqu'un me traduise le texte sur la "carte postale".
Je comprends pas pourquoi j'ai jamais su ça avant, ce génocide des Herreros et qu'il a fallu que je visite la Namibie pour l'apprendre. Pourquoi on n'en parle jamais! Le génocide arménien, le génocide juif mais pas celui-là! Pourquoi?

P.S. Dans le Monde diplomatique à la page 26, il y a un article de Alain Garrigou qui s'intitule "Le nazisme, une spécificité allemande".
Je cite 2 ou 3 phrases, mais je recommande sa lecture.
"En abandonnant l'unification nationale à la noblesse militaire rangée sous la dynastie prussienne, la bourgeoisie se serait alors inclinée devant la domination de l'aristocratie, mais aussi devant ses valeurs, en délaissant  les siennes, libérales, pour adopter le code de l'honneur et de la puissance. Ainsi la violence demeurera socialement légitime, dans la société allemande du Xxème siècle, où le duel persista comme pratique jusqu'à la République de Weimar (1918-1933)[...]"
"La thèse peut sembler désespérante tant on ne peut plus relier le mal ni à l'anormalité, ni à l'exception ni à la nature."

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi Nietzsche (n')était (pas) antisémite

Message  Mal' le Mar 6 Fév 2018 - 13:51

Il est nul et non avenu de mélanger la question d'un antisémitisme nietzschéen (largement invalidé dans tout ce qui précède) avec nos problématiques anachroniques du crime contre l'humanité, qui est crime organisationnel avant tout, c'est-à-dire un crime commis en toute bonne conscience au cœur de "la banalité du mal" (Hannah Arendt) : "ce qui doit être fait, ce qui est ordonné, ce qui règne", songe-t-on dans ce cadre, "ne saurait être un problème, puisque autorisé". Bref : autant dire que "le mal" est tout perspectif.

Si Nietzsche peut être mêlé à des réflexions sur la violence, elles ne sauraient être que de cet acabit en lien. Où alors, Kenshin, l'immoralisme nietzschéen est une façon de juger sans (trop) interpréter : la morale fallacie (to fake) les effectuations, nous le constatons tous les jours à travers les mises en scène médiatiques. Par contre, Nietzsche oppose sans conteste et texto, une morale des maîtres et une morale des esclaves, valorisant la morale des maîtres, car singulièrement immoraliste en effet. C'est-à-dire que, effectuellement, il y a, pour Nietzsche, des mœurs fortes, nobles, maîtresses, actives-assertives, et des mœurs faibles, viles, esclaves, passives-agressives : à chaque fois, ça fait toute une moralité, sachant que les deux modèles opposés se mêlent effectuellement souvent, jusqu'au cœur du même homme. Aussi Nietzsche n'est-il absolument pas amoral, quoique par-delà bien et mal dans la démarche (immoraliste).

A partir de là, la question de l'antisémitisme de Nietzsche est elle-même une question prise dans une morale des esclaves. Nietzsche observe la judéité par-delà bien et mal dans une morale des maîtres, et diagnostique ce qui lui semble ses santés et ses morbidités. Il a l’œil philologique du médecin des civilisations, qu'on adhère ou non à sa démarche ou son diagnostic (le judéo-christianisme comme germe du nihilisme européen, et en tout cas grand vecteur de la morale des esclaves).

Ce débat n'a que trop duré, il tourne en rond et virevolte inutilement.
avatar
Mal'
LibertéPhilo


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2350-reglement#45697

Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum