Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Kercoz le Jeu 21 Aoû 2014 - 13:33

Ragnar Lothbrok a écrit:
kercoz a écrit:Je dis que c'est l' espèce qui est solitaire ...pas l' individu . C' est cette solitude spécifique qui débute mon raisonnement ...du fait que nous n' avons plus depuis 15 ooo ans d'espèces voisines , nous ne pouvons plus nous hybrider .

Je vois, mais c'est toujours l'individu qui est l'unité de toute mutation produisant toute séparation d'espèces. Ce n'est pas l'espèce.

.
Oui , bien sur , mais statistiquement la quasi totalité des "essais" génétiques ( naturels ou provoqués) échouent. De plus il faut une conjonction conjoncturelle pour qu'il s' installe .
Je fais une recherche d' archéo- sociologie sur du factuel et pour ce faire , suis obligé de tenir comme négligeable l' arrogance créationiste humaine .
Je base ma réflexion sur le fait " factuel" que l' altérité spécifique est une nécessité adaptative en permettant l' hybridation . Hybridation qui est un "joker" , une nouvelle chance quand l' espèce est au "taquet" de sa spécialisation .
Le fait que nous n' ayons plus ce "choix" aurait pu "forcer " une autre altérité .......que spécifique . Ce serait la "raison" de l' altérité culturelle humaine .....Bon ,si je trouve mon idée géniale , c'est norrmal puisque c'est la mienne ( pas trouvé ailleurs , copyright ..) , c'est donc un jugement subjectif puisqu' affectif ...mais ça me parait a minima qd même digne d'intérêt .

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Jeu 21 Aoû 2014 - 14:55

kercoz a écrit:statistiquement la quasi totalité des "essais" génétiques ( naturels ou provoqués) échouent.

C'est exact. Mais ça n'enlève rien au principe de la sélection naturelle des espèces, qui se joue à l'échelon de l'individu et pas à celui de l'espèce.

kercoz a écrit:Je fais une recherche d' archéo- sociologie sur du factuel et pour ce faire , suis obligé de tenir comme négligeable l' arrogance créationiste humaine .

Qu'entends-tu par « arrogance créationniste humaine » ? Ça serait celle des manipulations génétiques ?

kercoz a écrit:Hybridation qui est un "joker" , une nouvelle chance quand l' espèce est au "taquet" de sa spécialisation .

Ce que nous dit le darwinisme, c'est que la nature se fout pas mal du fait que nous soyons ou non au taquet. Si l'âge de la reproduction est régulièrement atteint par les individus de n'importe quelle espèce, celle-ci se perpétue. Si cet âge n'est pas atteint, l'espèce disparaît ou se différencie progressivement. L'hybridation semble jouer un rôle comme un autre dans ce processus.

Quant au problème d'une différenciation culturelle d'espèce entre humains, Peter Sloterdijke, philosophe nietzschéen allemand, semble en voir une avec ce que tu nommerais peut-être « joker » et qui est la lecture. Pour lui, il y a l'espèce humaine qui lit et subit un dressage et une sélection civilisatrice par la lecture et il y a l'espèce humaine qui ne lit pas et, n'étant pas dressée ni sélectionnée par la lecture, se contente de remplir les stades mugissants de tous les sports de spectacle de masse en se rassemblant aussi au spectacle de la barbarie et de la brutalité communiquées par les milliards de postes de télévision du monde. Je crois savoir que Michel Onfray pense la chose sur le même registre.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Kercoz le Jeu 21 Aoû 2014 - 15:47

Ragnar Lothbrok a écrit:

kercoz a écrit:Je fais une recherche d' archéo- sociologie sur du factuel et pour ce faire , suis obligé de tenir comme négligeable l' arrogance créationiste humaine .

Qu'entends-tu par « arrogance créationniste humaine » ? Ça serait celle des manipulations génétiques ?

.
Oui bien sur , mais j' y inclus aussi les tentatives structurelles de gestion des groupes .
Je veux dire par là , qu'il faut étudier en premier le système "naturel" des structures sociologique et si possible leur dynamique . Apres il est possible d'évaluer les impacts anthropique ( manipulations génétiques et structurelles) ...mais il faut d'abord partir du signal "sain" .
Sur le "collège de Fr;" un type développe l' impact du morcelage /quadrillage sur la bio diversité ....ca parait intuitivement anodin, les routes , rails et autoroutes , mais l' impact est du type exponentiel du point de vue génétique .....
C'est tres simple a comprendre : si une route bloque disons 80% des mélanges génétiques entre espèces ( ou freine) , et si l' on part d' un carré , que découpe ce carré en 4 , il faut savoir que certaines espèces n'approchent pas de la route ( 10m, 100m,1km... ) approche a entendre au niveau "échanges" . Couper un carré en 4 revient diviser par 100 les potentialités de mélanges génétiques .
Pour la spécialisation -hybridation j'utilise le renard blanc qui va disparaitre si le pôle fond ...sauf ceux qui vont s' hybrider avec les voisins moins clairs ....C'est un exemple caricaturé bien sur . et considérer une période ou les hivers moins neigeux vont effectuer une pression sélective progressive etc ...c'est de la statistique , du "glissement adaptatif" , mais process peut être indispensable .
Le fait que n' ayant pas d'altérité spécifique nous ayons développer une altérité culturelle me semble quand même remarquable .
Je relie l'accès a une altérité culturelle a notre capacité ( unique) d'altérité comportementale entre individus . L.Strauss montre des groupes voisins avec des différences comportementales non négligeables comme la polygamie des chefs ......altérité qui est impossible a envisager chez une autre espèce sociale .

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Jeu 21 Aoû 2014 - 20:11

.

Sur la question des manipulations génétiques, je ne vois pas où se niche l'arrogance, à vrai dire. Le fait que l'humain soit le premier animal à savoir comment évolue le vivant et comment se mettre au commande de sa propre évolution ne me gêne absolument pas. Les romans du genre du « Meilleur des mondes » de Huxley n'altèrent pas mon point de vue. Ça se fera ou ça ne se fera pas, suivant les divers point de vue, les diverses morales, les divers avantages personnels, les diverses réalisation commerciales.

C'est d'ailleurs déjà en marche avec un tas d'interventions indirectes, comme la gratuité et la mise hors morale religieuse de l'interruption volontaire de la grossesse, le diagnosctic préimplantatoire, l'externalisation de la grossesse par location commerciale d'utérus, les recherches sur l'utérus artificiel en vue de libérer vraiment la femme de son déterminisme biologique, la construction de base de données destinées à déceler les possibles corrélations entre les Q.I. élevés et les particularités génétiques. Enfin, tout ce qui peut faire peur aux défenseurs du principe de précaution, quoi ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Kercoz le Jeu 21 Aoû 2014 - 22:26

Ces sois disantes "avancées" n' ont été possible que grace a l' énergie gratuite ...la pénurie d' abondance ne les rendra accessibles qu' à une minorité de plus en plus restreinte de la population et ce, grace a l' exploitation de ceux qui n'en bénéficieront pas .....
Je ne préfère pas poursuivre un débat sur ces obscénités scientifiques ...chacun son truc . Si tu y trouve du grain a moudre qui ne gène pas ta morale c'est ton problème ...Moi je préfère cultiver mon potager .

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 1:13

kercoz a écrit:Ces sois disantes "avancées" n' ont été possible que grace a l' énergie gratuite ...la pénurie d' abondance ne les rendra accessibles qu' à une minorité de plus en plus restreinte de la population et ce, grace a l' exploitation de ceux qui n'en bénéficieront pas .....

On va tous mourir !  *Héhéhey* 

En prévision de la pénurie d'abondance énergétique, les scientifiques travaillent aujourd'hui sur le début de la prémisse de l'entrée en matière de l'amorce de l'introduction de la fusion nucléaire, qui, si elle se réalisait un jour permettrait de repousser le moment de cette pénurie de plusieurs centaines de milliers, voire de millions d'années. Ce n'est pas pour rien que les cinquante ou cent pays les plus riches de la terre ont versé les 15 ou 20 milliards nécessaires au financement de la recherche dans le domaine pour l'instant bien embryonnaire de la fusion nucléaire ... Ce n'est pas pour rien que ces pays ont versé les 15 ou 20 autres milliards nécessaires au financement de la recherche dans le domaine des particules élémentaires ...

Quand on pense à ce qu'on aurait pu faire pour la population mondiale avec ces 30 ou 40 milliards, si on les ajoute aux 300 milliards des techniques militaire et des 3000 milliards dormant dans les paradis fiscaux, on peut commencer à avoir un petit aperçu de ce que signifie la « horde d'origine » et toutes les intrications régissant leur rapports sur le principe voulant qu'à causes égales, les effets sont égaux partout ... On se prend à rire quand on voit le résultat des idéologies marxiste, capitalistes, communistes, socialistes, onusienne et religieuses sur le réel du vivant en vraie chair et en os véritable...

La philosophie devrait s'associer à l'éthologie, comme le suggère Michel Onfray depuis au moins 15 ans sans que personne ne semble vouloir lui donner crédit pour cette affirmation pourtant des plus sages. On saurait mieux de quoi on parle ...

kercoz a écrit:Je ne préfère pas poursuivre un débat sur ces  obscénités scientifiques ...chacun son truc . Si tu y trouve du grain a moudre qui ne gène pas ta morale c'est ton problème ...Moi je préfère cultiver mon potager .

Personnellement, non seulement je ne vois rien d'obscène dans les avancées technoscientifiques et commerciales qui se déroulent et vont continuer de se dérouler dans le domaine du vivant, mais je cultive aussi un potager dont je suis particulièrement content.

Il y du religieux du genre apostolique et romain dans l'attribution d'un caractère obscène aux avancées en question.

Ce n'est pas par hasard si les recherches les plus avancées dans le domaine de la prise en charge de l'évolution naturelle par l'humain se déroulent dans les pays où l'on a tendance à être plus athée qu'ailleurs.

Mais comme je le disais plus haut, tous ces trucs, ils se réaliseront un jour ou ils ne se réaliseront jamais, en fonction d'une éthique naturelle et pas purement livresque. On a eu l'exemple avec le clonage des animaux de compagnie. Ça a engagé des millions et des millions dans des entreprises qui ont toutes fait faillite parce que personne n'en a voulu. C'est tout.

Si cependant ça se faisait un jour, chacun en aura pris l'habitude sans que ça ne le dérange, sauf, comme d'habitude, dans les lieux de misère infinie vivant encore à l'âge de leur agriculture artisanale et à celle de leur dieu de miséricorde infinie. Dans ces lieux de misère infinie, on n'avorte pas dans une clinique propre et bien aménagée, lorsqu'on est une femme enceinte à la suite d'un viol; on se fait juger, condamner à mort et exécuter à coups de caillasses après s'être fait ensevelir le corps jusq'à la taille pour ne pas bouger.

Elle est là, pour moi, la véritable obscénité. Elle n'est pas dans la recherche visant à libérer la femme de son déterminisme biologique, qui est son seul vrai fardeau, pour l'instant ...

C'est la pillule anticonceptionelle qui a amorcé la véritable libération de la femme. Ce n'est pas « Le deuxième sexe » de Beauvoir et encore moins les conseils donnés par la scolastique médiévale sur la position à adopter pour forniquer.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Kercoz le Ven 22 Aoû 2014 - 8:46

Ragnar Lothbrok a écrit:

En prévision de la pénurie d'abondance énergétique, les scientifiques travaillent aujourd'hui sur le début de la prémisse de l'entrée en matière de l'amorce de l'introduction de la fusion nucléaire, qui, si elle se réalisait un jour permettrait de repousser le moment de cette pénurie de plusieurs centaines de milliers, voire de millions d'années. Ce n'est pas pour rien que les cinquante ou cent pays les plus riches de la terre ont versé les 15 ou 20 milliards nécessaires au financement de la recherche dans le domaine pour l'instant bien embryonnaire de la fusion nucléaire ... Ce n'est pas pour rien que ces pays ont versé les 15 ou 20 autres milliards nécessaires au financement de la recherche dans le domaine des particules élémentaires ...
.

C'est l' exemple même de ce que je dénonçais plus haut. "la science gagne toujours a la fin du film ..la technologie gagne toujours ...Il ne sert a rien de débattre en présence de "croyance ". puisqu'une croyance "vraie" est inconsciente , elle aura forcément raison.....Nous sommes tous atteint de "scientisme" , mais tu me sembles sérieusement contaminé! On est dans le mur et tu préconises d'accélérer .
J' ai bossé dans les années 70 dans la recherche sur la "fusion" , a Orsay ...Génératrice Rioux , concurent du Tokomak que les Russes nous ont refilé comme leurre .......Je poursuis mon argument , au cas ou quelqu'un passerait nous lire ( ton cas est désepéré )  .Nous disposons d' environ 120 à 150 esclaves virtuels ( Kw), grace à l' énergie bon marché ........cette manne va tomber tres vite à 50 puis au meilleur des cas se stabiliser vers 30ou 20 kw ......Il est vrai qu'on choisit déja des esclaves non virtuels pour palier à la pénurie .
La déplétion d'énergie gratuite est d'environ 3% par an . Comme le système insiste pour conserver comme constante ( non négociable) le consumérisme que tu vantes tant. Ce qui implique un cout "compatible" de l' énergie .   Il ne peut réduire la demande de 3%/an en répartissant cette réduction ....il préfère ( est contrait de) réduire le nombre de "demandeurs" de façon a ne pas trop freiner le consumérisme .
Voilà le modèle ou on est entré .
Ton argument convient très bien à ce système ( normal pour un aparatchik si tu me permet cette comparaison osée)puisque une dictature ( économique) provisoire serait nécessaire en attendant des lendemains qui apprennent a chanter . C'est un truc qui à marché et qui marche toujours .
Bien que pensant le nuke indispensable pour atténuer l' effondrement , M. JANCOVICI me semble crédible puisqu'en tant qu' ingénieur il se limite a travaille sur le "factuel" .
http://www.manicore.com/documentation/articles/idee_nucleaire.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 13:09

.

Je te l'ai dis ! Je te le redis ! ...  On va tous mourir ! ... Tous ! ...

C'est le mur. C'est la catastrophe. C'est l'apocalypse.

C'est notre cas à tous qui est désespéré. Pas que le mien seul, mon ami. Pas celui des seuls gens heureux. Le tien aussi est désespéré, mon ami.

Ce que je veux dire, c'est que par-delà le pessimisme catastrophiste, il y en a qui font de la musique (sur le pont du Titanic ...)

Les humains meurent. Les civilisation meurent. L'humanité meurt. Tout meurt.

Et même, je vais te dire. Il y en a beaucoup qui n'auraient même pas dû naître. C'est trop tard ! Ils sont nés ! En naissant, ils ont signé un contrat qu'ils ne pourront plus résilier. Il va leur falloir mourir. C'est comme ça. S'ils avaient su, ils seraient sans doute restés là où ils étaient, c'est-à-dire dans le néant le plus confortable. Mon camarade Nietzsche les appelait « les inutiles » en leur conseillant le suicide. Il se proposait même de les aider à mourir pour les pousser à quitter cette vallée de larmes ! Quelle lucidité ! ...

En attendant, il y en a qui jouent du piano sur le pont.

Tu connais Glenn Gould ?




.


Dernière édition par Ragnar Lothbrok le Ven 22 Aoû 2014 - 13:27, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 13:15

.

Ta critique de la fusion nucléaire est juste. Je ne la conteste pas.

Mais il eu fallu que tu ne la dissocie pas de la suite que j'ai donnée dans le message où je parle de fusion nucléaire.

La voilà, la suite :

Quand on pense à ce qu'on aurait pu faire pour la population mondiale avec ces 30 ou 40 milliards, si on les ajoute aux 300 milliards des techniques militaire et des 3000 milliards dormant dans les paradis fiscaux, on peut commencer à avoir un petit aperçu de ce que signifie la « horde d'origine » et toutes les intrications régissant leur rapports sur le principe voulant qu'à causes égales, les effets sont égaux partout ...

La philosophie devrait s'associer à l'éthologie, comme le suggère Michel Onfray depuis au moins 15 ans sans que personne ne semble vouloir lui donner crédit pour cette affirmation pourtant des plus sages.

On saurait mieux de quoi on parle ...


.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Invité le Ven 22 Aoû 2014 - 14:35

Ragnar Lothbrok a écrit: Quand on pense à ce qu'on aurait pu faire pour la population mondiale avec ces 30 ou 40 milliards, si on les ajoute aux 300 milliards des techniques militaire et des 3000 milliards dormant dans les paradis fiscaux, on peut commencer à avoir un petit aperçu de ce que signifie la « horde d'origine » et toutes les intrications régissant leur rapports sur le principe voulant qu'à causes égales, les effets sont égaux partout .

Voilà qui est mieux ! L'homme est un grand singe qui a, entre autres, inventé le " capitalisme démocratique ", le drainage, l'essorage, pyramidal de la richesse aux dépens de l'Autre, de l'Animal et de la Biosphère. Les sciences humaines étants des prolongements apparus nécessaires ( Notamment après Darwin. ) dans le cas de notre espèce de l'éthologie animale ( Pléonasme. ) il va de soi qu'elles intègrent celle-ci.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 15:12

Ragnar Lothbrok a écrit: Quand on pense à ce qu'on aurait pu faire pour la population mondiale avec ces 30 ou 40 milliards, si on les ajoute aux 300 milliards des techniques militaire et des 3000 milliards dormant dans les paradis fiscaux, on peut commencer à avoir un petit aperçu de ce que signifie la « horde d'origine » et toutes les intrications régissant leur rapports sur le principe voulant qu'à causes égales, les effets sont égaux partout .

Voilà qui est mieux !

Voilà qui a toujours été ainsi !, à condition de ne jamais extraire des proposition de Ragnar Lothbrok le moindre passage à seule fin lui donner une signification qu'il n'a pas lorsqu'il est mis hors contexte.

Et d'ailleurs, dans son contexte, ce qu'avance Ragnar Lothbrok est TOUJOURS proposé par-delà le bien et le mal.

.

Cela dit, si par exemple Ragnar Lothbrok affirme qu'il est un barbare de la philosophie venu tout droit de la sauvagerie toute crue de l'hyperborée la plus animale et avance en philosophie la hache à la main pour détruire tout ce que la philosophie a de plus faux, il ne faut pas le prendre à la lettre. Ce n'est qu'une métaphore.

Et si par exemple Ragnar Lothbrok connaît bien le sort qu'on réserve à Ragnar Lothbrok, ce barbare de la légende scandinave jeté par la civilisation dans la fosse aux serpents qui l'attendait au moindre faux pas, c'est aussi une métaphore.

Mais dans cette dernière métaphore, les serpents de la fosse aux serpents, ce sont les amis de Ragnar Loghbrok...

.





.

Cela posé en espérant que les métaphysiciens de la métaphysique de l'essence de l'être en tant qu'être ou sujet pensant se disent que les barbares ont peut-être raison de leur fendre le crâne en deux.

Et c'est encore une métaphore. Une simple métaphore.

(Ne pas trop s'énerver à la sensibilité des apparences métaphoriques, qui sont incroyablement trompeuses. )

(Ce n'est pas bon pour la (grande) santé ...)

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Invité le Ven 22 Aoû 2014 - 15:42

J'ai bien peur que les adeptes zélés de " capitalisme démocratique " soient à jamais hors de portée de " Par delà bien et mal " , que le dit " capitalisme démocratique " soit la pire, puisqu'il affecte la planète en entier, incarnation du mal, une incarnation on ne peut plus terre à terre : toujours plus de fric, peut importe la façon et les conséquences. On est à mille lieues de toute métaphysique, éthique, etc, etc.

P.S. 1. La fraude fiscale c'est 20 000 milliards par an.
P.S.2.A titre personnel, ma philosophie récuse le concept d'essence, mais bon comme c'est de la philosophie, on va supposer que tu t'en fous.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 17:27

P.S. 1. La fraude fiscale c'est 20 000 milliards par an.

Merci de la précision.

P.S.2.A titre personnel, ma philosophie récuse le concept d'essence, mais bon comme c'est de la philosophie, on va supposer que tu t'en fous.

Ah mais si tu récuses le concept d'essence, alors on suppose mal, car je ne m'en fous justement pas du tout. Je trouve ça très bien, même. Ça permet de détruire tout ce qui n'est que vide et enfumage, en philosophie, en allant des délires de Platon à ceux de Heidegger en passant par ceux de Leibniz, Sartre et tous leurs copains de « la pensée se pensant elle-même » surtout dans la poussière des bibliothèques du département de philosophie de l'institution d'État.

Je récuserai par contre assez facilement le concept de sujet pensant, auquel tu me sembles attacher une importance particulière, et qui ne fonctionne pas bien dans la réalité pragmatiste et matérialiste des façons de penser le monde en général et l'humain en particulier.

De mon point de vue, il n'y a pas de sujet, et encore moins de sujet pensant, mais une corporéité sensible à un fonctionnement. La réalité d'une double appartenance du système neuronal à une sensibilité et à un fonctionnement n'est pas encore bien implantée dans tous les cerveaux. C'est normal, certaines petites vérités mettent des siècles à émerger au sein des corporéités. Il est extrêmement difficile, voire impossible d'analyser tout seul avec des livres tous les phénomènes caractérisant la corporéité. Il faut absolument se faire aider par les technosciences.

C'est un peu comme toute tentative d'observer son propre œil. Elle est vouée à l'échec si l'on ne fait pas appel à l'optométrie, à l'ophtalmologie et à la neurologie et tous leurs appareils d'exploration de l'œil en question.

Descartes ne savait pas de quoi était constitué son propre cerveau. Ni son propre œil. C'est ça, son excuse.

C'est comme Augustin d'Hiponne (Saint Augustin, pour le Pape), qui est excusable de ne pas savoir de quoi il parlait au juste en disant que le temps, si on ne lui demandait pas ce que c'était, il le savait, mais que si on le lui demandait, il ne le savait plus. Aujourd'hui, la physique et la biologie permettent de renseigner tous ceux qui en sont encore restés à Augustin, et aussi à Bergson et Heidegger, question temps.

Je suis fort tenté d'ouvrir une discussion sur le temps.

D'un autre côté, pour avoir déjà tenté la chose auprès de bon nombre d'amateurs et de professionnels de la philosophie pourtant très intelligents, et me doutant du genre de réactions que ça provoque de la part de ce « genre » de « penseurs », je suis un peu fatigué d'avance, pour tout dire ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Invité le Ven 22 Aoû 2014 - 17:38

Tu te trompes avec la conscience, et l'exemple grossier de l'oeil, justement, au moins dans le cas de notre espèce, la conscience peut avoir conscience d'elle-même, j'ai conscience d'avoir conscience, et même que tout Fruit de la conscience est Mien a priori  ( Cogito. Quand un collègue homosexuel et moi regardons les gens descendre d'un train, on ne voit pas a priori la même chose, etc. ) et donc ce faisant, la conscience peut faire l'objet, comme toute autre chose, d'investigations de la part de la conscience, investigations qui constituent un des chantiers notoirement constitutifs de la philosophie.
Et de façon absolument générale, tout individu qui s'interroge a posteriori sur un des produits de sa conscience ne fait rien d'autre.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 22:19

Tu te trompes avec la conscience, et l'exemple grossier de l'oeil, justement, au moins dans le cas de notre espèce, la conscience peut avoir conscience d'elle-même, j'ai conscience d'avoir conscience, et même que tout Fruit de la conscience est Mien a priori  ( Cogito. Quand un collègue homosexuel et moi regardons les gens descendre d'un train, on ne voit pas a priori la même chose, etc. ) et donc ce faisant, la conscience peut faire l'objet, comme toute autre chose, d'investigations de la part de la conscience, investigations qui constituent un des chantiers notoirement constitutifs de la philosophie.
Et de façon absolument générale, tout individu qui s'interroge a posteriori sur un des produits de sa conscience ne fait rien d'autre.

L'hypothèse d'une simultanéité de la sensibilité et du fonctionnement au sein d'une seule et même corporéité neurophysiologique a été vérifiée et contre-vérifiée en laboratoire. C'est cette simultanéité qui fait la sensibilité à un fonctionnement de la sensibilité.

La conscience d'avoir conscience, c'est la sensibilité à un fonctionnement de sa propre corporéité neurophysiologique.

C'est ce phénomène qui permet au survivant de survivre et au philosophe de philosopher.

Il devrait suffire au philosophe d'être au courant de ce phénomène pour philosopher en évitant le délire.

Aujourd'hui, le sujet cartésien est remplacé par la corporéité électro-chimico-neuro-physiologique sensible à sa propre sensibilité.

Aujourd'hui, le fait de se considérer comme un robot vivant n'a plus rien de péjoratif. C'est au contraire une élévation à la noblesse radicalement matérialiste fondatrice d'une éthique supérieure à toutes les autres.

Dieu est mort et avec lui tout les délires d'un intellect s'étant trop longtemps bercé d'illusions.

La grande raison, ce n'est pas la pensée, ce n'est pas l'intellect, ce n'est pas la conscience, ce n'est pas l'idée.

La grande raison, c'est le corps total, c'est la corporéité électro-chimico-neuro-physiologique sensible à sa propre sensibilité.

C'est la philosophie du corps total qui se moque aujourd'hui de la philosophie institutionnelle.
Il ne faut pas s’y tromper !

Les enfants de Diogène nous sont revenus ! …

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Invité le Ven 22 Aoû 2014 - 22:52

Ragnar Lothbrok a écrit:Aujourd'hui, le sujet cartésien est remplacé par la corporéité électro-chimico-neuro-physiologique sensible à sa propre sensibilité.

Je t'assure qu'une simple araignée est très sensible à sa propre sensibilité. Mais le sujet de notre espèce est un " peu " plus complexe.

Ragnar Lothbrok a écrit:C'est la philosophie du corps total qui se moque aujourd'hui de la philosophie institutionnelle.
Il ne faut pas s’y tromper !

Et la philosophie du corps total, elle a donc terminé l'inventaire de ce qu'est un individu ( Y compris, surtout, de ce qu'il est a priori. ) ? Si c'est le cas, vite, des références. Toute philosophie qui ne se propose pas de TOUT penser, y compris, surtout, ce qu'on ne veut surtout pas savoir ( C'est là qu'appuie précisément Sade, ce pourquoi il fait l'objet d'un tel rejet. ) est une parodie de philosophie.

Sinon oui, effectivement, quand tous les adeptes du " capitalisme démocratique " seront des adeptes de Diogène et compagnie, ça ira mieux.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Ven 22 Aoû 2014 - 23:40

Neopilina a écrit:
Ragnar Lothbrok a écrit:Aujourd'hui, le sujet cartésien est remplacé par la corporéité électro-chimico-neuro-physiologique sensible à sa propre sensibilité.

Je t'assure qu'une simple araignée est très sensible à sa propre sensibilité. Mais le sujet de notre espèce est un " peu " plus complexe.

La différence de complexité entre la physiologie de la sensibilité de l'araignée et celle de notre espèce est mieux explorée dans les laboratoires de la science d'aujourd'hui que dans les livres de philosophie de la scolastique, pour ne citer que ce domaine du délire livresque.

Moi, pour tout te dire, ce n'est pas dans la Docte ignorance de Nicolas de Cuse que je me renseigne sur la chose, même si j'adore le type, au demeurant ...

C'est là, que je me renseigne :  Clique ! Vas-y, clique ! Tu ne le regretteras pas ...  

https://www.douglas.qc.ca/info/le-cerveau-aussi-a-besoin-d-amour

Neopilina a écrit:
Ragnar Lothbrok a écrit:C'est la philosophie du corps total qui se moque aujourd'hui de la philosophie institutionnelle.
Il ne faut pas s’y tromper !
quand tous les adeptes du " capitalisme démocratique " seront des adeptes de Diogène et compagnie, ça ira mieux.

Tous ?

C'est demander la lune ! C'est comme demander à tous les chrétiens d'appliquer les préceptes du Christ ou demander à tous les philosophes de voir en quoi la science leur brise aujourd'hui pas mal de rêves pendant qu'ils dorment le soir au fond de leur petit lit douillet d'admirateurs de Blanche Neige et les sept nains heideggeriens, sartriens et autres riens.

Mais il y en a quand même, des capitalistes adeptes de Diogène. Propos fleuris (princeps). Non. Ils se contentent de lutter en pragmatistes naturalistes et en matérialistes radicaux contre la maladie et l'ignorance de partout où ils peuvent dans le monde, par exemple.

Regarde, c'est là (This is the Unknown American Way of Life) :

http://www.gatesfoundation.org/

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Invité le Sam 23 Aoû 2014 - 1:18

Tu ne m'as pas répondu à propos de la " philosophie du corps total ". Comment elle fait, par exemple, avec le patrimoine névrotique constitutif de tout un chacun ?

Sinon, quant à la scolastique, à la fois, j'en suis revenu et j'y ai trouvé des choses très intéressantes, que d'ailleurs tout le monde utilise sans même le savoir, y compris les scientifiques. Si on t'écoutait, il faudrait nier, bruler, une très grande partie de ce qui a fait ce que nous sommes. Tu craches dans la soupe, scies la branche où tu annones. T'es dans le rejet, le mépris, je suis dans le dialogue, la synthèse.

Diogène, lui, par exemple, a tenté la " philosophie totale ". Fais en la moitié, et on en recausera.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Sam 23 Aoû 2014 - 3:14

.

C'est ça qu'il y a de bien, avec l'anonymat. On peut imaginer ce qu'on veut de l'autre.

Tu es dans le dialogue ? Tant mieux pour toi ! Grand bien t'en fasse ! C'est bien ! C'est très bien ! ...

Mais qui t'as dit que le dialogue était le mode à mettre forcément en pratique sur les forums d'Internet ? Qui ? Je te le demande ...

Par exemple, moi, pardon, MOAAHHH, je ne suis pas dans le dialogue. Je l'ai bien signifié dès mon premier message sur LibertéPhilo.

Je suis dans la guerre. Je suis dans la volonté de tout casser à la hache dans la caverne des cadavres de la pensée.

Je suis dans la guerre qui ouvre à la hache les crânes des philosophes noyés dans leur soupe qui me dégoûte tellement qu'il ne me viendrait jamais l'idée d'y cracher dedans.

Et c'est de la métaphore, ma guerre, ne l'oublions surtout pas.

Et le fil de ma hache qui ouvre des crânes, c'est de la métaphore, aussi, ne l'oublions surtout pas.

C'est de l'exercice nietzschéen qui se veut « nichien ». Ça cherche à mordre dans la cuisse de la culture dépassée par les évènements.

Évidemment, une démarche pareille, ça ne fait pas une foule d'amis qui se bousculent à la porte de ma cabane.

Oui, mais la solitude, sur Internet, ça me va.

Ça me va très bien, la solitude vécue dans l'inimitié la plus totale d'une altérité qui n'existe que par ma volonté d'être ici et pas plus (puisqu'il me suffirait de me casser d'ici ou d'en être banni pour que les trois pelés et deux tondus de ce forum disparaissent de mon existence comme disparaîtrait l'être pour devenir le non-être de la plus parfaite néantisation des pelés et des tondus) (Le monde comme volonté et représentation, tu connais ?)

Cela dit, les forums, ça peut quand même aider à faire d'assez bons exercices pour le système neuronal. Je veux parler du mien, de système neuronal. Pas de celui des autres, qui pourront tous disparaître de ma vie en m'en touchant une sans faire bouger l'autre. Quelle valeur attribuer à une telle virtualité, sinon celle du détachement le plus facilement stoïque du monde. Un stoïcité de petit pet de lapin timide suffira sans problème.

Farce et rigolade que tout ça, mais dans la fête personnelle. Je veux dire la mienne, de fête. (L’unique et sa propriété, tu connais ?)

Il se forme cependant sur Internet des accointances de hasard qui sont loin d'être négligeables.

Tu sais combien d'amis je me suis faits sur Internet depuis 1981 que je l'utilise sous sa forme originelle de Bulletin Board Service ?

Réponse : UN. Ou plus exactement UNE. Pas plus. J'en parle parfois ...

Et sur Internet, une amie, une seule, je t'assure que ça me suffit largement ...

Alors la volonté de dialogue entre Laurel et Hardy, hein ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Sam 23 Aoû 2014 - 4:16

Tu ne m'as pas répondu à propos de la " philosophie du corps total ". Comment elle fait, par exemple, avec le patrimoine névrotique constitutif de tout un chacun ?

Elle fait comme on le fait lorsqu'on est bénévole à l'Institut Douglas rattaché à l'Université McGill de Montréal ...

http://www.douglas.qc.ca/section/benevolat-85

Je parle assez souvent de cet Institut pour que son existence ne t'aie pas échappé, je pense.

Dans ce vénérable Institut, c'est le volet radicalement matérialiste de la philosophie qui se développe pour le plus grand bien des malades de la tête comme celui que tu dis toi-même être et des gens sains d'esprit comme je pense l'être moi-même selon les critères du DSM V.

.


Dernière édition par Ragnar Lothbrok le Sam 23 Aoû 2014 - 4:30, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Ragnar I le Sam 23 Aoû 2014 - 13:18

Modération
Puisque tu te fiches des réponses et les autres de tes questions, autant ne rien dire.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum