Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Ven 17 Oct 2014 - 14:18

Nous signalions déjà le 19 janvier dernier le succès d'Alain Soral, après celui de Dieudonné, succès nié par toutes nos élites sans exception : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t139-le-phenomene-alain-soral

Celui d'Eric Zemmour (cf. son livre "Le suicide de la France") lui ressemble à s'y méprendre, l'anti-sionisme en moins. Même mépris des élites françaises, même questionnement sur le devenir de la laïcité, même misogynie, même admiration de la force. Pour un peu, nous pourrions les qualifier de nietzschéens, surtout Zemmour, tant il fait l'éloge de Napoléon dans son dernier livre.

Peu importent les querelles de chiffres, qui donneront en apparence raison à ses contradicteurs, Zemmour a fait réagir ceux-là même qu'il accuse, ce qui est est normal, mais surtout, et c'est là le plus intéressant, ils lui ont répondu avec les mêmes idées et la même rhétorique qu'il rend responsables depuis 40 ans de déclin continu de la France, lui apportant ainsi la meilleure des justifications, la preuve idéale de la vérité de ses théories.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Ragnar I le Ven 17 Oct 2014 - 17:16

.

Vu du Canada, les questions de société prévalant en France laissent plutôt songeur.

Il est vrai que le Canada ne se trouve pas à la même distance des pays exportateurs de misères que la France.

Il est également vrai que le Canada a misé sur le muticulturalisme et pas sur l'intégration des immigrants.

Il est vrai aussi que le Canada n'étant pas une ancienne puissance colonisatrice, il n'a pas vocation d'attirer en particulier tels ou tels immigrants de telle ou telle ancienne colonie.

Mais il est vrai par dessus tout que les lois canadiennes sur l'immigration sont contraignantes à un point difficilement imaginables même par les partisans les plus acharnés des membres du FN français, et que ces lois sont appliquées avec une rigueur et une sévérité tout aussi difficiles à imaginer par le Français moyen.

Dans ces conditions, l'un des éléments fondamentaux du « Suicide de la France » de Zemmour, à savoir l'à-plaventrisme devant l'Islam, ne risque pas de se produire de si tôt au Canada.

.

P.-S. :

Je viens d'apprendre avec stupéfaction que tout Français désireux de se marier avec une Marocaine doit présenter aux autorités françaises un certificat de respect des traditions marocaines dûment établi par une ambassade du Maroc, et que ce certificat n'est délivré par une telle ambassade que si le futur marié se convertit à l'Islam !

Entre 15 000 et 20 000 Français chrétiens, agnostiques ou athées se seraient ainsi convertis pour pouvoir se marier avec leur marocaine dulcinée ...

On croit rêver ! ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Ven 17 Oct 2014 - 21:08

Ragnar Lothbrok a écrit:Dans ces conditions, l'un des éléments fondamentaux du « Suicide de la France » de Zemmour, à savoir l'à-plaventrisme devant l'Islam, ne risque pas de se produire de si tôt au Canada.
C'est le contraire de ce que pense Zemmour, pour qui les pays anglo-saxons multiculturalistes sont déjà totalement contaminés par l'Islam, surtout l'Angleterre, mais aussi l'Allemagne, dont par exemple la ville de Hambourg, qui a reconnu des jours fériés musulmans. La France accueillait autrefois les immigrés à condition qu'ils se fondent dans la population autochtone. Mais, avec l'influence des sociétés multiculturalistes anglo-saxonnes via la mondialisation, cette assimilation ne marche plus aussi bien.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Ragnar I le Ven 17 Oct 2014 - 23:57

.

Je parle du Canada, pas de l'ensemble du monde anglo-saxon.

Le Canada a toujours accueilli les immigrés sans jamais les obliger à se fondre dans la population autochtone, ce qui n'a jamais posé le genre de problèmes dont parle Zemmour, même avec les musulmans, qui ont toutefois conduit les autorités canadiennes à agir avec fermeté envers certains illuminés.

Par ailleurs, ce n'est pas la mondialisation voulue par le monde anglo-saxon qui force aujourd'hui des milliers et des milliers de pauvres gens à traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune. C'est la misère.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Sam 18 Oct 2014 - 12:39

Ragnar Lothbrok a écrit:Le Canada a toujours accueilli les immigrés sans jamais les obliger à se fondre dans la population autochtone, ce qui n'a jamais posé le genre de problèmes dont parle Zemmour, même avec les musulmans, qui ont toutefois conduit les autorités canadiennes à agir avec fermeté envers certains illuminés.
Attention, ce que prône Zemmour serait sans doute pris au Canada pour de la xénophobie, voire du racisme. Zemmour est très très à droite, le mariage gay a été accepté sans problème au Canada, mais lui n'en veut absolument pas. Ce qu'il souhaite est à peu près le programme du RPR de 1990, c'est-à-dire l'immigration zéro : http://www.lemalpensant.fr/immigration-ce-que-disait-la-droite-rpr-udf-en-1990/2011/04/05/

Par ailleurs, ce n'est pas la mondialisation voulue par le monde anglo-saxon qui force aujourd'hui des milliers et des milliers de pauvres gens à traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune. C'est la misère.
Ce n'est pas ce que j'ai dit, ni Zemmour non plus. J'ai dit via la mondialisation. C'est le libéralisme mondialisé qui a amené les individus à se communautariser, par la perte des valeurs collectives (en France, fin de la laïcité) et l'affaissement de l'Etat (cf. l'influence de l'Union Européenne sur notre pays). En France, cela s'est traduit par le déplacement de populations étrangères dans les quartiers dits sensibles, et l'exode des blancs vers la périphérie, où le FN recrute en masse son électorat (cf. le livre très apprécié par Zemmour de Christophe Giuily).

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Ragnar I le Dim 19 Oct 2014 - 6:29


Je comprends bien ce que dit Zemmour. La France que j'ai quittée en 1975, ce n'est pas celle d'aujourd'hui, et comme lui je préfère la première à la seconde.

Mais je ne crois pas que la mondialisation soit la seule cause de cette transformation. C'est une cause importante, certes, mais ce n'est pas la seule.

Il y a aussi le flux de l'immigration, légale ou clandestine, avec pour locomotive ce qui pousse les plus misérables à chercher à améliorer leur sort. La France est historiquement et géographiquement mal placée pour pouvoir contenir ce flux. L'Angleterre et l'Allemagne aussi, d'ailleurs. Et les États-Unis aussi (avec les Mexicains). L'immigration zéro, c'est un rêve, dans les sociétés occidentales trop fortement marquées par un souci de repentance face au souvenir de la discrimination antisémite de la dernière guerre. Les Japonais et les Arabes n'ont pas ce problème, et dans ces pays, les immigrants travaillant par exemple dans la construction sont facilement rejetés à la mer quand les travaux sont finis. La disparition du rideau de fer communiste constitue aussi une cause à ne pas négliger, avec l'intégration tout à fait naturelle des pays de l'Europe de l'Est à ceux de l'Ouest.

Quant au mariage entre homosexuels, la France et les Français me semblent l'avoir culturellement admis bien avant la lettre de la Loi. « La cage aux folles », ce n'est pas une invention des anglo-saxons, ça, par exemple. Il serait étonnant que Zemmour ne soit pas au courant.

Philosophos a écrit:C'est le libéralisme mondialisé qui a amené les individus à se communautariser, par la perte des valeurs collectives (en France, fin de la laïcité) et l'affaissement de l'Etat (cf. l'influence de l'Union Européenne sur notre pays). En France, cela s'est traduit par le déplacement de populations étrangères dans les quartiers dits sensibles, et l'exode des blancs vers la périphérie, où le FN recrute en masse son électorat (cf. le livre très apprécié par Zemmour de Christophe Giuily).

Il ne faut pas négliger la « vigueur » de l'Islam, dans cette affaire. Il ne faut pas négliger non plus la discrimination françaises de fait face aux demandeurs d'emploi musulmans. Le communautarisme semble d'ailleurs concerner en France surtout les musulmans. Avec ces derniers, si l'intégration n'a pas fonctionné, ce n'est pas juste à cause de la mondialisation. C'est aussi parce que les musulmans sont nombreux à avoir émigré en France sans avoir voulu (ni pu, ni su) s'intégrer.

Le phénomène touche d'une certaine façon les Français du Sud-Ouest : les descendants d'Occitans ayant conservé leur accent n'ont par exemple jamais ou presque de poste de grande responsabilité au sein des grandes sociétés publiques ou privées françaises, même dans celles implantées dans le Sud-Ouest, où il s'est créé depuis près de huit siècles une sorte de communauté parfaitement invisible, mais certes pas inaudible, à condition de prêter l'oreille.

Message de la modération :
Quand tu postes deux sujets à quelques minutes d'intervalle, utilise la fonction "éditer" pour les regrouper. ;)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Dim 19 Oct 2014 - 18:07

Ragnar Lothbrok a écrit:Je comprends bien ce que dit Zemmour. La France que j'ai quittée en 1975, ce n'est pas celle d'aujourd'hui, et comme lui je préfère la première à la seconde.
Disons que tu la ressens bien, mais tu n'as pas l'air de comprendre la thèse de Zemmour, à savoir qu'il reproche aux idéologues de la "déconstruction" (Deleuze & co.) d'être responsables de cette transformation (ou de ce suicide, pour reprendre le titre de son livre). Je note que curieusement, hasard ou pas, Onfray a consacré à ces déconstructeurs sa saison précédente à l'UP de Caen. Et qu'il n'est pas tendre avec eux. Mais Onfray se droitise au fil du temps, de plus en plus nettement. Il est d'ailleurs souvent l'invité de Zemmour sur la chaîne Paris-Première, et se trouve d'accord avec lui sur pas mal de sujets, notamment celui, crucial, du devenir de l'Education nationale (cf. à propos des idéologues, leur mépris commun pour Dolto).

Mais je ne crois pas que la mondialisation soit la seule cause de cette transformation. C'est une cause importante, certes, mais ce n'est pas la seule. Il y a aussi le flux de l'immigration, légale ou clandestine, avec pour locomotive ce qui pousse les plus misérables à chercher à améliorer leur sort.
Tu fais de nouveau la confusion que j'ai dénoncée plus haut. L'immigration n'est pas la cause du déclin français, ce sont les déconstructeurs qui ont persuadé les Français qu'ils devaient se mépriser eux-mêmes et renier leur passé.

Quant au mariage entre homosexuels, la France et les Français me semblent l'avoir culturellement admis bien avant la lettre de la Loi. « La cage aux folles », ce n'est pas une invention des anglo-saxons, ça, par exemple. Il serait étonnant que Zemmour ne soit pas au courant.
Même reproche que je te fais. Ce sont les déconstructeurs qui ont fait aimer aux Français ce genre de films. Zemmour cite pléthore d'autres films ou chansons où il voit cette influence néfaste des déconstructeurs.

Le communautarisme semble d'ailleurs concerner en France surtout les musulmans. Avec ces derniers, si l'intégration n'a pas fonctionné, ce n'est pas juste à cause de la mondialisation. C'est aussi parce que les musulmans sont nombreux à avoir émigré en France sans avoir voulu (ni pu, ni su) s'intégrer.
Encore le même reproche, encore plus significatif ici. Ce n'est pas aux musulmans de s'intégrer, mais à la France de les y forcer.

Le phénomène touche d'une certaine façon les Français du Sud-Ouest : les descendants d'Occitans ayant conservé leur accent n'ont par exemple jamais ou presque de poste de grande responsabilité au sein des grandes sociétés publiques ou privées françaises, même dans celles implantées dans le Sud-Ouest, où il s'est créé depuis près de huit siècles une sorte de communauté parfaitement invisible, mais certes pas inaudible, à condition de prêter l'oreille.
Certes, l'accent. En tout cas, Juppé né à Mont-de-Marsan, ou François Bayrou, montrent que c'est faux. Par contre, tu peux toujours attendre un PDG d'Airbus noir ou arabe ! :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Ragnar I le Lun 20 Oct 2014 - 1:47

Philosophos a écrit:
Ragnar Lothbrok a écrit:Je comprends bien ce que dit Zemmour. La France que j'ai quittée en 1975, ce n'est pas celle d'aujourd'hui, et comme lui je préfère la première à la seconde.
Disons que tu la ressens bien, mais tu n'as pas l'air de comprendre la thèse de Zemmour, à savoir qu'il reproche aux idéologues de la "déconstruction" (Deleuze & co.) d'être responsables de cette transformation (ou de ce suicide, pour reprendre le titre de son livre). Je note que curieusement, hasard ou pas, Onfray a consacré à ces déconstructeurs sa saison précédente à l'UP de Caen. Et qu'il n'est pas tendre avec eux. Mais Onfray se droitise au fil du temps, de plus en plus nettement. Il est d'ailleurs souvent l'invité de Zemmour sur la chaîne Paris-Première, et se trouve d'accord avec lui sur pas mal de sujets, notamment celui, crucial, du devenir de l'Education nationale (cf. à propos des idéologues, leur mépris commun pour Dolto).
Si, si, je comprends très bien l'argument de la déconstruction philosophique (Deleuze, Guattari, Derrida, etc.) avancé par Zemmour. Je ne la réfute pas. Je dis simplement qu'il n'y a pas que ça dans l'histoire du déclin de la France. Il y a aussi le raz le bol des minorités et la force de certaines d'entre elles. Ce ne sont pas les philosophes qui ont inventé la pilule anticonceptionnelle qui a été le vrai levier de la libération de la femme, et, corollaire, le vrai levier de l'affaiblissement des pouvoirs masculins. Cela dit, je ne crois pas que la libération de la femme ait entamé d'un poil la virilité des hommes, en France. Par contre, ça en a calmé peut-être plus d'un qui profitait de la consécration du mariage pour violer leur femme en toute impunité, pour ne parler que de ce « détail ».

Quant à l'argument du tout culturel contre lequel se battent Zemmour et Onfray, il est plus que justifié. L'humain n'est pas exclusivement acquis, pas plus qu'il n'est exclusivement inné. Il est les deux à la fois. La théorie des genres avancée par certains idéologues ne tient absolument pas la route, notamment dans le cadre de l'Éducation nationale.



Philosophos a écrit:
Mais je ne crois pas que la mondialisation soit la seule cause de cette transformation. C'est une cause importante, certes, mais ce n'est pas la seule. Il y a aussi le flux de l'immigration, légale ou clandestine, avec pour locomotive ce qui pousse les plus misérables à chercher à améliorer leur sort.
Tu fais de nouveau la confusion que j'ai dénoncée plus haut. L'immigration n'est pas la cause du déclin français, ce sont les déconstructeurs qui ont persuadé les Français qu'ils devaient se mépriser eux-mêmes et renier leur passé.
Je ne confonds rien. Je dis simplement que la déconstruction philosophique ne constitue pas la seule cause du mépris que les Français ont pour eux. Il y a aussi que l'histoire de la France est entachée de choses pas bien belles dont la mise au jour ne porte pas à la fierté (colonisation, collaboration, discrimination, etc.). On peut certes être fier du Siècle des lumières, comme l'est Zemmour, mais il n'y a pas de quoi être fier de Vichy, ni de la colonisation qui a débouché sur les guerres perdues en Indochine et en Algérie.

Le phénomène n'est d'ailleurs pas limité à la France. Les Canadiens ne sont pas fiers des conflits les ayant opposés aux autochtones, par exemple, ni des massacres et déportations des Acadiens ...

Philosophos a écrit:
Quant au mariage entre homosexuels, la France et les Français me semblent l'avoir culturellement admis bien avant la lettre de la Loi. « La cage aux folles », ce n'est pas une invention des anglo-saxons, ça, par exemple. Il serait étonnant que Zemmour ne soit pas au courant.
Même reproche que je te fais. Ce sont les déconstructeurs qui ont fait aimer aux Français ce genre de films. Zemmour cite pléthore d'autres films ou chansons où il voit cette influence néfaste des déconstructeurs.
Même réaction de ma part. La déconstruction philosophique n'est pas seule en cause. Il y a eu aussi dans l'histoire récente de la France une prise de conscience concernant un déterminisme biologique imposant à l'individu une orientation sexuelle impossible à infléchir. On ne choisit pas d'être homosexuel. On né et on est tel. Et 1968 a eu une influence non négligeable sur la place des minorités sexuelles dans la société, ce qui a permis de contrer l'injustice de la stigmatisation. Mais le phénomène est le même avec le désir de changer de partenaire, qui est biologiquement déterminé.

Philosophos a écrit:
Le communautarisme semble d'ailleurs concerner en France surtout les musulmans. Avec ces derniers, si l'intégration n'a pas fonctionné, ce n'est pas juste à cause de la mondialisation. C'est aussi parce que les musulmans sont nombreux à avoir émigré en France sans avoir voulu (ni pu, ni su) s'intégrer.
Encore le même reproche, encore plus significatif ici. Ce n'est pas aux musulmans de s'intégrer, mais à la France de les y forcer.
Les forcer ? Tu badines ! ...

On ne force pas les immigrants à s'intégrer, quand on est civilisé tout en étant pragmatique. On leur donne les moyens de s'intégrer ou on les renvoie chez eux. Ce n'est pas pareil ...

Je crois que sur ce plan, l'Europe entière a des leçons à prendre du Canada. Oh, il ne faut pas rêver non plus, la situation géographique de l'Europe ne facilitera jamais la tâche, mais quand même ...

Philosophos a écrit:
Le phénomène touche d'une certaine façon les Français du Sud-Ouest : les descendants d'Occitans ayant conservé leur accent n'ont par exemple jamais ou presque de poste de grande responsabilité au sein des grandes sociétés publiques ou privées françaises, même dans celles implantées dans le Sud-Ouest, où il s'est créé depuis près de huit siècles une sorte de communauté parfaitement invisible, mais certes pas inaudible, à condition de prêter l'oreille.
Certes, l'accent. En tout cas, Juppé né à Mont-de-Marsan, ou François Bayrou, montrent que c'est faux. Par contre, tu peux toujours attendre un PDG d'Airbus noir ou arabe ! :)

Juppé n'a pas l'accent occitan. Bayrou n'a pas l'accent occitan. Aucun des cadres supérieurs d'Airbus n'a l'accent occitan. Sauf rare exception (un président de conseil régional, par exemple), aucun poste important n'est occupé en France par quelqu'un parlant avec l'accent occitan. Ni dans les institutions publiques, ni dans les entreprises privées. Il y a en France une discrimination auditive à l'encontre de ceux qui parlent avec l'accent occitan. Cette discrimination est d'autant plus forte que la chose est parfaitement inconsciente et que personne ne s'en rend compte, même pas les Occitans ! ...

(Exception : Il y a au CNRS pas mal de Directeurs de recherche ayant l'accent occitan) (On ne peut pas ignorer les capacités réelles des individus, en science ...)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Princeps le Dim 16 Nov 2014 - 0:18

Ragnar a écrit:(On ne peut pas ignorer les capacités réelles des individus, en science ...)
Le système universitaire, repose en grande partie sur la cooptation, et les réseaux d'influence. On peut aisément ignorer les capacités d'untel, au profit d'un autre mieux intégré...
Ragnar a écrit:Cette discrimination est d'autant plus forte que la chose est parfaitement inconsciente et que personne ne s'en rend compte, même pas les Occitans ! ...
Oh si, et c'est bien pour ça que nous abandonnons notre accent *Lol*.

Philosophos a écrit:C'est le libéralisme mondialisé qui a amené les individus à se communautariser, par la perte des valeurs collectives (en France, fin de la laïcité) et l'affaissement de l'Etat (cf. l'influence de l'Union Européenne sur notre pays). En France, cela s'est traduit par le déplacement de populations étrangères dans les quartiers dits sensibles, et l'exode des blancs vers la périphérie, où le FN recrute en masse son électorat (cf. le livre très apprécié par Zemmour de Christophe Giuily).
Il ne faut pas oublier l'impact de l'aménagement du territoire : "les grands ensembles" si coquets qu'ils fussent, n'en étaient pas moins coupés des zones d'attractivité économiques; c'est une des raisons premières de se replie sur soi. Je vais prêcher pour ma paroisse, mais l'abaissement constant du niveau d'enseignement en Histoire, c'est-à-dire trop de factuel, trop d’événements étudiés et le peu de crédit donner à la matière ne permet pas au roman national de prendre. La thèse de Giuily, si fondée qu'elle soit - division géographique de l'électorat, urbain/périphérie - occulte un fait important : en ville, les classes moyennes sont encore importantes.  

Sur Zemmour, et son bouquin, j'ai récemment entendu Soral prétendre qu'il ne s'agissait que d'une reprise souple de ses propres thèses. Info, intox ?
avatar
Princeps
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Neo' le Dim 16 Nov 2014 - 0:38

Considérer absolument le communautarisme, si profondément ancré dans le monde anglo-saxon ( Mode de fonctionnement de l'ex-'Empire britannique. ), est une utopie, et dans un monde de plus en plus ouvert c'est de plus en plus vrai.
L'intégration, c'est en soi dur. Et donc infiniment plus en période de crise. Qui va favoriser une foule de replis. Très exactement ce qu'on vit. En n'oubliant pas un contexte de marasme idéologique que l'humanité n'a peut être jamais connu. De l'extrême gauche à l'extrême droite tout le monde est en train de comprendre que la Grand Patron c'est le Capital. On a voulu faire l'Europe, celle-là traine des pieds de manière affligeante mais celle des marchands n'a pas raté le côche. Etc.
avatar
Neo'
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Ragnar I le Dim 16 Nov 2014 - 15:23

Le communautarisme anglo-saxon ? Une utopie ?

Oui, sans doute, mais c'est ce communautarisme qui a permis à Montréal d'être la deuxième ville francophone du monde et à la langue française d'être parlée en Amérique du nord par à peu près 10 millions de gens.

Revenir en haut Aller en bas

Zemmour : "Le suicide français"

Message  Prince' le Dim 3 Mai 2015 - 21:39


Un extrait d'ONPC, dans lequel Zemmour explique sa "thèse", déconstruire les déconstructionnistes, la "French Touch" (Deleuze, Derrida). Pour Zemmour, ils attaquent l'innée, pas de famille, pas de déterminisme. Tout est social, l'homme est modulable.  Je ne doute pas que certains ici réagiront vivement.

Je rejoins Caron *Lol* sur le fait de ne pas citer précisément les sources, c'est dommageable.Même si l'intéressé se défend de ne pas faire un livre "universitaire".


Dernière édition par Princeps le Lun 4 Mai 2015 - 6:24, édité 2 fois
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Aldolo le Lun 4 Mai 2015 - 1:20

C'est très bizarre la façon dont Zemmour révisite l'histoire.
Il nous explique que la French Theory aurait entamé la déconstruction de toutes les institutions en expliquant que tout serait social, et que donc tout pourrait être "déconstruit". Il nous dit ensuite que mai 68 serait à l'origine de l'individualisme (c'est fort de café). Et que le fruit de mai 68 aurait été "déconstruction, dérision, destruction".
Quelle plaie d'entendre de telles conneries...
Il est donc question de cette French Theory que Zemmour associe sans réserve à la destruction des valeurs qu'il déplore, et que lui-même veut déconstruire à son tour... et d'enchaîner en citant Deleuze et Guattari comme auteurs de référence (avec Derrida) de cette French Theory et de la déconstruction qui irait avec.
En clair, c'est n'importe quoi.

Soyons clair : la déconstruction, c'est l'affaire de Derrida et de personne d'autre (encore que je vienne d'apprendre dans wiki que Heidegger aurait employé le terme le premier). Deleuze et Guattari n'ont jamais ni employé ce terme ni vanté quoi que ce soit en rapport (et ne citent d'ailleurs pratiquement jamais Derrida dans leurs textes).
D'abord (et sans repasser par wiki), il m'avait semblé que la déconstruction était quelque chose de très précis (dans la bouche de Derrida donc]) : il s'agissait de reprendre les textes d'auteurs pour donc les "déconstruire", c'est-à-dire repérer au sein de ces textes ce qui aurait inconsciemment motivé tels et tels préjugés qui auraient eux-même entraîné telle ou telle forme de pensée, prise de position etc. Bon. Chacun vérifiera s'il le souhaite (moi je retourne pas sur wiki voir si je dis des conneries). Ainsi, Derrida tente (d'après ce que j'en avais saisi) de recontextualiser un certain nombre de textes d'auteurs pour mieux en expliquer l'historique, les racines, les idées inconscientes préconçues. Mais quand Zemmour parle lui de déconstruction, il emploie lui le terme en parlant d'une déconstruction/destruction des institutions (ce qui a priori semble sans rapport avec la technique derridienne)... et de là s'ensuit une espèce d'amalgame avec le mouvement de mai 68 qui prônerait l'individualisme sous prétexte qu'il refusa (certes) un certain nombre d'institutions.
On sait plus très bien où on en est...

Reprenons contact avec le réel : la déconstruction, c'est pas la destruction des institutions ; c'est pas non plus Deleuze, pas plus que la "French Theory". La French Theory, c'est un terme douteux, un amalgame peu cohérent fabriqué de toutes pièces par les américains qui ont mis dans le paquet tout et n'importe quoi : un panel de post-soixante-huitard ? Ah bon... alors il faudrait admettre que Lacan serait un rejeton de mai 68... sous influence, on croit rêver ! La French Théory, c'est en fait un amalgame qui comprend à peu près tout ce que la France a pu compter de "penseurs" tournant plus ou moins autour de la philosophie durant la deuxième moitié du vingtième siècle... sauf Sartre, clairement connu et identifié pour échapper à ce melting-pot. La French Theory, c'est peut-être finalement ce que les américains ont trouvé de plus intéressant qui ait quelque chose à faire penser sur ce qui a pu se passer (aux USA comme en Europe) dans les mouvement de révolte des années soixante ?
L'amalgame qu'ils en ont fait quant aux auteurs est par contre plutôt inexplicable : quel rapport entre Deleuze et Lacan ? Aucun. Ah si : Guattari, qui a sauf erreur étudié la psychanalyse à partir de Lacan (peut-être même était-il son élève, faudrait vérifier)... mais pour ensuite s'en détourner clairement, en particulier à travers le livre co-écrit avec Deleuze en 1972, l'Anti-Œdipe : gros pavé mettant très à mal l'ensemble de la psychanalyse, Lacan compris.

D'où Zemmour a-t-il pu attribuer à cet amalgame américain de French Theory un courant de pensée qui aurait voulu détruire les institutions... et ce par une "déconstruction" qui, on l'a vu, n'a pas vraiment de rapport avec la destruction des institutions ? Mystère et boule de gomme.
Quant au rapport entre l'état de l'Occident aujourd'hui et les revendications soixante-huitardes, on peut surtout en rigoler : c'était pas exactement la volonté des soixante-huitards de prôner l'individualisme comme le martèle approximativement Zemmour... c'était même très précisément le contraire !
... et qui a récupéré le bazar, qui en a profité pour justifier le désir d'individualisme des cochons qui nous gouvernent, qui a mis le monde au pas de cet égoïsme généralisé institué en norme de l'humanité, c'est bel et bien l'œuvre des cochons du capitalisme eux-même et personne d'autre : simple, clair.
Un minimum d'honnêteté ne nuit pas.

Ensuite, les relations de causes à effets, on peut toujours en dire ce qu'on veut... dire que s'il n'y avait pas eu tous ces mouvements (qui donc ne se résument absolument pas à mai 68 pas plus qu'à la France : que Zemmour se renseigne : il y avait aussi quelques "détails" de l'histoire de type guerre du Vietnam) ; bref, que si tout ça n'avait pas eu lieu, on serait encore dans les années cinquante et que tout serait tellement plus chouette, pompidolien et tout et tout... ouais ouais ouais, ça plane les ultra-réacs.
Ça pense aussi, vous croyez, ça philosophe ?
Hum, pas si sûr...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Kercoz le Lun 4 Mai 2015 - 14:32

aldolo a écrit:

D'où Zemmour a-t-il pu attribuer à cet amalgame américain de French Theory un courant de pensée qui aurait voulu détruire les institutions... et ce par une "déconstruction" qui, on l'a vu, n'a pas vraiment de rapport avec la destruction des institutions ? Mystère et boule de gomme.
Quant au rapport entre l'état de l'Occident aujourd'hui et les revendications soixante-huitardes, on peut surtout en rigoler : c'était pas exactement la volonté des soixante-huitards de prôner l'individualisme comme le martèle approximativement Zemmour... c'était même très précisément le contraire !
..

Je ne connais pas Zemmour. Il semble que tu poses bien le problème sémantique. Ce serait plutôt "déconstructivisme" qu' il faudrait employer pour lui ( du moins ce qu' on m' en présente). Le problème c'est que constructivisme est un des termes les plus polysémiques. Le sens qu' on lui donnerait ici serait celui annoncé par Wiki de sa version "sociologique" ...( construction par l' homme, par la "raison" d' un système)....qui est carrément l' opposé" des sens que lui donnent les autres domaines ( dont la philo): construite par la nature.
Par contre j ' ai tendance a penser , pour 68, comme le fait Zemmour ,à contrario de ta position ( ton ironie n' a pas lieu d' être sinon de dévaloriser ton propos).
68 , c'est compliqué à schématiser...Il me semble qu' il y a eu 2 courants dominants contradictoires qui n' étaient pas ressentis comme contradictoire.:
- strictement parisien du Mai / Une dynamique réellement vers l' individualisme, par la la tentative d' abattre les derniers vestiges du système morcelé originel, perpétué jusque milieu Urbain par les traditions agraires.( un combat contre les rites résiduels "bien dégagé derriere les oreilles")...de façon a faire correspondre la réalité émergente avec les possibilités du modernisme: l' accès a un individualisme libérateur.
- Une dynamique mondiale de refus du consumériste , du mode de vie, qui cherchait plutot le regroupement restreint , donc opposé à l' individualisme.
C' est du moins ce que j' ai ressenti, puisque j' ai participé aux 2 dynamiques.
Mais ( je n' ai pas encore écouté zemmour), L' idée que cette dynamique endogène qui tend à abattre les contraintes sociétales traditionnelles me parait évident .....dynamique inconsciente bien sur puisqu' elle faisait le lit du libéralisme économique ....ce qui rejoint la thèse " réhabiliter l' intolérance" de ZYZEK.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Lun 4 Mai 2015 - 14:58

kercoz a écrit:Mais ( je n' ai pas encore écouté zemmour), L' idée que cette dynamique endogène qui tend à abattre les contraintes sociétales traditionnelles me parait évident .....dynamique inconsciente bien sur puisqu' elle faisait le lit du libéralisme économique ....ce qui rejoint la thèse " réhabiliter l' intolérance" de ZYZEK.
C'est aussi la thèse de Michéa, souvent cité par Zemmour. Celui-ci fait des gauchistes des idiots utiles du capitalisme. Aujourd'hui, on voit néanmoins une nouvelle gauche parfaitement au courant du rôle qu'elle joue (cf. la gauche Valls), à la fois progressiste et capitaliste.

Un résumé des thèses de Zemmour ici : http://www.breizh-info.com/20294/actualite-societale/eric-zemmour-nantes-deconstruire-la-deconstruction/

Et sur la déconstruction vue par Zemmour :
De grands philosophes ont entamé la déconstruction de toutes les structures traditionnelles, la famille, la nation, l’état, les relations sociales » ( Eric Zemmour)

Eric Zemmour « dans les années 60, il y a eu tout un mouvement intellectuel français d’ailleurs, que les américains appellent la « French Theory » , vous voyez on ne peut pas faire mieux.

Précisant « De grands intellectuels, Gilles Deleuze, Félix Guattari etc…qui ont, ce sont leurs propres termes à eux, ce n’est pas moi qui ait inventé ce mot- qui ont entamé la déconstruction de toutes les structures traditionnelles, c’est à dire la famille, la nation, l’état, les relations sociales, jusqu’à l’ultime avancée si j’ose dire, c’est la déconstruction des identités sexuelles. ».

Eric Zemmour « Et ils nous ont expliqué ces gens là, dans les années 60, 70 et ça a fait fureur encore après en se diffusant dans toute la société, c’est ce que j’essaie d’expliquer à Cohn Bendit, que tout était social et donc rien n’était naturel. »

« Donc tout pouvait être reconstruit et déconstruit, qu’il n’y avait rien d’inné ou d’intangible- et que puisque tout était social, on pouvait tout déconstruire ».

http://lemediascope.fr/video-eric-zemmour-pourquoi-le-suicide-francais-bat-des-records-ruquier-on-nest-pas-couche/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  JP2popup le Lun 4 Mai 2015 - 17:10

Le suicide français...

Cela me rappelle cette blague qu'on raconte en Belgique:

– Comment fait un Français pour se suicider?

– Il se tire une balle à 15 centimètres au-dessus de la tête, en plein dans son complexe de supériorité.


La logorrhée de Zemmour me semble parfaite à ce sujet...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Lun 4 Mai 2015 - 17:16

Le déclin français est indéniable, reste ensuite à comprendre pourquoi un pays qui a tant d'atouts s'en tire aussi mal. Evidemment, Zemmour n'allait pas tenir un discours néo-libéral, tout aussi idéologique. Il marque cependant des points en visant une idéologie, car tout choix politique est idéologique et repose donc sur des intellectuels.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Aldolo le Lun 4 Mai 2015 - 23:10

Philo a écrit:Le déclin français est indéniable, reste ensuite à comprendre pourquoi un pays qui a tant d'atouts s'en tire aussi mal. Evidemment, Zemmour n'allait pas tenir un discours néo-libéral, tout aussi idéologique. Il marque cependant des points en visant une idéologie, car tout choix politique est idéologique et repose donc sur des intellectuels.
Il marque des points en visant une idéologie ?
On croit rêver... il répète benoîtement le leitmotiv de la droite qui, depuis quelques décennies déjà, veut mettre tous les malheurs du monde sur le dos des soixante-huitards. et rayer de la carte cette part de l'Histoire de France, rien de moins (de France et du monde donc, manque de bol, et puisque ça échappe à certains).
Tu parles d'une réflexion !

A l'égard des autres commentaires (dont celui de Kercoz), je répète... ou plutôt je répète pas : vous n'avez qu'à lire ce que j'ai écrit et vous renseigner (tapez déjà "déconstruction" sur wiki, par exemple).
La déconstruction, c'est Derrida et point-barre.
Et la French Theory, c'est un amalgame de trucs très différents (sans cesse se copier/coller pour se faire entendre), imaginé donc par des américains qui y ont vu une contestation de type philosophique des sociétés occidentales sans visiblement avoir vu que Deleuze, Derrida et Lacan par exemple, c'était pas exactement euh... pareil ! (qu'ils n'avaient sans doute pas plus lu à l'époque que Zemmour aujourd'hui)
Maintenant si ça vous arrange de penser que c'est pareil : vous dérangez pas pour moi...

En outre, mon cher Kercoz, quand je dis que Zemmour ne dit que des conneries, c'est pas ça, de l'ironie, c'est pas fait comme ça, l'ironie. Et au lieu d'avancer (juste pour te la jouer un peu) que ça déligitimerait ce que je dis, tu range ton dentier dans le verre d'eau... oui là, juste à côté de ton lit, sur la table de nuit... et tu tapes toi aussi "déconstruction" sur wiki (et pas "déconstructivisme" ni "décoloration" hein, te goure pas), tu vas voir, tu vas apprendre des trucs inouïs !

Modération : on n'est pas sur Digression ici, les attaques personnelles sont interdites, la prochaine fois je censure, autrement dit, ton message part à la benne (Philo).

Et puis juste pour rire, j'ai tapé "Déconstruction Deleuze" dans wiki. Inutile de dire qu'il n'y a rien de chez rien malgré vos commentaires, mais j'ai trouvé par contre un truc pour le coup "ironique" (comme ça tu verras la différence, Kercoz, pour la prochaine fois). Tiens, j'en cite un bout, juste histoire de causer :
Qui sont ces hordes barbares dont Zemmour nous vante l’incroyable pouvoir, des hordes qui ont « déconstruit toutes les structures sociales » afin de libérer un individu qui désormais « fait n’importe quoi », et n’est plus « qu’une particule dans un monde marchand ». Eh bien, ces ostrogoths ont pour noms… Deleuze et Guattari ! Peu importe que, philosophiquement, la déconstruction soit le fait de Derrida. C'est un "détail".
Zemmour a dû feuilleter l’ouvrage de Cusset sur la « french theory », survoler les âneries de Sokal & Bricmont, lire un résumé du pamphlet d’Aubral et Delcourt (et sûrement se taper le quatrième de couverture de La barbarie à visage humain…) et se dire que ce n'était pas la peine de se plonger dans les œuvres de Deleuze
http://towardgrace.blogspot.com/2014/11/deconstruire-zemmour.html

Bon c'est n'importe qui (comme moi), mais ça fait toujours plaisir de se sentir moins seul...

So long

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Kercoz le Mar 5 Mai 2015 - 8:38

Comment veux tu discuter avec cette dose d' agressivité et surtout de "certitude" ? ....C'est bien sur la 1ere chose que j' ai fait d'aller voir déconstruction sur Wiki. Pour confirmer que ça n' avait rien à voir avec la notion de constructivisme qui moi, m' intéresse. Et qu' apparemment les acteurs utilisent les 3 sens du terme à leur guise, ce qui ne peut qu' embrouiller le truc (pour le "3" , voir mon intervention précédente....l' histoire de l' inversion du sens constructiviste est des plus passionnante à déméller ).
Une analyse doit rester "froide" pour tenter l' objectivité , c'est à dire en repoussant les tentations de la passion. Je ne voudrais pas raconter ma guerre , mais en 68 j' avais 18 ans et j' étais toutes les nuits sur place. Je peux donc analyser mes motivations et celles du moment.
Pour imager le truc , il faut penser à une histoire de techtonique ( tamère) des plaques. Le système structurellement morcelé est squatté par un système centralisé ....Le truc s' équilibre tant bien que mal ( plutot mal pour les individus), .....Advient le charbon-vapeur et l' énergie gratuite avec le pétrole ....le système parasite peut accentuer sa pression sur le système morcelé et pense accroitre ses gains de productivité en détruisant son support pour mieux l' organiser.
. C'est une thèse qui se tient, me semble t il, ...en tout cas qui mérite mieux que l' ironie et le mépris.
En poursuivant cette analyse, on tombe sur 2 problèmes:
- Un système " fabriqué" peut il être aussi pertinent , stable, que le système originel naturel ? .....Revenir à l' individu est il possible sans traumatismes extrêmes?
_ Si cette transition a été possible grace à l' abondance découlant de l' abondance énergétique ......Pourra t elle se maintenir avec le retour à une pénurie d'abondance ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Mar 5 Mai 2015 - 9:53

Zemmour est avant tout un populiste, c'est-à-dire quelqu'un qui joue le peuple contre les élites. Si tout va mal, ça ne peut être que de leur faute. Une fois choisie cette position, il reste à trouver les élites auxquelles on veut s'attaquer. Zemmour aurait pu se contenter de s'arrêter à SOS Racisme, comme d'habitude, mais cette fois, il est remonté aussi loin que possible dans l'histoire, juste après le général de Gaulle. Et c'est ainsi qu'il est tombé sur Deleuze et compagnie.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum