Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Prince' le Mer 28 Sep 2016 - 23:05

En l'état, tu proposes un ressentiment. Quid de ton analyse de fond ?

Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Mer 28 Sep 2016 - 23:49

Oui, ce sont des procès d'intention. Il peut être hyper-convaincu par la réalité de ce qu'il dit, et contrastivement ta tristesse pourrait procéder du même moteur que la sienne. Par ailleurs, ne pas s'engager en politique, c'est aussi une façon de préserver une forme de liberté de parole/de ton, et aussi peut-être une reconnaissance de sa propre incapacité-à, modestement.

Je ne défends pas Zemmour, je dis que ta lecture peut être inversée. Au-delà, il faut pourtant noter qu'aucune religion aujourd'hui, ne déploie autant de singularité que celle de l'islam, ou plutôt, précisément, certains islamistes. La question que pose l'islam est au fond celle d'une religion sans clergé, dans laquelle n'importe qui peut se poser en grand mufti, de Tariq Ramadan, qui n'est vraiment pas un con - mais qui me chiffonne certes, - à l'ayatollah Khomeini en Iran (inventeur du terme islamophobie, sachant tout le désaveu des "phobies" par les Occidentaux, donc stratégiquement pour nous empêcher de penser le problème), en passant par feu (?) Ben Laden (en tout cas c'est ce qui a été dit & répété pédagogiquement par les ondes), ou bien le doux et humanitaire Abd Al Malik. J'en oublie infiniment, forcément.

De fait, et pour en avoir été témoin sur le terrain (je n'en dirai pas plus, à cause de la vie privée), j'ai vécu en direct, depuis 2006, l'infiltration d'imams de merde, excitant la jeunesse, notamment musulmane d'origine au moins, forcément. Or, on sait que tout cela procède à partir de la misère sociale, des problèmes que génère l'Occident-même et critiqués par des Occidentaux - dont je suis, - mais il ne faut pas se cacher que le fanatisme (islamiste comme complotiste, par ailleurs, et contradictoirement, de ce qu'Alain Soral par exemple est plutôt du genre pro-islamique) ... que le fanatisme, disais-je, touche des personnes intelligentes, aussi. En réalité, c'est leur intelligence éperdue, qui les perd apophéniquement, à force de faux liens entre les choses.

Eric Zemmour, dans son genre PMU - et rien que PMU, encore qu'il en ait (de la culture G, de l'information) - est dramatisé par tout cela, affolé, affolant. Mais toi aussi, sauf que tu projettes sur Zemmour un sentiment d'impuissance propre qui serait par lui compensé en folie des grandeurs. Or, s'il a du réseau dans les médias, ce sont bien les émetteurs qui veulent le prendre avec eux, pour de bonnes & mauvaises raisons confondues, naturellement, à commencer par l'audimat. Mais enfin, ce type marche, et d'une manière ou d'une autre les médias reflètent la société qu'ils expriment, quand bien même ils l'influencent sans conteste, aussi, propagandement.

Bref : quid de ton analyse de fond ?

Car enfin, si donc, comme tu dis, il faut être motivé pour faire ce qu'il fait, ce serait pas mal que plus de gens soient motivés, pas forcément dans la veine, mais en tout cas à assumer leur responsabilité intellectuelle, et pas qu'intellectuelle, ce qui fait manifestement défaut aujourd'hui partout. De quoi stresser un peu plus notre drôle de Zorro français.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Kenshin (Bigone) le Jeu 29 Sep 2016 - 10:35

Malcom a écrit:Oui, ce sont des procès d'intention. Il peut être hyper-convaincu par la réalité de ce qu'il dit, et contrastivement ta tristesse pourrait procéder du même moteur que la sienne. Par ailleurs, ne pas s'engager en politique, c'est aussi une façon de préserver une forme de liberté de parole/de ton, et aussi peut-être une reconnaissance de sa propre incapacité-à, modestement.

Je suis d'accord avec toi.  Ne pas s'engager en politique oui, peut être une forme de modestie. Là preuve, je ne m'en sens pas capable. Je l'avoue. Donc peut être que moi et Zemmour avons un point commun.


Malcom a écrit:Je ne défends pas Zemmour, je dis que ta lecture peut être inversée.

D'accord avec toi.


Malcom a écrit: Au-delà, il faut pourtant noter qu'aucune religion aujourd'hui, ne déploie autant de singularité que celle de l'islam, ou plutôt, précisément, certains islamistes. La question que pose l'islam est au fond celle d'une religion sans clergé, dans laquelle n'importe qui peut se poser en grand mufti, de Tariq Ramadan, qui n'est vraiment pas un con - mais qui me chiffonne certes, - à l'ayatollah Khomeini en Iran (inventeur du terme islamophobie, sachant tout le désaveu des "phobies" par les Occidentaux, donc stratégiquement pour nous empêcher de penser le problème), en passant par feu (?) Ben Laden (en tout cas c'est ce qui a été dit & répété pédagogiquement par les ondes), ou bien le doux et humanitaire Abd Al Malik. J'en oublie infiniment, forcément.


Je ne nie pas qu'il y a un problème avec l'Islam . Il y a un problème, un gros problème avec le radicalisme. Il serait irresponsable de l'ignorer. c'est vrai. Ce que je fais avec Zemour. Je ne l'ignore pas.


Malcom a écrit:De fait, et pour en avoir été témoin sur le terrain (je n'en dirai pas plus, à cause de la vie privée), j'ai vécu en direct, depuis 2006, l'infiltration d'imams de merde, excitant la jeunesse, notamment musulmane d'origine au moins, forcément. Or, on sait que tout cela procède à partir de la misère sociale, des problèmes que génère l'Occident-même et critiqués par des Occidentaux - dont je suis, - mais il ne faut pas se cacher que le fanatisme (islamiste comme complotiste, par ailleurs, et contradictoirement, de ce qu'Alain Soral par exemple est plutôt du genre pro-islamique) ... que le fanatisme, disais-je, touche des personnes intelligentes, aussi. En réalité, c'est leur intelligence éperdue, qui les perd apophéniquement, à force de faux liens entre les choses.

Là encore je suis d'accord avec toi. Si tu veux ce que je reproche a ce populiste dans ce discours ce n'est pas qu'il pointe du doigt l'existence d'un problème mais c'est qu'il dise que la solution à ce problème, c'est la haine. Il le dit lui même, il n'est pas là pour penser, il ne pense pas.


Malcom a écrit:Eric Zemmour, dans son genre PMU - et rien que PMU, encore qu'il en ait (de la culture G, de l'information) - est dramatisé par tout cela, affolé, affolant. Mais toi aussi, sauf que tu projettes sur Zemmour un sentiment d'impuissance propre qui serait par lui compensé en folie des grandeurs. Or, s'il a du réseau dans les médias, ce sont bien les émetteurs qui veulent le prendre avec eux, pour de bonnes & mauvaises raisons confondues, naturellement, à commencer par l'audimat. Mais enfin, ce type marche, et d'une manière ou d'une autre les médias reflètent la société qu'ils expriment, quand bien même ils l'influencent sans conteste, aussi, propagandement.

Très juste. Il y a de la désillusion dans mes propros, je l'assume.



Bref : quid de ton analyse de fond ?

Malcom a écrit:Car enfin, si donc, comme tu dis, il faut être motivé pour faire ce qu'il fait, ce serait pas mal que plus de gens soient motivés, pas forcément dans la veine, mais en tout cas à assumer leur responsabilité intellectuelle, et pas qu'intellectuelle, ce qui fait manifestement défaut aujourd'hui partout. De quoi stresser un peu plus notre drôle de Zorro français.
[/quote]

Je me disais la même chose. Simplement en répondant hier, je ne voulais pas donner trop d'importance à ce type...

je vais dire simplement.
Si tu veux il dit qu'il y a eu un changement lié à ce qu'il nomme : la déstructuration. Prenons l'exemple  de la relation entre le natif et l'étranger. Dans les années 60, il me semble, l'étranger était mal vu. Pour moi, ça n'a pas changé. L'étranger est toujours mal vu. La déstructuration, si elle existe, n'a rien changé à ce niveau là, donc a t elle autant d'importance qu'il le prétend.  
Apparemment, il y a aujourd'hui pour lui , un problème avec les étrangers. Alors on peut se dire ( on essaie d'adopter son point de vue) que la déstructuration aurait amplifié le problème. Ce qui suggère qu'il sous entend que l'étranger est un problème , à la base. Si la déstructuration n'a rien changé mais amplifié ( elle un rôle , elle existe) alors c'est qu'il y avait bien un problème à la base...

Si tu veux, j'étais juste fatigué hier d'entendre la même chanson.

Je ne suis pas un intellectuel ( j'aimerai bien mais faut que j'apprenne ) mais je suis un citoyen. Je ne sais pas expliquer pourquoi la terre tremble mais je le ressens.
Peut être qu'a la différence de Zemmour, je ne dis pas c'est la faute de l'étranger, parce que j'ai pas pris le temps d'y réfléchir.. C'est peut être pas grand chose mais c'est un début... je vais apprendre à réfléchir et quand je saurai, je t'assure que tu as la réponse à ta question : quid de ton analyse de fond ?
Compte sur moi ;-)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Jeu 29 Sep 2016 - 10:53

bigone74 a écrit:Je ne nie pas qu'il y a un problème avec l'Islam . Il y a un problème, un gros problème avec le radicalisme. Il serait irresponsable de l'ignorer. c'est vrai. Ce que je fais avec Zemmour. Je ne l'ignore pas.
Pour Zemmour, il y a un problème avec l'islam, radical ou pas, en fait, pour lui, l'islam est radical.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Jeu 29 Sep 2016 - 12:30

Les textes religieux, quels qu'ils soient, ont un fond archétypique & stéréotypique impressionnant, de ce qu'ils façonnèrent nos mœurs & cultures idoines. L'islam fleurit dans un giron désertique arabisant rude, caravanier, razzieur, marchand, tranchant (cette virilité qu'appréciait Nietzsche, à la Lawrence d'Arabie ou Commandant Massoud - beaux moudjahidins inspirants les poètes provençaux). Le Coran porte en lui cette charge, d'autant plus qu'il "est fait" pour être psalmodié en arabe. Là, Zemmour, comme PMUiste, sommaire & pleutre, ne peut que se cacher, il craint grave, vaniteusement.

Par contre Bigone, tu témoignes discursivement à mes yeux, d'un fond fascophobe contemporain, trop vite associé au populisme. D'une part, quant à moi, je ne vois pas qu'il y a une différence entre le populisme, et l'électoralisme ainsi que le mercantilisme régnants : seules les méthodes différent (sans ambages pour le populiste, elles se veulent plus dignitaires pour l'électoraliste, et plus mercatiques - forcément - pour le mercantiliste). Dans tous les cas, il y a propagande médiatique, mais le populiste est le moins retors de tous. L'électoraliste démagogise bien plus, mais il reste subtil, de ce qu'il est assurément plus saisi par des réseaux d'intérêts politico-économiques. Le mercantiliste, derrière, selon son "poids" financier, fait partie de ces réseaux d'intérêts politico-économiques, et tout ce qu'il dit, il le dit pour te racketter. Mais l'électoraliste veut racketter ton vote, quand le populiste a généralement juste besoin de racketter ton approbation réelle. En somme, le populiste est plus franc, quand bien même sa ligne de conduite fait des circonvolutions. Seulement, on aura tendance à le lui reprocher à lui, parce qu'il est en posture de faiblesse, rapport aux autres plus maniérés. Or, on se défrustrera même sur le populiste de ce que l'on ne sait plus comment prendre les autres, psycho-socio-dynamiquement, sachant que les autres ont toujours tout fait pour projeter leur ombre sur le populiste, afin précisément que jamais plus la franchise ne pointe sans qu'elle ne soit conspuée.

Le populisme, le monde en fait des caisses, mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg de ce grand racket international, et encore : le populisme tend à vouloir nous en extraire, quelle que soit d'ailleurs la crédibilité de ses moyens (expressivités, personnalités & gouvernementabilités).
En fait, seule donc un consensus farcesque, au petit sérieux dérisoire, s'en effarouche comme une pucelle qu'on serait sur le point de troncher, sinon que les consensualistes s'imaginent raisonnables, droits & justes, de ce qu'ils ont une bien-pensance politico-économique pour eux, quand bien même ils en critiqueraient "boboïstement" certains effets. Les consensualistes sont en effet les héritiers de l'enfance gâtée-pourrie anti-occidentaliste de "Mai 68" - mais Mai 68 n'en est qu'emblématique, alors que ce même Mai 68 porta une critique intéressante de l'occidentalisme aussi, en termes de fraternités, régulations du capital, et écogestions (aujourd'hui infiniment mieux pensés qu'à l'époque).
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Kenshin (Bigone) le Jeu 29 Sep 2016 - 12:32

j'ai supprimé mes âneries...


Dernière édition par bigone74 le Jeu 29 Sep 2016 - 12:43, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Jeu 29 Sep 2016 - 12:38

Malcolm a écrit:Les textes religieux, quels qu'ils soient, ont un fond archétypique & stéréotypique impressionnant, de ce qu'ils façonnèrent nos mœurs & cultures idoines.
Zemmour a raison sur deux points : la domination écrasante du salafisme saoudien sur l'islam, et le fait qu'on ne discute pas le texte sacré comme dans le christianisme et le judaïsme,

Voici ce que j'écrivais à ce sujet :
Le Coran (en arabe qor'ân, "récitation") est pour les musulmans une théophanie (apparition divine), c'est-à-dire qu'il est la manifestation de Dieu aux hommes. Il contient la parole authentique d'Allâh ("Dieu" en arabe). Le prophète Mahomet n'a fait que transmettre cette parole. L'original du Coran se trouve dans le ciel. Le texte, quand il est cité, doit y être absolument identique. Toute traduction est un sacrilège. Le Coran, attribut de Dieu, est éternel, incréé et parfait.
http://www.liberte-philosophie-forum.com/t82-le-coran#278

De là à prédire une salafisation de tous les musulmans de France et une élection d'un salafiste à la présidence de la République, il y a un pas que seul lui et Houellebecq ont franchi.

bigone74 a écrit:Ensuite, pourquoi une frange des gens qui croient à l'Islam passent à l'acte, en tuant ? ( bien entendu, c'est horrible...je le condamne totalement)
On connait le processus : personne en souffrance morale ( ce qui n’exclue pas le fait d'être "intelligent"), lavage de cerveau, perte de l'esprit critique, déshumanisation de l'autre...
la question est donc : que fait la société pour atténuer la souffrance morale ?
Zemmour dit que c'est parce que ces combattants sont glorifiés par le salafisme saoudien. Il voudrait une réponse non sociale ou humanitaire ou psychologique, mais idéologique, et donc, politique. La République française doit mettre l'islam au pas comme elle l'a fait avec le judaïsme (sous Napoléon) et le christianisme (séparation de l'Eglise et de l'Etat).


Dernière édition par Philo le Jeu 29 Sep 2016 - 12:44, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Kenshin (Bigone) le Jeu 29 Sep 2016 - 12:41

Oui en te lisant Malcom, je réalise mon côté fascophobe...effectivement.... je me suis laissé emporter...tu fais bien de me le faire remarquer. *Merci*

je viens de recevoir Saint augustin " les confessions" et le " discours de la méthode " ...donc oui, je ferai mieux de lire que de parler... j'ai dit pas mal de bêtise, je le reconnais...j'ai pris la parole sous l'émotion, ne je n'ai pas su être objectif...je vais faire en sorte de m'améliorer, à l'avenir.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Jeu 29 Sep 2016 - 12:49

Ça va, ça va Bigone, personne ne te demandera de réciter trois Notre Père et dix Je vous salue ...

RAS Philo.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Prince' le Jeu 29 Sep 2016 - 13:40

Philo a écrit:
bigone74 a écrit:Je ne nie pas qu'il y a un problème avec l'Islam . Il y a un problème, un gros problème avec le radicalisme. Il serait irresponsable de l'ignorer. c'est vrai. Ce que je fais avec Zemmour. Je ne l'ignore pas.
Pour Zemmour, il y a un problème avec l'islam, radical ou pas, en fait, pour lui, l'islam est radical.
Et ce sur quoi on peine à lui répondre. Il ne nie pas qu'une majorité de musulmans soient de parfaits citoyens (ou tout du moins, pour nos critères contemporains *Lol*) - argument qu'on lui oppose systèmatiquement.


Dernière édition par Princeps le Jeu 29 Sep 2016 - 14:29, édité 1 fois
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Jeu 29 Sep 2016 - 14:25

Princeps a écrit:
Philo a écrit:Pour Zemmour, il y a un problème avec l'islam, radical ou pas, en fait, pour lui, l'islam est radical.
Et ce sur quoi on peine à lui répondre.
On lui répond par des exemples de musulmans, là où lui parle d'idéologie religieuse.

Pour résumer : il explique qu'il y a des passages dans le Coran où il est dit (où Dieu dit) qu'il faut terroriser les infidèles. Le Coran est intouchable en tant que parole divine. Quand on est musulman, on doit appliquer à la lettre ces sourates, comme toutes les autres. Bien sûr que la plupart des musulmans ne les appliquent pas, mais les terroristes agissent pour eux, en tant que soldats de Dieu.


Dernière édition par Philo le Jeu 29 Sep 2016 - 14:43, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Jeu 29 Sep 2016 - 14:30

Et pourtant, ce sont bien les opposants de Zemmour, les premiers à hurler "pas d'amalgame" ! *Lol*
Des dénégateurs, quoi, que le Coran d'ailleurs condamne, et contre lesquels le dieu même se courrouce : ils tendent le bâton avec lequel on les frappera, et Zemmour a raison sur ce point du Suicide français.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Jeu 29 Sep 2016 - 14:47

Malcolm a écrit:Et pourtant, ce sont bien les opposants de Zemmour, les premiers à hurler "pas d'amalgame" ! *Lol*
Tant qu'on ne s'occupera pas de l'idéologie interne à l'islam, on ne comprendra rien au terrorisme islamiste.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Jeu 29 Sep 2016 - 15:13

Mahomet était, de fait, paranoïde : la méfiance profonde suppure par tous les versets coraniques, confinant donc à l'idéologie-de-principe. C'est une méfiance parfaitement arabe pré-, circon- et co-islamique, d'autant plus que les premiers musulmans étaient menacés. Mais, contrairement aux chrétiens, ils s'en sont fait des motifs d'armes.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  LibertéPhilo le Jeu 29 Sep 2016 - 15:19

Attention, Zemmour abhorre la psychologie ! Il ne s'en sert jamais. Lui, il aime l'idéologie pure et dure, la lutte des idées.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Kenshin (Bigone) le Jeu 29 Sep 2016 - 15:55

malocm a écrit:Ça va, ça va Bigone, personne ne te demandera de réciter trois Notre Père et dix Je vous salue
...

j'espère bien ! ;-)  *Héhéhey*

Merci Philo pour tes précisions.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Mar 1 Nov 2016 - 15:05

Au fond, Zemmour, je m'en moque.

Tu n'as rien à espérer Bigone, puisque je te charrie sur ce fait que tu n'as de cesse de faire acte de contrition, etc.

***


Un trouble dans la voix, symptomatique des rétorsions auxquelles il s'attaque ou, du moins, l'affectivité trouble qui l'entoure.
Mais c'est le trouble et l'agitation de quelqu'un qui se débat dans une mer de préjugementation qu'il chercherait à vider.

Une vidéo qui, pour moi, n'ôte rien à l'intérêt méthodologique de l'archéologisme en Histoire, ou de sa théorie potentiaire des épistémei (que l'auteur emploie même probement, par-devers son biographisme : un biographisme que je critique ailleurs (1, 2), mais dont je suis moi-même utilisateur, comme "vitalisme" d'une œuvre, si seulement c'est bien fait, soit donc avec la dose de scepticisme antique qu'il faut comme ici - avec affectivité sceptique - ou de bergsonisme, sans quoi cela correspond à un moralisme pur et simple).

Sur la fin, il cite positivement Soral, pourquoi pas ? mais comme je connais les amalgameurs sommaires (qui militent même anti-amalgame, du moment qu'ils ont l'impression de le voir en face d'eux *Blase* ) : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t139-le-phenomene-alain-soral
Au reste, F. Bousquet cite positivement Guilluy.
Il cite encore Alain de Benoist, dont les Démons du Bien m'a intéressé sur la première partie.

A la fin, on peut y voir un complément sur l'homme-masse, d'Ortega y Gasset.

***

De quoi Zemmour est-il le nom ? ...
La mise en scène laisse un peu à désirer, mais elle ne manquera pas de sembler au droitiste une façon de se pâmer, et au gauchiste une façon de s'éplorer.

Vidéo comme souvent supprimée, disant simplement que Vichy fut ralliée par plein de ressortissants du Front populaire (gauche française d'avant Hitler), donc par plein de socialistes. Sans oublier que le nazisme est un national-socialisme ainsi que le soviétisme est pourtant une dérive socialiste.

***

Tiré de ...
Avis' a écrit:Etre de gauche ou de droite passe pour une hémiplégie ou une charpente gauchie. Toute construction nécessite une charpente équilibrée (colonne vertébrale) sans quoi tout en pâtit : la couverture en premier lieu, mais aussi les murs porteurs. Et la solidité de l'édifice est mise en péril.
C'est-à-dire : mise en péril par le lucre depuis une cinquantaine d'années et une trentaine sûre (Maastricht), puisqu'il s'est assez bien appliqué - décisivement mais aussi diffusément après - à pratiquer l'inception (l’inoculation ou incubation psychique) - de ce fait que tout un chacun aura certes toujours-déjà voulu acter à sa façon, que nous vivons dans une économie capitaliste tendanciellement ultralibérale, surtout depuis 1989 - chute du mur de Berlin, - 1991 - fin du Bloc soviétique, - et très vite la Net-économie (an 2000). Dans cette frénésie depuis 1983 ("virage libéral" mittérandien au bout de deux ans seulement, fallait-il ne pas être convaincu dans la démarche, et fallait-il avoir subi mille pressions), gauche et droite se délitèrent, jusqu'au discours de l'hémiplégie. Mais, auparavant, la droite disait "vivre et laisser vivre", la gauche disait "convivre et faire convivre" - chacun à l'aide de répartitions économistes. Notons bien que le libéral-libertarisme post-soixante-huitard promettait déjà la fin de ce distinguo, puisque "convivre et faire convivre" sembla pour beaucoup, très vite, devoir être un "vivre et laisser vivre", sur la base des exactions soviétiques décevantes d'une part en effet et, d'autre part, sur la base du schizophrène "il est interdit d'interdire","convivre et faire convivre" passa toujours & plus pour "facho" ! *Ptdr* de telle sorte qu'on crut bon de "vivre et laisser vivre", soit donc de "laisser faire, laisser aller" insocialement. Car notons bien encore, que les niveaux économiques et moraux se confondaient (et se confondent encore-toujours beaucoup trop) dans les mœurs. A partir de là tout était guedin. C'est l'avènement progressif d'Homo festivus dans les années 80-90, puis de Festivus festivus dans les années 2000, selon Philippe Muray. C'est-à-dire de la civilisation atlantique, dont l'humanité ne sait plus se vivre que sur le mode festiviste du "s'amuser et punir" (pour parodier Michel Foucauld).
***

Voir aussi : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2080-interventions-mediatiques-de-rosset#39835
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Propos le Dim 3 Sep 2017 - 23:25

Suite à l'échange là ... figurez-vous que cet élément tendrait à donner raison à Zemmour, quand il parle de la nécessité du patriarcat (voir la vidéo, là-bas, alors ... ) :

Atlantico
Profil type des djihadistes français : cette autre caractéristique qu’on oublie vite tant elle dérange
avatar
Propos
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Avis' le Lun 4 Sep 2017 - 1:03

Le succès de Zemmour s'explique de façon assez évidente : il est devenu le porte-parole d'une majorité jusque là silencieuse. Rendue silencieuse par l'armada de médias - la dernière hystérique en date : Christine Angot - d'intellectuels, de penseurs, d'artistes ... tous dégoulinants d'angélisme de gauche depuis 68, et ayant envahi la quasi-totalité des ondes, plateaux de télé, publications, manifs de rues, espaces publics, etc.... Mais même la guimauve finit par écoeurer. Et ces masses silencieuses, parce que laborieuses, qui vivaient la vraie vie, pas toujours facile, quand la gauche se racontait des histoires à dormir debout de tolérance à tout (est-il tolérable de marier de force des gamines de 9 ans ?), de libération et d'égalité des femmes (est-il tolérable que des femmes soient réduites en esclavage en pleine France ?), bref tout ce qui marche sur la tête, ont fini par se lasser, se décourager, ne plus croire en rien, et par dégager tout ce petit monde politique, pour commencer, parce que la voix des urnes est la seule alternative qui leur reste.
Il existe aussi des tas de petits français de souche qui n'ont plus droit à un enseignement digne de ce nom. Commettent-ils des attentats ? Non. Ils cherchent du boulot. Et du boulot, ils finissent pas en trouver, avec un peu de chance. Ou ne pas en trouver, et ils sont démolis d'avance. Comme par hasard, le foutoir français coïncide avec les vagues d'immigration. Ce constat est-il "raciste" ? Oui, selon les dégoulinants de gauche. Mais les masses silencieuses (et pas racistes pour deux sous, au contraire) ne sont pas abruties au point de ne pas faire ce rapprochement.
Reprocher à Zemmour de dire que les pères ont démissionné, laissant des familles mono-parentales (c'est à dire une femme, qui bosse, et des gosses) se démerder, c'est juste se moquer du monde : la moitié au moins des familles françaises est mono-parentale, plusieurs fois, ce qui est une hérésie. Et, autre hasard décidément,  la multiplication exponentielle des aides sociales est devenue très symptomatiques d'une société en crise. En crise de quoi ? De tout ce que Zemmour dénonce  quand tout le monde continue à trouver tout ça bien normal.
On a eu beaucoup de chance que la Marine se soit montrée aussi nulle face à Macron sans quoi, on y avait droit, au FN ! Mais ça ne sert apparemment pas de leçon à grand monde. En attendant, la majorité silencieuse s'est convertie au "dégagisme", premier parti de France. Et ça, c'est la grande victoire de Zemmour. Qu'en fera-t-il ? Sans doute rien, il ne fait que son boulot.
Mais gageons que le "dégagisme" a une belle carrière devant lui. Tant qu'il est encore possible de dégager...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Janot le Lun 4 Sep 2017 - 10:04

aldolo a écrit:
Philo a écrit:Le déclin français est indéniable, reste ensuite à comprendre pourquoi un pays qui a tant d'atouts s'en tire aussi mal. Evidemment, Zemmour n'allait pas tenir un discours néo-libéral, tout aussi idéologique. Il marque cependant des points en visant une idéologie, car tout choix politique est idéologique et repose donc sur des intellectuels.
Il marque des points en visant une idéologie ?
On croit rêver...
Spoiler:
il répète benoîtement le leitmotiv de la droite qui, depuis quelques décennies déjà, veut mettre tous les malheurs du monde sur le dos des soixante-huitards. et rayer de la carte cette part de l'Histoire de France, rien de moins (de France et du monde donc, manque de bol, et puisque ça échappe à certains).
Tu parles d'une réflexion !

A l'égard des autres commentaires (dont celui de Kercoz), je répète... ou plutôt je répète pas : vous n'avez qu'à lire ce que j'ai écrit et vous renseigner (tapez déjà "déconstruction" sur wiki, par exemple).
La déconstruction, c'est Derrida et point-barre.
Et la French Theory, c'est un amalgame de trucs très différents (sans cesse se copier/coller pour se faire entendre), imaginé donc par des américains qui y ont vu une contestation de type philosophique des sociétés occidentales sans visiblement avoir vu que Deleuze, Derrida et Lacan par exemple, c'était pas exactement euh... pareil ! (qu'ils n'avaient sans doute pas plus lu à l'époque que Zemmour aujourd'hui)
Maintenant si ça vous arrange de penser que c'est pareil : vous dérangez pas pour moi...

En outre, mon cher Kercoz, quand je dis que Zemmour ne dit que des conneries, c'est pas ça, de l'ironie, c'est pas fait comme ça, l'ironie. Et au lieu d'avancer (juste pour te la jouer un peu) que ça déligitimerait ce que je dis, tu range ton dentier dans le verre d'eau... oui là, juste à côté de ton lit, sur la table de nuit... et tu tapes toi aussi "déconstruction" sur wiki (et pas "déconstructivisme" ni "décoloration" hein, te goure pas), tu vas voir, tu vas apprendre des trucs inouïs !

Modération : on n'est pas sur Digression ici, les attaques personnelles sont interdites, la prochaine fois je censure, autrement dit, ton message part à la benne (Philo).

Et puis juste pour rire, j'ai tapé "Déconstruction Deleuze" dans wiki. Inutile de dire qu'il n'y a rien de chez rien malgré vos commentaires, mais j'ai trouvé par contre un truc pour le coup "ironique" (comme ça tu verras la différence, Kercoz, pour la prochaine fois). Tiens, j'en cite un bout, juste histoire de causer :
Qui sont ces hordes barbares dont Zemmour nous vante l’incroyable pouvoir, des hordes qui ont « déconstruit toutes les structures sociales » afin de libérer un individu qui désormais « fait n’importe quoi », et n’est plus « qu’une particule dans un monde marchand ». Eh bien, ces ostrogoths ont pour noms… Deleuze et Guattari ! Peu importe que, philosophiquement, la déconstruction soit le fait de Derrida. C'est un "détail".
Zemmour a dû feuilleter l’ouvrage de Cusset sur la « french theory », survoler les âneries de Sokal & Bricmont, lire un résumé du pamphlet d’Aubral et Delcourt (et sûrement se taper le quatrième de couverture de La barbarie à visage humain…) et se dire que ce n'était pas la peine de se plonger dans les œuvres de Deleuze
http://towardgrace.blogspot.com/2014/11/deconstruire-zemmour.html

Bon c'est n'importe qui (comme moi), mais ça fait toujours plaisir de se sentir moins seul...

So long
Merci, aldolo !!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Malcolm le Mar 5 Sep 2017 - 18:45

Il serait pertinent, surtout pour un forum de philosophie, de dépassionner le débat, et d'amener des arguments - ou encore, de souligner en quoi l'apport d'autrui nous semble un argument.

En tout cas, le propos d'Avis' tout comme bien des interventions ici, témoignent de ce que Zemmour se veut - comme Polony, Finkielkraut, Onfray ... - dans une forme de "philosophie de l'Histoire" brûlante d'actualité. Cela n'aide certes pas à dépassionner le débat, et l'on est bien en droit de les accuser de manquer de recul (en prendraient-ils sur du temps plus long çà et là). Il n'en reste pas moins que leur espèce de "philosophie de l'Histoire" (attention : les semblablement éloignés d'eux Raphaël Enthoven, Raphaël Liogier, André Comte-Sponville, etc. en font aussi, dans leur genre moins héréditariste) - comme toute philosophie de l'Histoire brûlante d'actualité, donc - a la vulnérabilité du relativisme culturel ambiant, car confondable avec lui d'autant mieux qu'ils œuvrent le cul entre philosophie, sciences sociales, journalisme et chronique d'humeur. En réalité, tous autant qu'ils sont, ils devraient se lancer en politique, c'est certain (y compris ceux de ma précédente parenthèse), car ils en font au sens arendtien - peu importe la valeur qu'on accorde à leurs pensées. C'est-à-dire qu'ils se trempent engagementalement, sans affairisme, laissant au "politique" contemporain de s'affairer, comme si la politique devait fatalement s'y résumer - ce qui est une déchéance des temps. Dommage.

Passons.

***

Encore un élément pour expliquer le succès d'Eric Zemmour : La mère d'un djihadiste français jugée pour financement du terrorisme
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Que signifie le succès d'Eric Zemmour ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum