Y-a-t-il une vie après la mort ?

Aller en bas

Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Juliette le Mer 29 Oct 2014 - 16:04

Bonjour à tous, :)

Des chercheurs ont dit: Être conscient après la mort, c’est désormais du domaine du possible selon une équipe de scientifiques de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni. Durant quatre ans, ils ont mené une étude sur 2.060 patients ayant subi un arrêt cardiaque. Une étude dont les résultats surprenants révèlent que près de 40% des survivants ont décrit une sensation étrange de conscience alors qu’ils étaient en état de mort clinique, avant que leur cœur se remette à battre. Selon les experts, même quand le cerveau a cessé de fonctionner et que le corps est cliniquement mort, la conscience peut se poursuivre. 40% de ceux qui ont survécu à leur arrêt cardiaque évoquent d’ailleurs une sensation étrange de conscience.
Je me pose énormément de questions par rapport à ce sujet, et lorsqu'avec des amis ce-dernier est évoqué, la plupart me répond par la négative: "Il n'y a rien", ou bien "un trou noir, et puis plus rien après". Pourtant, je parierais ma main gauche qu'à la fin de leur vie, après avoir bien vécu, ils se mettront à penser "qu'il y a finalement peut-être quelque chose". Bon, certains, très croyants, me répondent qu'il doit y avoir un paradis, un enfer, etc... mais je n'y croit pas.
Et puis, les chrétiens ne sont pas les premiers à affirmer qu'il existe une vie après la mort. Toutes les cultures où l'on enterrait la personne avec de quoi vivre, manger, chasser, se défendre dans " l'au-delà ", percevaient déjà que l'homme n'est pas fait pour la mort. En procurant au défunt des offrandes propitiatoires pour les autorités (ou dieux) du séjour des morts, on pensait également qu'il y avait une justice, une rétribution, différents sorts possibles dans l'autre vie. Chez les Grecs, " la barque de Charon ", pour passer le fleuve (le Styx) qui délimitait le séjour des morts, marquait de façon symbolique le grand passage vers les " Champs Élysées ", symbole d'une autre vie. Quant aux philosophes grecs, tels que Platon, non seulement ils pensaient à une " vie après la mort ", mais ils avaient aussi la conception d'une " vie avant la vie ". Dans ce cadre, la vie terrestre et corporelle était une déchéance, et la mort libérait l'âme du fardeau du corps.

L'idée d'éternité n'est donc pas étrangère à l'homme, elle lui est comme naturelle.

Alors je vous pose la question: Y-a-t-il une vie après la mort? *???* *???*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Kercoz le Mer 29 Oct 2014 - 16:11

Vous êtes sur un forum de philo et la philo se pose la question symétrique : Y a t il une vie AVANT la mort ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Juliette le Mer 29 Oct 2014 - 16:15

kercoz a écrit:Vous êtes sur un forum de philo et la philo se pose la question symétrique : Y a t il une vie AVANT la mort ?

Peut-être, mais essaye d'y répondre :P

*

Citations primordiales pour répondre à cette problématique :
    Assurez-vous que cela vaut vraiment la peine de mourir pour ce pour quoi vous vivez.
    N'essayez pas de porter les fardeaux de demain avec la force reçue aujourd'hui.
    Vous ne pouvez pas empêcher le diable de passer dans votre rue, mais vous pouvez l'empêcher de s'arrêter devant chez vous.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Philosophos le Mer 29 Oct 2014 - 18:24

juliette.soyer a écrit:Selon les experts, même quand le cerveau a cessé de fonctionner et que le corps est cliniquement mort, la conscience peut se poursuivre. 40% de ceux qui ont survécu à leur arrêt cardiaque évoquent d’ailleurs une sensation étrange de conscience.
Il y a d'autres animaux qui ont cette capacité, bien supérieure à la nôtre, comme cette histoire de serpent qui a mordu un cuisinier chinois demi-heure après avoir eu la tête coupée.

Mais ils avaient aussi la conception d'une " vie avant la vie ".
Il n'est en effet pas absurde de se demander en parallèle s'il y a une vie avant la naissance. En tous les cas, une telle problématique demande de se questionner en priorité sur ce qu'est la vie comme phénomène. Ensuite, on peut, comme Schopenhauer, l'expliquer par la métaphysique. Il me paraît difficile aujourd'hui de se contenter de la métaphysique pure (sans l'apport de la science) ou de la religion.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Juliette le Mer 29 Oct 2014 - 18:36

Je suis entièrement d'accord avec toi.
Et puis, selon Platon, la mort n'est rien d'autre que la séparation de l’âme d’avec le corps. Selon lui, on est mort quand le corps, séparé de l’âme, reste seul, à part, avec lui-même, et quand l’âme, séparée du corps, reste seule, à part, avec elle-même…
Et puis selon Schopenhauer (que tu cites), la mort est le moment de l’affranchissement d’une individualité étroite et uniforme, qui, loin de constituer la substance intime de notre être, en représente bien plutôt comme une sorte d’aberration.


[

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Princeps le Mer 29 Oct 2014 - 18:51

juliette.soyer a écrit:Citations primordiales pour répondre à cette problématique :
    Assurez-vous que cela vaut vraiment la peine de mourir pour ce pour quoi vous vivez.
    N'essayez pas de porter les fardeaux de demain avec la force reçue aujourd'hui.
    Vous ne pouvez pas empêcher le diable de passer dans votre rue, mais vous pouvez l'empêcher de s'arrêter devant chez vous.
Je vois mal le rapport avec le sujet...
avatar
Princeps
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Juliette le Mer 29 Oct 2014 - 18:55

Oui effectivement... désolée, je pense avoir un peu décroché au moment d'écrire... :drunken:
C'est l'effet "nuit blanche", désolée... Embarassed

Edit : il est inutile de citer le message qui précède immédiatement votre réponse ;). Préférez la fonction "édition" plutôt que de faire des double-post (Princeps).

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Ragnar I le Jeu 30 Oct 2014 - 4:56

juliette.soyer a écrit:Une étude dont les résultats surprenants révèlent que près de 40% des survivants ont décrit une sensation étrange de conscience alors qu’ils étaient en état de mort clinique, avant que leur cœur se remette à battre. Selon les experts, même quand le cerveau a cessé de fonctionner et que le corps est cliniquement mort, la conscience peut se poursuivre. 40% de ceux qui ont survécu à leur arrêt cardiaque évoquent d’ailleurs une sensation étrange de conscience.

1 )  Le concept de « mort clinique » est aujourd'hui révisé. Après arrêt de toutes les fonctions vitales, le cerveau reste le siège de décharges électrochimiques extrêmement courtes et extrêmement faibles pouvant expliquer la persistance d'étincelles d'un certain niveau de conscience assez faible, mais bien réelle.

2 )  Si une personne en état de mort clinique revient à la vie normale, c'est que justement elle n'était pas morte. Nous n'avons aucun témoignage de quiconque sur la vie après la mort.

---------------

Les philosophes et les amateurs de philosophie ne sont en général pas très portés vers les sciences et c'est infiniment regrettable.

Signalons quand même que la question de l'éternité de la conscience peut sérieusement être envisagée dans le cadre de la théorie de la gravité quantique à boucle et de celle des multiunivers sur lesquels travaillent des scientifiques de la physique et de la cosmologie moderne, comme Max Tegmark, du Massashussets Institute of Technologie de Boston, et Aurélien Barrau, du Centre national de recherches scientifiques et de l'Université de Grenoble.

Et ces deux-là sont aussi très actifs en philosophie et en épistémologie, ce qui ne gâte certainement pas la sauce ...

-----------

Une étude attentive de la doctrine de l'éternel retour du même du camarade Nietzsche peut également éclairer d'un jour nouveau l'idée d'éternité de la conscience, si on la rapproche de la pensée d'Épicure et du concept de palingénésie si chère à certains penseurs de l'antiquité.

-----------

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Juliette le Jeu 30 Oct 2014 - 14:58

Ragnar Lothbrok a écrit: Si une personne en état de mort clinique revient à la vie normale, c'est que justement elle n'était pas morte. Nous n'avons aucun témoignage de quiconque sur la vie après la mort.

En effet, cette phrase est parfaitement juste. Néanmoins, tu devrais te pencher un peu plus sur la question "d'être mort": le corps se désintègre en poussière, et le souffle, ou l'esprit, retourne à Dieu (soi disant, hein :roll: ) Nous sommes une âme vivante dans la vie, mais dans la mort nous ne sommes qu'un cadavre, une âme morte, un être mort. Alors les morts ne sont conscients de rien.
Mais, néanmoins, il est possible d'être considéré en état de mort clinique (ou de mort imminente).

L'Expérience de Mort Imminente (EMI) est d'ailleurs une expression désignant un ensemble de "visions" et de "sensations" consécutives à une mort clinique ou à un coma avancé. Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment d'amour infini, de paix et de tranquillité, l'impression d'une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux. Cependant, rares sont les EMI qui associent tous ces éléments et on observe une certaine variation inter-individuelle.
À la suite de ce type d'expérience, des patients déduisent la possibilité que la conscience survive à la mort. Les neuroscientifiques expliquent généralement, et partiellement, ce phénomène par une altération de la conscience cérébrale dont les mécanismes physiologiques ont largement été étudiés. Une minorité de neuroscientifiques remettent en question le pouvoir explicatif de ces mécanismes et développent des théories rendant possible l'existence de la conscience indépendamment de l'activité cérébrale.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Ragnar I le Jeu 30 Oct 2014 - 22:01

juliette.soyer a écrit:"'être mort"

Avec le terme « être mort », que nous prenions le mot « être » pour le verbe ou le substantif, il n'est jamais question que du point de vue d'un vivant.

Je fais par ailleurs mienne la remarque d'Épicure disant « Lorsque j'y suis, la mort n'y est pas, et lorsque la mort y est, je n'y suis pas ». La branche radicalement matérialiste de la philosophie permet de dire la chose sans problème.

Je fais mienne aussi la pensée exprimée par la nouvelle philosophie de l'information. Ce domaine de la pensée n'est malheureusement pas très connu dans le monde francophone. L'extrait suivant permet de s'en faire une toute petite idée.

Problème de l'immortalité

La philosophie de l'information s'attache à deux sortes d'immortalité. Celle de la survie matérielle de l'information génétique et celle de la survie des idées à travers toutes les connaissances et tous les artefacts. La survie de certains éléments d'information contenus dans la molécule d'ADN est « l'approximation » la plus durable d'une immortalité du vivant.

Problème du corps-esprit

Ce problème est résolu par le modèle appelé « Somme », qui explique comment une information abstraite, une idée ou une connaissance est intégrée à l'esprit humain et comment les idées pures agissent sur le monde physique. L'information n'est ni de la matière, ni de l'énergie, mais elle a besoin de matière pour exister et d'énergie pour être communiquée. L'information, c'est l'esprit de la corporéité. C'est ce qui s'approche au plus près d'un esprit ou d'une âme compréhensible par la science. Lorsque nous mourrons, c'est l'information nous concernant qui est perdue.

juliette.soyer a écrit:L'Expérience de Mort Imminente (EMI) est d'ailleurs une expression désignant un ensemble de "visions" et de "sensations" consécutives à une mort clinique ou à un coma avancé. Ces expériences correspondent à une caractérisation récurrente et spécifique contenant notamment : la décorporation, la vision complète de sa propre existence, la vision d’un tunnel, la rencontre avec des entités spirituelles, la vision d’une lumière, un sentiment d'amour infini, de paix et de tranquillité, l'impression d'une expérience ineffable et d’union avec des principes divins ou supranormaux. Cependant, rares sont les EMI qui associent tous ces éléments et on observe une certaine variation inter-individuelle.

Je ne vois aucun problème à ce que des causes identiques produisent des effets identiques et à ce que des causes pas tout à fait identiques produisent des causes pas tout à fait identiques.

juliette.soyer a écrit:À la suite de ce type d'expérience, des patients déduisent la possibilité que la conscience survive à la mort.

Mais ils ne sont pas morts et ne l'ont jamais été. La mort imminente, ce n'est pas la mort tout court. Ils ne peuvent donc rien dire qu'en tant que vivants. De vivants placés dans des conditions particulières, certes, mais de vivants quand même.

juliette.soyer a écrit:Les neuroscientifiques expliquent généralement, et partiellement, ce phénomène par une altération de la conscience cérébrale dont les mécanismes physiologiques ont largement été étudiés. Une minorité de neuroscientifiques remettent en question le pouvoir explicatif de ces mécanismes et développent des théories rendant possible l'existence de la conscience indépendamment de l'activité cérébrale.

As-tu des références vérifiables sur les théories de cette minorité de neuroscientifiques ? Ça m'intéresse.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Odile le Ven 31 Oct 2014 - 0:40

A 17 ans et 10 mois je me suis fait mordre par une vipère aspic, de la sous espèce V. a. zinnikeri, ça a sa petite importance, elle se distingue de l'espèce nominale par, entre autres, un venin 10 fois plus virulent, toxique, on n'a pas encore compris quel gain évolutif ça pouvait représenter, les autres aspics s'en sortent très bien avec leur venin standard ( L'immense majorité des variations génétiques ne traduisent aucune pression environnementale ni un gain évolutif particulier. ), c'était à 1 700 M d'altitude dans les Pyrénées, j'étais seul, bien avant l'apparition des téléphones portables, à une heure de marche de l'être humain le plus proche, un bucheron. Une heure de marche cela signifie un effort physique, une activité cardiaque, plus que notoire qui va optimiser les effets ( C'est bien connu : mordu on ne s'agite pas, on appelle les pompiers où on se fait conduire, etc. ) du venin. Pas sûr d'arriver chez le bucheron. Mais j'y arriverais. Ensuite, une bonne demi-heure de voiture pour gagner le premier patelin où il y a un médecin, des pompiers, ensuite une bonne heure de route pour gagner l'hôpital. Enfin bref : premiers soins 2 H 45 après la morsure, avec gros effort physique. Je n'ai qu'un souvenir du trajet dans l'ambulance des pompiers, j'entends le médecin du patelin rameuté par ceux-ci qui dit, mais alors très, très, très loin : " Je crois qu'on est en train de perdre le gamin ". Il devrait apprendre à se tenir celui-là.
Je ferais une E.M.I. dans les premières minutes qui suivirent mon arrivée à l'hôpital. A titre personnel, je n'ai vécu que la décorporation. Je voyais, vu du dessus, les personnels médicaux penchés sur moi, en même temps, souvenir précis, j'ai senti les ciseaux qui remontaient tous mes vêtements, mon corps, à partir du bas d'une jambe de pantalon, je me souviens de mon étonnement quant à la vitesse de cette opération ( Ils remontent jusqu'au cou en un clin d'oeil, sacrés ciseaux !! ), et puis plus rien. Ça a duré moins de 4 secondes. Et alors ? Et alors je dis qu'on est loin de comprendre le cerveau humain, et encore moins dans des conditions extrêmes.  Je me réveillerais en sursaut aux soins intensifs, le venin ayant très largement eut le temps d'agir, je serais aveugle une semaine, et j'aurais une méchante septicémie dans le bras droit ( En plus du venin, les vipères n'ont pas coutume de se brosser les dents, leur gueule grouille d'infâmes bactéries. ). Sinon, les autres fois où je suis mort, c'est comme l'extinction d'une chandelle. C'est tout. Comme une infirmière qui donne un coup de pouce à la pompe à morphine dans votre dos quand vous foutez le bordel, on sombre, extinction des feux, plus rien, nada.
Un cardiaque m'a raconté, il a été très précis. Il a ressenti des fourmilles dans les pieds et a voulu verbaliser intérieurement cette phrase : " qu'est-ce qui m'arrive ? " Il n'a eu le temps de formaliser que " Qu'est-ce qui ... " Il avait sombré avant même d'avoir touché le sol. Et alors ? Je suis toujours athée, et ce avec mon petit daïmon intérieur, personnel, auquel je tiens beaucoup, et convaincu que ma petite personne, et le dit daïmon avec, disparaitra dés que mon cerveau sera définitivement hors service ! Je ne dis pas que ça doit être une obsession, mais y penser de temps en temps, permet de relativiser pas mal de choses. Pour moi, ça fait partie du " vivre philosophiquement ", de la sagesse, du " mieux vivre ", oui.
avatar
Odile
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Ragnar I le Ven 31 Oct 2014 - 1:18

.

Moi, j'ai été opéré de l'appendicite à l'âge de 11 ans et je me rappelle encore parfaitement des 10 secondes qui ont précédé le moment où j'ai sombré sous l'effet de l'anesthésie. Je me suis vu aimanté à une roue de charrette dont chaque barreau était constitué d'une plume de paon dont le rond de l'extrémité était un œil véritable qui me regardait sans état d'âme. Il y avait une bonne quarantaine d'yeux fixés sur moi. La roue s'est mise à tourner de plus en plus vite et a disparu brusquement en même temps qu'un énorme cri m'a gueulé avec la force du tonnerre partout dans le corps.

L'hallucination est un phénomène fascinant, lorsqu'on en est le jouet ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Juliette le Sam 1 Nov 2014 - 22:49

Lorsque j'étais enfant, mon arrière grand-mère a fait un Accident Vasculaire Cérébral. Elle a failli y rester. Transportée en urgence à l'hôpital, elle était en état de mort imminente. Je n'étais même pas au courant de ça... :x
Plus tard, mon grand-père m'a raconté ce qui s'était passé. Il m'a également confessé, que, lorsqu'elle était en état de mort clinique, elle entendait les voix des personnes autour d'elle... en plus de voir son mari dans son tombeau, juste à côté de son lit. :shock: (Il était mort quelques mois plus tôt). Ce-dernier tendait sa main vers elle, l'incitait à venir près de lui (soit-disant). Et puis elle l'a ignoré et a crié "NON!" très fort. Si fort que les médecins l'ont entendue.
Je me dois d'ajouter qu'elle n'était pas le moins du monde croyante. Mais elle a déliré, a eu peur de la mort, de sa mort (s'est vue morte) et a opposé une résistance. Cette résistance l'a sauvée. Sa force l'a sauvée. Comme quoi, même en était de mort clinique, on peut se sauver.  :twisted:

*

Ragnar Lothbrok a écrit: Moi, j'ai été opéré de l'appendicite à l'âge de 11 ans et je me rappelle encore parfaitement des 10 secondes qui ont précédé le moment où j'ai sombré sous l'effet de l'anesthésie. Je me suis vu aimanté à une roue de charrette dont chaque barreau était constitué d'une plume de paon dont le rond de l'extrémité était un œil véritable qui me regardait sans état d'âme. Il y avait une bonne quarantaine d'yeux fixés sur moi. La roue s'est mise à tourner de plus en plus vite et a disparu brusquement en même temps qu'un énorme cri m'a gueulé avec la force du tonnerre partout dans le corps.
L'hallucination est un phénomène fascinant, lorsqu'on en est le jouet ...

Bien dit. Lorsque j'avais huit ans, je me suis blessée en marchant sur un coquillage (pas douée, hein!). Résultat: belle coupure sur un orteil. J'ai été opérée pour rafistoler le tout, et je me rappelle parfaitement du moment où les infirmières m'ont demandé si je voulais un masque avec odeur du chocolat ou de la fraise, et lorsque j'ai choisi la fraise.
Pendant l'opération (puisqu'elle était petite, mon père était à mes côtés), j'ai littéralement halluciné: les infirmières s'étaient changées en poissons de toutes les couleurs, mon père en dauphin, et le médecin en grand requin. Quant aux lumières du plafond, je pensais que c'était le soleil que je voyais à travers l'eau. :shock:
C'était à la fois magnifique et effrayant, et je m'en souviens comme si l'opération s'était déroulée hier.
Comme quoi, tu as bien raison en affirmant que l'hallucination est un phénomène fascinant, même si tu négliges son côté angoissant... :pale:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Y-a-t-il une vie après la mort ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum