Les tics du langage universitaire

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le jargon universitaire

Message  LibertéPhilo le Sam 24 Mai 2014 - 10:39

Faisons l'inventaire des tics de langage universitaires, aussi souvent utilisés par nos élites technocratiques. Chaque expression devra être accompagnée d'un exemple.

- Avoir vocation à : terme juridique, signifie originellement : "pouvoir prétendre à un droit". Lire à ce sujet cet amusant article : http://blog.veronis.fr/2007/06/sarko-vocation.html
Sarkozy, Discours devant la Fondation Amis de l'Europe (08/09/06) a écrit:Ce traité fondamental devra poser clairement ce qu'est l'Europe, ce qui implique notamment de se mettre enfin d'accord sur qui a vocation à rentrer dans l'Union et qui n'a pas vocation à le faire.
La formule connaît depuis un véritable succès à l'université.

Revenir en haut Aller en bas

Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Ven 13 Mar 2015 - 10:44

Après les tics du langage courant, dont le fil continue (ne vous arrêtez parce que celui-ci commence), Liberté Philo s'attaque au langage universitaire, qui déborde bien souvent hors de l'université. On ne parle plus aujourd'hui de "vertu dormitive" comme les médecins de Molière, mais le verbiage existe toujours. Un français baragouiné à la limite de l'incorrection grammaticale, et dont François Hollande semble s'être inspiré :



Franck Ferrand a écrit:« La France, elle doit toujours être à l'initiative…/ C'était quand ?/ Est-ce que les crédits ont à l'être ?/ …nous aurons à chercher un accord pour permettre que dans le moyen terme, il puisse être donné un cadre pour que les Grecs puissent faire des réformes…/ Et puis, tout s'est défait dans les applications, dans les détails, puis ensuite dans les mouvements de force./ Nous avons pu faire accomplir des progrès, mais ils n'ont pas résisté aux tenants des épreuves de force…» Etc., etc.
Quel sabir est-ce là ? Quel étrange baragouin ?

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/02/09/31003-20150209ARTFIG00340-franck-ferrand-par-pitie-m-hollande-epargnez-la-langue-francaise.php

Des tics repris surtout par les politiques et les journalistes, mais aussi, de façon plus insidieuse, par l'administration. Le langage administratif regorge de termes abscons, de formules contournées, d'euphémismes ridicules. Il y a évidemment une interconnexion entre l'université, les médias et les services de l'Etat.

Les étudiants du forum seront mis à contribution, ils devraient trouver de la matière.  *Héhéhey*

Bonne chasse !


"avoir vocation à"
"s'inscrire dans"
"se proposer de"
"paraître nécessaire"
"être susceptible de"


Dernière édition par Philo le Ven 13 Mar 2015 - 10:57, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Ven 13 Mar 2015 - 10:56

C'est curieux mais je retiens davantage les littéralités - de mes professeurs, et des ouvrages que je lis ou survole - que les tics de langages pompeux. Il est vrai que les historiens sont des gens formidables. Voilà qui me donne une idée de fil ! ::romain:: .

J'utilise souvent "s'inscrire dans" :oops: . Je peux ajouter l'usage de "sur ce point précis",
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Ven 13 Mar 2015 - 11:00

Princeps a écrit:J'utilise souvent "s'inscrire dans" :oops: .
Je l'ai remarqué dans le Mag (ou bien "se propose") ! *Lol* Mais heureusement, tu n'as pas multiplié ces mauvaises habitudes dans tes articles ! Reste à savoir si pour progresser dans l'institution, il n'est pas obligatoire d'écrire dans ce "sabir". Comme dit le proverbe latin, "asinus asinum fricat" : http://www.site-moliere.com/pieces/savant33.htm

Au fait, je recherche des textes universitaires sur le web pour trouver de quoi nourrir ce fil : si tu as des liens...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Ven 13 Mar 2015 - 11:22

J'en use, mais sans excès. Ce sont des formules pratiques, qui permettent des transitions faciles; "néanmoins"," toutefois", "prenons garde a/de", sont commodes.

Philo a écrit: Au fait, je recherche des textes universitaires sur le web pour trouver de quoi nourrir ce fil : si tu as des liens...
Persée
Revue Germanique Internationale
Cairn
Je ne sais plus où sont les publications, mais elle en propose sur son site : La casa Velasquez
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Ven 13 Mar 2015 - 11:39

Princeps a écrit:J'en use, mais sans excès. Ce sont des formules pratiques, qui permettent des transitions faciles;  "néanmoins"," toutefois", "prenons garde a/de", sont commodes.
Rien à dire là-dessus, c'est du français tout ce qu'il y a de plus correct.

La casa Velasquez est plutôt bien écrite.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Ven 13 Mar 2015 - 11:47

J'avais oublié L'école française de Rome et l'école française d'Athènes

avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Ven 13 Mar 2015 - 12:13

Oui mais tout ceci est bien écrit. Je n'en attendais pas moins de l'école française d'Athènes. Il faudrait chercher du côté de la sociologie, de la sémiologie, etc.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Ven 13 Mar 2015 - 12:29

Je connais surtout l'EFR, qui a publié la géniale thèse de J.L Ferrary, "Philhellénisme et impérialisme". Récemment réédité, et accessible, pour 20€, contre une grosse centaine pour la première version ! D'autant que la nouvelle couverture (en carton et pas reliée) et infiniment plus sympathique, dans un jaune pastel qui le rend facilement visible dans une bibliothèque. Oui, ces détails sont inutiles  *Lol* .

En parlant de sociologie, et après le philosophe Botul, un exemple qui confine à l'absurde : http://www.lemonde.fr/education/article/2015/03/10/la-revue-societes-piegee-par-deux-sociologues_4590914_1473685.html


Dernière édition par Princeps le Ven 13 Mar 2015 - 12:46, édité 2 fois
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Ven 13 Mar 2015 - 12:44

Tiens, on y trouve :
"(enfin !) "

Pas ici mais dans le même genre que "(enfin !)" : "(c'est moi qui souligne)".

Et le désormais classique à vocation : "à vocation académique".

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Ven 13 Mar 2015 - 12:50

Je viens d'entendre la vidéo, l’abâtardissement des discours, c'est une chose décriée ici, depuis le début du forum quasiment. Il serait instructif d'étudier en profondeur un discours du XIXe, un discours de De Gaulle, et un discours d'un homme politique actuel. La comparaisons serait instructive, sur le niveau de langue utilisé, la richesse du vocabulaire.


Dernière édition par Princeps le Mer 29 Avr 2015 - 10:17, édité 1 fois
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Oliver A. le Ven 13 Mar 2015 - 13:38

Ce ne serait pas chez les populistes qu'on trouve le langage le plus correct ? J'ai toujours été frappé par la qualité des discours et de l'expression de JM Lepen qui prenait le risque d'une construction propre et d'un très large vocabulaire, avec un léger excès d'adjectifs et épithètes, sans doute, mais pratiquement sans défaut.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Ven 13 Mar 2015 - 14:28

oliver anderson a écrit:Ce ne serait pas chez les populistes qu'on trouve le langage le plus correct ? J'ai toujours été frappé par la qualité des discours et de l'expression de JM Lepen qui prenait le risque d'une construction propre et d'un très large vocabulaire, avec un léger excès d'adjectifs et épithètes, sans doute, mais pratiquement sans défaut.
En effet, Mélenchon s'exprime aussi très bien, de loin le plus talentueux discoureur de la campagne de 2012. Pour Jean-Marie Le Pen, je pense à ses origines et à l'époque où l'école n'était pas encore inutile.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Ven 13 Mar 2015 - 14:34

Ils sont nos grands orateurs, mais quelle preuve flagrante de dégradation est-ce... Et c'est en partie ce qui explique leurs succès respectifs en périodes d'élections. En face, il n'y a plus personne.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Mer 29 Avr 2015 - 9:59

Une floppée de termes novlangue (la langue de l'Etat totalitaire dans le roman 1984) dans les nouveaux programmes du collège. Quelques exemples de ces nouveaux artistes du français dans la définition des sports :

Nager : traverser l'eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête.
Jouer au tennis ou au badminton : rechercher le gain d'un duel médié par une balle ou un volant.
Les sports de combat : vaincre un adversaire en lui imposant une domination corporelle symbolique et codifiée.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/04/21/31003-20150421ARTFIG00288-reforme-du-college-la-novlangue-obligatoire.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Rêveur le Mer 29 Avr 2015 - 10:03

Décidément, c'est une comique, cette Najat Vallaud Belkacem ! :lol!:
Ceci dit, je trouve sincèrement très juste la définition des sports de combat pour les manuels scolaires de...euh...de...euh, ben de quoi au fait ? ...d'Education Physique et Sportive ?!? :shock: :scratch: :geek:

:drunken: Je lis plus loin : << Les futurs programmes rajoutent la consigne suivante "l'inflation terminologique doit être évitée" (page 10), ce qui signifie qu'il n'est pas opportun de s'attarder sur des termes trop techniques comme le complément d'objet et autres COD.  *Lol* Ils sont très doués ! Vraiment, leur potentiel comique est largement au-dessus de la norme...

<< Nager : traverser l'eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête. >>
Évitons les termes trop techniques ! :lol!:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Rêveur le Mer 29 Avr 2015 - 11:38

<< Allez les enfants, vous allez traverser l'eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête sur cinq-cents fois la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde, en moins de six-cents fois la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins F=3 et F=4 de l’état fondamental 6S½ de l’atome de césium 133. >>
<< Il m'énerve, le prof, à nous parler en termes simplistes comme à des benêts... >>


Dernière édition par Rêveur le Sam 2 Mai 2015 - 22:21, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Mer 29 Avr 2015 - 12:46

C'est en maths que les élèves sont le moins doués en France ! :lol!:

Rêveur a écrit:Ceci dit, je trouve sincèrement très juste la définition des sports de combat pour les manuels scolaires de...euh...de...euh, ben de quoi au fait ? ...d'Education Physique et Sportive ?!? :shock: :scratch: :geek:
"Education sportive" est déjà du verbiage, "sport" suffisait.

:drunken: Je lis plus loin : << Les futurs programmes rajoutent la consigne suivante "l'inflation terminologique doit être évitée" (page 10), ce qui signifie qu'il n'est pas opportun de s'attarder sur des termes trop techniques comme le complément d'objet et autres COD.  *Lol* Ils sont très doués ! Vraiment, leur potentiel comique est largement au-dessus de la norme...
Moi, je vois plutôt là-dedans un commencement d'abandon de l'enseignement de la grammaire, après celui de l'orthographe.

<< Nager : traverser l'eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête. >>
Évitons les termes trop techniques ! :lol!:
Ils ont pu vouloir remplacer le prof de natation. En effet, pour bien nager, il faut plonger régulièrement la tête sous l'eau. :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  LibertéPhilo le Dim 3 Mai 2015 - 21:54

"Le fait... ceci ou cela", exemple avec ce tweet d'Onfray :
NVB veut "un enseignement laïc du fait religieux à l'école". Ok si l'on enseigne aussi l'histoire de l'athéisme. Je vais rédiger le manuel !
Ne surtout pas prononcer le mot fatidique : "religion" !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Prince' le Dim 3 Mai 2015 - 21:56

Je n'ai pas eu le temps, ni la curiosité, de lire le (futur) programme, mais j'ai eu des échos assez dépitant.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les tics du langage universitaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum