Nietzsche et les femmes

Aller en bas

Nietzsche et les femmes

Message  Philosophos le Ven 23 Aoû 2013 - 15:19

Tous les lecteurs de Nietzsche connaissent sa misogynie. Quoique moins radical que Schopenhauer, on peut affirmer sans trop se tromper que Nietzsche ne présente pas la femme sous un jour favorable. Pourtant, on sait que dans sa vie, les femmes ont beaucoup compté. Certes, ce ne fut pas pour combler ses désirs sexuels, ni pour vivre un amour passionné, Nietzsche ne s'intéressait pas à ces choses-là qui font pourtant partie des principales préoccupations masculines.

Mais des femmes l'ont inspiré, Lou Salomé, Cosima Wagner, d'autres ont adouci sa solitude par leurs lettres pleines d'affection, Malwida Von Meysenbug, d'autres l'ont soutenu dans toutes les circonstances, sa soeur, sans doute la plus proche de toutes les femmes de Nietzsche, d'autres l'ont aidé dans son quotidien, une traductrice qui veut faire connaître ses livres au public français, une dame qui recoud ses chaussettes trouées, une jeune journaliste anglaise qui le distrait délicieusement de sa mélancolie. Il comprenait, contrairement à ce qu'on pense, très bien les femmes. Tel Mozart, sa grande sensibilité le plaçait idéalement pour ressentir la délicatesse des sentiments et l'humeur changeante des femmes, cet "éternel féminin" qui faisait tant rêver Goethe.

On connait aussi sa phrase misogyne la plus fameuse : "Tu vas voir les femmes ? Prends ton fouet !", que je comprends non comme un conseil de frapper les femmes, mais de s'en méfier et de les tenir à distance. Schopenhauer n'aimait pas les femmes car elles lui rappelaient en permanence qu'il était esclave de sa sexualité ("ma chienne de sexualité", comme il disait). Nietzsche était aussi peu sensuel qu'un saint. Il n'avait pas besoin de relations sexuelles. Schopenhauer avait établi comme principe suprême de sa philosophie le renoncement à la Volonté, et donc, à la sexualité, qui se confond avec elle. Nietzsche prônait au contraire un retour à la joyeuse et saine sensualité antique, celle que l'on retrouve illustrée sur les murs de Pompéi.

Pourquoi alors cette misogynie ?

Je pense que Nietzsche a dû forcer le trait, caricaturer la femme, parce que sa philosophie l'exigeait. Il n'avait rien contre les femmes, mais, quelle pouvait être la compagne idéale de Zarathoustra ? Elle ne pouvait être rien de ce que sont habituellement les femmes. Grave, et non frivole, sa destinée est de créer avec l'homme, dans le mariage, "quelque chose qui les dépasse", entendez le Surhumain, cultivée, raffinée, ainsi que Cosima Wagner, et non ignorante, "bête à corne" comme il qualifiait sa soeur et sa mère, d'un caractère altier, magnanime, courageux et non douce, soumise et craintive.

Nietzsche a maladroitement essayé de dresser un portrait de la "surfemme", essentiellement en négatif, par manque de modèles vivants, dans une époque désespérément bourgeoise.
avatar
Philosophos
Big Bang


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche et les femmes

Message  Invité le Sam 27 Fév 2016 - 17:31

Nietzsche a demandé Lou Salomé en mariage, après un singulier "manège à trois" (et non ménage) avec Paul Rée.

Et il situe la femme ainsi : à traiter avec tous les égards possibles (cf. Zarathoustra, Chant de Danse, pour un exemple entre autres où il parle à de jeunes femmes) mais avec une fermeté orientale (qui, comme on sait, n'hésitait pas à employer le sérail). Bref, en somme, la femme est (intrinsèquement) une esclave (car comptant au nombre des faibles spécifiques) à traiter galamment. Mais une esclave de grande valeur et de grand pouvoir  (cf. Zarathoustra, Des jeunes et vieilles femmes, dont le conseil "Tu vas voir les femmes ? N'oublie pas ton fouet !" est issu, et qui signifie surtout : n'hésite pas à les malmener un peu : elles aiment les tempéraments guerriers et cavaliers ; mais rien à voir avec une exhorte au maltraitement ni à l'éloignement machiste misogyne - c'est, sinon patriarchiste*, du moins masculiniste).

Or de fait, les femmes préfèrent des hommes, certes sensibles, mais qui ont des cojones (qui savent prendre des décisions, terme qui, comme son étymologie l'indique, à trait à la coupure, au tranchant - à la guerre, à la cavale). Les extrêmes-féministes, qui n'ont plus grand'chose à voir avec des femmes, veulent châtrer les hommes voire les abolir à cause de cela, elles qui se comportent ainsi que des Amazones fielleuses, à vouloir s'arroger notre attribut.

Voilà un couple fort nietzschéen dans l'idée : Polony/Legasse ...

____________________
* A noter que le patriarchisme, tel que nous l'entendons aujourd'hui comme mise sous tutelle brutale, bête et méchante de la femme, est une erreur du XXème siècle féministe, qui modifie l'acception du terme. Terme désignant d'abord et avant tout une organisation et une administration patrimoniales des biens et des personnes. Or ceci n'est pas cela.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche et les femmes

Message  Anormal le Sam 27 Fév 2016 - 18:41

Puisque Nietzsche ne peut défendre l'attitude réactive, et que la femme est pour lui " essentiellement batailleuse", on ne peut lui tenir rigueur de certains "débordements" dans la gestion masculine du caractère batailleur de la femme. Avec lui, le couple va au delà de la complémentarité et l'on peut imaginer alors ce couple comme une entité avide, elle aussi, de puissance.

J'ai toujours trouvé douteux l'individualisme supposé de Nietzsche et ceci, même chez des auteurs bienveillants tel que Han Ryner.



----------------------édit

Notons au passage que l'homme scientifique "est, conséquemment, une non valeur pour la femme" ( Par delà bien et mal )


Dernière édition par anormal le Sam 27 Fév 2016 - 18:52, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche et les femmes

Message  Invité le Sam 27 Fév 2016 - 18:46

Tout à fait, il suffit pour cela de lire Des Enfants et du mariage, dans Zarathoustra, mais encore tous ses aphorismes et autres paragraphes sur l'homme, la femme, les enfants et l'amour, ailleurs dans ses livres.

L'union maritale fait la force.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche et les femmes

Message  Philosophos le Dim 28 Fév 2016 - 10:04

Malcolm Cooper a écrit:Et il situe la femme ainsi : à traiter avec tous les égards possibles (cf. Zarathoustra, Chant de Danse, pour un exemple entre autres où il parle à de jeunes femmes) mais avec une fermeté orientale (qui, comme on sait, n'hésitait pas à employer le sérail).
Le sérail mettait les femmes à l'écart, tandis que Nietzsche reproche aux bons sentiments des féministes de transformer peu à peu la femme en "bête à cornes" bourgeoise, au lieu de la laisser être cette compagne féline et dangereuse qui fait le bonheur de l'homme depuis des millénaires.

anormal a écrit:J'ai toujours trouvé douteux l'individualisme supposé de Nietzsche et ceci, même chez des auteurs bienveillants tel que Han Ryner.
L'individualisme de Nietzsche est aristocratique, tandis qu'on le comprend généralement comme l'individualisme de nos démocraties, ce que Nietzsche détestait.
avatar
Philosophos
Big Bang


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche et les femmes

Message  Invité le Dim 28 Fév 2016 - 11:34

Oui, Philo, je ne citais le sérail que parce que Nietzsche l'évoque lui-même je ne sais plus où, où il parle pourtant de fermeté orientale nécessaire envers la femme (dans PDBM, probablement). Cela dit, vous avez raison de clarifier.

Reste que la distinction incarnée dans laquelle se trouvent la virilité et la féminité demeure, par la fatalité de la volonté de puissance ; et qu'en tout état de cause la femme peut bien démontrer une subtilité dans "l'art du second rôle" confinant à l'éminence grise, ou bien une force amazonienne ainsi que chez les féministes radicales, ou bien telle qu'elle se manifesta chez les Vikings (comme on voit dans la série reconstitutive éponyme), elle ne saurait - fatalement - accéder à la puissance masculine, ce que l'anthropologie confirme : le matriarcat n'exista jamais (qu'on puisse prouver) et n'existe pas : seules existèrent et existent des sociétés de nature matristique (matrilinéaires et/ou matrilocales) tandis que nous tentons d'inventer en Occident la désexuation sociétale, type parité égalitariste, bon gré mal gré.

Pour l'anecdote, au-delà de sa demande de mariage à Lou Salomé, le Nietzsche fou déclare par courrier son amour pour Cosima Wagner, identifiée à la figure d'Ariane, tandis qu'il serait Dionysos ...

Quant à l'individualisme ...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nietzsche et les femmes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum