L'amour est-elle la seule et unique force ?

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Aller en bas

Re: L'amour est-elle la seule et unique force ?

Message  Kercoz le Sam 11 Fév 2017 - 20:34

Tichikarasu a écrit:

Laisse moi t'objecté que, c'est bien parce que l'indifférence, l'ignorance, la présence radicalement neutre, le jugement aléatoire "des choses" est la seul manière connu de procéder quelle à une telle puissance.
Mais au delà des grandes phrases, en quoi serai-ce plus puissant ? Sur quelle critère te base tu pour établir un telle comparatif ?

Personnellement, je peux te proposer un modèle antagoniste ou, non pas le "mal", mais l' agressivité, est premier. Mais je risque d'énerver beaucoup de monde. Et pourtant "il tourne", mon modèle:
D'abord, d'abord...y' a l' ainée,... qu'est sale comme un peigne ..: l' agressivité initiale.
Après tu inverses les point de vue : le bien n'est qu' un "Moindre mal".  Après tout, dans la "vraie vie", tout est inversé: Ce qu'on appelle plaisir n'est qu' un moindre ou un arrêt du déplaisir, du manque...
La seule "force" initiale ce n'est pas l' amour, ni l' empathie, ce ne sont que des dérivés, des sous produits de l' agressivité initiale.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour est-elle la seule et unique force ?

Message  Tichikarasu le Sam 11 Fév 2017 - 21:24

Tu as raison sur le premier point, il existe en effet d'autre manière de faire. Mais ce sont des ébauches, plus ou moins brouillon, mais globalement il en va ainsi tout de même, enfin il me semble. Mais les élément invoquer précédemment sont toujours là en mode sous-marin. D'allieur la violence n'en est qu'une forme dérivé. Je serai tenté de te dire que celui qui use de violence oublie qu'il ce frappe lui même. Ce serai trop "gros", mais il y a de cela. Si tu t'imagine que que l'autre est un toi différent, mais avec beaucoup de chose pareille ( J'ouvre le sondage à quelle pourcentage de similitude "l'autre est un autre moi ?" *Lol* ) (Si j'fait du hs autant que j'amuse ...) Tout ça pour dire que cela résulte d'une forme d'ignorance. Tu peux même le voir de manière égoïste et ne pas vouloir le faire, je vous laisse imaginé (ou pas)., dans tout les cas ont en reviens sur nos pas, ignorance.

kercoz a écrit:Après tu inverses les point de vue : le bien n'est qu' un "Moindre mal".  Après tout, dans la "vraie vie", tout est inversé: Ce qu'on appelle plaisir n'est qu' un moindre ou un arrêt du déplaisir, du manque...

Je croit que l'on en parle déjà par, ici

Pour la suite, il faudrait voir ce que tu entend par agressivité, à quelle niveau ? Avec quelle origine ? Par quelle déviance elle serai devenu affection, Amour, amour, sentiment, j'en passe un paquet j'pense.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour est-elle la seule et unique force ?

Message  Kercoz le Sam 11 Fév 2017 - 23:01

Tichikarasu a écrit:

Pour la suite, il faudrait voir ce que tu entend par agressivité, à quelle niveau ? Avec quelle origine ? Par quelle déviance elle serai devenu affection, Amour, amour, sentiment, j'en passe un paquet j'pense.
Ce n'est pas par "déviance", mais par nécessité . Pour se socialiser, il est nécessaire d' inhiber l' agressivité intra-spécifique. ( entre individus de même espèce).
C'est un modèle simple sinon simpliste:
- l' espèce solitaire  est agressive envers ses congénères. ce sont ceux  qui visent les mêmes intérèts que lui ( femelle, proies).
- L' agressivité envers d'autres espèces se résouts vite par des procédures différentes.
- Dominer l' autre pour un territoire va se transformer en dominer l' autre groupe : socialisation . Mais ça nécessite de freiner l' agressivité instinctive
- ce frein ( inhibition) s'effectue par des "rites". ( terme utilisé par K.Lorenz, E.Goffman, Bourdieu, ...signifiant rituel inconscients uniquements chargés de bloquer l' agressivité.
( Le chien qui offre sa gorge et son ventre à son vainqueur lui interdit de mordre).  Le rite le plus évident chez nous est le fait de "passer en code " ( baisser les yeux en croisant quelqu'un à 5 m)
Tout ça est bien développé dans l' "Agression, une breve histoire du mal " de K.Lorenz.
Il n' y a pas de morale, juste des comportements moraux...qui ne font que servir les intérets de l' espèce puis de la civilisation ( ou culture).
Ces comportements sont issus de ces rites animaux sociaux, revisité récupérés tres tardivement par le fait religieux, puis les religions en tant que "lieux de pouvoir".
La sociologie est une science déprimante qui désenchante la réalité en la démythifiant, en la démystifiant.
L'éthologie montre que le sourire découvrait les dents pour mordre. C'est un rite inhibiteur qui a récupéré un signal agressif destiné à l'évitement. Tout comme le nerf qui gère les poumons part d'une des vertèbres cervicales en faisant le tour du coeur, pour la raison que nos oreilles ont été des branchies !

Bon. Ce n'est pas parce que l' empathie est un retournement de l' agressivité dans un but démagogique opportuniste structurant du groupe ..., que l' empathie n'existe pas. L' attraction terrestre permet de sauter sur un tremplin, de descendre 1000m de dénivelé en ski en 3 heures de super balade. Je dis juste qu'il bien plus normal de considérer l' agressivité ( qui n'est pas forcément violence) comme énergie primaire chez le vivant animal ou végétal. Le chêne coopère avec les basydiomycètres au niveau de ses racines, mais "assassine" tous les ans un millier de ses enfants en les privant de flotte et de lumière. Chacune de ses branches est en compétition avec ses voisines.
"" I ' ll help you if I can and I'll kill you if I must "" ( L. Cohen)

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour est-elle la seule et unique force ?

Message  Malcolm le Dim 12 Fév 2017 - 12:21

TK a écrit:Je ne prétend pas le trouvé, mais chercher si il existe véritablement comme je le dit qu'il existe, et montrer par là qu'il est ou bien qu'il n'est pas.
Cet idéalisme, vue la démarche empirique dans laquelle tu sembles inscrit, ne me paraît pas avoir de sens, en dehors d'un "saut de l'ange, acte de foi", de type chrétien/Dieu d'Amour.
C'est bien ce que je met en avant. Bien que je m’impose bien plus rigoureux, mais je n'en demande pas autant à tout un chaque un. J'utilise habituellement Que chacun balai devant chez soi, mais la vérision agricole me convient tout aussi bien.
Par contre ce n'est pas encore de l'Amour, et tu le sais aussi bien que moi.( Paragraphe écrit avant l'édit 2)
Évidemment, le prendre-soin de l'amour - qui n'est pas seulement le procurer-des-soins de tout soin, - prend-soin de ce qu'il sait se tenir : chacun chez soi et ... chacun balaie devant ... Mais c'est une démarche concomitante. Or, en tant que le prendre-soin de l'amour, dans son respect, peut parfois accepter "que l'autre s'en aille, fasse une connerie, etc." il ne me semble ni si moral, ni si amour-amour que cela. Ce ne me semble plus de l'amour, en dehors d'un amor fati, soit donc d'une entente avec le réel singulier. Et c'est drôle alors, comme cela recoupe ceci : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1770-une-physique-schopenhauerienne#32285 - mais je ne vois pas pourquoi je m'embarrasserai d'appeler cela de l'amour, quand il y a nécessaire admission du pire comme le meilleur. C'est comme un beau mariage, de belles épousailles avec l'événement, quel qu'il soit. Or, pour prendre-soin alors, il faut parfois détruire.
Inversement, il est évident que le procurer-des-soins peut être destructeur (combien de témoignages dans le médico-social, et combien de mésusages politiques & commerciaux de l'humanitaire, etc.), mais ce n'est pas une destruction en maîtrise et, finalement, nous en revenons à cette question de la maîtrise que nous n'avons jamais cessé de contourner ici ou dans d'autres échanges sur l'amour.
Auquel titre, donc, l'artiste marital vaut bien son saint, et je ne vois plus qu'il faille si certainement parler d'amour, quand bien même à ce niveau le mot amour prend telle mesure. Mais enfin, pas besoin d'idéalisme, et il faut reconnaître que l'intermittence sied assez bien à la maîtrise ou à l'amour ou au prendre-soin ou ... ou ... ou ... (qui n'hésitent donc pas à détruire esciemment) ... de ce que la vie est alea jacta.
Laisse moi t'objecté que, c'est bien parce que l'indifférence, l'ignorance, la présence radicalement neutre, le jugement aléatoire "des choses" est la seul manière connu de procéder quelle à une telle puissance.
Mais au delà des grandes phrases, en quoi serai-ce plus puissant ? Sur quelle critère te base tu pour établir un telle comparatif ?
Je ne vois pas que l'univers fonctionne autrement.

Le reste n'est que chichi ascétique divers, ceci dit sans mépriser les cultures.


EDIT: quant à Marc-Aurèle : http://www.liberte-philosophie-forum.com/t1438-verite-heroique-marc-aurele-pensees-pour-moi-meme-iii-xii#26777
* http://www.liberte-philosophie-forum.com/f25-stoiciens
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'amour est-elle la seule et unique force ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum