La vulgarisation scientifique

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mer 4 Nov 2015 - 17:17

.

Un individu à qui l'on a coupé une jambe est-il le même individu que celui qui avait encore ses deux jambes ? Marche-t-il de la même façon ? Cours-t-il pareillement ?

Un individu à que l'on a trépané est-il le même que celui qui avait encore son cerveau tout entier avant qu'on ne le trépane ? Réfléchit-il de la même façon ? Possède-t-il la même âme, la même personnalité ?

.

Ces questions sont évidemment des réponses à elles-mêmes ...

.

Une fois de plus s'impose le souverain principe du matérialisme radical de l'antiquité et ce qu'on peut en tirer, à savoir que lorsqu'on modifie l'agencement des particules insécables et donc leur interaction et leur affinités, hé bien on modifie l'ordre du monde ...

.

À chaque pas de la science, même le plus petit de tous, à chaque pas de la science, donc, se confirme la simplicité et le génie de la pensée radicalement matérialiste antique de Leucippe, Démocrite, Épicure et Lucrèce ... À chaque pas ...

.


Dernière édition par Ragnar II le Mer 4 Nov 2015 - 17:27, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Mer 4 Nov 2015 - 17:26

Ragnar II a écrit:.

Un individu à qui l'on a coupé une jambe est-il le même individu que celui qui avait encore ses deux jambes ? Marche-t-il de la même façon ? Cours-t-il pareillement ?

Un individu à que l'on a trépané est-il le même que celui qui avait encore son cerveau tout entier avant qu'on ne le trépane ? Réfléchit-il de la même façon ? Possède-t-il la même âme, la même personnalité ?

.

Même mieux que la trépanation: la lobotomie que l'on fit jadis à visée thérapeutique.

Couper toute communication entre les 2 lobes du cerveau...

D'une certaine manière, ça peut faire penser par analogie à notre père de famille, "individu" composé de 2 génomes...

A la différence que la lobotomie, si je me souviens bien, s'avérait assez vite très toxique en terme cognitivo-comportementaliste: l'organisme se "légumisait" avec le temps...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Anormal le Mer 4 Nov 2015 - 17:30

Quelqu'un peut-il nous dire comment il est possible d'avoir deux cellules souches d'origines différentes au mêmes endroit ?
Comment une certaine anarchie pourrait-elle ne pas avoir lieu ? ( la cellule souche se divisant en deux cellules, l'une spécialisée et l'autre dite " mère", et qui pourra à nouveau se diviser en deux cellules dont l'une restera souche et l'autre se spécialisera etc )

Dans l'embryon en question: y-a-t-il deux "lignes de duplications" ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mer 4 Nov 2015 - 17:37

jp2popup a écrit:
Ragnar II a écrit:.

Un individu à qui l'on a coupé une jambe est-il le même individu que celui qui avait encore ses deux jambes ? Marche-t-il de la même façon ? Cours-t-il pareillement ?

Un individu à que l'on a trépané est-il le même que celui qui avait encore son cerveau tout entier avant qu'on ne le trépane ? Réfléchit-il de la même façon ? Possède-t-il la même âme, la même personnalité ?

.

Même mieux que la trépanation: la lobotomie que l'on fit jadis à visée thérapeutique.

Couper toute communication entre les 2 lobes du cerveau...

D'une certaine manière, ça peut faire penser par analogie à notre père de famille, "individu" composé de 2 génomes...

A la différence que la lobotomie, si je me souviens bien, s'avérait assez vite très toxique en terme cognitivo-comportementaliste: l'organisme se "légumisait" avec le temps...

L'histoire nous a légué le sort d'Alan Turing, lobotomisé pour cause d'homosexualité, avec la légende de la pomme croquée en vue du suicide du bonhomme, légende d'où à été tirée la célèbre pomme d'Apple, marque de l'ordinateur sur lequel je rédige ce message ...



Simple anecdote chargée de sentiments ... (puisque les scientifiques et les matérialistes radicaux sont aussi des sentimentaux, à leurs heures) ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Mer 4 Nov 2015 - 22:10

Jp2 a écrit:Non, on appelle cela un organisme... Terme plus neutre et peu chargé en idéologie, philosophique ou autre...

S'il y a une langue neutre,  je veux bien l'apprendre et parler le neutre.

J'écris des textes  philosophiques (on m'en fait tant la remarque que je ne peux y être aveugle).

Selon  le domaine concerné je n' emploie pas les même mots.
Je vais parler ontologiquement : d'organisme vivant individué (ou de "chose"  s' il s'agit de non vivant)
En philosophie morale : je parlerai de sujet, voire de "personne"  
et en philosophie politique : d 'individu.
Emplois préférentiels non obligés ... Ce sont des choix personnels.
Ces mots renvoient tous à l'individuation .
L'individuation est une question philosophique, de toute antiquité ( et probablement la plus difficile), souvent présentée comme celle de la coexistence de l 'UN et du multiple.

 Maintenant si dès qu'une question philosophique est ne serait- ce qu'entrevue, on me taxe d' idéologue,  je veux bien cesser de troubler l'entente cordiale sur un thème qui après tout n'est pas de ma compétence (la vulgarisation scientifique).

amicalement

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Jeu 5 Nov 2015 - 4:39

.

Ce que je dirais pour ma part, ce n'est pas que tu aie tort ou raison de parler philosophie, c'est qu'il y a aujourd'hui deux courants principaux de philosophie et que tu en connais un et y reviens toujours tout en semblant ne pas connaître ni voir l'autre.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Jeu 5 Nov 2015 - 11:01

victor a écrit:Ce que je dirais pour ma part, ce n'est pas que tu aie tort ou raison de parler philosophie, c'est qu'il y a aujourd'hui deux courants principaux de philosophie et que tu en connais un et y reviens toujours tout en semblant ne pas connaître ni voir l'autre.
allons allons ...il n'y a pas que deux courants.
Peut -être des phénoménologues encore purs et des analytiques purs ( à voir ce que cela veut dire *???* ) et puis une multitude  de cas intermédiaires qui tiennent du continental (supposé) et du non continental.
Les écoles relativement distinctes il y a trente ans se sont interpénétrées.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Jeu 5 Nov 2015 - 11:29

Ragnar à Hks a écrit: Ce que je dirais pour ma part, ce n'est pas que tu aie tort ou raison de parler philosophie, c'est qu'il y a aujourd'hui deux courants principaux de philosophie et que tu en connais un et y reviens toujours tout en semblant ne pas connaître ni voir l'autre.
J'approuve.

Et dans le sujet qui nous occupe, la science et sa vulgarisation, il faut noter que dès le début, dès l'antiquité grecque, le débat apparait.

Le matérialisme atomiste adopte dès le départ le développement de la science comme source de connaissance et de libération, avec enthousiasme.

L'idéalisme, dès Platon, y voit une menace. C'est le fameux "sôdzein ta phainomena", "sauver les apparences".

En effet,  son idéalisme géocentrique de mouvements parfaits, donc circulaires par obligation, des objets célestes autour de la terre, ne pouvait admettre les observations d'autres savants décrivant des ellipses.

Il s'agissait donc non pas d'adapter son idéalisme aux données de l'observation, mais de tripatouiller des théories mathématiques fumeuses pour ramener ces pseudo ellipses à des cercles, parfaits...

----------------

D'une certaine manière, le Dasein d'Heidegger et sa critique de la technologie est de ce registre.

Bien entendu, Heidegger ne vise pas la science frontalement, mais son dérivé, la technologie.
En effet Heidegger est arriviste, fin politique et universitaire académique. Dans la réalité de l'université moderne, il ne peut attaquer frontalement ses collègues des facultés de science. Donc il biaise.

Mais c'est bien la science qu'il attaque, pour "sauver ses apparences" à lui.

----------------

Dans le même registre stratégique: la notion défendues par certains idéalistes ici ,"que la science n'est pas vulgarisable".
Manière de dire: circulez, y a rien à y voir !

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Jeu 5 Nov 2015 - 12:38

hks a écrit:
victor a écrit:Ce que je dirais pour ma part, ce n'est pas que tu aie tort ou raison de parler philosophie, c'est qu'il y a aujourd'hui deux courants principaux de philosophie et que tu en connais un et y reviens toujours tout en semblant ne pas connaître ni voir l'autre.
allons allons ...il n'y a pas que deux courants.
Peut -être des phénoménologues encore purs et des analytiques purs ( à voir ce que cela veut dire *???* ) et puis une multitude  de cas intermédiaires qui tiennent du continental (supposé) et du non continental.
Les écoles relativement distinctes il y a trente ans se sont interpénétrées.

La philosophie est un arbre à deux troncs dont l'un possède des tas de branches et l'autre aussi.

La généalogie de l'un des deux troncs est incarnée par Platon.

La généalogie de l'autre tronc est incarnée par Démocrite.

Chacun de ces deux troncs philosophiques permet à une multitude de ramifications philosophiques de pousser dans tous les sens, sans que ne soit jamais aboli le principe multi-millénaire de l'opposition platonicienne/démocritéenne, même si des boutures inter-ramifications sont effectuées par les divers penseurs de l'histoire, permettant ainsi une interpénétration des écoles, des pensées, des époques, etc.

Si à partir de là nous acceptons l'aphorisme comme moyen d'exposer une pensée, une philosophie, une activité intellectuelle sur le modèle bien connu de tous ceux qui ont fait appel à ce procédé, alors CHAQUE petite découverte, CHAQUE petite explication, CHAQUE petite vulgarisation concernant la science est en soi un aphorisme constitutif de la branche démocritéenne de la philosophie.

Ce que les philosophes, penseurs et défenseurs du tronc d'origine platonicienne de la philosophie ne voient pas, c'est que ce tronc est pourri du point de vue philosophique et qu'il est destiné à s'historiciser et se fossiliser et à servir en conséquence de sujet d'étude aux historiens et archéologues de la pensée, ce qui n'est au demeurant pas plus mal, et c'est d'ailleurs ce que tu fais, brave HKS : de l'histoire et de l'archéologie de la pensée.

Ce qui se dégage grâce à l'action aphoristique du matérialisme radical par la production actuelle et permanente de petites vérités scientifiques et aphoristiques données chaque jour au monde par centaines ou par milliers, c'est la vigueur du tronc philosophique dont la généalogie est celle de la pensée de Démocrite.

La philosophie philosophante des Socrates fonctionnaires de la pensée se pensant elle-même a tenu le haut du pavé pendant près de 2500 ans.

Aujourd'hui, et depuis un ou deux siècles, c'est au volet radicalement matérialiste de la pensée et de la philosophie de prendre la relève ...

Tous les domaines de la pensée et de la philosophie sont touchés par la poussée du tronc le plus vigoureux de la pensée et de la philosophie : logique, dialectique, politique, éthique, esthétique, etc. ! ... Tous ! ...

.

Qu'il me soit permis ici en passant la digression suivante :

J'ai mis plusieurs sites de philosophie à l'épreuve de la liberté d'expression philosophique. Le genre de raisonnement placé ici par le camarade JP et ma petite personne, aucun forum de philosophie n'est capable de le supporter. Sauf Liberté Forum.

Voilà, c'est dit, et même si c'est connu, hé bien c'est dit quand même.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Jeu 5 Nov 2015 - 12:51

Jp2 a écrit:J'approuve.
J'avais cru comprendre que Victor  parlait des européens versus les américains ( pas de Platon versus Démocrite )
Dans le même registre stratégique: la notion défendues par certains idéalistes ici ,"que la science n'est pas vulgarisable".
:)
Il faudra bien quelque jours savoir ce que vous entendez  tous  par "idéalisme".

Je n'ai pas dit que la sience n'était pas vulgarisable
j'ai dit que moi,  je ne savais  pas ce qu'on vulgarisait,
c'est notablement différent.
Sur des point fondamentaux (le gène ou la fonction d' onde) on va me sortir des théories que je tiens pour " vulgaires" car issues d'une compréhension incertaine.

Il est évident  que je ne sais pas ce qu'on vulgarise, si c'était le cas je n'aurais pas besoin de vulgarisation.
Donc je fais confiance .. jusqu' à un certain point .
Je ne tire pas des vérités métaphysique ou des histoires mythologiques d'une compréhension incertaine.

A la différence (différence importante) de l'homme ordinaire épris de savoir scientifiques, les philosophes ont le désir d'un savoir métaphysique.
Moi en tant, qu' homme ordinaire je suis fervent du savoir scientifique, en tant que philosophe je ne me moque pas de la partie ordinaire de moi même.
Devrais- je me moquer de la partie mélomane de moi- même?

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Jeu 5 Nov 2015 - 13:21

Ce que les philosophes, penseurs et défenseurs du tronc d'origine platonicienne de la philosophie ne voient pas, c'est que ce tronc est pourri du point de vue philosophique et qu'il est destiné à s'historiciser et se fossiliser et à servir en conséquence de sujet d'étude aux historiens et archéologues de la pensée, ce qui n'est au demeurant pas plus mal, et c'est d'ailleurs ce que tu fais, brave HKS : de l'histoire et de l'archéologie de la pensée.
Moi je suis actuel pas dans le passé,  en fait pas vraiment ... je croyais que tu parlais de la philosophie continentale versus la philosophie américaine ...parce que tout le monde  ne parle que de ça (pas trop de Platon contre Démocrite)

Je connais Démocrite ...soit dit en passant Démocrite c'est pas trop long à lire ....
alors, plutôt Lucrèce.

aucun forum de philosophie n'est capable de le supporter.
c'est très  bien ça ...hein!!  tu as trouvé un lieu où on te supporte...
et puis ceux qui ne supportent pas s'en vont. :arrow:

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Jeu 5 Nov 2015 - 14:00

.

C'est que justement, sur la métaphysique, tout a été dit, ou, pour être plus précis, tout me semble avoir été dit. La philosophie ne se fait plus action, elle n'est plus recherchée en vue d'une possible et incertaine sagesse, non, la philosophie maintenant s'écrit ainsi : Il ne s'agit pas d'énoncer un discours susceptible d'éclairer la situation des êtres vivants, mais de développer de façon autonome un certain univers de mots. Il y avait la théologie, qui parlait de Dieu, l'ontologie, qui parlait de l'Être. Maintenant, de « logies » en « logies », on est parvenu à la logologie, qui est discours sur le discours. Le philosophe (ou ce qu'il en reste) n'est plus devant le monde, car celui-ci pourrait bien avoir disparu que le logologue ne s'en serait même pas aperçu. Il est devant un vocabulaire et une grammaire qu'il va remanier à sa guise, conformément à une esthétique de la désincarnation.

Je ne pense d'ailleurs pas que tu sois dans cette logologie, qui est un suicide de la pensée, mais dans le maniement de pensées historiques, brave HKS. Tu es dans une pensée historique, ce qui est d'ailleurs parfaitement défendable et tout à fait respectable. Tu manies bien des concepts, oui, mais toujours sur le plan d'un rappel historique. Même lorsque tu ne cites aucun philosophe de l'histoire, d'ailleurs. À la rigueur, du propose une épistémologie, ce qui est d'ailleurs très bien et tout à fait respectable aussi.

Il y a cependant avec le volet matérialiste de la pensée et de la philosophie quelque chose de plus vivant qu'avec les autres volets. Il y a d'ailleurs quelque chose de supérieur aussi en ce sens que tous les scientifiques sont capables de philosophie, tous, tant c'est simple, tandis que les philosophes sont plutôt rares à être capables de science, car c'est bien plus difficile que la philo, ça, la science ...

.

Démocrite ? Quoi ? Il est vite lu ? Tu badines, mon ami ! Tu badines !

Aujourd'hui, sans que tu ne sembles le savoir ni sembler être apte à seulement le comprendre, à ce que je constate, et sauf ton respect, évidemment, Démocrite rempli dans les bibliothèques, les laboratoires et la nature arpentée par tous les démocritéens du monde au moins mille milliards de milliards de volumes de plus que toute la philosophie de toutes les bibliothèques du monde.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Jeu 5 Nov 2015 - 14:08

.
Hks a écrit:
A la différence (différence importante) de l'homme ordinaire épris de savoirs scientifiques, les philosophes ont le désir d'un savoir métaphysique.
Heu, moi non... je pense m'intéresser de près à la philo et, donc, forcément, à la science... mais à la métaphysique, non, pas du tout !

-------

Je définis l'idéalisme comme toute philosophie qui défend l'idée d'un esprit du monde, hors de sa réalité physique.
Personnellement, je pense que cet idéalisme est pure conception cérébrale de notre espèce biologique et sans véritable accointance avec le dit réel...

Qu'il faut donc s'en méfier, par nature...

- Quand Deleuze définit le philosophe comme producteur de concept;

- Quand Heidegger nous propose son Dasein qui ne produit rien en opposition à la technologie, qui, elle produit, en avantage ou inconvénient j'en conviens;

-- Quand Hans Jonas, à la suite d'Heidegger, surenchérit sur le thème de la monstruosité de la technique et propose comme méthodologie de pensée et d'action la peur à inculquer à l'humanité, et donc l'abandon de la pensée critique, donc des Lumières...

Voilà pour l'actuel et l'idéalisme, selon moi.

----------------------

Maintenant qu'à ta demande j'ai défini ce que j'entends par idéalisme, j'aimerais que tu en fasses autant pour ce que tu nommes "pensée métaphysique". Qu'est-ce que c'est selon toi ?

D'avance, merci.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Jeu 5 Nov 2015 - 19:08

Victor a écrit: Il y a d'ailleurs quelque chose de supérieur aussi en ce sens que tous les scientifiques sont capables de philosophie, tous, tant c'est simple, tandis que les philosophes sont plutôt rares à être capables de science, car c'est bien plus difficile que la philo, ça, la science ...

Je vais te réponde avec le plus grand sérieux, sans aucune ironie ...
La science demande de l'astuce, du savoir faire pratique et pour la physique un très bon niveau de mathématiques... de la curiosité, de l'intuition et aussi de la volonté, un sens de la méthode...  enfin bref  beaucoup de qualités et toutes sortes de qualité.

La philosophie c'est tout autre chose.
Mais il me semble que si tu en avais fait tu le saurais.

Ni la science ni la philosophie ne sont une question de difficultés "en soi "
Rien n'est ni plus facile ni plus difficile, tout dépend du challenge.

Ce n'est pas difficile d'écrire un roman, tout le monde peut écrire un roman, mais tout le monde ne peut pas écrire "madame Bovary".

Trouver des réponses communes à des questions ordinaires, en philosophie, c'est à la portée de tout le monde et beaucoup de candidats au baccalauréat le font très bien ...les candidats de section littéraire le font généralement beaucoup mieux que ceux des sections scientifiques  (mais bref)...

...mais écrire la "critique de la raison pure" ou "la phénoménologie de l'esprit" ...ou "le discours de la méthode" ou l'Ethique de Spinoza (j'en passe) ce n'était pas à la portée de tout le monde.
Huygens avait son challenge, Spinoza avait le sien.

Comprendre ces philosophes n'est pas non plus à la portée de tout le monde.(désolé) 😢 😢 😢

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Ven 6 Nov 2015 - 16:41

hks a écrit:

Et quand on me parle d 'idéalisme...il ne suffit pas de dire : moi je pense que l'idéalisme c'est ceci cela et qu'en conclusion donc vous êtes un idéaliste.( comminatoire!!! )  

Des idéalistes il y en a de fort divers... ce au point qu'il est difficile de mettre tout ces gens dans un même panier: l'idéalisme.

Admettons que L'idéalisme accorde une existence à l'esprit dans la réalité .... sur ça on peut être d'accord.
Mais pour moi ce n'est pas l'idéalisme qui est à prouver, c'est au matérialisme d' expliquer ce qu'il entend par matière.

Peu importe en réalité ces débats stériles entre idéalisme et matérialisme.

On ne le tranchera jamais, ce débat, parce qu'il est intranchable...

Par contre ce qu'on peut trancher, c'est la normativité morale potentielle induite, l'impératif kantien.

Le plus souvent, une pensée idéaliste porte en elle une injonction d'agir selon une norme catégorique.

-------
J'évoquais plus haut la pensée d'Hans Jonas, figure tutélaire de l'écologisme effrayant et projectif sur le futur. Et de l'impérieuse nécessité d'adapter, forcément, nos pratiques et morales pour contrer ce mal en devenir...

-------
A mon avis, tu ne trouveras jamais ce type de pensée chez un matérialiste, adepte d'un  monde futur ouvert au devenir et peu prédictible, par nature...

Bref la moraline, laissons-la aux idéalistes, par nature portés à la figure du schtroumpf à lunettes...

-----------------------------------
Pour le reste, un matérialiste pense la matière comme ce qui est tangible, expérimentable et reproductible en ses effets. Et qu'il n'y a pas lieu de chercher au-delà de ce réel. Ni plus ni moins.

Et cette définition, limitée à nos sens au départ, s'étend chaque jour davantage par les machines que nous développons pour étendre cette "tangibilité" au delà de nos sens physiologiques, stricto sensu...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Ven 6 Nov 2015 - 21:39

hks a écrit:Comment peut- il nier l'existence de la pensée ?

Qui parle de nier l'existence de la pensée, ou de l'esprit, ou de l'idéal ?

Il n'est pas question de nier de telles choses, mais d'établir une hiérarchie, une échelle de valeur, une préséance.

Si nous partons du principe que la matière précède la pensée, l'esprit ou l'idéal, qui sont justement des productions de la matières en tant que simple mode de fonctionnement du cerveau, alors tout s'éclaire et rien n'empêche de penser ou d'avoir de l'esprit et un idéal. Après, reste à savoir si l'on doit s'extasier devant la pensée, l'esprit ou l'idéal, qui, dans le fond, ne sont pas grand chose sans la matière qui permet leur existence.

hks a écrit:La ramener à de la matière, certes,  mais  qu'est- ce que la matière pour un matérialiste ?

C'est un assemblage de particules s'attirant ou se repoussant selon des affinités ou des incompatibilités particulières.

En mettant sa main au feu, il est fort possible de comprendre la chose avant même de se rendre compte qu'on l'a déjà comprise.

La confrontation à l'insoutenable souffrance de la matière constituant sa propre corporéité est incapable de mensonge. En souffrant et en faisant souffrir le martyr, la matière impose sa présence au monde en la gueulant plus fort que tous les discours, que toute la pensée, que tous l'esprit et que tout l'idéalisme.

Il ne s'agit d'ailleurs même pas de procéder réellement à l'expérience, mais de procéder à une simple expérience de pensée : Toute la théologie ainsi que la pensée, l'esprit et l'idéal qui vont toujours avec s'auto-détruisent au moment précis ou Jésus matériellement cloué et brisé gueule son impuissance idéelle et spirituelle totale par le reproche ultime « Mon père, pourquoi m'as-tu abandonné !? » ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Rêveur le Sam 19 Déc 2015 - 20:01

Bonsoir, je poste pour demander conseil.
Ragnar m'a convaincu (par ce qu'il a écrit ici, pas privément par MP ou autre) de m'abonner à un magazine de vulgarisation pour Noël. J'ai pensé à Nature et Science*, puisque ce sont ceux qu'il désigne comme les meilleurs. Toutefois, je me demande si j'aurai le niveau et le temps pour les comprendre. Peut-être vaudrait-il mieux que je choisisse Science & Vie. Sans donc défendre ces magazines et la qualité de leur vulgarisation etc., mais seulement en considérant ma situation, et sachant que j'ai fait un baccalauréat scientifique, puis une année d'école d'ingénieurs, avant d'étudier la philosophie, que me conseillez-vous ?

* "et" ne signifie bien entendu pas que je prendrai un abonnement pour chacun, je suis pas fou, enfin, pas suffisamment ! :drunken:

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Prince' le Sam 19 Déc 2015 - 22:27

Les magazines de vulgarisations ne requièrent pas un niveau particulier.
C'est bien la différence avec le Mag' ::romain::
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Rêveur le Sam 19 Déc 2015 - 22:41

Princeps a écrit:Les magazines de vulgarisations ne requièrent pas un niveau particulier.
Théoriquement non, par définition, mais dans les faits, ils doivent nécessiter des notions, des connaissances présupposées... J'attends donc surtout l'avis de Ragnar et AS...

Princeps a écrit:C'est bien la différence avec le Mag'

:lol!:
Normalement, ce n'est pas une qualité pour des articles... Vous auriez une visée élitiste, au sens non péjoratif du terme (j'en n'ai pas trouvé de mieux) ?

"Le premier venu, s'il a les connaissances requises, peut comprendre le discours scientifique, alors que pour comprendre celui philosophique, il faut d'être une nature plus élevée que le commun" ?


Dernière édition par Rêveur le Sam 19 Déc 2015 - 23:34, édité 1 fois (Raison : "magazines" ! "ils", pas "elles" !)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Sam 19 Déc 2015 - 22:55

.

Pour la science n'est pas mal. Il est à mi-chemin entre Science&Vie, que je ne conseillerais pas trop, car il n'approfondit pas assez les sujets qui y sont abordés, et Science ou Nature, qui sont très pointus, mais d'un excellent niveau, car les articles qui y paraissent sont rédigés par des scientifiques et pas des journalistes.

Cela dit, les numéros spéciaux de Science&Vie ne sont quand même pas mauvais dans l'ensemble.

Pour la science, c'est la version française de ScientificAmerican, qui était presque équivalent à Nature ou Science il y a quelques années, mais qui s'est un peu dévalué tout en restant d'un très bon niveau quand même, car les journalistes qui y travaillent sont très forts.



.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  AntiSubjectiviste le Sam 19 Déc 2015 - 23:11

Moi, je te conseille Pour la science ou La recherche.

Science & Vie est plutôt orienté vers le sensationnel (et les grandes affirmations hâtives). Je te déconseille Nature et Science car la moitié des pages ne t'apporteront rien (ce sont des articles spécialisés).

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum