La vulgarisation scientifique

Page 5 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Xilef le Mar 27 Oct 2015 - 7:07

Les deux exemples donnés précédemment (Trinh Xuan Thuan et Gould) montrent qu’il convient de toujours pratiquer l’art du doute, c’est-à-dire la zététique, mot remis en honneur par Henri Broch.
Celui-ci a constitué une « boîte à outils » zététique que l’on trouvera ci-après.
Je signale, dans le même genre et pour ceux qui ne le connaîtraient pas, le Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon, illustré par le regretté Charb – Lux Editeur 2005, 2006

La boîte à outils du philosophe

Les outils décrits ci-dessous ne constituent qu'une partie de la boîte à outils du philosophe. Chacun est invité à la compléter pour son usage personnel.

1 L’erreur est humaine
2 La faillibilité permanente ne l’est pas
Même un astrologue ou un voyant fera quelquefois des prédictions qui se révéleront justes par la suite.
3 La charge de la preuve appartient à celui qui déclare
[…] c’est à celui qui affirme quelque chose de neuf d’amener la preuve de la validité de ce qu’il déclare. Il faut bien se garder d’inverser les rôles, ce que cherchent à faire très souvent les tenants du « paranormal ».
4 Un mot écrit n’est pas auto-validant
[…] il faut insister sur le fait que poser une hypothèse ne constitue en rien une confirmation de celle-ci ; il faut en tester les conséquences et examiner les alternatives possibles.
5 Quantité n’est pas qualité
Ce n’est pas la quantité de preuves qui fait qu’une théorie est correcte mais la qualité de la preuve ; de même, une collection d’anecdotes ne constitue pas une évidence scientifique
6 Possible n’est pas toujours possible
On peut schématiquement distinguer possibilité physique et possibilité logique.
Une possibilité physique est un événement permis par les lois de la nature […]
Une possibilité logique est simplement un événement décrit par une phrase non autocontradictoire […]
[…] une possibilité logique n’est pas forcément une possibilité physique.
7 Compétitif n’est pas forcément contradictoire
[…] des hypothèses compétitives ne sont généralement pas contradictoires logiquement.
[…] dans un débat, si l’opposant a tort, cela ne signifie nullement que nous ayons raison; on ne peut pas avoir raison tous les deux mais on peut, par contre, avoir tort tous les deux ! Infirmer les hypothèses concurrentes ne constitue donc généralement aucune preuve en faveur de l’hypothèse que l’on défend.
8 L’origine de l’information est fondamentale
9 La compétence de l’informateur l’est tout autant
[…] le « déplacement de domaine de compétence » est assez fréquent.
[…] le respect s’attache à la compétence et non à l’homme, c’est-à-dire, comme nous le dit assez crûment Gérald Messadié en guise d’exemple, que « l’opinion de Leprince-Ringuet sur la société ne vaut guère plus que celle de Mireille Mathieu sur les trous noirs ».
10 Une théorie scientifique est testable
[…] Dans un cas concret, on peut par exemple demander à une personne quel est le fait, l’expérience qui pourrait la faire changer d’avis. Si rien ne peut constituer une évidence contre une hypothèse, alors cette hypothèse est irréfutable : elle est non scientifique.
11 Une allégation extraordinaire nécessite une preuve plus qu’ordinaire
Toute observation ou théorie nouvelle doit être re-située dans l’édifice scientifique. Comment cette nouvelle théorie se situe dans l’ensemble des données et lois du domaine considéré est en effet un problème important. Un point sur lequel il me semble nécessaire d’attirer l’attention est que plus les allégations sortent du cadre connu, plus les étais doivent être solides et les vérifications poussées.


12 La nature est sûre
[…] Indépendamment de l’observateur, la nature est. On n’a pas à croire en la gravitation pour observer son action, ses diverses manifestations ; on ne devrait pas avoir à croire en la perception extra-sensorielle pour observer son action.
13 L’alternative est féconde
L’un des outils les plus puissants sinon les plus créatifs qui soient à notre disposition consiste à se poser simplement la question : « Existe-t-il une autre explication possible qui donnerait le même résultat ? »
[…] on peut, devant un cas concret de phénomène « paranormal », se poser la question et découvrir ainsi que l’on peut obtenir le même résultat par des moyens normaux […] ; la méthode « illusionniste » est alors étayée et l’hypothèse « psychique » devient superflue.
14 L’inférence est nécessaire
Une explication objective possède un pouvoir de prédiction […] que ne possède pas une explication qui est simplement subjective. En termes clairs, une explication doit déboucher sur des inférences, c’est-à-dire qu’elle doit pouvoir se mettre sous la forme « si - alors » : « Si ceci est vérifié, alors on en déduit que… »
15 L’histoire des sciences et des techniques a son utilité
16 Les « astuces » et sophismes des charlatans aussi
17 Le bizarre est probable
[…] notre inaptitude à nous rendre compte que des événements inhabituels sont probables sur un grand nombre d’individus ou sur un laps de temps important.
18 Les yeux du cœur ont une mauvaise vision
[…] la « validation subjective » qui permet, lorsque cela est nécessaire, de mal recevoir ou mal interpréter la donnée opposée à nos désirs. La « validation subjective » permet par exemple de percevoir comme reliés deux événements qui ne le sont pas et cela simplement parce qu’une envie, une hypothèse ou une croyance demande ou nécessite une relation.
19 La force d’une croyance peut être immense
Henri Broch
Le paranormal (Seuil 1985)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  AntiSubjectiviste le Mar 27 Oct 2015 - 7:10

Ragnar II a écrit:La science ne spécule par sur le sens de l'univers. Elle dit très clairement que l'univers n'a pas de sens. Un point c'est tout
Ça, c'est toi qui le dis, pas la science qui n'a jamais défini dans aucune théorie un concept de "sens de l'univers".

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Mar 27 Oct 2015 - 10:48

Victor a écrit:Elle dit très clairement que l'univers n'a pas de sens.
On sait bien qu'elle le dit. Pour autant que la science ait une parole. Disons  qu'il y a un pré-supposé métaphysique qui  la soutient et tout simplement une métaphysqiue ... dire que  l'univers n' a pas de sens, c'est une thèse métaphysique.

Ne rien dire serait  échapper à toute imputation de thèse (implicite ).
Tant qu'elle dit sur le sens,  elle est suspectée à juste titre de  travailler pour une métaphysique ( contre une ou d'autres ).
Or elle dit sur le sens (dire qu'il n' y  en a pas c'est parler sur le sens).  

entre parenthèses
Je ne vois pas bien ce qu' Henry Atlan vient faire dans la charrette" confessionnelle" promise à l'échafaud.
Je ne le connais pas très bien  à vrai dire ... mais toi non plus me semble- t-il.

Supposons qu' Atlan.. si tu veux ...soit bien au dessus du tout ça -tout ça qui nous fait causer.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Mar 27 Oct 2015 - 14:35

AntiSubjectiviste a écrit:
Ragnar II a écrit:La science ne spécule par sur le sens de l'univers. Elle dit très clairement que l'univers n'a pas de sens. Un point c'est tout
Ça, c'est toi qui le dis, pas la science qui n'a jamais défini dans aucune théorie un concept de "sens de l'univers".

C'est toujours bon de le rappeler, AS.

La question du Sens ou de son inexistence est une question philosophique ou religieuse, pas une question scientifique.


Perso, je me revendique de la tradition philosophique matérialiste antique, qui regarde avec bienveillance le progrès des connaissances scientifiques en ce qu'il illustre la "possibilité d'une île", à savoir une compréhension du monde sans avoir besoin d'arrière-monde et, surtout, sans les imposteurs avides de pouvoir qui souvent s'abritent derrière ces arrières-mondes pour se garantir un pré carré d'influences, de privilèges, de capacités de nuisance...

Mais je ne confonds pas ma conception philosophique avec la science.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mar 27 Oct 2015 - 17:31

Xilef a écrit:àJe signale, dans le même genre et pour ceux qui ne le connaîtraient pas, le Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon, illustré par le regretté Charb – Lux Editeur 2005, 2006

Le hasard a voulu que je fasse un peu de guitare avec lui, à Montréal. Très sympa, le bonhomme.

Il tenait un blog visant à vulgariser la philo. Ce blog était très intéressant. Malheureusement Baillargeon n'a pas persisté. Par manque de temps.

Le dernier message qu'il a publié sur son blog comprenait un film sur l'espèce d'horreur que constitue la manipulation de la pensée des enfants en bas âge dans le Midle West américain, de la part d'une espèce de « djiahdistes chrétiens » créationnistes et prédicateurs bibliques de toutes sortes, visant une politique de la prise de pouvoir réelle par une religion d'État désireuse de s'installer à tous les paliers des institutions des États-Unis. (C'est contre cette imbécilité particulière que sont dirigés les conférences et les bouquins de Dawkins en Amérique du Nord, en passant. Alors pas tirer sur le pianiste, please. Pas butter un compagnon de route.)

Notons en passant que Baillargeon est particulièrement doué dans son domaine d'activité principal, qui est la pédagogie. Il est malheureusement souvent en conflit avec des politiciens qui ne veulent pas l'entendre et qui sont en conséquence prompt à déconner à pleins tubes en éducation publique.

Xilef a écrit:La boîte à outils du philosophe

Les outils décrits ci-dessous ne constituent qu'une partie de la boîte à outils du philosophe. Chacun est invité à la compléter pour son usage personnel.

1 L’erreur est humaine
2 La faillibilité permanente ne l’est pas
Même un astrologue ou un voyant fera quelquefois des prédictions qui se révéleront justes par la suite.
3 La charge de la preuve appartient à celui qui déclare
[…] c’est à celui qui affirme quelque chose de neuf d’amener la preuve de la validité de ce qu’il déclare. Il faut bien se garder d’inverser les rôles, ce que cherchent à faire très souvent les tenants du « paranormal ».
4 Un mot écrit n’est pas auto-validant
[…] il faut insister sur le fait que poser une hypothèse ne constitue en rien une confirmation de celle-ci ; il faut en tester les conséquences et examiner les alternatives possibles.
5 Quantité n’est pas qualité
Ce n’est pas la quantité de preuves qui fait qu’une théorie est correcte mais la qualité de la preuve ; de même, une collection d’anecdotes ne constitue pas une évidence scientifique
6 Possible n’est pas toujours possible
On peut schématiquement distinguer possibilité physique et possibilité logique.
Une possibilité physique est un événement permis par les lois de la nature […]
Une possibilité logique est simplement un événement décrit par une phrase non autocontradictoire […]
[…] une possibilité logique n’est pas forcément une possibilité physique.
7 Compétitif n’est pas forcément contradictoire
[…] des hypothèses compétitives ne sont généralement pas contradictoires logiquement.
[…] dans un débat, si l’opposant a tort, cela ne signifie nullement que nous ayons raison;  on ne peut pas avoir raison tous les deux mais on peut, par contre, avoir tort tous les deux ! Infirmer les hypothèses concurrentes ne constitue donc généralement aucune preuve en faveur de l’hypothèse que l’on défend.
8 L’origine de l’information est fondamentale
9 La compétence de l’informateur l’est tout autant
[…] le « déplacement de domaine de compétence » est assez fréquent.
[…] le respect s’attache à la compétence et non à l’homme, c’est-à-dire, comme nous le dit assez crûment Gérald Messadié en guise d’exemple, que « l’opinion de Leprince-Ringuet sur la société ne vaut guère plus que celle de Mireille Mathieu sur les trous noirs ».
10 Une théorie scientifique est testable
[…] Dans un cas concret, on peut par exemple demander à une personne quel est le fait, l’expérience qui pourrait la faire changer d’avis. Si rien ne peut constituer une évidence contre une hypothèse, alors cette hypothèse est irréfutable : elle est non scientifique.
11 Une allégation extraordinaire nécessite une preuve plus qu’ordinaire
Toute observation ou théorie nouvelle doit être re-située dans l’édifice scientifique. Comment cette nouvelle théorie se situe dans l’ensemble des données et lois du domaine considéré est en effet un problème important. Un point sur lequel il me semble nécessaire d’attirer l’attention est que plus les allégations sortent du cadre connu, plus les étais doivent être solides et les vérifications poussées.


12 La nature est sûre
[…] Indépendamment de l’observateur, la nature est. On n’a pas à croire en la gravitation pour observer son action, ses diverses manifestations ; on ne devrait pas avoir à croire en la perception extra-sensorielle pour observer son action.
13 L’alternative est féconde
L’un des outils les plus puissants sinon les plus créatifs qui soient à notre disposition consiste à se poser simplement la question : « Existe-t-il une autre explication possible qui donnerait le même résultat ? »
[…] on peut, devant un cas concret de phénomène « paranormal », se poser la question et découvrir ainsi que l’on peut obtenir le même résultat par des moyens normaux […] ; la méthode « illusionniste » est alors étayée et l’hypothèse « psychique » devient superflue.
14 L’inférence est nécessaire
Une explication objective possède un pouvoir de prédiction […] que ne possède pas une explication qui est simplement subjective. En termes clairs, une explication doit déboucher sur des inférences, c’est-à-dire qu’elle doit pouvoir se mettre sous la forme « si - alors » : « Si ceci est vérifié, alors on en déduit que… »
15 L’histoire des sciences et des techniques a son utilité
16 Les « astuces » et sophismes des charlatans aussi
17 Le bizarre est probable
[…] notre inaptitude à nous rendre compte que des événements inhabituels sont probables sur un grand nombre d’individus ou sur un laps de temps important.
18 Les yeux du cœur ont une mauvaise vision
[…] la « validation subjective » qui permet, lorsque cela est nécessaire, de mal recevoir ou mal interpréter la donnée opposée à nos désirs. La « validation subjective » permet par exemple de percevoir comme reliés deux événements qui ne le sont pas et cela simplement parce qu’une envie, une hypothèse ou une croyance demande ou nécessite une relation.
19 La force d’une croyance peut être immense
Henri Broch
Le paranormal (Seuil 1985)

C'est la chose la plus intéressante que tu as retranscrite jusque là sur LibertéPhilo.

T'est pas un si mauvais copieur/colleur que ça, en définitive ! ...

Bravo ! ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mar 27 Oct 2015 - 17:59

AntiSubjectiviste a écrit:
Ragnar II a écrit:La science ne spécule par sur le sens de l'univers. Elle dit très clairement que l'univers n'a pas de sens. Un point c'est tout
Ça, c'est toi qui le dis, pas la science qui n'a jamais défini dans aucune théorie un concept de "sens de l'univers".

Ça, c'est toi qui le dis ...

Tu rates premièrement ce que dit la science en ne fondant justement jamais aucun concept direct sur le sens de l'univers, que les philosophes et les religieux s'évertuent pourtant à opposer en permanence et depuis des siècles à tous les scientifiques. La science sait de quoi il est question avec le sens en général et celui de l'univers en particulier, et elle a eu tout le temps et l'argent nécessaire pour aborder cette question. Le fait qu'elle ne s'y est pas intéressée sous la forme qui t'aurait convenue indique très clairement son avis : il n'y a de sens nulle part dans l'univers.

Tu rates deuxièmement le fait que la science s'est posée la question du sens en général et du sens de l'univers en particulier par l'intermédiaire de la biologie, qui permet d'indiquer qu'il faut au départ un cortex d'humain pour que se pose cette question. Le sens de l'univers ou de ce que tu voudras a donc une explication biologique par l'intermédiaire d'une nécessité biologique, qui est une soif de sens. Après, chacun peut choisir sa façon de se désaltérer au moyen de ce qu'il trouvera dans sa vie, philo, religion, extra-terrestres, astrologie, en vrac et n'importe comment, mais aussi art, science et philosophie bien choisis, bien sélectionnés, bien aiguisés.

.


Dernière édition par Ragnar II le Mar 27 Oct 2015 - 19:04, édité 1 fois (Raison : Mais qu'est-ce que j'ai fait à Dieu pour ne jamais réussir à pondre un texte sans fautes !?)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mar 27 Oct 2015 - 18:14

hks a écrit:
Victor a écrit:Elle dit très clairement que l'univers n'a pas de sens.
On sait bien qu'elle le dit. Pour autant que la science ait une parole. Disons  qu'il y a un pré-supposé métaphysique qui  la soutient et tout simplement une métaphysqiue ... dire que  l'univers n' a pas de sens, c'est une thèse métaphysique.

Non, dire que l'univers n'a pas de sens, c'est un constat.

hks a écrit:Ne rien dire serait  échapper à toute imputation de thèse (implicite ).
Tant qu'elle dit sur le sens,  elle est suspectée à juste titre de  travailler pour une métaphysique ( contre une ou d'autres ).
Or elle dit sur le sens (dire qu'il n' y  en a pas c'est parler sur le sens).  

entre parenthèses
Je ne vois pas bien ce qu' Henry Atlan vient faire dans la charrette" confessionnelle" promise à l'échafaud.
Je ne le connais pas très bien  à vrai dire ... mais toi non plus me semble- t-il.

Supposons qu' Atlan.. si tu veux ...soit bien au dessus du tout ça -tout ça qui nous fait causer.

Je ne suppose pas qu'Atlan soit au-desus ni au-dessous de qui ou de quoi que ce soit.

Je vois que c'est un excellent neuroscientifique. Et aussi un excellent professeur de neurosciences au sein d'universités de prestige international.

Je vois cependant qu'il commet une erreur au regard de la démarche scientifique qui est ou qui devrait être la sienne en science. Cette erreur n'a pas grande gravité, mais elle mérite d'être relevée, et c'est la suivante. Lorsqu'il opère un rapprochement entre Spinoza et les neurosciences, il donne un avis personnel non étayé par la science. Einstein a fait pareil en son temps. Mais du point de vue de la science en général et de la vulgarisation scientifique en particulier, ce genre d'avis personnel n'a aucune valeur.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mar 27 Oct 2015 - 18:51

jp2popup a écrit:
AntiSubjectiviste a écrit:
Ragnar II a écrit:La science ne spécule par sur le sens de l'univers. Elle dit très clairement que l'univers n'a pas de sens. Un point c'est tout
Ça, c'est toi qui le dis, pas la science qui n'a jamais défini dans aucune théorie un concept de "sens de l'univers".

C'est toujours bon de le rappeler, AS.

La question du Sens ou de  son inexistence  est une question philosophique  ou religieuse, pas une question scientifique.

On se demande pourquoi Pix XII a voulu récupérer le big bang en vue de l'inclure dans sa conception philosophique et religieuse du monde ...

Cela dit, je répond plus haut à Antisubjectiviste ...

jp2popup a écrit:Perso, je me revendique de la tradition philosophique matérialiste antique, qui regarde avec bienveillance le progrès des connaissances scientifiques en ce qu'il illustre  la "possibilité d'une île", à savoir une compréhension du monde sans avoir besoin d'arrière-monde et, surtout,  sans les imposteurs avides de pouvoir qui souvent s'abritent derrière ces arrières-mondes pour se garantir un pré carré d'influences, de privilèges, de capacités de nuisance...

Mais je ne confonds pas ma conception philosophique avec la science.

Pourtant, ta conception philosophique, c'est de la science. C'est de la science à l'état embryonnaire, certes, mais c'est de la science quand même.

La proposition antique de la constitution du monde à partir d'éléments microscopiques, voilà une hypothèse parfaitement réfutable au sens épistémologique du terme, c'est-à-dire pouvant parfaitement être mise à l'épreuve de tout protocole adéquat visant à en dégager une confirmation ou une infirmation.

Or, la physique moderne ne cesse de procéder à l'application de tels protocoles sans parvenir à réfuter cette hypothèse dans son principe, tout en réfutant certains de ces éléments avec pour conséquence de la raffiner à mesure qu'elle est scientifiquement étudiée.

Il y a par ailleurs une continuité parfaite entre, d'une part l'affirmation du matérialisme antique disant que les « atomes » de la matière se combinent en fonction d'affinités particulières, et d'autre part tous les principe de la chimie en général et de la biologie moléculaire en particulier.

Hé ! Ho ! Ami ! Ce n'est pas à négliger, tout ça ....

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  LibertéPhilo le Mar 27 Oct 2015 - 21:28

Ragnar II a écrit:On se demande pourquoi Pie XII a voulu récupérer le big bang en vue de l'inclure dans sa conception philosophique et religieuse du monde ...
Parce que l'église catholique (comme chaque religion d'ailleurs) pense détenir la vérité de toute éternité (enfin, depuis environ 2000 ans pour Rome). Soit on fait taire les savants par la violence, soit on les prend sous son aile. La science qui se rapproche comme par hasard des vérités éternelles de la religion, après qu'elle a montré quand même de façon irréfutable et définitive combien de bêtises l'église a pu raconter. "J'y crois parce que c'est absurde". Plus c'est gros, plus ça passe ! Le bouddhisme fait de même en trouvant dans la physique quantique de quoi prouver son idéalisme. En effet, c'est tellement étrange en apparence, la physique quantique, que ça peut prouver n'importe quoi !

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mer 28 Oct 2015 - 11:02

Philo a écrit:
Ragnar II a écrit:On se demande pourquoi Pie XII a voulu récupérer le big bang en vue de l'inclure dans sa conception philosophique et religieuse du monde ...
Parce que l'église catholique (comme chaque religion d'ailleurs) pense détenir la vérité de toute éternité (enfin, depuis environ 2000 ans pour Rome). Soit on fait taire les savants par la violence, soit on les prend sous son aile. La science qui se rapproche comme par hasard des vérités éternelles de la religion, après qu'elle a montré quand même de façon irréfutable et définitive combien de bêtises l'église a pu raconter. "J'y crois parce que c'est absurde". Plus c'est gros, plus ça passe ! Le bouddhisme fait de même en trouvant dans la physique quantique de quoi prouver son idéalisme. En effet, c'est tellement étrange en apparence, la physique quantique, que ça peut prouver n'importe quoi !

Exactement !

D'un côté, la religion veut faire entrer le champ de la science dans le domaine religieux en excluant évidemment tout ce qui s'oppose à cette entrée.

D'un autre côté, la science se fout de la religion comme de sa première paire de chaussettes.

C'est l'histoire d'un amour unilatéral. C'est l'histoire d'un amour vache ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Invité le Mer 28 Oct 2015 - 13:26

J'aime beaucoup cette anecdote entre Le pape et Lemaître. Et de façon générale " le cas Lemaitre ". Un des plus grands cosmologistes, physicien, qui discutait d'égal à égal avec Einstein et cie. Chanoine et cosmologiste, cosmologiste et chanoine, mais quand il porte une casquette il ne porte pas l'autre. J'aime beaucoup renvoyé les " autistes " et autres réducteurs, terroristes, des deux bords à méditer son cas, exemplaire.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Ragnar II le Mer 28 Oct 2015 - 14:14

Neopilina a écrit:J'aime beaucoup cette anecdote entre Le pape et Lemaître. Et de façon générale " le cas Lemaitre ". Un des plus grands cosmologistes, physicien, qui discutait d'égal à égal avec Einstein et cie. Chanoine et cosmologiste, cosmologiste et chanoine, mais quand il porte une casquette il ne porte pas l'autre. J'aime beaucoup renvoyé les " autistes " et autres réducteurs, terroristes, des deux bords à méditer son cas, exemplaire.

Je suis entièrement d'accord ! Il faut canoniser Lemaître pour en faire un saint au panthéon de la science et laisser Pie XII pourrir dans sa tombe en compagnie de tous ses copains papes de l'appropriation des corps par introduction du virus de leur délire dans les malheureux cerveaux de leurs fidèles manipulés par la béatitude d'une joie bien agenouillée.

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Mer 28 Oct 2015 - 15:14

Neopilina a écrit:J'aime beaucoup cette anecdote entre Le pape et Lemaître. Et de façon générale " le cas Lemaitre ". Un des plus grands cosmologistes, physicien, qui discutait d'égal à égal avec Einstein et cie. Chanoine et cosmologiste, cosmologiste et chanoine, mais quand il porte une casquette il ne porte pas l'autre. J'aime beaucoup renvoyé les " autistes " et autres réducteurs, terroristes, des deux bords à méditer son cas, exemplaire.


Le cas du chanoine Lemaître est particulièrement intéressant.

Il fut professeur à l'UCL (Université Catholique de Louvain), une des plus vieilles universités !

La Belgique, au 20ème siècle et aujourd'hui, ne connait pas le principe de laïcité comme en France.

C'est plutôt une logique de réseau.
Par exemple, au niveau universitaire:

- Catholique: UCL
- Laïc franc-maçon: ULB (Université Libre de Bruxelles)
- Etatique: ULg (Université de Liège).

Malgré leurs inclinations idéologiques marquées, ces 3 universités n'en sont pas moins en compétition et, dans cette compétition, jugées sur  leurs productions propres d'université:

- la pédagogie (former de bons universitaires)
- la production scientifique
- la production technique (exemple en médecine: CHU)

--------------------------------------

A l'université catholique de Louvain, cela a toujours créé polémique et conflit.  Le dernier en date majeur remonte au pontificat de Jean-Paul II, quand ce pape voulut interdire toutes les recherches et les pratiques sur les questions modernes de procréation.

La faculté de médecine de l'UCL ne pouvait se plier à cette injonction de son pouvoir tutélaire qui l'aurait sortie de la compétition avec les autres universités.

Elle résista farouchement, et l'emporta.  Comme quoi le pouvoir d'un pape, sur ses ouailles ou le réseau qu'il croit controler, c'est relatif...

--------------------------------------

Au delà du chanoine Lemaître, il faut rendre hommage aussi à cette autre figure emblématique de cette université: Christian De Duve.

Noblesse catholique ancienne, brillant intellectuel, professeur, prix Nobel de médecine en 1974.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_de_Duve

Un des plus grands savants, en biologie cellulaire, du siècle passé.


En 2013, vieillissant, devenu athée, il choisit la possibilité de l'euthanasie, devenue légale en Belgique.

Par la science, il avait abandonné tout du monde idéologique dont il provenait, quitte à le révulser, son monde d'origine...

Dans sa dernière interview, on lit:
" La mort, ce serait beaucoup dire qu’elle ne m’effraye pas, mais je n’ai pas peur de l’après car je ne crois pas. Lorsque je disparaîtrai, je disparaîtrai, il ne restera rien. "

--------------------------------------
Comme quoi le bulldozer scientifique peut tout éroder des murailles obscurantistes qui se dressent devant elle...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Prince' le Mer 28 Oct 2015 - 16:29

Modération : les gars, on est cool, soyez le aussi. Echangez vos amabilités par M.P, on frise l'ad hominem.
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Prince' le Jeu 29 Oct 2015 - 22:23

Modération : Sujet déverrouillé ;).
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Prince' le Ven 30 Oct 2015 - 7:53

Modération : la prochaine fois, je supprime simplement ce sujet. Nous avons tous passé l'âge de telle mesure
avatar
Prince'
Ancien modérateur


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Ven 30 Oct 2015 - 11:55

J'ai cité cet éminent savant décédé en 2013, à 95 ans, que fut Christian de Duve, prix Nobel de médecine.

La vulgarisation, ce peut également être le témoignage, en fin de vie, de cette rare ressource humaine que sont les scientifiques de pointe et de comment leur parcours scientifique a fait évoluer leurs conceptions philosophiques... le pouvoir libérateur de la science !

De Duve en est un exemple parfait.
Je reprends ci-dessous des passages de sa dernière interview, son héritage philosophique.

Christian de Duve a écrit:
Vous avez, malgré toutes ces prédictions pessimistes, un grand appétit de la vie et un grand équilibre personnel ?

Je ne sais pas si j’ai été équilibré mais j’ai suivi ma ligne à moi. J’ai eu plusieurs vies. Mes recherches à Louvain sont le coeur de mes recherches scientifiques, mon aventure américaine a été très importante. La création de l’Institut de Duve a ensuite été une entreprise magnifique qui a très bien réussi. Et puis, j’ai pu commencer à étudier, réfléchir, lire et écrire et pendant 30 ans, j’ai vraiment fait un très long chemin, en écrivant chaque fois mon carnet de bord. J’ai d’abord essayé de comprendre la totalité de la cellule, après en avoir identifié les fameux deux composantes et cela a fait un livre.

Puis de comprendre la vie – comment elle fonctionne, ce qui est commun à tout ce qui vit –, deuxième livre. Après, il y a eu logiquement ma préoccupation pour l’origine de la vie. Et puis, je suis passé à son histoire et à Darwin qui ne m’avait jamais intéressé jusque-là. De là, je suis arrivé à la dernière étape, l’avènement de l’humanité, et dans la foulée, au fonctionnement et au développement du cerveau. Ce fut un voyage, une progression logique.


Dans ce voyage, vous avez trouvé un sens à la vie ?

J’ai retrouvé vers la fin, un peu des souvenirs du mysticisme, de la ferveur de mon enfance, mais à la dernière minute, je m’en suis séparé. L’évolution est mon mot-clé aujourd’hui.

Pourquoi avoir abandonné ce mysticisme ?

J’avais abouti, à la fin de mon périple, à une vision platonicienne du monde. J’appelais « l’Ultime réalité », quelque chose qui existe en dehors et qu’on découvre. Je suis arrivé à la conclusion que toute cette notion-là est fausse et que cette réalité que je crois découvrir, est quelque chose que j’ai créé moi-même.

C’est le produit de notre propre cerveau. Le vrai, le beau, le bien, n’est pas quelque chose qui vit en dehors de nous et que nous découvrons, mais que nous créons.


C’est mieux ?

Je n’ai pas de jugement de valeur à donner. C’est peut-être plus scientifiquement crédible que la notion « d’Ultime réalité ».

Pas d’existence pour Dieu non plus dès lors ?

Je comprends que ce soit une préoccupation pour grand nombre d’êtres humains, à la source d’au moins trois religions. Disons pour simplifier : l’existence de Dieu ne se démontre pas, et son inexistence non plus. Napoléon avait demandé à Laplace : « Et Dieu dans tout cela ? » Laplace a répondu : « Je n’ai pas besoin de cette hypothèse. » Je suis un peu comme ça.

Issu de la vieille noblesse catholique anversoise, il abandonna  progressivement sa foi pour poser, comme ultime geste, le non possumus extrème de cette religion: l'euthanasie, devenue légale.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Anormal le Ven 30 Oct 2015 - 12:20

Allez-vous faire le même honneur à André Gernez ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Ven 30 Oct 2015 - 12:52

anormal a écrit:Allez-vous faire le même honneur à André Gernez ?


Je ne connais pas.

Je suppose que tu fais référence à cette personne: https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Gernez

Si oui, sans le connaître autrement que via cette fiche Wikipedia, je dirais que ce qui me semble différencier ce Gernez de de Duve, c'est le postulat de la primauté du résultat scientifique et de sa méthodologie sur la conception idéologique préalable du chercheur.

Pour de Duve - il l'explique bien - c'est sa conception philosophique qui a évolué sous les coups de butoir de ses découvertes scientifiques.
A comprendre, pour Gernez, c'est la production de savoir scientifique qui devait se plier à un a priori philosophique.

On pourrait citer l'affaire Séralini, plus récente, comme autre exemple de méthodologie scientifique dévoyée pour prouver une thèse idéologique.

Sur le long terme et le dur processus d'évaluation des pairs, j'imagine que c'est ce qui fait la différence entre un prix Nobel, à la compétence et l'intégrité reconnue, et les autres, plus obscurs, plus discutés dans l'instant momentané...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Hks le Ven 30 Oct 2015 - 14:43

Est-ce que le sujet porte sur les critères de canonisation?
Il porte sur la vulgarisation scientifique.

Je suis sans doute très exigeant.
En fait, je ne sais jamais trop ce qu'on vulgarise.
Ne voyant pas, ignorant (par définition) de la partie cachée, je ne sais pas juger de la pertinence de la vulgarisation.
Tout et n'importe quoi peut m'être dit, je n'ai aucun moyen d'en juger.

Si c'est pour faire une confiance aveugle, je ne suis généralement pas partant.
Je me demande s'il n'est pas préférable de ne pas avoir d idées que de risquer d'en avoir des fausses.

Si  la vulgarisation scientifique est un challenge ...comment savoir s'il est  gagnant?
Dois -je m' adresser au bureau des canonisations?


Dernière édition par hks le Ven 30 Oct 2015 - 21:40, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  JP2popup le Ven 30 Oct 2015 - 16:46

hks a écrit:Si c'est pour faire une confiance aveugle, je ne suis généralement pas partant.
Je me demande s'il n'est pas préférable de ne pas avoir d idées que de risquer d'en avoir des fausses.

Je pousserais plus loin encore le cynisme de ta réflexion: tactiquement, dans la discussion, n'est-il pas préférable de masquer les idées que l'on a ?

Cela permet d'intervenir et de critiquer les thèses d'autrui  sans se soumettre à la critique de ses propres thèses qui devrait, nécessairement, advenir... C'est confortable pour éviter toute blessure narcissique, j'en conviens...

Plus haut dans le fil, tu te réclames du vitalisme, notion qui m'échappe totalement, je l'ai dit.
Si on te demande de préciser ce que tu conçois par là... ben... pas de réponse, volontairement et explicitement dit!
------------------------
Quant à la notion de canonisation, il m'a fallu de longues années de fréquentation du De Natura Rerum pour bien comprendre, je crois, ce que Lucrèce veut dire dans ces éloges répétitifs d'Epicure.

Il ne propose pas Epicure à quelque sanctification, mais s'il le met à l'égal des Dieux, c'est justement pour montrer que les Dieux, s'ils existent, n'ont pas plus de valeur que nous. Qu'il n y a donc aucune sainteté à viser (dit anachroniquement concernant Lucrèce).

Et qu'au contraire Epicure peut même conceptuellement les surpasser, ces dieux, par les qualités de fraternité qu'il développe: se soucier d'autrui dans ce monde-ci sans rien en attendre ailleurs... La vulgarisation, la transmission sont de ce souci altruiste.

L'inverse de ton "avançons masqué"...


Dernière édition par jp2popup le Ven 30 Oct 2015 - 16:57, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vulgarisation scientifique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum