" Tu vois ce que je veux dire ?"

Aller en bas

" Tu vois ce que je veux dire ?"

Message  Anormal le Lun 16 Nov 2015 - 19:47

Non ? Alors "écoute donc voir "

Deux expressions qui reflètent bien l'impossibilité de parler de la même chose quand on parle. Non qu'on ne puisse pas se comprendre pour des raisons structurelles, mais plus "intelligemment" parce qu'il arrive souvent un moment où l'incompréhension est salvatrice. Platon déjà parlait de "mensonge salutaire". Je crois que l'on peut aussi parler d' incompréhension salutaire. Ce qui donne quelque chose du genre: " écoute, je suis désolé mais je ne comprends pas ce que tu veux dire..." n'est-ce pas la meilleure façon de refuser le débat ?

A un degré moindre dans le refus de compréhension, il y a le : " non, je ne peux pas le croire !" , ce qui s'explique d'un point de vue psychologique par un dispositif "cérébral" de sécurité. En effet, le système nerveux central est doté d'un dispositif de rejet de tout ce qui peut ébranler son équilibre.
Les exemples ne manquent pas; ainsi le fils qui apprend que son père est un être détestable, ne voudra pas le croire puisque le conflit que cela imposerait pour son intellect de choisir entre le lien filial, sentimental et la rupture morale, ne pourra se résoudre sans grands dommages.

Comme tout le monde, j'ai des "certitudes", des attaches sentimentales, et les mauvaises nouvelles ne me conviennent pas particulièrement à moi non plus, pourtant, si l'on veut grandir un peu, il faut bien accepter les réalités les moins dommageables pour notre équilibre intellectuel ; au moins celles-là...

Mon pays est peut-être engagé dans une action détestable. Si je rejette, par le dispositif d'économie du cerveau, cette éventualité, alors je ne saurais jamais si le fait est vrai ou non.
Faire l'autruche est-il philosophiquement acceptable ?
Est-ce une affaire de degré  d'insuportabilité des mauvaises nouvelles, ou une affaire de degré de maturité ? ( ce qui revient un peu au même )
Ou bien craint-on de ne plus rien y comprendre ? ( de ne pas avoir les moyens de bien saisir la situation, et par là de nous fourvoyer )

____________________________________________________________________________________________________________



Tout ce que l'on tient pour vrai peut se révéler désagréable, voire dangereux.

Une vérité installée en nous depuis longtemps est soudainement chassée par une autre vérité. La vérité chassée se révèle dès lors comme une erreur redressée. La vérité est toujours une erreur redressée ( cf Alain, propos sur le bonheur).

 On pourrait nuancer le propos d'Alain en faisant remarquer qu'il est des vérités "faiblardes" qui se voient renforcées au fil du temps et même des vérités solides renforcées sans cesse. L'épreuve de la vérité qui revêt un usage pratique peut s'éprouver dans la réalité, il suffit d'en faire l'expérience, en revanche les vérités qui structurent notre subjectivité ne peuvent s'éprouver qu'en "interne", que dans le vase clos de notre pensée subjective. Et là, le remplacement d'une "vérité " par une nouvelle vérité relève de la transplantation sans anesthésie... ( est-ce que Shakespeare a raison de dire : " qui accroît son savoir accroît sa douleur ?...)

Apprendre que l'on est cocu ébranle l'esprit et par là, l'être tout entier : on rend , à cet autre qui s'en va, toute notre vie commune, d'un coup un seul et cela sans anesthésie...

Apprendre que l'on a été trompé par notre Idéologie, notre Parti, notre subjectivité, c'est encore une fois être cocu, même si le plus souvent ce qui est à rendre n'est pas aussi douloureux...

On comprend qu'il soit difficile d'admettre certaines choses, surtout pour ce qui est de celles qui blessent. Cependant, cela ne doit pas devenir un réflexe, car il est des choses auxquelles il faut renoncer malgré tout. ( ex: le père Noël)

Revenir en haut Aller en bas

Le Net sans modération

Message  Anormal le Jeu 19 Nov 2015 - 23:42

Il y a sur le Net un flux important d'information. On y trouve ce que l'on y exprime, c'est à dire: le pire et le meilleur. La structure en toile d'araignée du Net se présente à nous sous une forme , pour le moins, broussailleuse.
Cependant il est raisonnable de penser qu'on y trouve plutôt du meilleur que du pire. Pourquoi ? parce que nous avons tous en commun la possibilité de raisonner cette information, c'est à dire de la trier, de la juger, de la peser. En effet ce qui se partage le mieux est la raison, la raison qui selon son schéma propre et universel , traite l'information avec une grille de lecture rationnelle en ce sens que la vérité chasse l'erreur.
De fait, parmi le flot d'information qui s'offre à nous, nous pouvons nous enrichir sans cesse, puisque les sottises que l'on pourrait prendre dans un premier temps pour des vérités ne manquerons pas à la longue d'être escamotées par des vérités. On peut donc avancer que parmi les erreurs et les vérités mêlées, nous ne manquerons pas d'accumuler plus de vérités que d'erreurs puisque l'erreur ne chasse pas la vérité, de même qu'une croyance dépassée ne réapparait jamais sous sa forme initiale. On a cru , un temps, que la terre était plate, on ne le croira plus dorénavant.

Donc, dans la mesure ou l'on est en quête de connaissances, le Net est à consommer sans modération.

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Tu vois ce que je veux dire ?"

Message  Anormal le Lun 30 Nov 2015 - 14:56


Il faudra apprendre à se méfier aussi de la science, de cette vielle science aux humeurs chargées...Fatiguée , elle est maintenant conservatrice, c'est à dire sur le déclin. D'autant qu'elle n'est parvenue finalement qu'à rejoindre le sens commun traditionnel, autant dire que cela n'aura été qu' un "raccourci en zig-gaz". En effet, les avancées les plus élaborées ne font que rejoindre ce qui se dit depuis des millénaires et que nous semblons avoir perdu. Mais peut-être la science n'avait-elle d'autre but que celui-là ..?

Ce que je veux dire, c'est qu'il faut dès aujourd'hui penser la connaissance sans hiérarchiser le savoir, en ce que le savoir actuel n'est profitable que dans la mesure ou il est vulgarisé, état de chose que l'on pourrait rapprocher de l'idée de "biodisponibilité". Il n'y a d'Homme Scientifique que le Scientifique Vulgarisateur, l'autre l'anachorète de la Sainte Science, n'est pas un Homme ( entier), "qu'il s'en aille..."

Revenir en haut Aller en bas

Re: " Tu vois ce que je veux dire ?"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum