Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Dim 28 Fév 2016 - 16:42

.

Aux truies ? Quoi !?

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Anormal le Dim 28 Fév 2016 - 16:55



Ahhhhhh! t'es merveilleux! ( j'ai bien fait de reformuler mon post)

Sérieusement, si tu fais des petits: garde m'en un ... ❤

Revenir en haut Aller en bas

Re :

Message  Malcolm le Dim 28 Fév 2016 - 17:51

Cher Ragnar II, je te trouve bien affirmatif, sur la science, le réel, la matière, etc. avec ou sans -isme. Pour cela, je ne me référerais qu'au Nouvel Esprit scientifique de Gaston Bachelard, mais il faudrait que tu le lises plus avant.
En fait, je te soupçonne de brandir des mots en guise de paravent, mots derrière lesquels, certes, tu mets une signifiance bien vécue, donc qui te paraît bien sérieuse et bien concrète, sans conteste possible. J'en suis heureux pour toi, sincèrement. Cela me fait très précisément penser à Maurice Merleau-Ponty, dans le Visible et l'invisible, et précisément la première partie, dont je te laisse la lecture à loisir : il me semble qu'il défende bien mieux cette concrétude vécue que tu ne le fais à travers les mots que tu brandis, un peu trop onfrayiennement à mon goût. Mais là n'est pas la question : je ne remets absolument pas en cause ta sensitivité ; ni même, à la limite, ton emploi péremptoire des mots.
Ce que je juge contestable, par contre, c'est le moralisme chamfortien (j'aime bien Chamfort, littérairement), à savoir que tu tiens à diffuser ta morale du vivre et laisser vivre et du la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres, sans réaliser l'absolutisme intellectuel dans lequel cela engage tes mœurs pourtant ouvertes (l'ouvertitude n'a jamais été un argument). Absolutisme déteignant sur ta certitude à savoir ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.
Ceci étant, j'admets, j'accepte et j'approuve tes distinguos nobles-vulgaires, en me plaçant dans ta perspective absolutiste, encore que j'aie d'autres définitions à te donner du noble et du vulgaire. Inversement, je ne peux souscrire à ton assimilation de la faim à une addiction, bien que je ne puisse te dire par où elles se distinguent : c'est un peu le vieux problème du tas auquel on enlève des éléments : à partir de quand ne s'agit-il plus d'un tas ? ...
Enfin, le fait que je puisse observer les neurones à l’œuvre chez autrui prouve seulement que l'hypothèse neuronale est efficace, pas qu'elle est vraie.
Bref : ton pseudonyme te caractérise bien : roi pirate.

Anormal, pourquoi cette prédiction ?

Le reste de vos échanges, Ragnar II et Anormal, tend seulement à me démontrer que Ragnar II ne respecte pas autant autrui/aux truies qu'il le prétend, à vouloir le faire jouir tout en jouissant. M'est d'avis même, que par là on ne fasse le bien de personne. En somme, Ragnar II nous invite tous à sa partouze, mais c'est lui qui doit enculer seulement. Bof. Or, non seulement je n'aime pas les partouzes, n'aime pas la posture passive, et n'aime pas les enculades, mais en plus cela rejoint ledit absolutisme intellectuel : on veut me soumettre physiquement.
Bref : les personnes trop assertives me laissent songeur.

Moralité : il ne suffit pas de faire le chien, pour être un cynique.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Anormal le Dim 28 Fév 2016 - 18:25

Malcolm Cooper a écrit:
c'est un peu le vieux problème du tas auquel on enlève des éléments : à partir de quand ne s'agit-il plus d'un tas ? ...

C'est , à mon avis, plus encore le problème du "pâté d'alouette"...parce qu'avec RagnarII, il faut avaler le pâté prétendument d'alouette, alors que ce pâté est constitué d'une alouette et d'un porc. Ou quand le verre au trois quarts vide + l'instance émotionnelle, vaut le verre plein... C'est tout Ragnard II *Lol*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Dim 28 Fév 2016 - 19:51

Je comprends votre réaction, mais cessons de pourrir le fil, merci d'avance.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Dim 28 Fév 2016 - 23:34

Malcolm Cooper a écrit:Cher Ragnar II, je te trouve bien affirmatif, sur la science, le réel, la matière, etc. avec ou sans -isme. Pour cela, je ne me référerais qu'au Nouvel Esprit scientifique de Gaston Bachelard, mais il faudrait que tu le lises plus avant.
En fait, je te soupçonne de brandir des mots en guise de paravent, mots derrière lesquels, certes, tu mets une signifiance bien vécue, donc qui te paraît bien sérieuse et bien concrète, sans conteste possible. J'en suis heureux pour toi, sincèrement. Cela me fait très précisément penser à Maurice Merleau-Ponty, dans le Visible et l'invisible, et précisément la première partie, dont je te laisse la lecture à loisir : il me semble qu'il défende bien mieux cette concrétude vécue que tu ne le fais à travers les mots que tu brandis, un peu trop onfrayiennement à mon goût. Mais là n'est pas la question : je ne remets absolument pas en cause ta sensitivité ; ni même, à la limite, ton emploi péremptoire des mots.
Ce que je juge contestable, par contre, c'est le moralisme chamfortien (j'aime bien Chamfort, littérairement), à savoir que tu tiens à diffuser ta morale du vivre et laisser vivre et du la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres, sans réaliser l'absolutisme intellectuel dans lequel cela engage tes mœurs pourtant ouvertes (l'ouvertitude n'a jamais été un argument). Absolutisme déteignant sur ta certitude à savoir ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.

Réactions, en vrac :

J'aime bien les écrits du camarade Bachelard. Il savait faire passer au lecteur son extase personnelle ou quelque chose qui ressemblait à un ébahissement ingénu de sa part, face à la matière des quatre éléments de la philosophie antique et face aussi à l'évolution des sciences de son temps. Je ne suis cependant pas sûr que le regard porté par ce respectable personnage sur lesdites sciences aurait permis de fabriquer la bombe atomique ou vérifier l'intrication des particules, alors que les scientifiques, qui ont certes leur psychologie personnelle, leurs qualités et leurs défauts bien humains, eux, ils ont réussi tout ça et bien d'autres choses avec d'autant plus de facilité qu'ils ne se sont jamais occupés ni de métaphysique, ni de transcendance, ni de vérité, ni d'immanence, ni de nouménologie, ni de phénoménologie, ni de philosophie des sciences, dans l'exercice de leurs fonctions. C'est ainsi d'ailleurs qu'ils continuent de travailler encore aujourd'hui.

Si j'affirme qu'il y a une différence essentielle entre la science et le scientisme, c'est parce que cette différence existe bel et bien.

Je ne suis pas Merleau-Ponty, qui a certainement plus de talent que moi ou le premier anonyme venu faire comme moi le malin sur le premier site Internet de philosophie qui lui est tombé par hasard sous les yeux.

Je ne propose aucune pensée onfrayienne. C'est Onfray qui propose sans le savoir des pensées ragnariennes construites par ma petite personne bien avant sa naissance. C'est d'ailleurs pour ça que je l'aime bien, ce sage d'Argentan …

Je ne sais pas ce que c'est que de se cacher derrière des mots. Je ne me cache que derrière mon pseudonyme, comme d'ailleurs tout le monde sur tous les forums d'Internet, si tu n'y vois pas d'inconvénient, Brave New Kid in this Brave New World.

Je ne diffuse aucune morale, et pour ta gouverne, permets-moi de te livrer ici la raison exacte de ma présence sur ce forum, que tous les « anciens » connaissent déjà : Je ne fréquente ce forum que dans le but exclusif de faire des exercices de rhétorique et de français en vue d'entretenir les circuits neuronaux de ma vieille carcasse selon les principes bien indiqués et décrits par les neurosciences et l'épigénétique. On peut modeler sa matière grise grâce à la plasticité phénoménale du cerveau et à la possibilité de pérenniser un tel modelage par une influence de l'environnement et par une médication s’appliquant sur son propre ADN codant. Et si on peut faire tout ça, hé ben je ne vais pas me gêner … Dernière découverte de la part de ma petite personne, qui ne lit pas que Gaston Bachelard, mais aussi Nature et Science : la molécule d'ibuprofène entrant dans la formule de l'Advil, un analgésique de remplacement de l'aspirine, se caractérise par un effet secondaire qui pour une fois en médication est avantageux pour la santé, à savoir un retardement important, voire une élimination complète de la maladie d'Alzheimer. Et comme malgré mon éternité incontestable, je me fais plutôt vieux, et que cette saloperie de maladie de merde est peut-être en embuscade et va tenter de tomber sur ma carcasse bien-aimée, hé ben je me tape gentiment un demi-comprimé de ce médicament tous les deux ou trois jours, ce qui fait qu'avec toute la politesse et tout le respect que je dois à la bienséance de ton fil de discussion, je dois t'avouer que je suis assez satisfait d'enculer cette maladie sans même qu'elle n'en soit au courant ni ne le sente le moins du monde. (Ça te va ? C'est pas trop vulgaire ?)

Cela dit, cela ne m'empêche pas de défendre l'hédonisme noble que constitue le partage des plaisirs, ce partage ayant pu aller dans ma folle, mais pourtant sage et heureuse maturité physique jusque dans la responsabilité de la section canadienne d'Amnesty International. Hé ouais, mon p'tit vieux, c'est ça aussi, l'hédonisme. C'est sortir des prisonniers politiques des prisons des pays de misère infinie pour partager avec eux un bon moment de rigolade, ainsi que le pain, le vin et la compagnie des femmes, à leur arrivée chez moi, pardon, chez Moi ...

Malcolm Cooper a écrit:Ceci étant, j'admets, j'accepte et j'approuve tes distinguos nobles-vulgaires, en me plaçant dans ta perspective absolutiste, encore que j'aie d'autres définitions à te donner du noble et du vulgaire. Inversement, je ne peux souscrire à ton assimilation de la faim à une addiction, bien que je ne puisse te dire par où elles se distinguent : c'est un peu le vieux problème du tas auquel on enlève des éléments : à partir de quand ne s'agit-il plus d'un tas ? ...
Enfin, le fait que je puisse observer les neurones à l’œuvre chez autrui prouve seulement que l'hypothèse neuronale est efficace, pas qu'elle est vraie.

Tu es libre de souscrire ou de ne pas souscrire à mon assimilation de la faim à une addiction, ce dont se foutent pas mal les Amérindiens de l'ouest des Andes s'alimentant régulièrement en coca, plante vue comme un stupéfiant ou la matière première d'un stupéfiant par l'Occident. Et à propos d'Occident, je signalerais à ton aimable attention que c'est le lieu d'une civilisation dont la métaphysique est à l'origine de l'addiction la plus développée de tous les temps, à savoir la dépendance à l'alcool. L'industrie agroalimentaire est par ailleurs passée maîtresse dans la création et la gestion de l'addiction au sucre, au sel et au glutamate. Un malade du scorbut en phase pré-terminale est tout ce qu'il y a de plus dépendant aux vitamines. Etc. J'aime bien le concept de tas que tu cites à mon avis fort à propos. Je le rapprocherais du concept de mikado, en ce sens que l'art de ce jeu consiste à enlever une à une les baguettes qui le forment en visant à faire table rase, et c'est ce que réussit l'analyse minutieuse de chaque addiction dont est, non pas «victime » l'humain, mais incontestablement « jouisseur ». (Le bon, c'est du mauvais auquel on s'est habitué - Nietzsche.)

Ce que tu nommes « hypothèse » neuronale, ça fait belle lurette que ce n'est justement plus une hypothèse. Les neurosciences travaillent aujourd'hui sur les circuits neuronaux considérés comme un élément exclusivement factuel. Le circuit neuronal est un fait. Son fonctionnement est un fait. Les conclusions tirées du fonctionnement de ce circuit sont des faits … Si tu veux un autre point de vue, lorsqu'une vareloppe te tombe sur le pied en y provoquant une douleur qui te fait gueuler la race de ta mère, il ne suffit pas que le premier  philosophe venu te sorte La critique de la raison pure pour que cela t'empêche d'avoir mal, et l'on a jamais vu un penseur mettre sa main au feu et l'y maintenir en dissertant sans problème sur le Monde comme volonté et représentation … Il est des petites vérités qui n'ont besoin d'aucune explication, mais juste d'une corporéité. D'une corporéité sensible, par définition … Et c'est la corporéité qui permet à la corporéité de savoir ce qu'est la corporéité ... En nous livrant d'ailleurs de bien curieuses choses sur elle-même, comme le fait que le cerveau possède des ramifications se prolongeant jusque dans l'estomac, qui devient ainsi lui aussi le siège de la pensée, ce qui en dit long sur le déterminisme mêlé d'indéterminisme du choix de l'alimentation quotidienne de chacun ... Et l'heure approche où je vais librement choisir d'aller me faire cuire deux œufs sur le plat sous l'effet dictatorial de mon estomac m'imposant sa pensée se pensant elle-même en grand philosophe entrant dans la composition de ma corporéité bien aimée, corporéité qui est ma grande raison (dixit le camarade Nietzsche) ...

LA Vérité, ça c'est un drôle de problème, qui ne me concerne d'ailleurs pas plus que cela ne concerne le moindre scientifique et que cela ne concernait Nietzsche écrivant en fin de parcours ses Dithyrambes de Dionysos, que je t'invite à lire pour constater de visu à quel point Nietzsche se foutait de LA Vérité, après néanmoins avoir cherché toute sa vie à savoir ce que c'était … L'intuition de fin de vie du Sage de Sils Maria est époustouflante. La science se fout aujourd'hui de LA Vérité comme de sa première chemise. Elle ne se déploie plus que sur le terrain exclusif du probabilisme. (Je crois me souvenir que Bachelard avançait d'ailleurs aussi la chose déjà à son époque, quelque part dans L'air et les songes ou dans L'esprit scientifique.)

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 10:59

Nom d'Odieux. Le libéralisme de ce forum va jusqu'à ne pas tenir à ses propres règles d'entrée.
Bah, sinon, la vulgarité ne m'a jamais gêné ; ce qui me gêne plus, c'est le déraillement-décollement si lointain du thème, c'est l'affirmement-confirmement si proche de l'interlocuteur - toi comme un autre.
Mais bon, nous avons un point commun : nous tenons à nous entretenir littéralement nous-mêmes, toi et moi.
Sinon que, précisément par entretien intellectuel, je ne tiens pas à demeurer auprès de (com)pétiteurs de principes.

Baste.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Lun 29 Fév 2016 - 13:19

.

Bah ! Un forum, ce n'est jamais une salle de classe. Que veux-tu, c'est comma ça ...

Cela dit, il y a en France trois forums de philosophie dignes de ce nom, mais c'est sur un seul de ces trois, à savoir Liberté Philo, qu'on sait le mieux ce qu'est la liberté d'expression, du point de vue même des modérateurs.

Mais la liberté d'expression poussée au point où cela est permis sur ce forum, ça va forcément et naturellement avec une certain degré de bordel ambiant, d'un certain chaos, d'une bonne dose de rigolade, de légèreté, de grâce.

De grâce ? Allez, allons-y : de grâce aussi ! ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 14:45

Tu es mignon.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Lun 29 Fév 2016 - 15:31

.

Ah ! Si tu voyais mon Smith & Wesson ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 15:36

Un homme faible a son âme dans son arme.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Lun 29 Fév 2016 - 15:42

.

Oui, et je suis faible aussi au point d'avoir en paravent une bagnole si grosse que cela me permet de justifier la souplesse de ma langue ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 15:45

Alors tu es un homme heureux.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Lun 29 Fév 2016 - 21:08

.

Je suis le plus heureux quand je me trouve le matin sur le trône en ayant mangé deux ou trois kilos de chocolat la veille au soir, ce qui me permet d'être si constipé que je peux alors m'enculer moi-même en marche arrière.

C'est de la psychanalo-freudo-cacao ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Lun 29 Fév 2016 - 21:44

Je note.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les bonheurs accessibles dépendent fatalement des malheurs éprouvés

Message  Malcolm le Sam 26 Mar 2016 - 14:40

Nous en étions restés à dire qu'un bonheur perdurable est un leurre, que le bonheur est ce qui advient de bien perspectivement, et que les hommes cherchaient spontanément le bonheur. Mais quid de la nécessité de malheurs édifiants ?
Dans l'épreuve du malheur, souvent, et bien que ça ne soit heureux que dans la mesure où rétrospectivement l'expérience nous a formés, on veut ne voir que néant, alors pourtant que sans échec, sans erreur, sans privation, sans perte, sans angoisse, sans frustration, sans mort, sans finitude, à quelque niveau et dans quelque dimension qu'on le prenne, aucune espèce de (sur)vie - survie sauvage, évidemment, mais aussi de type manuel de survie par temps technocapitaliste au chômage massif et aux mœurs avides, etc. (la popularité du film de zombis en témoigne), - n'est possible.
C'est d'ailleurs même pour cela, que nos étho-biologies sont faites pour imprimer les mauvaises expériences surtout, de sorte à les ruminer-remâcher incessamment dans l'affront de la pulsion de mort, afin de nous surmonter et de nous renforcer face à ce qui ne nous a pas "tué".
C'est alors pour cela que, par angélisme puritain, originalistes, certains espèrent atteindre le paradis sur terre, et voient le bonheur inaccessible, alors qu'ils sont là, les bonheurs, par-devers et grâce aux malheurs qui, contrastivement au plan behavioriste, font bel et bien passer les bonheurs pour des bonheurs, sans quoi ne restent plus que les heurs, que les heures, que l'ennui, à la Cosmopolis.
De là à dire qu'il faut rechercher le malheur pour le malheur, comme dans le film justement, il y a un Rubicon masochique que je ne franchirai pas ; mais je dirai que, dans une logique de risque assumé, il faut s'éprouver continûment, i.e. se mettre à l'épreuve, et trouver son bonheur dans l'épreuve, virilement, à la phaticienne.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Sam 26 Mar 2016 - 14:57

.

Nietzsche nous aide dans la considération du malheur sous l'angle d'un bonheur potentiel. Il dit quelque part en substance que c'est lorsqu'on atteint le fond qu'on a le plus de force pour se donner l'élan permettant de remonter peut-être encore plus haut qu'on était avant.

Ce type est un psychologue d'une extraordinaire finesse ...

.


Dernière édition par Ragnar II le Sam 26 Mar 2016 - 15:00, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Malcolm le Sam 26 Mar 2016 - 14:59

Ceci n'ôtant rien à cela, et de façon redondante.
On n'encense pas la psychologie comme reine des sciences, devenant l'homme le plus cité du siècle dernier au plan philosophique-scientifique, sans être au poil à ce niveau.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Héraclite le Jeu 31 Mar 2016 - 6:04

Ragnar II a écrit:.
Nietzsche nous aide dans la considération du malheur sous l'angle d'un bonheur potentiel. Il dit quelque part en substance que c'est lorsqu'on atteint le fond qu'on a le plus de force pour se donner l'élan permettant de remonter peut-être encore plus haut qu'on était avant.

Ce type est un psychologue d'une extraordinaire finesse ....

"extraordinaire".... Mouais... enfin, sachez quand même qu'il s'agit d'un fait spirituel bien connu depuis des millénaires, que dis-je, probablement depuis toujours, par les gens qui travaillent sur eux en pratique, ou qui vivent simplement une vie authentique. C'est psycho élém. :roll: même mon clébard doit être au courant du trip, c'est dire... *Lol*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Ragnar II le Jeu 31 Mar 2016 - 12:53

.

Sache toi-même que je pense sincèrement que ton clébard doit en savoir sur la dynamique du malheur et du bonheur plus que toi et pas mal de philosophes aussi ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bonheur est-il inaccessible à l'Homme ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum