Méditation post-darwinienne

Aller en bas

Méditation post-darwinienne

Message  Thug le Dim 3 Jan 2016 - 22:04

Maintenant que l'Homme a évolué en une espèce intelligente et sociale, et s'est bien établi sur tout le globe, supposons sa survie assurée. En effet, chez les autres espèces animales, la survie de l'espèce dépend principalement de leurs sociabilité et de leur répartition sur la planète. L'Homme est devenu l'une des meilleures espèces puisque c'est la seule à pouvoir survivre n'importe où et à n'importe quelle autres espèce grâce à son intelligence individuelle et surtout collective (~ thèse de Darwin). Elle ne pourra s'éteindre que de sa propre cause ou d'une cause climatique ou extra-terrestre. On suppose que ces possibilités n'arriverons jamais.

Imaginons qu'une espèce ne contienne que deux caractéristiques : A et B.
Lorsque la A s'unit avec la B, ils forment une nouvelle qui est la C.
A avec C ou B avec C donnent C#.
Avec du temps, la C# ne devrait-elle pas tendre à être la seule restante ?

L'homme a beaucoup plus de caractéristiques, mais cela ne change pas le résultat final. Est-ce qu'avec du temps, toutes nos caractéristiques ne devrait-elles pas tendre vers un seul type de groupe caractéristiques qui ferait que nous nous ressemblierons tous ? Est-ce possible ? N'est-ce pas le plus probable ou bien j'ai loupé quelque chose ?

Si vous n'avez pas tout compris ma thèse, demandez des explications et éclairements avec de repondre ! ;)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Malcolm le Dim 3 Jan 2016 - 23:32

Pour que cela arrive, cela nécessiterait un métissage massif. Même si notre mondialisation tend vers ce cas de figure c'est encore loin d'être assuré ; de plus les caractéristiques du genre humain restent, pour une bonne partie, inconnues et de ce fait nous ignorons quelles seront les évolutions, dans ce sens, de l'humanité. Si tout se déroule selon votre logique et si elle s'avère juste, il est fort probable que nous finissions par nous ressembler.
avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  AntiSubjectiviste le Lun 4 Jan 2016 - 8:19

Le raisonnement me semble incorrect car les traits héréditaires ne se transmettent pas comme tu le décris.

Si un père a des yeux bruns et la mère des yeux bleus, l'enfant n'aura pas des yeux brun-bleu : ceux-ci seront soit bruns, soit bleus.

Autrement dit, les traits héréditaires ne se "mélangent" pas pour former de nouveaux traits héréditaires, comme des couleurs se mélangent pour en former de nouvelles. Il faudrait plutôt modéliser la chose comme suit :

Un trait A possède deux versions : A1 et A2 (par ex., yeux bruns et yeux bleus). Un autre trait B possède aussi deux versions B1 et B2. Ce qui est transmis héréditairement, ce sont toujours les gènes A1, A2, B1 et B2, et non de nouveaux traits.

Père : A1-B1
Mère : A2-B2
Possibilités pour l'enfant : A1-B1, A1-B2, A2-B1, A2-B2.

Ce qui augmente avec le métissage, c'est la diversité des patrimoines génétiques (sans compter la diversité de leur expression phénotypique).

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Thug le Lun 4 Jan 2016 - 21:12

Je suis d'accord pour ce qui est des yeux, mais pour ce qui est de la couleur de peau par exemple, un couple blanc et noir auront un enfant cafe au lait 50%.
Plus il y aura de mélange, plus les couleurs extremes (tt blanc ou tt noir) tendront à disparaitre, non ? Il y aura tj plus d'individu mélangés que de 100% couleur. Et il devient de plus en plus probable qu'un 100% (couleur uni (tt blanc ou tt noir)) s'accouple avec un non-100%, même si le non-100% est à 90%, cela formera un 95%, celui-ci s'accouplera avec un moins de 95% et ainsi de suite pour qu'au final, selon les lois de probabilité et avec un certain temps, toute la population tende vers du 50%.
Avant les ethnies étaient un peu dispersées et s'accouplaient entre elles mais maintenant qu'il est aisé de se déplacer et de migrer sur tout la planete, il n'y a plus aucune raison pour que cela ne se produise pas (!?)

Je précise que je ne définie pas d'échelle de temps, cela ne se produira certainement pas demain, mais l'importance de la question est que cela se produise. J'ai un vocabulaire peu recherché mais je préfère parler franchement et bien être compris que de chercher des mots pour n'heurter personne, tripler le volume du texte et etre moins clair.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Princeps le Mar 5 Jan 2016 - 0:27

Le postulat de départ est discutable : l'homme n'est pas sociable par nature, par essence ? Aristote se trompe et Hobbes a raison (encore faut-il discuter de ce que Hobbes dit et de sa signification) ?
avatar
Princeps
Sapientius


Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberte-philosophie-forum.com/t2280-charte#44774

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Ragnar II le Dim 10 Jan 2016 - 15:30

.

Si j'avais le temps (je suis dans des travaux de bricolage et de construction), je développerais cette question plutôt complexe de savoir comment se passe l'évolution du vivant et l'émergence d'espèces nouvelles.

J'ai pour l'instant le souvenir d'un phénomène à rapprocher de la question soulevée par Thug :

Les coyotes (in English : Coyote, as in French) et les loups (in English : Wolf) d'Amérique du Nord sont considérés comme des variantes d'espèce d'une seule et même espèce générale se distinguant l'une de l'autre par leur comportement. Une hybridation de ces deux variantes se déroule en ce moment-même sous la pression d'une modification de l'environnement urbain dont est responsable l'humain. Il s'ensuit une descendance caractérisée par un comportement plus socialisant entre les nouveaux individus, qui porte maintenant le nom de « Coywolf ».

Pour approfondir la chose :

https://en.wikipedia.org/wiki/Coywolf

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Ragnar II le Lun 11 Jan 2016 - 21:38

AntiSubjectiviste a écrit:Le raisonnement me semble incorrect car les traits héréditaires ne se transmettent pas comme tu le décris.

Si un père a des yeux bruns et la mère des yeux bleus, l'enfant n'aura pas des yeux brun-bleu : ceux-ci seront soit bruns, soit bleus.

Autrement dit, les traits héréditaires ne se "mélangent" pas pour former de nouveaux traits héréditaires, comme des couleurs se mélangent pour en former de nouvelles. Il faudrait plutôt modéliser la chose comme suit :

Un trait A possède deux versions : A1 et A2 (par ex., yeux bruns et yeux bleus). Un autre trait B possède aussi deux versions B1 et B2. Ce qui est transmis héréditairement, ce sont toujours les gènes A1, A2, B1 et B2, et non de nouveaux traits.

Père : A1-B1
Mère : A2-B2
Possibilités pour l'enfant : A1-B1, A1-B2, A2-B1, A2-B2.

Ce qui augmente avec le métissage, c'est la diversité des patrimoines génétiques (sans compter la diversité de leur expression phénotypique).

Notons à l'occasion de l'impardonnable décès récent de David Bowie, cet artiste de la chanson et excellent lecteur de Nietzsche, que la couleur des yeux peut parfois être assez surprenante :





Un œil est bleu, l'autre est marron. On appelle ça « des yeux pers ».

Selon la légende, Athéna avaient elle aussi des yeux pers.


.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Malcolm le Mer 1 Mar 2017 - 0:14

avatar
Malcolm
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Kercoz le Mer 1 Mar 2017 - 9:51

Je ne connais pas Supiek . Tres intéressant . Clair et lucide.
L' aspect complexe et fractal des processus est mis en évidence. Certains pour imager le principe de stockage et restitution des données, comme pour la mémoire du cerveau, parlent pour la génétique d' un processus hologramme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Ragnar II le Mer 1 Mar 2017 - 14:14


Nous avons avec ces explications un excellent état des lieux de la biologie d'aujourd'hui, qui a bien évolué depuis la découverte de la géométrie hélicoïdale de la molécule d'ADN donnée par Crick et Watson.

Nous avions déjà dans les années 60 une petite idée, une très petite idée de la complexité de l'évolution du vivant, avec le bouquin au titre emblématique de Jacques Monod, « Le hasard et la nécessité ».

La biologie se passe par ailleurs sur le mode bien connu de la science d'aujourd'hui, à savoir que plus on sait de choses sur un sujet donné, et plus s'élargit le domaine de ce que l'on ignorait. L'humain ne s'est pas constitué dans le but de tout savoir sur tout, et ceux qui prétendent pouvoir tout expliquer dans le moindre détail sont en réalité des ignorants qui s'ignorent. Mais le fait qu'il y aura toujours de l'ignorance dans le monde est un aiguillon puissant, efficace, remarquable pour quiconque aime explorer le monde ... Le jeu ne finira jamais ... Y a bon Banania ...

.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méditation post-darwinienne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum